Message #44979

Dans le prolongement de mon récent courriel lui indiquant quelles sont mes priorités de chantier, j'ai invité aujourd'hui Arnaud PAQUIN à déjeuner à ma cantine favorite. La réunion a duré près de deux heures et a permis de préciser mon programme de travaux - du moins mes ambitions en la matière -. J'ai insisté sur les questions de calendrier et marqué mon souhait que toute la phase paperassière soit au plus tôt derrière nous. Il est prévu qu'Arnaud PAQUIN rédige rapidement son compte rendu de la réunion de chantier du 15 novembre dernier et revienne vers moi avec un projet de contrat organisant notre coopération.

Arnaud PAQUIN a bien compris que notre chantier favori est très lourd pour mes épaules (sans oublier mes poches) et que je suis susceptible de devenir angoissé, comme encore récemment, pour cette raison ; il m'a recommandé de prendre du recul, par exemple en effectuant une retraite dans un certain cadre (il a cité à ce propos le nom d'Ignace de LOYOLA). Quand je lui ai dit que j'étais Béarnais d'origine, il a demandé si j'avais des attaches protestantes ; je comprends qu'il trouve ma tournure d'esprit plus empreinte de rigueur que de grâce, ce en quoi je ne saurais lui donner tort, bien entendu.