Maçonnerie-carrelage

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 19 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil
0
Ce soir, on commence à comprendre à quoi ressemblera la niche à droite de la cheminée :

19 avril 2011, aperçu de la niche en cours de remontage.

Pascal a dû rechercher dans mes stocks de pierres celles qui pourraient fournir le fond et le montant droit de cette niche. A mes yeux, il a remarquablement travaillé puisqu'on dirait que les pierres qu'il a trouvées et retaillées proviennent du même filon que la pierre de l'appui, elle d'origine.

A l'arrière de la cheminée, c'est-à-dire dans la cuisine, la plaie ouverte pour placer le corbeau commence à cicatriser :

19 avril 2011, Pascal en train de reboucher le trou percé pour le corbeau droit.

Voici en effet la photo prise ce soir, à partir de la future cuisine :

19 avril 2011, une plaie presque refermée.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 21 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Electricité - Ferme et son fournil
0
Hier, Pascal a achevé la reconstitution de la niche de la cheminée de la ferme :

20 avril 2011, aperçu de la partie droite de la cheminée de la ferme.

J'observe le détail de son travail qui me paraît d'excellente qualité :

20 avril 2011, l'intérieur de la niche.

Pascal a même prévu l'arrivée de l'électricité au fond à droite de la niche. La feuillure du linteau, qu'il a dû tailler dans un granit brut de mes stocks, est impeccable. Pascal me signale toutefois qu'hier soir, il trouvait la pierre de ce linteau trop bleue : sous mon influence, ne serait-il pas en train de devenir encore plus pinailleur que moi ?

Vue de l'intérieur de la future cuisine, l'ouverture nécessitée par la pose du premier corbeau est presqu'entièrement rebouchée :

20 avril 2011, le mur de la cheminée vu de la future cuisine de la ferme.

Les prochains travaux vont consister à consolider le fond de l'âtre avant de percer, à gauche de la cheminée, le trou nécessaire pour le second corbeau. Il reste à décider si, pour pouvoir loger la dernière pierre sous le corbeau, nous la raccourcirons ou bien si nous déporterons vers la gauche la porte intérieure d'accès à la future cuisine. Pour des raisons de principe (je n'aime pas retoucher de vieilles pierres), je préfèrerais cette seconde solution mais Pascal fait valoir que la première serait d'exécution plus rapide.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 21 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil
0
Je définis le calepinage de mes vieux pavés de Tinchebray pour le foyer de la cheminée. Puis Pascal les rectifie, en tant que de besoin, à la disqueuse. Enfin, il les pose. Je lui ai demandé d'utiliser désormais du sable roux pour ses joints réfractaires ; on verra, après séchage, si le résultat est meilleur que pour les premiers, au sable blanc et que je trouve blafards.

21 avril 2011, le foyer se monte petit à petit.

J'espère que demain, on en aura fini avec ce foyer de cheminée.

21 avril 2011, le chantier en fin de journée.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 22 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis - Bâtiment Nord - Liens divers - Ailleurs - Vie du site - Annonces
0
J'ai passé l'après-midi sur les routes de Basse-Normandie, à la recherche de tomettes pour les 35 m2 de la première tranche de travaux au rez-de-chaussée du bâtiment Nord.

A dire vrai, je dispose déjà de stocks de tomettes anciennes, rouges ou jaunes. Les secondes, du même modèle que dans la chapelle, ont été achetées à mon beau-frère Denis CHASTEL-SAUZET, dans le Beaujolais où elles tapissaient le grenier d'un manoir XVIIè que Denis démantelait ("no comment"...). Mais je souhaitais examiner les qualités et les tarifs de tomettes neuves "à l'ancienne".

Je me suis rendu dans deux magasins recommandés par Google.

D'abord, au Nord de Caen, à Bénouville, chez NIVAULT. Un seul modèle de tomettes "à l'ancienne" a retenu mon attention mais je l'ai trouvé trop rouge à mon goût :

22 avril 2011, tomettes à l'ancienne chez NIVAULT.

J'ai cependant remarqué un modèle intéressant de simili tomettes en céramique :

22 avril 2011, simili tomettes en céramique chez NIVAULT.

D'une façon générale, NIVAULT est un simple commercialisateur de carrelages, essentiellement des céramiques, fabriqués ailleurs et dont l'origine m'a paru soigneusement occultée. Bref, ce n'est pas là le type de professionnel que je recherche.

Ma seconde étape a été dans un trou perdu au Nord de Saint-Lô, chez FAUVEL. Là, la production se fait sur place et m'a tout de suite semblé beaucoup plus intéressante. La vendeuse, une jeune Allemande enceinte jusqu'au cou, ne savait pas répondre à mes questions mais a eu l'intelligence d'appeler à la rescousse le directeur technique. Celui-ci, M. Philippe ROBERT, un homme passionné par son métier, m'a longuement fait visiter son atelier, montré divers échantillons à des stades successifs de fabrication, ouvert des volumes expliquant les calepinages authentiques de ses carreaux. Il a ainsi répondu à toutes mes questions. Sa production m'a semblé d'excellente qualité. En voici deux échantillons, le premier, copié d'un manoir de la région de Flers, glacé avec un produit contenant un oxyde de cuivre, donc à reflets verts...

22 avril 2011, une tomette glacée au cuivre chez FAUVEL.

... le second glacé avec un oxyde de fer, donc à reflets rouille :

22 avril 2011, une tomette glacée au fer chez FAUVEL.

Le principal problème de ces tomettes ornementées dans la masse ("pavés estampés à décor à l'engobe", comme il faut dire) est leur prix, vraiment astronomique (de l'ordre de 1 500 €/m2).

Dans le Domfrontais, le reflet rouille me paraît le plus légitime, compte tenu du caractère ferrugineux des sols de ce terroir.

M. ROBERT serait à même de réaliser des tomettes aux armes des LEDIN, ce qui semblerait particulièrement approprié. Mais je pense réserver cette qualité de décor (et, plus généralement, les pavés estampés) à la salle à manger du logis, lorsque je remplacerai l'horrible carrelage bas de gamme installé là par mes prédécesseurs par un "patchwork" où les tomettes ornementées seraient, par souci d'économie - est-il utile de le préciser ? - noyées dans un fond uni, ainsi que cela ne manquait pas de se pratiquer déjà à l'époque.

Pour l'entrée du bâtiment Nord, je pencherais plutôt, en revanche, pour un autre décor de FAUVEL, à savoir un carrelage bicolore, fortement contrasté, rouge et noir (ou jaune et noir), comme cela se faisait sous Louis XIII et comme j'en ai vu de magnifiques exemples (rouge et noir) au château de Canisy (par exemple au sol de sa salle à manger et de divers couloirs de ce château), près de Saint-Lô.

Mais il va falloir que je fasse d'abord valider ces orientations somptuaires par Carole. Nous retournerons donc sans doute chez FAUVEL dès demain.

Pour ce qui concerne la réalisation éventuelle, je suis prévenu que les délais de fabrication de cet artisan remarquable ne permettraient pas une livraison avant septembre prochain. Ceci retarderait donc une fois de plus les travaux dans le bâtiment Nord...

Guy HEDOUIN
rédigé le Vendredi 22 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Bonsoir,

Vous êtes venu à une vingtaine de km de chez moi, c'est un scandale, vous auriez pu venir prendre un verre à la maison. Je connais bien M. et Mme ROBERT depuis pas mal de temps, c'est un passionné. Le prix est certes élevé, mais vous avez du sur-mesure et même de la pièce unique.

Si demain vous venez de nouveau dans la région et si vous disposez d'un peu de temps, vous serez les bienvenus.

Bonne soirée !

@ Guy HEDOUIN :

Eh bien, c'est d'accord ! Mais nous serons trois car, ô miracle (merveille de l'amour ?), Mr T. est arrivé cette nuit à la Chaslerie avec Carole. Cette demoiselle dont je parlais il y a deux week-ends serait-elle en train de transformer mon aîné ?

Je me réjouis de découvrir ainsi la Bézirie. Vous allez pouvoir nous montrer vos réalisations en matière de restauration de vieilles pierres.

Car, aussi surprenant que cela puisse paraître aux visiteurs de ce site, vous et moi ne nous sommes vus qu'une fois dans le monde "réel", le dimanche des dernières "Journées du patrimoine". A cette exception près, tous nos échanges ont, à ce jour, été "virtuels" grâce à ce site.

En attendant notre venue, je vais potasser l'un des deux ouvrages que M. ROBERT m'a recommandés, celui que j'ai retrouvé (second miracle) dans ma bibliothèque, à savoir "Pavés et plates-tombes" édité par la "Société des antiquaires de Normandie" (l'autre étant le bouquin de la C.N.M.H. sur les carrelages anciens, que je compte me procurer dès mardi).

A demain donc ! Ou plutôt à tout à l'heure, vue celle où j'écris...

Ouvrage acheté au musée régional de la poterie à Ger.

0
L'ouvrage sur les "pavés et plate-tombes" me paraissant passionnant, j'en reproduis quelques-unes des 240 pages qui me semblent les plus pertinentes pour la restauration de la salle à manger du logis de la Chaslerie.

D'abord, quelques explications techniques générales :

Page 11 de

Page 12 de

Page 14 de

Page 15 de

Page 16 de

Page 17 de

Page 18 de

Page 19 de

Page 20 de

Je remarque bien entendu les pages consacrées aux anciens pavés de l'abbaye de Lonlay :

Page 92 de

Page 159 de

Page 160 de

Page 161 de

Page 162 de

Me voici bien armé pour dialoguer utilement avec M. ROBERT...

J'observe que nombre de pavés anciens comportaient des décors héraldiques. Ici, entre autres, deux familles dont nous fréquentons des représentants :

Page 52 de

Page 58 de

Il ne serait donc pas incongru (sous réserve du prix) de passer commande de pavés décorés des écus des familles LEDIN et alliées, ainsi que de ceux de Domfront ou de l'abbaye de Lonlay.

Comme les travaux à la salle à manger du logis ne commenceront pas avant plusieurs années, je pourrais avoir là matière à un approvisionnement progressif du chantier.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 23 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis - Références culturelles - Désultoirement vôtre !
0
Voici deux exemples des initiatives du phénix du Domfrontais, cher au coeur du neveu que l'on sait :

Dans la salle à manger, on peut noter, outre le carrelage bas de gamme et prétentieux, l'âtre massacré avec du granit vert scié à la tronçonneuse :

23 avril 2011, restes du passage d'Henri LEVEQUE.

Dans l'entrée du logis, la grande âme a, une fois de plus, démontré "son goût et son intelligence des choses du passé", comme n'a pas hésité à l'écrire la meilleure presse (voir mon message du 23 novembre dernier, sous l'onglet "Sujets divers") :

23 avril 2011, autres restes du passage d'Henri LEVEQUE, hélas !

Selon moi, il n'y a qu'un traitement possible : la poubelle, et au plus tôt !

Les dalles que je conservais pour ces travaux ayant été utilisées pour l'âtre de la ferme, il faudra trouver d'autres solutions. Pour les tomettes, on a vu que nous y réfléchissions dorénavant.

En classant de vieilles photos, je retrouve des exemples de linteaux de cheminée dans le voisinage de la Chaslerie.

D'abord, sur deux cheminées de granit photographiées en 1993 au manoir de la Servière à Céaucé (sur la première, on découvre Thibaud à l'époque, donc à l'âge de 14 ans). Ces exemples sont d'autant plus intéressants à méditer que la Servière a sans doute été édifiée, à la fin du XVIème siècle, par la même équipe d'artisans que la Chaslerie (également intervenus, très vraisemblablement, au manoir de Loraille à Saint-Mars d'Egrenne) :

10 janvier 1993, au manoir de la Servière.

10 janvier 1993, au manoir de la Servière.

Mais aussi, des cheminées à linteau de bois, l'une à la ferme du Rocher en 2006, avant que cette propriété des LEVEQUE jouxtant la Chaslerie ne soit achetée par un jeune maçon qui la restaure désormais (on a là, si nécessaire, un nouvel exemple éloquent de l'invraisemblable incurie des précédents propriétaires de la Chaslerie) :

25 décembre 2006, cheminée de la salle à vivre du Rocher à Lonlay l'Abbaye.

... l'autre dans un intéressant manoir à colombages récemment sauvé de la ruine par un jeune couple de Saint-Mars d'Egrenne :

22 avril 2007, cheminée restaurée à la Prosnière à Saint-Mars d'Egrenne.

Ce sont là de nouveaux exemples à prendre en considération pour la restauration du linteau de la cheminée de la ferme de la Chaslerie.

Je reviens sur la question des pavés estampés, à décor à l'engobe, que j'ai découverts chez FAUVEL.

Voici, en vrac, d'autres photos que j'ai prises de cette production contemporaine si onéreuse mais, à mes yeux, si belle :

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

23 avril 2011, pavés estampés à décor à l'engobe.

Ces photos ne rendent pas bien compte des reflets de la glaçure mais, au moins, elles permettent de continuer de rêver un peu...

Pour le sol de l'entrée du bâtiment Nord, il me semble que les pavés Louis XIII de FAUVEL seraient d'un très bon effet. Selon moi, leur décor contrasté équivaudrait au tapis dont nous privera le chauffage par le sol. Je pense aussi qu'ils permettraient, par la force de leur présence, de limiter le nombre de meubles dans cette entrée, ce qui me paraît bienvenu pour un tel lieu de passage.

Voici à quoi ils ressemblent :

23 avril 2011, pavés Louis XIII de FAUVEL.

En fait, la taille des carreaux de la photo précédente me paraît beaucoup trop importante. Voici un modèle de dimensions deux fois moindres :

23 avril 2011, autres pavés Louis XIII de FAUVEL.

Il faut imaginer que les pavés roses seraient cirés, donc brillants et que ces tomettes seraient encore plus petites, comme à Canisy...

Mais Carole n'aime pas ce choix. Elle a d'ailleurs un argument pertinent quand elle se demande quelles tomettes seraient compatibles avec ces pavés dans les pièces voisines de l'entrée. J'avoue que, là, elle me colle. Au moins pour le moment...

Si je comprends bien, les préférences de Carole en matière de tomettes vont à des modèles classiques...

23 avril 2011, tomettes de FAUVEL.

(l'échelle est fournie par le bout de mes chaussures, en bas de certaines photos)

23 avril 2011, tomettes de FAUVEL.

23 avril 2011, tomettes de FAUVEL.

23 avril 2011, tomettes de FAUVEL.

Sur le nombre, Carole préfère les tomettes les plus claires.

M. ROBERT nous a également montré le modèle de pavés relativement multicolores dont il doit bientôt livrer 400 m2 pour le château d'Angers :

23 avril 2011, pavés pour Angers de FAUVEL.

Mais Carole n'en aime pas l'usure artificielle.

Laissons donc le sujet décanter et poursuivons nos investigations...

Chez FAUVEL, j'ai pris connaissance de panneaux didactiques sur les terres cuites :

Quelques définitions, chez FAUVEL.

Les pavés du Pays d'Auge expliqués par FAUVEL.

Il faudra donc que je retourne au musée de la poterie à Ger pour observer ces fameux pavés...

J'ai également regardé les photos de quelques réalisations en pavés de FAUVEL :

Le grand réfectoire du Mont Saint-Michel.

Autres références de FAUVEL.

En fait, tant de grandeur me laisse un peu perplexe...

Au grand réfectoire du Mont Saint-Michel.

Votre visite chez Fauvel fut fructueuse, au moins en photos. Je constate que la tâche va être rude de convaincre votre épouse.

Si cet achat peut patienter quelques mois, je pourrais, avec l'accord de M. HERRAULT, propriétaire du manoir du Grand Taute à Saint-Sauveur-Lendelin (en fait à environ 5 km de chez moi) vous faire découvrir la salle haute tout en carreaux roses et noirs du plus bel effet.

Bonne journée !

Hélas, pratiquement aucune des photos que vous joignez à vos messages ne peut être mise en ligne avec mon système.

Merci en tout cas pour votre aide : je serais en effet heureux de montrer à Carole le chic de ces pavés Louis XIII.

Une autre solution serait que je passe outre son avis, ainsi que je l'ai souvent fait, comme pour le coq de la chapelle, les girouettes, les grilles aux fenêtres, les vitraux, la statue de Sainte-Anne, la peinture rouge des portes et fenêtres, etc... Chaque fois, elle a trouvé le résultat très réussi, il faut peut-être que je continue ainsi !

J'ai profité de mon passage à Paris, hier, pour me procurer des ouvrages sur les pavements anciens.

Après un essai infructueux à la boutique du Musée des Arts Décoratifs, j'ai trouvé mon bonheur à la librairie du compagnonnage, derrière l'hôtel de ville.

Il ne me reste donc plus qu'à étudier les ouvrages que je m'y suis procurés :
- "Carrelages et dallages du XIIè au XIXè siècle", aux "Editions du patrimoine du Centre des monuments nationaux" (cet ouvrage m'a été recommandé par M. ROBERT, directeur technique de FAUVEL),
- aux mêmes éditions, "Pavement - Carreaux de sol en Champagne au Moyen-Âge et à la Renaissance",
- et, tant que j'y étais, et suite à ma récente conversation avec Guy HEDOUIN, "Le tirage des cheminées à feu ouvert" chez Massin, et "Sols, chaux et terres cuites, mode d'emploi" par Monique CERRO chez Eyrolles.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 27 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Menuiserie - Bâtiment Nord - Liens divers - Vie du site
0
Hier, Pascal a coulé la dalle de ciment au-dessus de la tuyauterie du chauffage par le sol :

26 avril 2011, l'entrée du bâtiment Nord.

M. DELTA, le plombier, doit revenir bientôt mettre le circuit en chauffe de façon à contrôler la bonne dilatation de l'installation.

L'étape suivante sera d'habiller les murs. Je crains que les nombreuses micro-fissures déjà apparues dans les briques de béton cellulaire Siporex utilisées par Pascal ne permettent d'enduire sans risque ces murs de chaux. Pascal m'assure qu'avec un grillage de plastique, ces problèmes disparaîtront.

Je m'interroge donc sur l'opportunité d'habiller les murs de l'entrée de boiseries Louis XIII, au moins jusqu'au niveau du plancher du 1er étage. Pascal me recommande d'utiliser "de la frisette, par mesure d'économie" : il semble donc qu'on ait parfois un peu de mal à nous comprendre...

En tout état de cause, il faudrait que j'aille voir M. DUVEAU, le menuisier, pour discuter de cette question. Cela me donnera l'occasion de visiter son atelier.

@ Mr T. :

Puisque tu m'as fait part de ton souhait d'accroître la hauteur sous poutre au rez-de-chaussée du colombier, j'ai étudié la question ce matin avec Pascal.

Pascal nous dissuade d'abaisser le niveau du sol au rez-de-chaussée de cette pièce. Il y voit deux inconvénients :
- d'une part, cela obligerait à casser les tomettes posées dans la pièce voisine par Henri LEVEQUE ; or tu sais que je considère que ces tomettes ont été très mal posées, avec des joints de ciment beaucoup trop moches ; donc ce premier argument n'est pas dirimant selon moi ;
- d'autre part, cela accroîtrait le risque d'humidité dans la pièce ; on peut certes drainer mieux l'extérieur du bâtiment, ou même l'intérieur ; mais les drains peuvent se boucher, de sorte que cet argument me paraît plus valable que le premier.

J'ajoute un troisième argument : abaisser le sol du rez-de-chaussée de l'"aile de la belle-mère" obligerait à franchir un obstacle élevé, donc incongru, au seuil entre la cour et la pièce qui nous sert actuellement de cuisine.

Comme j'ai le souci de conserver le style du plafond actuel, avec poutres et solives visibles, il semble préférable d'examiner comment relever le plafond, c'est-à-dire la hauteur sous poutre. Mais avant de t'expliquer mes idées, je te laisse apprendre quelques termes de charpente...

Selon moi, le problème tient, une fois encore, à la très mauvaise qualité du travail réalisé par Henri LEVÊQUE, toujours aussi stupide dans la conception que bâclé dans la réalisation. Je m'explique :

- il a utilisé deux poutres de dimensions différentes ; celle qui est la plus proche de la porte fait 38 cm de côté, la seconde 32 ; à part la flemme et la mesquinerie, rien ne justifie ce hiatus ;
- la première poutre quand on entre dans la pièce est à 197 cm du sol, ce qui est gênant pour ton 1 m 95 et le sera encore plus pour tes descendants, au rythme où les FOURCADE "dégénèrent" (je rappelle que nous "prenons" environ 8 cm à chaque génération depuis mon arrière-grand-père...) ;
- les solives que "la grande âme" a utilisées, outre qu'elle sont en bois de basse qualité (cf son souci bien connu du tape-à-l'oeil), ont une forme débile : 16 cm de hauteur et 6,5 de largeur ; normalement, les solives sont en chêne, carrées et d'environ 10 cm de section ;
- il a fait poser les solives sur le haut des poutres, ce qui est absurde et d'autant plus laid qu'il n'a pas comblé les espaces entre solives ; normalement, les solives doivent être posées sur des lambourdes fixées à mi-hauteur de la poutre.

Un petit reportage photographique te permettra de constater ces faits.

Voici la première poutre visible en entrant au rez-de-chaussée du colombier :

27 avril 2011, la première poutre en entrant au rez-de-chaussée du colombier.

Et voici la seconde, significativement plus petite mais sur laquelle les solives sont aussi mal déposées :

27 avril 2011, la seconde poutre au rez-de-chaussée du colombier.

Maintenant, voici à quoi doit ressembler un bon assemblage, avec lambourdes, selon la tradition :

27 avril 2011, la poutre du futur salon de la ferme.

Sur ces bases, je récapitule mes premières réflexions :

1 - Ne pas modifier le niveau du sol, ni au rez-de-chaussée du colombier, ni à son premier étage (ici en raison de la hauteur des appuis de fenêtre).

2 - Le cas échéant, harmoniser les dimensions des poutres. L'opération étant délicate, je proposerais plutôt de ne pas chercher à modifier la forme du bois, mais de déplacer vers le haut la première poutre plus que la seconde, disons d'environ 3 cm. De la sorte, la différence de hauteur des poutres deviendrait pratiquement imperceptible.

3 - Relever, le cas échéant, les deux poutres de 5 bons centimètres ; ceux-ci peuvent "se gagner" sur l'épaisseur du plancher du 1er, supérieure à 15 cm ; il faudra alors casser ce magnifique sol de ciment (on dit encore bravo à "la grande âme" !).

4 - Surtout, changer toutes les solives (veiller soigneusement à l'aspect du bois anciennement travaillé).

5 - Surtout, également, disposer les solives sur des lambourdes.

Au total, il y aurait là de quoi "gratter" 25 bons centimètres au bénéfice de ta voûte cranienne d'ores et déjà allégée de la généreuse toison dont tes géniteurs n'avaient pas manqué de te doter !

Qu'en dis-tu, Môssieu Bibo ?

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 27 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil
0
En cette fin de matinée, après avoir dégagé la place, Pascal a placé la 3ème pierre du piédroit de gauche de la cheminée de la ferme. Il souhaitait la raccourcir pour ne pas risquer d'empiéter sur l'embrasure de la porte voisine mais je l'ai refusé. Finalement, il semble que nous n'aurons même pas besoin de déplacer cette porte :

27 avril 2011, pose de la 3ème pierre du piédroit gauche de la cheminée de la ferme.

Ce soir, le chantier n'a guère avancé...

27 avril 2011, le chantier ce soir...