Maçonnerie-carrelage

En compagnie de mon premier assistant - Guguss pour les intimes -, j'ai voulu vérifier ce matin l'état du chantier favori après 3 jours de pluie presque ininterrompue. Parmi les photos qui suivent, certaines sont floues en raison de la différence de température entre mon appareil photo et l'air extérieur.

Devant le bâtiment Nord, le drainage ne fonctionnerait-il pas ou pas suffisamment ?

1er novembre 2019.

Le long du logis en revanche, il n'y a plus la moindre flaque :

1er novembre 2019.

Dans le colombier, j'ai la surprise de constater que l'eau arrive à entrer par une cheminée que je croyais obturée à son sommet :

1er novembre 2019.

Sur le palier de l'escalier menant aux combles, Guguss retrouve une flaque de sa production d'avant-hier et s'assure que l'odeur d'icelle se bonifie avec le temps :

1er novembre 2019.

Au 1er étage du colombier, les joints les plus récents ne sont guère étanches ; c'est sans doute dû à la menuiserie, H.S. de chez H.S. :

1er novembre 2019.

Au rez-de-chaussée du colombier, on peut voir que plus une goutte d'eau ne traverse désormais les murs :

1er novembre 2019.

La cheminée de l'ex et future salle-à-manger du logis n'a pas encore reçu une goutte de pluie, ce qui m'étonne :

1er novembre 2019.

La porte principale du logis laisse entrer l'eau :

1er novembre 2019.

1er novembre 2019.

Idem pour la fenêtre du 1er demi-étage, mais il n'y a là rien d'étonnant :

1er novembre 2019.

Idem, bien entendu, au niveau de la plaie laissée par la cheminée de Mebzon :

1er novembre 2019.

Idem au 1er étage de la tour Nord-Est, dont le sol sera carrelé quand on y installera une salle de bains :

1er novembre 2019.

Idem, et c'est plus embêtant, au niveau de la lucarne du logis où les choses auraient dû être mieux faites, sous la surveillance d'un A.C.M.H. dont, en fait de liquides, le regard était polarisé sur le niveau du whisky dans son verre :

1er novembre 2019.

Dans la salle dévastée, le loïde retrouve sec le couchage qu'il aime tant martyriser :

1er novembre 2019.

Pas de problème non plus au niveau du conduit de cheminée de la tour Sud-Ouest :

1er novembre 2019.

En revanche, toujours dans la "salle dévastée", les installations provisoires fuient :

1er novembre 2019.

1er novembre 2019.

1er novembre 2019.

Dans l'arrière-cuisine (bâtiment Nord), l'eau tombe goutte à goutte ...

1er novembre 2019.

... d'un conduit d'évacuation des gaz de combustion de la chaudière, destiné à disparaître comme celle-ci quand le système d'aquathermie sera opérationnel :

1er novembre 2019.

Devant la "terrasse n°2", une petite flaque est apparue :

1er novembre 2019.

1er novembre 2019.

Du côté de la "terrasse n°1", la situation n'est pas mauvaise comme je l'aurais craint :

1er novembre 2019.

1er novembre 2019.

En revanche, il se passe un truc bizarre au niveau de la porte piétonnière de la cour...

1er novembre 2019.

... car l'eau tombe d'abondance à travers la maçonnerie du linteau que je croyais sans problème ; lorsque tout cela gèlera, il y aura des dégâts :

1er novembre 2019.

Hier soir, au cours du dîner que nous nous sommes offert à "La terrasse" à Bagnoles-de-l'Orne (excellente cuisine familiale ; un peu chérot pour mon budget ; il faut réserver à l'avance car ce restaurant est généralement bondé), Carole n'a pas manqué de m'interroger sur mes projets pour la cour du manoir favori. Elle rêve de plates-bandes fleuries, voire d'un arbuste au milieu de la cour. Ma proposition d'implanter un potager dans un coin de la cour avait vite été rejetée, trop de boulot (et le fait est que ce n'est pas moi qui m'en chargerais) ; donc il n'en fut pas question.

J'ai dû lui révéler (puisqu'elle ne consulte quasiment jamais - du moins, c'est ce qu'elle prétend - le site favori, ce qui est quand même un comble) qu'il n'y aura plus de plates-bandes le long des murs car j'ai dû les remplacer par des "trottoirs". J'ai essayé de lui expliquer pourquoi ces "trottoirs" seraient de largeurs différentes selon les murs qu'ils bordent (ou borderont). A mon soulagement, la conversation a vite dérivé vers d'autres sujets. Mais il faudra que, lorsque le jour sera revenu, je lui fasse faire un tour du chantier favori afin de lui expliquer un peu du pourquoi et du comment de mes choix.
Dès son arrivée au manoir favori, avant-hier soir, Carole a réitéré l'affirmation que, si j'empêche "ses hirondelles" de revenir pondre au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII, ce serait un "casus belli".
J'ai répondu : "Alors, bellum !".

Le séjour commençait bien.

On n'imagine pas à quel point ces bestioles sont salissantes. Qu'elles aillent donc faire leurs cochoncetés ailleurs, par exemple sous la charretterie ! (Et on se marrera lorsque Carole découvrira comment son carrosse aura été décoré...).
La contrepartie qui m'avait écrit qu'elle me contacterait cette après-midi ne l'a pas fait.

Idem pour l'autre qui devait me rappeler ce soir.

Usant.

P.S. (du 5 juillet à 11 heures) : Basculé dans les pages "Privé".

P.S. 2 (du 3 décembre 2019 à 2 heures 20) : Message rendu de nouveau public à l'instant.
Voici le lot de granits que j'avais repéré il y a quelques jours et que son propriétaire paraît disposé à me céder, ce dont je le remercie :

4 novembre 2019.

4 novembre 2019.

4 novembre 2019.

4 novembre 2019.

Une fois passées au kärcher et, si nécessaire, retaillées, ces pierres devraient notamment pouvoir aider Igor à donner meilleur aspect aux seuils du bâtiment Nord et du logis.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 7 novembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Bâtiment Nord
0
Le dernier vendeur de pavés prétend qu'il m'en a livrés pour 162 m2. Notez la précision.

Quelle bonne blague ! Voici les pavés en question dans la cour, mêlés à une partie de ceux achetés à La Ferté-Macé au début de l'été et qui s'avèrent de meilleure qualité :

7 novembre 2019.

7 novembre 2019.

Le conducteur du camion avait raison, il n'en a pas livrés pour plus de 110 m2 (en comptant large).

P.S. (du 3 décembre 2019 à 2 heures 20) : Message rendu public à l'instant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 7 novembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Tour Louis XIII
0
Igor me fait remarquer ce matin que le linteau de la cheminée bricolée (et incomplète, ce qui me déplaît) au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII est cassé en son milieu et qu'il avait été très mal réparé :

7 novembre 2019.

7 novembre 2019.

Il va falloir remédier à tout cela. Quelques jours de pluie seront ainsi employés.

Donc, puisqu'on va devoir démonter une bonne partie de la hotte, je donne priorité ce matin au bouchage du premier trou résiduel du dallage :

7 novembre 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 7 novembre 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Tour Louis XIII
0
Magnifique travail d'Igor aujourd'hui, au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII.

Il a réussi à suturer impeccablement le "gros trou n°1"...

7 novembre 2019.

...et a commencé à traiter de même le "gros trou n°2" :

7 novembre 2019.

Ce travail est d'autant plus remarquable qu'il faut tailler des granits un à un pour qu'ils s'adaptent aux trous à boucher tout en donnant l'impression de faire partie du même lot que les pierres voisines.

Hélas la disqueuse a lâché en cours de journée. C'est la quatrième fois depuis le début de l'été, c'est-à-dire depuis qu'elle a été utilisée à tailler certains pavés des "trottoirs". Le vendeur de cet engin de marque "Makita", la "Maison.fr" de Domfront, va commencer à nous connaître.