Logis

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 30 juin 2021 03:29
À : Bruno DE SA MOREIRA <bruno@histovery.com>
Objet : RE: Suivi HistoPad

Cher Bruno,

Merci pour ces superbes infos.

A cet été donc.

Bien à toi,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 30 juin 2021 03:24
À : Jean Thuaudet
Cc : C. F. ; T. F.
Objet : TR: Suivi HistoPad

Cher Jean,

Pour info.

Amicalement,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Bruno DE SA MOREIRA <bruno@histovery.com>
Envoyé : mardi 29 juin 2021 23:45
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Suivi HistoPad

Cher Pierre-Paul,

Encore une fois merci pour la super soirée Arbon chez toi, et le sympathique diner improvisé.

Je t’envoie plus d’infos sur Histovery et on pourra en reparler au profit de la Chaslerie cet été quand vous viendrez trinquer à Lingeard.

Bien à toi,

Bruno

Histovery Press review

Discover HistoPad :

First HistoPad in Germany, the Albrechtsburg in Meissen.

HistoPad Royal Castle of Amboise: https://vimeo.com/314512921

HistoPad Paris City Tour: https://vimeo.com/376864700

Découvrir tous nos projets.


(Fin de citation)
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Lundi 5 Juillet 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Florilèges
0
Mauriac (15)
Portail de l'école Notre-Dame, rue Guillaume Duprat.
Fondé en 1652, l'ancien couvent a traversé les siècles, rencontré maints déboires, mais se dresse fièrement encore aujourd’hui.
Niché dans la partie la plus ancienne de la cité, proche du lycée Marmontel, fondé par les pères Jésuites en 1564. Plus tard, à la moitié du XVIIIème siècle, viendra se rajouter l'hôtel d'Orcet, actuellement sous-préfecture.
Extérieurement, le bâtiment se veut d'une parfaite sobriété. Ses murs gris et austères ne présentent aucune originalité si ce n'est son portail clouté surmonté d'un écusson toujours visible, daté de 1678.

Portail à Mauriac.


N.D.L.R. : A prendre en compte quand le dossier de la porte principale du logis sera rouvert..
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 9 Juillet 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Porte du XVIIème siècle à Cahors :


N.D.L.R. : Belle mais ces genres de clous me paraitraient "too much" ici.

Retenons que la structure du battant de cette porte pourrait utilement, à mon sens, guider la restauration des portes de la tour Louis XIII.
Au stade présent de la restauration du manoir de la Chaslerie et de ses dépendances, on ne doit pas être loin de la réalité en estimant à deux millions d'euros le montant nécessaire pour terminer le chantier sans fioritures (et, bien entendu, sans restaurer les douves ni relever la couverture du logis pour lui redonner ses dimensions antérieures à l'incendie de 1884).

C'est déjà un gros progrès d'avoir une première idée de ce montant car, depuis trente ans, je naviguais à vue.

La question qui demeure ouverte est de trouver une somme aussi considérable par comparaison à ma retraite de la fonction publique.
Comme hier, la matinée sera consacrée à pointer les commentaires, en date du 10 juin dernier, de l'architecte du patrimoine à ma note du mois précédent relative à son projet de contrat de maîtrise d’œuvre pour la "mission n°2".

Ce véritable étouffe-chrétien est en discussion depuis le 6 août 2020. On n'a pas idée de transmettre un document aussi complexe, de 27 pages imprimées en petits caractères. Comme l'on sait, mes deux "lignes rouges" ont été acceptées mais le diable est dans les détails.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 16 juillet 2021 17:40
À : (...)architecte@gmail.com>
Cc : C F. ; T. F.
Objet : RE: Chaslerie - "Mission n°2" - Projet de contrat de maîtrise d’œuvre

Madame,

Je réponds en détail à votre courriel du 10 juin dernier à 16 h 16, me transmettant votre dernière version du C.C.A.G. et du C.C.A.P. de la "mission n°2".

A cet effet, vous trouverez ci-joint le document que vous m'avez transmis par courriel du 21 juin ci-après, complété en vert, comme demandé, par mes propres annotations.

Je vous prie de bien vouloir répondre aux questions résiduelles ainsi signalées par moi.

Sur le fond de ce dossier, mes "lignes rouges" ont toujours concerné, outre l'usage de mon site internet, ce que j'appelle "l'extension de la mission" et "l'ordre de priorité".

Au titre de l'extension de la "mission n°2" dont il s'agit ici, j'entends qu'elle couvre tous les bâtiments sur cour, la chapelle, la charretterie et, quitte à ajouter un avenant au contrat comme vous l'avez suggéré, la cave et la ferme.

Quant à l'ordre de priorité des travaux, il est indispensable que je dispose dans les meilleurs délais, pour pouvoir définir cet ordre, d'un premier chiffrage des coûts du chantier pour l'ensemble des bâtiments en question. Ce chiffrage serait analogue, en détail et en précision, à celui que vous avez bien voulu me transmettre, le 10 juillet dernier, pour l'aile Ouest. Il serait important que je dispose de ce chiffrage ainsi étendu afin de nourrir mes réflexions avant la réunion très importante qui devrait avoir lieu à la fin de l'été pour caler le contenu de la tranche de 250 000 € de travaux qu'il m'est demandé de préciser pour pouvoir accrocher des financements 2022, notamment de la Région.
Vous savez à ce sujet qu'il a été envisagé le 12 juillet dernier que cette dernière enveloppe concerne la cave et la ferme.
Toutefois, en raison du caractère hélas limité des fonds propres à ma disposition, il est urgent et même critique que je m'assure que, compte tenu de toutes les autres contraintes connues, la priorité donnée à la cave et à la ferme ne rendrait pas, à elle seule, impossible la restauration d'autres parties du manoir au moins aussi importantes pour les uns et les autres. Car, vous le savez, si je suis dans cette affaire le payeur final et, au moins dans le passé, très largement prépondérant (89 %...), je suis soumis à toutes sortes de contraintes, plus ou moins légitimes à mes yeux, dont je ne puis, au moins en première analyse, m'abstraire complètement.

Cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : (...)architecte@gmail.com>
Envoyé : lundi 21 juin 2021 11:38
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: Chaslerie - "Mission n°2" - Projet de contrat de maîtrise d’œuvre

Bonjour,

Veuillez trouver ci-joint le document que vous m'aviez remis complété avec les remarques modifiées.

Concernant les 'lignes rouges' :
- 1ère ligne rouge : je vous propose la rédaction d'un programme mais par localisation de bâtiment. On se met d'accord sur les limites du projet et cela ne doit pas avoir la forme d'une liste à la prévert de type programme de travaux par pièce. Je suis suffisamment intelligente pour répondre à une commande sans qu'on me liste tous les travaux. Il faut faire confiance à votre architecte.
- 2ème ligne rouge: je ne sais pas comment vous avez travaillé avec mes confrères mais il va de soi que la priorisation des travaux se fait en accord avec vous. Je me dois de vous donnez mon avis de conseil mais ce qui sera demandé pour approbation à la DRAC sera ce qui a été validé par vous. Même si je ne suis pas d'accord. ET Si je ne suis pas d'accord, j'argumenterai ma position.

Vous trouverez également mon attestation d'inscription architecte. Elle est délivrée qu'en cas de paiement des assurances. Donc je suis assurée.

Bien cordialement,
(...)
Architecte DPLG - Architecte du Patrimoine

____________________________________________________________________________________

Le mar. 15 juin 2021 à 03:49, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :

Madame,

Le projet de contrat de maîtrise d’œuvre pour la « mission n°2 » que vous m’avez transmis le 10 juin dernier appellerait à ce stade de trop nombreuses remarques complémentaires de celles que je vous ai présentées le 9 mai dernier à propos de sa première version.

Bien que je ne sois pas sûr d’avoir convenablement pris la mesure des demandes que vous avez, à ce stade, accepté de retenir pour amender votre texte initial – votre envoi du 10 juin ne comportant aucune explication de votre part et les passages modifiés n’étant pas surlignés – je suis soucieux de ne pas retarder l’envoi de ce courriel-ci, ne serait-ce qu’en raison de l’intérêt qui s’attache à ce que vous puissiez livrer dans les meilleurs délais les réponses ou prestations signalées comme urgentes, que ce soit d’ailleurs au titre de la « mission Exe » ou de cette « mission n°2 ».

Tout d’abord, je souhaite vous remercier d’avoir pris la peine d’étudier mes remarques de mai et d’en avoir retenu déjà un bon nombre, notamment celle relative à la liberté d’expression à laquelle vous avez compris que je suis très attaché.

Il demeure néanmoins à ce stade deux points que je considère comme non traités d’une façon qui me convienne et constituant des « lignes rouges », c’est-à-dire des sujets à propos desquels, d’une part, ma marge de négociation est des plus étroites et, d’autre part, votre refus éventuel serait considéré, sans qu’il me paraisse utile d’épiloguer, comme une cause légitime de fin de notre collaboration.

Il s’agit premièrement de l’extension de la mission. Pour les raisons déjà exposées, je tiens à ce que cette « mission n°2 » concerne principalement tous les bâtiments sur cour, et pas seulement ceux que vous avez cru pouvoir distinguer, à savoir la moitié Nord du logis et le colombier. Sur une telle base, la mission doit en tout état de cause couvrir, outre l'apurement du passé, tout le processus architectural, jusques et y compris l’obtention des autorisations administratives (pour les parties classées) ou permis de construire (pour les parties inscrites) nécessaires pour l'achèvement des formalités administratives du programme et tels que requis par les textes.

La seconde « ligne rouge » concerne l’identité de l’intervenant donnant l’ordre de priorité des prestations (essentiellement, mais pas uniquement, des travaux). Pour moi, il ne fait aucun doute que votre seul interlocuteur en la matière, dans le cadre des missions qu’il choisit de vous confier, doit être le maître d’ouvrage.

Je vous prie de m’indiquer si vous partagez ces manières de voir.

Cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 23 juillet 2021 09:21
À : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Objet : RE: Questions d'ordre fiscal

Cher Philippe,

Auriez-vous le temps d'examiner ces questions ? Le sujet étant critique, n'hésitez pas à facturer la SVAADE.

Bonnes vacances (if any).

Amicalement,

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Patrice CAHART
Envoyé : vendredi 23 juillet 2021 09:14
À : 'Pierre-Paul Fourcade' <penadomf@msn.com>
Objet : RE: Questions d'ordre fiscal

Cher Pierre-Paul,

Tes questions sont correctement posées. Mais c’est très compliqué. Je doute que tu aies une réponse avant la rentrée d’automne. Peut-être la DH te demandera-t-elle de t’adresser à un spécialiste du genre Francis Lefebvre.

A la fin : hommages.

Je te souhaite quand même un bon été.

Patrice

___________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 23 juillet 2021 07:48
À : Patrice CAHART
Objet : Questions d'ordre fiscal

Cher Patrice,

Sur ton conseil, je me propose d'interroger Mme Armelle VERJAT, des services de la "Demeure Historique", sur certaines questions juridiques ou fiscales que je me pose. Les sujets sont complexes et j'espère ne pas écrire d'ânerie ou enfoncer de portes ouvertes, ou encore ne pas abuser du temps de cette interlocutrice.

Puis-je te prier de me dire si ce projet de courriel te paraît clair (et quel type de formule de politesse employer à la fin) ?

(Début de citation)

Madame,

Adhérent de la "Demeure Historique", je souhaiterais vous interroger sur un certain nombre de points précis, d'ordre fiscal. Certaines de mes questions sont générales, pour m'assurer de ma bonne compréhension des dispositifs en cause, d'autres particulières à mon monument historique (www.chaslerie.fr) ou à ses modes de détention (j'ai deux fils porteurs très majoritaires des parts de deux S.C.I. familiales détenant la nue-propriété de deux dépendances protégées) ou à l'intervention d'une association à but culturel (la SVAADE, statuts joints), susceptible de bénéficier d'un bail sur certaines parties du monument et qui pourrait être le maître d'ouvrage de certains travaux de restauration sur ces parties.

En pratique je vous interroge ici sur deux sujets principaux :

1 - La déductibilité des travaux :

Je suis en possession du "Guide fiscal 2021" de la DH, excellent document mais dont je ne puis prétendre maîtriser toutes les données.
Mon monument est ouvert à la visite payante tout au long de l'année, à l'exception des deux dépendances détenues en nue-propriété par les S.C.I. en question, dépendances néanmoins ouvertes à la visite gratuite à ce stade et, plus généralement, non productives de recettes.

11 - Qui a droit à la déductibilité ?
- dans le cas général, c'est moi qui règle les travaux ; je peux me prévaloir de la déductibilité ainsi que du report des déficits fonciers éventuels.
- quid si des travaux sont réglés par mes fils sur des parties du monument sur lesquelles ils n'ont aucun droit de propriété ? Quelle vous semblerait la structure minimale de portage ou de détention pour leur donner accès à la déductibilité ?
- sur les dépendances en S.C.I., mes fils ont-ils bien droit à la déductibilité des travaux correspondants qu'ils financeraient ? quid si c'est moi qui finance en partie ?
- si la SVAADE est locataire de certaines parties du monument (ce qui, en principe, devrait permettre d'accéder, par exemple, à des subventions régionales), peut-on envisager, dans l'hypothèse où je couvrirais la part des travaux excédant les subventions et les dons, que je puisse continuer à me prévaloir de la déductibilité des sommes que j'aurais effectivement réglées, même si la Région oblige à ce que les factures soient, pour leur totalité, libellées au nom de l'association ? Y a-t-il une forme minimale de bail à mettre en place pour arriver à ce résultat fiscal ? Quid, en termes de déductibilité pour mes fils, s'ils couvrent une partie de ces dépenses résiduelles ?

12 - S'agissant de la déductibilité sur les revenus fonciers ou sur le revenu global :
- comme ces notions de revenu global et de revenus fonciers ne sont pas évidentes pour moi qui tends à considérer que ma caisse est unique, pouvez-vous me rappeler ce qui les distingue, d'une part en termes de définition, d'autre part en termes de possibilités de déduction (et de report de déficits) dans le cadre du régime des monuments historiques ;
- pour des monuments ouverts à la visite payante, je comprends que le droit commun est une répartition 75% - 25 % entre ces deux types de revenus. Or mon monument a ceci de particulier que, sur les quelques 2 500 m2 de SHOB qu'il comporte (à la louche), à peine 65 m2 sont habitables toute l'année car chauffables, le reste demeurant, pour une majorité écrasante des surfaces, en travaux de gros-œuvre lourd. Dans ces conditions, à quel type de répartition puis-je prétendre ? 90 % - 10 % ? 96 % - 4 % ?

2 - L'intervention d'une association :

21 - Dans le cas général, quelles sont les conditions d'application de l'art 200 du cgi pour les associations les plus quelconques ? Je crois comprendre que, dès lors que les dons ne sont pas affectés et que l'association n'a aucune activité commerciale, l'application de l'art 200 est de droit au bénéfice des donateurs personnes physiques. Si tel n'est pas le cas, quelles sont les conditions minimales à respecter pour l'association ?

22 - Si les dons à l'association servent à financer des travaux de restauration d'un monument historique, quel est le régime qui s'applique au bénéfice des donateurs personnes physiques : celui de l'art 200 ou celui de la déductibilité des travaux ? Ceci vaut-il pour tous les donateurs ou y a-t-il des restrictions pour certains d'entre eux ? En particulier, à quel régime fiscal seraient soumis mes fils dans ce cas : art 200, déductibilité au taux marginal d'imposition à l'IR ou pas de déductibilité ?

23 - S'agissant du financement de travaux sur un monument historique, dans quelle mesure la reconnaissance de l'utilité publique de l'association serait-elle un point de passage obligé pour permettre à ses donateurs de bénéficier de l'art 200 du cgi ? Si oui, vous paraitrait-elle facile à obtenir pour la SVAADE, dont l'activité se borne, pour l'essentiel, à organiser, dans mon monument, des animations culturelles quasiment gratuites pour le public ?

24 - Que se passe-t-il quand les dons transitent par une fondation du type de la "Fondation du patrimoine" (ou de la "Fondation Mérimée" j'imagine) ? Quel est le régime fiscal de ces dons pour les donateurs ? Est-il le même pour tous les donateurs personnes physiques ou y a-t-il des restrictions ? Puisqu'à l'évidence, de tels labels sont de nature à rassurer de nombreux donateurs, ce qui me paraît loin d'être négligeable, cette intermédiation a-t-elle un coût en vertu duquel toutes les sommes données ne parviendraient pas à l'association maître d'ouvrage ?

25 - Il est probable que la SVAADE n'arrivera pas à couvrir, par les dons reçus de tiers ou les subventions, le coût du chantier dont elle sera le maître d'ouvrage et pour les factures libellées à son nom. Autrement dit, il m'appartiendra de régler le solde. Que devrais-je faire pour ne pas perdre la déductibilité (voire bénéficier de l'art 200) pour les montants que je supporterais ?

Je vous remercie d'avance de bien vouloir m'éclairer sur les réponses à ces questions que je me pose en pratique au moment de mettre en place le bail au profit de la SVAADE, avec l'espoir que celle-ci puisse être subventionnée dans les plus courts délais.


(Fin de citation)

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 10:29
À : Jérôme Nury
Cc : Eric Fauconnier ; Bernard Soul ; Bernard Davy ; AUBIN Vincent ; Hugues Hourdin ; MEUNIER Catherine
Objet : RE: Suites de la réunion du 12 juillet dernier à la Chaslerie - Lettre au président de la Région Normandie

Cher Monsieur le député,

Je demande au plombier Régis FOUILLEUL, en qui j'ai toute confiance, de préparer un devis détaillé.

S'il est en vacances et si la président MORIN a besoin de la lettre de saisine dans les meilleurs délais pour sa commission permanente, je n'aurais d'autre recours que de transmettre le rapport détaillé du bureau d'études qui chiffre avec professionnalisme le budget nécessaire. A mes yeux, ça devrait suffire.

Je profite de ce courriel pour vous redire que nous n'avons toujours pas d'écho utile de l'ADEME, pourtant susceptible, d'après sa réglementation, de subventionner les travaux de chauffage sous la maîtrise d'ouvrage de la SVAADE. D'après le bureau d'études (qui bénéficie d'une "attestation de qualification RGE OPQIBI 2013"), une subvention de 54 000 € de l'ADEME devrait être accessible. Auriez-vous la possibilité de les relancer en leur signalant (1) l'intérêt et l'urgence du projet, (2) le fait que tous les meilleurs efforts sont entrepris, bien sûr dans le cadre de la réglementation applicable aux monuments historiques, pour atteindre les meilleures normes d'isolation possibles et (3) qu'il s'agit d'un projet par aquathermie, donc par énergie renouvelable, ce qui est sans doute méritoire à beaucoup de titres.

Je suis bien sûr à votre disposition pour documenter ce dernier paragraphe. A l'ADEME, l'interlocuteur (du bureau d'études "Bee +", de la SVAADE et de moi) est M. Etienne LEBRUN ("ingénieur énergie et énergies renouvelables", basé à Rouen), dont la SVAADE et moi sommes sans écho depuis le 22 juin dernier.

Bien amicalement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : Jérôme Nury
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 09:53
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Eric Fauconnier ; Bernard Soul ; Bernard Davy ; AUBIN Vincent ; Hugues Hourdin ; MEUNIER Catherine
Objet : Re: Suites de la réunion du 12 juillet dernier à la Chaslerie - Lettre au président de la Région Normandie

À mon avis, les courriers à rédiger et faire partir pour une autorisation de commencement de travaux, doivent indiquer le montant précis sur la première tranche avec intégralité des devis pour +/- 250000€. Ce sera le top départ de la phase 1 de l’opération. L’engagement des fonds dans les collectivités doit se faire sur des chiffres précis. Je pense donc qu’il faut avoir en votre possession la totalité des devis pour la tranche 1, pour ensuite rédiger les courriers et les demandes à partir de ces données.
Bien amicalement
Jérôme Nury

Envoyé de mon iPhone

(Fin de citation)
J'ai de la chance, Régis FOUILLEUL (plombier) et Cyrille RIALLAND (maçon) ne sont pas encore partis en vacances. Il vont pouvoir nous faire passer leurs devis pour qu'ils puissent être joints au dossier de demande d'une première tranche de subvention de la SVAADE à la Région Normandie. Je les en remercie.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 17:28
À : (...)architecte@gmail.com>
Cc : C. F. ; Hugues Hourdin ; Jacques Meyer
Objet : RE: MISSION PARTIELLE - CONTRAT ET NOUVELLE PROPOSITION FINANCIERE

Madame,

J'étudie cela et reviens vers vous dans les meilleurs délais.

J'ai mis le président et le futur trésorier de la SVAADE en copie car, s'ils en sont d'accord, ils seront sans doute amenés à tenir, pour le compte de cette association, le rôle de maître d'ouvrage des travaux en question. Bien entendu, je me tiendrai, tant que je vivrai et que le bail de la SVAADE durera, à leur disposition (et à celle de leurs successeurs éventuels) pour fournir toute information utile en ma possession, voire toute assistance dont ils auraient besoin, le tout toujours dans l'intérêt, principal et bien compris, du monument.

Cordialement,

PPF

____________________________________________________________________________________

De : (...)architecte@gmail.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 16:47
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : MISSION PARTIELLE - CONTRAT ET NOUVELLE PROPOSITION FINANCIERE

Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint les contrats mis à jour et une nouvelle proposition d'honoraire intégrant une mission d'un économiste et une mission partielle d'un bureau d'étude concernant la trémie d'escalier.
Vous trouverez le devis du BET Structure en pièce jointe. Il est intégré dans ma rémunération.

Bien cordialement,
(...)
Architecte DPLG - Architecte du Patrimoine

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 15:27
À : Jérôme Nury
Cc : Eric Fauconnier ; Bernard Soul ; Bernard Davy ; AUBIN Vincent ; Hugues Hourdin ; MEUNIER Catherine ; (...)architecte@gmail.com> ; C.F. ; T. F. ; W. F. ; Jacques Meyer
Objet : RE: Suites de la réunion du 12 juillet dernier à la Chaslerie - Lettre au président de la Région Normandie

Super ! Encore un très grand merci !

PPF

___________________________________________________________________________________

De : Jérôme Nury
Envoyé : jeudi 29 juillet 2021 15:15
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Eric Fauconnier ; Bernard Soul ; Bernard Davy ; AUBIN Vincent ; Hugues Hourdin ; MEUNIER Catherine
Objet : Re: Suites de la réunion du 12 juillet dernier à la Chaslerie - Lettre au président de la Région Normandie

Je fais le nécessaire et interviens auprès de l’Ademe.
Jérôme Nury

Envoyé de mon iPhone

(Fin de citation)
Hugues HOURDIN m'a demandé qu'avant de poster sa lettre au président de la Région Normandie, je m'assure de la justesse de tous les chiffres qu'elle contient :


Je compte faire cela demain, à tête reposée.

P.S. (du 1er août 2021 à 4 h 30) : Vérification faite. Bon pour envoi.
On n'imagine pas tout le travail que me donne, pour la partie qui me concerne (j'insiste bien sur cette limitation), l'ordre du jour de l'A.G. de la SVAADE du 17 août prochain.

Heureusement pour moi, le point qui, en l'état du dossier, m'apparaissait le plus difficile à traiter est désormais résolu d'une façon très satisfaisante dans l'intérêt du monument. Il reste certes quelques préalables plus ou moins formels à lever mais je ne doute pas que, chacune des personnes concernées y mettant du sien, nous ne parvenions à relancer très prochainement, et sur de bonnes bases, le chantier favori.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 5 août 2021 18:17
À : (...)@wanadoo.fr
Cc : Hugues Hourdin ; Jacques Meyer ; C. F. ; T. F. ; W.F.
Objet : Chantier de la Chaslerie - Prise de contact

Monsieur,

Pour faire suite à notre échange téléphonique de ce matin, je vous confirme que :

- Mme (...), architecte du patrimoine, a démissionné de son rôle de maître d'œuvre auprès de moi, maître d'ouvrage à ce jour ;
- la SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs") va, sur convocation de son président, M. Hugues HOURDIN, Conseiller d'Etat honoraire, se réunir en A.G. le 17 août prochain à 17 h 30 à la Chaslerie ; à son ordre du jour sont notamment inscrits, d'une part, l'extension du chantier dont cette association serait désormais en charge de la maîtrise d'ouvrage et, d'autre part, le recrutement d'un architecte du patrimoine pour assurer la maîtrise d'œuvre correspondante.

Bien que je ne fasse plus partie du bureau de la SVAADE (j'ai en effet démissionné de ma position de trésorier-fondateur), je me permets, avec l'accord de son président, de vous contacter pour vous prier de préparer :

(1) dans les meilleurs délais, une estimation des travaux à réaliser sur le logis, la cave et la ferme de la Chaslerie ; nous disposons déjà d'une estimation pour l'aile Ouest (pour environ 750 000 € T.T.C.) et nous aurions besoin, idéalement pour le 17, d'un travail comparable pour ces trois autres bâtiments ; s'agissant de la cave, nous disposons d'un devis du charpentier-couvreur (pour environ 50 000 € T.T.C., afin d'en améliorer l'isolation thermique) ;
(2) votre projet de contrat couvrant :
- pour les trois bâtiments cités (logis, cave, ferme) plus l'aile Ouest (le bâtiment Nord restant en revanche sous ma maîtrise d'ouvrage) :
- dans un premier temps : la demande d'autorisations relative aux travaux prévus dans la tranche 1 régionale (sur la base d'une réunion tenue le 12 juillet dernier avec des élus, la SVAADE a écrit au président de la Région Normandie pour solliciter une aide d'environ 80 000 € pour une première tranche de travaux d'environ 300 000 €) ;
- dans un premier temps (bis) : la régularisation des travaux faits par moi sans autorisation et l'obtention des autorisations nécessaires pour l'ensemble du programme considéré, tous bâtiments confondus, y compris le relais de Mme (...) dans les relations avec le bureau d'études "Bee +" et y compris tous les fluides, notamment internet ;
- dans une troisième temps, le suivi du chantier dans l'ordre où les tranches seraient définies ; vous pouvez d'ores et déjà vous tenir prêt à assumer ce rôle pour les tranches 1 et 2 des menuiseries extérieures du logis (tranches pour lesquelles, pour des raisons administratives, je continuerai à être le maître d'ouvrage) et pour la tranche 1 régionale.

Quant à l'ordre dans lequel il nous sera possible d'avancer dans ce chantier, il devra tenir compte notamment des considérations suivantes (qui, à mes yeux, sont de simple bon sens) :

- la porte entre l'arrière-cuisine et l'arrière-cour est absolument prioritaire (...) ;
- la logique paraît commander de traiter la "problématique des poutres pourries" au 1er étage Nord du logis avant tout autre travail dans cette moitié Nord ;
- au 1er étage Nord, le remplacement de la "cheminée de Mebzon" par celle de la "Julinière" et la restauration du haut de l'intérieur du conduit de cheminée correspondant, avant de traiter le reste du plancher et du plafond de cette pièce ;
- l'installation (dès que la poutraison et le solivage auront été installés après recalibrage approprié) des circuits de chauffage par le sol, au moins dans la moitié Nord du logis et les étages du colombier, avant tout travail dans ces pièces autre que ci-dessus énoncé ; pour ce qui concerne les volumes voués à être rendus de nouveau habitables (excluant ainsi les futures salles de spectacle et ce qui va avec), ceux-ci auraient la priorité sur les autres (le cas de la ferme étant à part puisque bénéficiant, grâce à mon cadet, d'un mode de financement significativement autonome) ;
- l'installation de l'"escalier-en-facteur-commun" dans l'aile Ouest avant les travaux dans cette aile autres que ceux des étages du colombier ;
- la restauration des enduits de la cage d'escalier du logis une fois seulement que les menuiseries des ouvertures extérieures et les radiateurs de ce volume auront été scellés ;
- l'optimisation des taux de subvention (ce qui, s'agissant des subventions départementales, obligera à certains fractionnements des tranches subventionnables) ;
- la définition, avec l'ADEME, d'un mode d'isolation thermique permettant d'optimiser leurs subventions, compte tenu des autres contraintes évidentes.

Dans ce programme, il est probable que seront traités en dernier lieu les volumes intérieurs de la moitié Sud du logis (salon "pseudo-IIIème République-pseudo-style Louis XV" au rez-de-chaussée, "salle dévastée" au 1er étage, et les deux pièces de la tour Sud-Ouest attenante).

Pour accéder à toute la documentation, je demeure bien entendu à votre disposition et vais sans doute vous envoyer une série de courriels complémentaires, plus, à coup sûr et par la poste, une clé USB. En plus de ceci, je ne saurais trop vous recommander l'usage du moteur de recherche du site de la Chaslerie (par exemple en y entrant des mots-clés comme Mebzon ou Julinière).

Je suis conscient que tout cela est complexe et suis à votre disposition pour clarifier en tant que de besoin.

Vous voudrez bien m'indiquer si cela vous gêne que votre nom apparaisse sur mon site (...). Outre Hugues HOURDIN, président de la SVAADE, j'ai mis en copie de ce courriel Jacques MEYER, futur trésorier, mon épouse et mes deux fils, (...) (43 ans) et (...) (39).

A titre personnel, je me réjouis de nos premiers échanges et ne doute pas que vous êtes doté de la compétence, du bon sens et de la réactivité des plus utiles dans de tels dossiers.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Dès sa une, "Le Publicateur Libre" nous fait beaucoup d'honneur cette semaine :


J'ai signalé à Nathalie GUERIN la coquille en fin d'article : l'A.G. de la SVAADE est convoquée pour le mardi 17 août prochain (et non le lendemain), à 17 h 30 au manoir favori. Elle me dit qu'elle va corriger sur les versions en ligne du journal, y compris sa page "Facebook".

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 13 août 2021 16:11
À : (...)@culture.gouv.fr>
Cc : Hugues Hourdin
Objet : Manoir de la Chaslerie (Orne) et SVAADE

Monsieur,

(...), avec qui je me suis longuement entretenu hier, notamment de la "mission BERN", m'a parlé de vous en termes élogieux. Bien que je n'aie pas le souvenir que nous nous soyons déjà rencontrés, même si j'ai lu votre nom dans un courriel récent, je me permets de vous écrire.

Sachez que je serais heureux de vous faire découvrir la Chaslerie quand vous le souhaiterez. Depuis plus de trente ans, je restaure ce manoir qui était dans un triste état quand mon épouse et moi l'avons acheté. J'aurai 70 ans dans quelques semaines et j'ai souhaité commencer à préparer ma succession dans l'intérêt du monument, notamment en aidant à y développer, sous la bannière de la SVAADE (statuts joints) qui a déjà montré son dynamisme, des animations culturelles de qualité (résidences d'artistes incluses) qui soient essentiellement gratuites pour le public.

La SVAADE, dans le cadre d'un bail à long terme en cours de finalisation, devrait me relayer comme principal maître d'ouvrage des travaux de restauration de cet ensemble manorial, de manière à y disposer de locaux appropriés pour ses activités.

Sachez que la SVAADE se réunira en assemblée générale mardi 17 août prochain à 17 h 30 au manoir, avec l'ordre du jour suivant :

1 - Rapport moral.
2 - Rapport financier.
3 - A titre extraordinaire : déménagement du siège de l'association vers la maison des associations à Domfront-en-Poiraie.
4 - Changement de trésorier à la suite de la démission de M. Pierre-Paul FOURCADE, trésorier-fondateur.
5 - Nomination d'un (ou de deux) secrétaire(s), membre(s) du bureau.
6 - Prospections en cours pour de prochaines animations. Projet de résidences d'artistes.
7 - Mise en dépôt chez un adhérent du tableau acheté par la SVAADE.
8 - Actions tendant à développer la notoriété de la SVAADE.
9 - Projet de bail à long terme à conclure avec les propriétaires du manoir de la Chaslerie.
10 - Etat du chantier de restauration de la Chaslerie. Programme de travaux envisagé par la SVAADE en relais des propriétaires. Extension et phasage des travaux à venir.
11 - Architecte du patrimoine à mandater par la SVAADE, maître d'ouvrage.
12 - Relations avec la D.R.A.C. (conservation régionale du patrimoine et service régional d'archéologie).
13 - Recherche de financements pour les spectacles (subventions, dons et mécénat).
14 - Recherche de financements pour les travaux (subventions, dons et mécénat).
15 - Décision de préparer un dossier pour la "Mission BERN".
16 - Questions diverses.


S'agissant du point 12 de l'ordre du jour, il s'agira pour moi d'exposer comment je compte régulariser les dossiers de travaux menés sans autorisation et finir les travaux subventionnés dont je suis le maître d'ouvrage, deux responsabilités que j'entends bien assumer dans les meilleurs délais, le cas échéant avec l'aide de la SVAADE.

Si vous avez la possibilité d'assister à cette A.G., vous ou l'un de vos collègues, je pense me faire l'interprète d'Hugues HOURDIN, Conseiller d'Etat honoraire, président de la SVAADE, en vous écrivant que vous êtes évidemment les bienvenus.

Je vous informe que Madame la sous-préfète d'Argentan (compétente territorialement pour la partie de l'Orne où est implantée la Chaslerie), viendra au manoir mercredi 18 août à 10 heures pour découvrir le monument et la SVAADE et nous rencontrer, le président de la SVAADE et moi. Nous avons en effet souhaité lui faire part de l'état des lieux et, surtout, de nos ambitions qui sont grandes pour ce monument et son animation.

Nous comptons entreprendre la même démarche, de concert, auprès de Madame la directrice régionale des affaires culturelles.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Pierre-Paul FOURCADE
06 12 96 01 34

______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 7 août 2021 16:17
À : (...)@gmail.com>
Objet : Mission BERN, bail, mécénat, programme Leader etc

Madame, Monsieur,

Notre amie Isabelle d'Harcourt m'a recommandé de vous contacter pour vous demander conseil sur les sujets en objet.

L'assemblée générale de l'association qui va désormais assurer la maîtrise d'ouvrage de la restauration de mon manoir de la Chaslerie se réunit le 17 août prochain pour traiter, entre autres, de ces sujets.

Dans cette perspective, je souhaiterais, si vous en avez le loisir, m'entretenir avec vous à leur propos. (...).

Je me tiens à votre disposition pour, à votre choix, soit échanger par courriel ou par téléphone, soit venir à (...) (dont je suis avec beaucoup d'intérêt la progression des travaux via "Facebook"), soit vous recevoir à la Chaslerie (www.chaslerie.fr).

Bien cordialement,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 15 Aout 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Portes/portails
La Rochelle (Charente-Maritime)
Portail de l’Hôtel de l'Intendance, XVIIIe siècle (rue Pernelle) :


N.D.L.R. : Magnifique à La Rochelle, absolument pas approprié au manoir favori (quoi que certains aient eu le front de prétendre).
La SVAADE est très diligente. Je reçois à l'instant, sous forme de projet, le document suivant :


Pour ma part, je n'ai pas de remarque. Ce texte me paraît permettre de procéder sans attendre aux formalités requises par les changements de siège et de trésorier.
Reçu hier, par téléphone, une convocation à me rendre lundi prochain à la D.R.A.C. de Caen pour rencontrer le conservateur régional des monuments historiques, flanqué de mon "officier traitant" et d'une autre personne que je ne pense pas avoir déjà croisée.

J'imagine que c'est pour faire le point des dossiers en cours à la suite de la démission de la dernière architecte du patrimoine et dans la perspective de l'intervention prochaine de la SVAADE. Depuis l'A.G. du 17 août dernier, la SVAADE a en effet été désignée pour être le nouveau maître d'ouvrage du chantier favori. Comme tel, elle est chargée de recruter un nouvel architecte du patrimoine (même si celui-ci pourrait, à titre secondaire, intervenir également comme mon maître d’œuvre pour les travaux dont je garderais la maîtrise d'ouvrage, travaux à définir dans le temps compte tenu de la réussite de la SVAADE que j'espère).

Ces dossiers en cours concernent selon moi :
- les tranches 1 et 2 de restauration des menuiseries extérieures du logis, travaux que je freinais pour deux raisons, d'une part - et, compte tenu de la limitation de mes moyens financiers, c'est important pour moi - parce que je demeure en avance sur le chantier dans ma problématique fiscale (du fait notamment de "déficits fonciers reportables"), d'autre part et surtout, parce que j'essayais de faire pression sur mon interlocutrice pour qu'elle traite enfin les questions qu'en ma qualité de maître d'ouvrage, je lui avais désignées comme prioritaires (mais "chante, fauvette" ; comme d'autres, elle préférait évidemment écrémer mon dossier en facturant des honoraires ne lui demandant guère de travail, ce qui explique par exemple que, depuis une douzaine d'années au moins, la question des "poutres pourries" n'a toujours pas été traitée) ;
- la consommation, enfin, d'un petit reliquat de subvention relatif à la restauration des enduits muraux de la cage d'escalier du logis ; à mes yeux, ce dossier a été mal emmanché dès le départ puisqu'il n'a pas été tenu compte de la nécessité, au préalable, de traiter la restauration des menuiseries extérieures de ladite cage (ceci fait partie de la "tranche 1") ni le scellement des radiateurs (lui-même conditionné par la problématique de l'aquathermie, donc, à ce stade des débats, du pavement de la cour).

Il est fort possible que, lors de cet entretien, mes interlocuteurs cherchent de nouveau à m'inviter à canaliser le programme de travaux en me concentrant sur la restauration intérieure du colombier et de la moitié Nord du logis, comme ils l'ont déjà fait il y a quelque chose comme dix-huit mois. Or, même si je perçois la part d'empathie que comporte une telle recommandation, je demeure rétif à de tels conseils car je considère que la question fait partie des prérogatives du maître d'ouvrage, seul responsable "in fine" du bon déroulement de l'ensemble des opérations et seul en capacité de gérer au mieux toutes les contraintes dont lui seul a une vue d'ensemble (et Dieu sait que ce ne sont pas les contraintes qui manquent dans une telle entreprise).


D'aucuns pourront me déclarer un peu raide dans mes positions. Mais pensez-vous qu'on puisse changer un homme âgé de bientôt 70 ans dans son comportement face au chantier de sa vie ?