Message #20765

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 29 novembre 2016
Vie de l'association - Nouvelles associations
Depuis bientôt quatre semaines, j'essaye d'entrer en contact avec le président de la commission des affaires sociales du conseil départemental de l'Orne. Je voudrais lui présenter nos activités d'insertion de jeunes sur le marché du travail et examiner avec lui dans quelle mesure le département pourrait permettre à notre APIJOMM de bénéficier de quelques "fonds d'insertion", ainsi que le président de la commission des finances du même conseil départemental a bien voulu me dire que ce serait possible. Depuis bientôt quatre semaines, je n'obtiens aucune réponse de M. Jean-Pierre BLOUET qui ne réagit à aucun courriel, à aucun appel téléphonique à ses divers secrétariats, à aucune intervention auprès de lui de la part de sa collègue de Domfront que je remercie néanmoins pour son appui.

Depuis plus de quinze jours, je cherchais également à entrer en contact avec celle des collaboratrices de M. BLOUET qui est en charge, paraît-il, de ces fameux "fonds d'insertion", afin de me faire expliquer le mécanisme. Là encore, aucun écho jusqu'à ce matin où, en réponse à un nouvel appel téléphonique de ma part, l'on m'a appris que Mme COUSIN n'avait absolument aucun créneau de libre avant le 6 janvier prochain mais que, ce jour-là, elle serait libre toute la journée.

Deux mois après mes premières tentatives, un premier rendez-vous a ainsi pu être pris avec cette fonctionnaire. Après tout, c'est peut-être ainsi qu'au conseil départemental de l'Orne, les personnes en charge entendent se mobiliser pour réduire le chômage des jeunes.

Le pire n'étant jamais sûr, il est possible que cet entretien se révèle utile et fructueux. Je m'y rendrai dans un état d'esprit tout à fait constructif.

Commentaires