Logis

Deux mois, c'est le temps qu'il aura fallu aux peintres de DUBOURG DECO (travaillant en moyenne en binôme) pour effectuer les tâches que je leur avais commandées. Ils doivent finir cette semaine. Je suis très satisfait de leur travail et de leur état d'esprit. Je recommande donc chaleureusement cette entreprise.

Pour le reste, le temps pluvieux et qui se refroidit ne facilite pas les travaux extérieurs. Pascal est désormais assisté d'un nouvel homme toutes mains, encore en période d'essai et qui paraît sérieux et travailleur. Comme ce dernier souffre d'une déficience auditive, il paraît que ses charges sociales devraient être réduites. Je vais tâcher de me renseigner bien que ces questions administratives me rebutent quelque peu, tant je les trouve absconses et fastidieuses. Depuis son arrivée, cet homme toutes mains trie, par ordre d'épaisseur, toutes les pierres que j'ai accumulées sur mes terres à la suite d'achats de bâtiments en ruine aux alentours, en vue de pallier la fermeture de toutes les carrières des environs. Tant que ce tri ne sera pas effectué, ces pierres ne pourront pas être réutilisées convenablement dans mes chantiers à venir. Il faut en effet que l'on y voie plus clair sur le stock, afin de savoir si l'on dispose d'ores et déjà des quantités et qualités nécessaires pour la suite. Bien entendu, je pense ici, tout particulièrement, à la restauration du mur d'escarpe des douves.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 7 février 2010
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Logis - Bâtiment Nord - Aile "de la belle-mère" - Economie
0
@ Sébastien WEIL :

Laurent NEVOUX et moi avons échangé des courriels.

Je dois cependant reconnaître que je me hâte lentement.

D'abord, parce que, comme relaté dans la rubrique "Journal du chantier", j'ai déjà mandaté un autre expert qui devrait me rendre ses conclusions mi-2010.

Ensuite, parce que mon programme de travaux pour 2010 (et même 2011) est déjà bien chargé, les aléas boursiers ne m'incitant d'ailleurs pas à pousser encore les feux.

Beaucoup d'activités sur le chantier de la Chaslerie au cours de ces derniers jours.

Avant-hier, la société en charge de la surveillance du manoir est venue, selon sa routine, contrôler ses détecteurs d'intrusion.

Le même jour, j'ai reçu la visite de Mme CUTE, du conseil général de l'Orne. Celle-ci a pris diverses photos en vue de montrer aux conseillers généraux en quoi consiste cette propriété dont ils s'apprêtent à commencer de subventionner la suite des travaux. J'ai évoqué l'opportunité d'une amélioration de la signalisation routière à propos de la Chaslerie et suggéré que le classeur que l'office départemental du tourisme distribue aux professionnels du tourisme comporte dorénavant une page sur la Chaslerie.

Hier, les colombages de la "maison de Toutou" ont commencé à être restaurés. Cette dépendance de la cave, destinée à servir d'abri de jardin, avait beaucoup souffert de la tempête de 1999, notamment parce que le maçon aux services duquel je recourais à l'époque s'était révélé défaillant ; en particulier, il n'avait pas terminé les soubassements de ce petit bâtiment avant que Roland BOUSSIN n'en pose la charpente et la couverture. Il aura donc fallu près de 11 ans pour que ces dégâts importants soient enfin réparés. Une fois ce colombage restauré, il faudra poser une porte et deux fenêtres sur cette petite dépendance et du pisé entre ses colombages puis en réaliser les aménagements intérieurs, notamment le sol (je songe à un carrelage approprié) et l'alimentation en eau et en électricité.

Aujourd'hui, la Chaslerie a reçu la visite d'Anne CHEVILLON, architecte des bâtiments de France en poste à Alençon, qui était accompagnée de son nouveau collaborateur, M. BOCHET. Il s'agissait pour eux de contrôler le bon usage de l'enveloppe de subventions d'entretien que l'Etat avait allouée à la Chaslerie pour 2009.

Or Roland FORNARI était sur le chantier, avec deux de ses ouvriers, pour poser 5 grilles de sa fabrication sur la façade Nord du bâtiment Nord. Anne CHEVILLON a fait part de sa satisfaction devant la qualité de ces travaux.

Nous avons pu nous promener tous ensemble autour du manoir pour évoquer les prochains travaux subventionnables :
- l'entretien du mur d'escarpe ainsi que des deux biefs et du mur Nord-Ouest des douves (ce dernier étant analogue au mur Sud-Ouest restauré il y a deux ans au Sud de la chapelle) ; j'ai expliqué que je savais où trouver les pierres et que je disposais de la main-d'oeuvre pour mener à bien l'ensemble de ces travaux, enfin que j'envisageais de faire l'acquisition d'une petite pelleteuse dans la perspective de ce chantier ;
- l'entretien de l'allée inscrite à l'I.S.M.H. de 534 mètres de long qui part du manoir vers le bourg de La Haute Chapelle ; j'ai déclaré avoir constaté l'impossibilité de trouver un accord avec la famille d'agriculteurs voisine en vue d'élargir marginalement l'emprise de cette allée ; de la sorte, il n'y a plus de préalable de mon côté à l'engagement de travaux sur cette allée qui devrait redevenir l'allée principale d'accès au manoir ;
- l'entretien de la cage d'escalier du bâtiment principal du manoir dont les granits portent les marques de l'incendie d'il y a 125 ans ;
- la repose de grilles sur les ouvertures du rez-de-chaussée de la tour Nord-Est et de la façade Est du bâtiment principal ; Roland FORNARI doit fournir rapidemant le devis correspondant afin de pouvoir inscrire ces travaux au programme des subventions d'entretien des monuments historiques par l'Etat en 2010 ;
- la restauration des portes et fenêtres du manoir et de ses dépendances ; nous sommes convenus que les peintures sang de boeuf, outre qu'elles sont du meilleur effet, permettront de retarder de plusieurs années des travaux de menuiserie qui paraissaient inévitables à brève échéance ; ceci dit, il conviendra néanmoins de faire réaliser rapidement la porte sur cour du bâtiment Nord ainsi que la porte et les deux fenêtres de la "maison de Toutou".

Enfin, j'ai montré à mes interlocuteurs des preuves de la présence ancienne d'un étang à l'Est du Pournouët, étang dont on pourrait envisager la remise en eau dès que les circonstances le permettraient.

Après Thibaud qui m'a rendu visite il y a quinze jours, Carole, de passage ce week-end malgré le froid, a pu examiner les travaux réalisés depuis le début de l'hiver.

Entrée sur mes pas dans le bâtiment Nord, elle a tardé à se rendre compte que des grilles venaient d'y être posées aux fenêtres. Cela prouve que, contrairement à ses craintes initiales, je ne suis pas en train de transformer la Chaslerie en prison. Ceci m'encourage à poursuivre ma politique de pose de grilles sur les ouvertures. Prochaine étape donc, la façade Est. Carole ne parcourt jamais ce site internet et je ne lui ai rien dit de ces travaux, donc elle aura la surprise de la réalisation de ces protections avant l'été, j'espère.

De même, bien qu'elle ait observé avec intérêt l'avancement des maçonneries de la charretterie et du fournil de la ferme, elle n'a pas détecté, avant que je ne le lui explique, que j'avais fait disparaître le chêne sous lequel elle garait habituellement sa Twingo, ni l'érable qui, pourtant, dissimulait le fournil il y a encore quelques jours.

Bien sûr, elle trouve qu'avant de m'attaquer au fournil de la ferme, j'aurais dû enfin privilégier l'habitabilité de deux chambres dans le bâtiment Nord. Je n'ai, bien entendu, sur ce point, d'autre argument à lui opposer que ce que j'appelle "la logique du chantier"...

Enfin, elle a beaucoup apprécié que j'aie fait repeindre l'intérieur de diverses fenêtres dans des pièces dites d'habitation. Elle estime que cela devrait rendre plus agréables à vivre, à la belle saison, ces pièces pourtant non encore chauffables en l'état du chantier.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 28 février 2010
Journal du chantier - Electricité - Ferronnerie - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse - Logis - Charretterie
0
Thierry BOURRE est passé cette semaine pour préparer les plantations de poiriers en contrebas du talus des douves. Le terrain est très mouillé, de sorte qu'il faudra attendre quelques semaines avant d'installer les arbustes. D'ores et déjà, des piquets permettent d'apprécier l'impression qui sera produite, vue du manoir.

Je pense ainsi qu'il faudrait prévoir deux à trois dizaines de poiriers supplémentaires à l'angle Sud-Est de la clôture délimitant les terrains non loués au fermier. Il me semble aussi que Thierry BOURRE a un peu trop serré ses implantations par rapport au talus Est des douves. Je lui ai fait part de ces remarques pour qu'il corrige.

Par ailleurs, l'intérieur de la charretterie a été débarrassé de toutes les pièces de bois qui y étaient entreposées depuis des lustres. J'ai redécouvert à cette occasion que ce bâtiment avait abrité des vaches, peut-être jusqu'aux années 1950. Cela me donne envie de conserver les vestiges de mangeoires en bois ainsi dégagées. J'observe que les murs et le plafond de la pièce du rez-de-chaussée étaient simplement chaulés. Il faudrait encore éliminer des installations électriques vétustes ainsi que des pièces de bois stockées entre les solives, au plafond de ce volume. Quant au plancher du grenier que l'on voit par en-dessous, il devra être contrôlé et il faudra sans doute procéder à nombre de réparations d'usage.

Enfin, je viens de recevoir le devis, avec les dessins, de Roland FORNARI pour les grilles de la façade Est du manoir. Il s'agirait de "grilles quadrangulaires, à montage à mystère et barreaux formant cadre, posés sur oeillets, avec des fleurs découpées sur le haut des montants". Pour la seule grille de la salle-à-manger par exemple, il y aurait ainsi "17 traverses, 10 montants, 160 trous renflés et 8 fleurs", pour un poids estimé de 220 kg, "le tout en fer pur, seule matière historique exacte ; le tout forgé à chaud, dans les règles de l'art, oeuvré à la main ; le tout monté à mortaise, tenons, rivets, liens... sans soudure ; le tout livré brossé naturel, bannissant peinture et entretien".

Je ne comprends pas tout sur ce devis. Par exemple, pour moi, il n'y a que 16 traverses, ce qui justifierait les 160 trous.

Je tâcherai d'expliquer prochainement ici ce qu'est un "montage à mystère". J'avoue ne pas l'avoir encore saisi, même en étudiant de près les dessins de Roland FORNARI. En quelques mots, d'après ce que j'ai retenu de son discours, il s'agit en quelque sorte d'un processus de montage de la grille qui empêche de pouvoir jamais enlever un seul quelconque barreau sauf à démanteler l'ensemble. Toute la grille est à la fois solidaire et flexible, de sorte qu'elle pourrait se déformer sans forcer au cours des siècles, même si le bâtiment était victime d'un quelconque glissement de terrain distordant la maçonnerie d'une ouverture. Il semble ainsi qu'on ne doive jamais être trop prévoyant...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 2 mars 2010
Journal du chantier - Ferronnerie - Logis - Murs divers
0
Je viens d'avoir une intéressante conversation téléphonique avec Roland FORNARI. J'entendais en fond sonore les bruits de sa forge au travail.

D'abord, il confirme qu'il y a bien une faute de frappe sur son devis : il faut y lire "16 traverses et 10 montants", ce qui explique les 160 trous renflés. Il valide également mes explications qualitatives données ici hier.

Mais venons-en à la clé du problème, ce fameux montage à mystère. J'ai enfin compris comment il s'opérait. Je vais tâcher de l'expliquer.

Supposons donc que la grille doive comporter 16 traverses (barreaux horizontaux) et 10 montants (barreaux verticaux), comme dans le cas d'espèce, et délimiter, à chacune de ses 160 mailles, un rectangle de hauteur "h" et de largeur "l". Pour commencer, on va traiter l'assemblage de 8 montants et de 14 traverses qui forment le coeur de la grille (on traitera ensuite le cas des barreaux périphériques). On doit, pour ces barreaux de coeur, avoir forgé :
. 4 montants (M1 à M4) dotés d'une section ronde sur une longueur de "6 h" et d'une section carrée sur une longueur de "11 h", chacun des montants de cette série devant comporter 9 trous dans sa partie à section carrée, distants 2 à 2 d'une longueur "h" ;
. 4 montants (M5 à M8) dotés d'une section carrée sur une longueur de "7 h" et d'une section ronde sur une longueur de "10 h", chacun de ces montants comportant 5 trous dans sa partie à section carrée, avec les mêmes caractéristiques d'espacement que les précédents ;
. 14 traverses (T1 à T14) dotées d'une section carrée sur une longueur de "6 l" et d'une section ronde sur une longueur de "5 l", chacune de ces traverses comportant 4 trous dans sa partie à section carrée, distants 2 à 2 de "l" .

(Je précise que le choix de ces sous-longueurs ne tient pas au hasard mais au souci de placer l'assemblage convenablement par rapport aux traces de meneaux visibles dans les granits des encadrements de certaines fenêtres à la Chaslerie.)

On commence par assembler les 4 montants M1 à M4 avec 5 traverses T1 à T5. On fait de même avec les 4 montants M5 à M8 et les 9 traverses T6 à T14. On a donc utilisé tout le stock de barreaux disponibles à ce stade. On se retrouve avec deux sous-assemblages en forme de L que l'on va faire coulisser en rapprochant les grandes barres desdits L. On les rapproche jusqu'à ce que la distance entre les deux sous-assemblages soit de "l". A ce stade, le coeur de la grille est assemblé.

Il faut ensuite placer les 2 montants (M9 et M10) et les 2 traverses (T15 et T16) "formant cadre". On commence par les forger. Ces montants doivent avoir été percés de 16 trous et ces traverses de 8. On place d'abord T15 au bord du coeur de grille, sur une largeur, et T16 sur l'autre, puis M9 sur une hauteur et M10 sur l'autre.

Les extrêmités des différents barreaux doivent avoir été effilés (pour l'esthétique et la protection) puis dotés de fleurs de métal forgées pour les extrêmités verticales (pour l'esthétique). Enfin, on recourbe les extrêmités et on pose.

Voilà pour l'essentiel. Mais il y a mieux. Roland FORNARI me dit qu'il va modifier ce schéma initial de manière à ce que tous les montants soient à section carrée sur toute leur longueur et que toutes les traverses soient à section ronde sur toute leur longueur. Il me dit que ce sera plus beau. En l'occurence, il va s'inspirer d'une grille du manoir de Lambosne à Clairefougère (à côté de Cerisy-Belle-Etoile) que lui a signalée notre ami François POUGHEOL.

Et, puisque Roland FORNARI est en train de restaurer des grilles au château voisin de Carrouges, il me suggère de compléter le mur du manoir à la chapelle de la Chaslerie d'une grille de fermeture de l'avant-cour et d'accès à la terrasse, qui serait aux armes des LEDIN et inspirée de ces modèles, datés de 1631 et 1641 (soit du "1er mouvement de ferronnerie décorative").

J'avoue être très tenté car cela aurait beaucoup d'allure et achèverait plaisamment la restauration de l'avant-cour du manoir.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 7 mars 2010
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Ferronnerie - Logis
0
"Le despotisme éclairé est une doctrine politique issue des idées des philosophes du siècle des Lumières. Variante du despotisme, le pouvoir y est attribué à un homme dont les décisions sont guidées par la Raison. Les principaux despotes éclairés ont ainsi entretenu une correspondance suivie avec les philosophes des Lumières, et certains d'entre eux les ont même soutenu financièrement. On trouve parmi eux: Charles III d'Espagne, Marie-Thérèse et Joseph II d'Autriche, Frédéric II de Prusse, Catherine II de Russie, Gustave III de Suède ; de plus, Voltaire en parle dans son livre Candide avec le passage de l'El Dorado. Le roi possède le pouvoir qui suit une raison qui dépasse les limites réelles. Il y règne sans problèmes financiers, ni politiques, ni culturels, c'est un tout. On appelle despotisme éclairé une forme de gouvernement imaginée par les philosophes relative à une monarchie constitutionnelle; il s'agit d'un gouvernement idéal illustrant une utopie."

Cette définition, trouvée sur Wikipedia, correspond assez bien à ma conception de la gouvernance nécessaire pour restaurer la Chaslerie. Et je ne me prends nullement pour la Grande Catherine, qu'on se le dise ! Il y aurait juste l'absence de problèmes financiers qui ne me soit pas applicable ; ce n'est pas rien.

J'écris cela pour signaler que Carole, alertée à l'évidence par un visiteur virtuel, a enfin regardé cette rubrique "Journal du chantier" du site. Donc elle m'a fait part de ses réticences à l'idée que je fasse reposer des grilles aux deux fenêtres Est du salon du manoir, celles qui donnent sur la terrasse. Elle craint une sensation d'enfermement dans cette pièce, agréable en été.

Or je sais d'expérience que mes efforts de restauration commencent souvent par inquiéter mon épouse lorsque je lui en fais part. Mais, quand elle voit le résultat, elle est séduite. Je pourrais en donner maints exemples. Car ses idées ne sont pas bornées ; elle sait reconnaître, le cas échéant, ses (rares) erreurs d'anticipation.

N'est-ce pas là une grande chance ?

M. François Lamer m'a donc transmis un document de 7 pages dactylographiées, que je vais commenter ici, dans la mesure où il apporte des informations précises, certaines inédites pour moi, à propos de l'histoire de la Chaslerie.

Ce document s'intitule "Notes généalogiques sur la famille Lévêque et plusieurs familles qui lui sont alliées, écrites d'après de vieux livres et papiers de famille de 1854 à 1893 par Charles Lévêque". Il y est précisé que le document original avait été recopié en 1854 par le frère de Charles Lévêque puis recopié par une descendante de celui-ci mais qu'il a disparu lors des bombardements de 1944.

Je ne suis pas en mesure de valider la qualité de ce document. Je me contenterai donc de digressions à l'occasion de l'évocation des informations que j'y ai relevées.

1 - La première impression que je retire de ce document, c'est la confirmation de l'étonnante stabilité, à travers les siècles, du tissu social de ce coin du bocage normand.

Selon le document, le premier membre de la famille Lévêque dont on ait conservé la trace est Jehan Le Vesque, décédé en 1568, soit 30 ans avant l'édification du bâtiment principal de la Chaslerie, tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Or, nombre des autres noms de familles cités dans le document me sont familiers car ce sont, aujourd'hui encore, les noms de voisins de la Chaslerie.

A travers le document, on perçoit également, outre la profondeur de l'enracinement local, l'opiniâtre permanence ou la patiente progression sociale de plusieurs de ces familles. Ainsi, le premier Ruault cité est un notaire actif dans le secteur en 1590 et logé à la Vaidière, sur le territoire de la commune voisine de Saint-Mars d'Egrenne ; or, j'ai rencontré dernièrement un Ruault du Plessis Vaidière, étudiant en notariat à Rennes. De même, la branche de la famille Roulleaux apparentée aux Lévêque descend notoirement d'un révolutionnaire actif, représentant du Directoire à Domfront, ainsi d'ailleurs que de Beaumarchais ; cette branche a produit depuis deux siècles, sous le nom de Roulleaux-Dugage, nombre de préfets et de parlementaires défenseurs des bouilleurs de cru ; elle a même rejoint la noblesse pontificale, avec le titre de baron, à ma connaissance durant la première moitié du XXème siècle.

Dans un tel contexte, je mesure à quel point le méridional que je suis, sans attaches familiales locales, peut apparaître différent ("horsain, comme ils disent). Je serais d'ailleurs curieux de savoir si la greffe prendra à un stade de ma descendance, parmi les futurs propriétaires de la Chaslerie (on voit là que je me considère volontiers comme le premier - par l'ancienneté - représentant de la troisième famille propriétaire de la Chaslerie, après les Ledin et les Lévêque).

2 - Il est signalé que l'ancienne orthographe du nom de la famille Lévêque, soit Le Vesque, se retrouve dans la dénomination encore en vigueur au XIXème siècle de "Baillée aux Vesques" pour désigner la terre de la Baillée, à Saint-Mars-d'Egrenne (Orne), appartenant encore à la famille Lévêque du temps de l'auteur du document.

Je me suis rendu il y a huit jours aux lieux-dits évoqués dans ce document, à savoir la Baillée Auvêque (orthographe contemporaine sur mon plan de l'I.G.N.), la Source et la Jarrière, trois "villages" limitrophes sis sur le territoire de Saint-Mars d'Egrenne.

On peut imaginer que le paysage en était riant tant qu'il demeurait bocager. Aujourd'hui, là comme ailleurs, hélas, l'électrification des campagnes et l'agriculture intensive ont altéré le site. Ce dernier est par ailleurs plaisant puisqu'il fait face à la commune de Torchamp, de l'autre côté de la vallée, encaissée à cet endroit, de la Varenne . L'Egrenne conflue légèrement en amont des lieux-dits en question.

Certains membres de la famille aiment, semble-t-il, rappeler l'ancienne orthographe de leur nom.

Ainsi, un témoin direct m'a raconté qu'Henri Lévêque (le père de mon vendeur), qui est enterré dans la chapelle de la Chaslerie, se présentait toujours comme "Henri Lévêque, grand L, petit e, grand V".

De même, il ne m'a pas échappé que le panneau qui signale l'arrivée à la Baillée Auvêque porte actuellement le nom de "Baillée aux Vesques" mais que ce panneau n'est pas du modèle de type D.D.E. des panneaux des "villages" voisins.

3 - Me promenant à proximité des bâtisses en question, je me suis rendu compte de leur médiocre état d'entretien, mais aussi de l'ancienneté de certains bâtiments qui ne sont pas en parpaings.

En fait, le bâtiment le plus intéressant, de qualité manoriale, est le logis de la Jarrière, dont une porte et une fenêtre sont ornées d'un linteau en accolade, et une fenêtre d'une grille fleurdelisée (je m'étonne d'ailleurs que ce logis ne soit pas cité dans l'ouvrage de Bernard Desgrippes, "Châteaux et manoirs du Domfrontais"). J'ai soigneusement observé les granits qui ont servi à la construction de la Jarrière, sans doute au début du XVIème siècle compte tenu de ces accolades.

Car, il y a une quinzaine d'années, lors d'une "Journée du patrimoine", un visiteur m'avait signalé, et je l'avais noté, que l'imposante cheminée qui orne la salle à manger du bâtiment principal de la Chaslerie provenait de la "Jarrière à Torchamp". Il s'agit à l'évidence, vu la couleur du granit, de la Jarrière à Saint-Mars d'Egrenne. Je suppose que cette transplantation est postérieure à l'incendie de 1884 évoqué sur ce site internet. Sans doute a-t-elle été organisée par Henri Lévêque, lors de ses travaux des années 1950 ou 1960.

4 - Le document transmis par M. Lamer donne la réponse à la question qu'il avait posée ici.

Une note en bas de page (la note 11) indique en effet qu'Eugène Constant Léveque Lepail "se fit inhumer dans la chapelle de la Challe ? propriété qui appartenait à sa femme par sa famille Roulleaux la Vente (appartient encore à une branche Levêque, cousins)".

Il s'agit à l'évidence de la chapelle de la Chaslerie où reposent, comme en témoignent ici des photos de la "Photothèque", Eugène Constant Lévêque et son épouse Sophie Adélaïde Roulleaux.

Or, jusqu'à cette indication, j'ignorais l'identité des propriétaires de la Chaslerie après sa vente, comme Bien National, en 1794, à "Roland Gaupuceau et Goupil". Il serait sans doute intéressant, dans le prolongement de cette information, d'expliciter le lien, s'il existe, entre l'un ou l'autre de ces personnages et la famille Roulleaux-Dugage.

5 - Le même document signale qu'une fille d'Eugène Constant Lévêque et de Sophie AdélaÎde Roulleaux, prénommée Eugénie Marie et née en 1821, épousa en 1842 "Louis André Goupil dont les parents riches propriétaires habitaient la commune de Tessé la Madeleine".

Grâce au document transmis par M. Lamer, je comprends que c'est cette Eugénie-Marie Goupil qui a été la marraine, alors âgée de 70 ans, de la cloche de la chapelle de la Chaslerie, ainsi que l'atteste l'inscription sur cuivre que nous avons retrouvée lors de la restauration de la couverture de la chapelle (il y a cependant un doute sur la date, donc sur l'âge de la marraine, car la photo sur laquelle on l'a lue est très floue ; voir "Photothèque" ; il faudrait remonter dans le clocher pour en avoir le coeur net). J'en déduis que c'est peut-être son père qui avait été à l'origine des décors peints au XIXème siècle autour des deux fenêtres de la chapelle. Ainsi, comme moi, ce prédécesseur aurait veillé de son vivant à restaurer la chapelle où il comptait être enterré le plus tard possible. Et l'on sait que, comme son épouse, il est mort à un âge tout à fait respectable.

Quant à la famille alliée Goupil, l'important château néo-Renaissance de Tessé-la-Madeleine, qui sert aujourd'hui d'hôtel de ville à Bagnoles-de-l'Orne, a été construit ainsi que le relate un numéro spécial de "l'Illustration" daté de 1927.

Je cite le passage : "En 1850 fut aussi édifié le château de Tessé-la-Madeleine ou de la Roche-Bagnoles par M. Goupil. Grande bâtisse, sans vrai style, mais admirablement situé, qui abrita longtemps une des plus grandes fortunes de France (...)".

Comment ce M. Goupil avait-il bâti cette fortune ? Quels étaient ses liens avec l'acheteur de la Chaslerie, Bien National de 1794 ? Ce serait sans doute intéressant de l'apprendre.

Quoi qu'il en soit, une nouvelle fois, ce site internet vient de montrer son utilité pour faire remonter à la surface des informations pertinentes sur la Chaslerie et son histoire.

Bien des points demeurent obscurs mais je ne doute pas qu'avec l'aide des visiteurs du site, nous aurons encore de belles occasions de progresser ensemble dans cette recherche et cette connaissance.

A cet égard, je précise qu'au delà de ces considérations partielles, et peut-être partiales, sur les familles qui ont, de longue date, connu la Chaslerie, la priorité pour moi est sans conteste de me procurer des vues de la Chaslerie avant l'incendie de 1884. En effet, depuis que j'en ai fait l'acquisition, je rêve d'en relever les lucarnes qui, selon moi, surmontaient les fenêtres du premier étage du bâtiment principal. Compte tenu de la similitude des constructions, je pense à ce stade de mes informations que ces lucarnes devaient ressembler à celles du manoir de Chaponnais à Domfront, détruit lors des combats de la Libération mais dont il reste des cartes postales anciennes. Ce devaient donc être des lucarnes d'un modèle assez simple.

Sous la dent des scies, le chêne de Bellême rosit avant de jaunir quelques heures plus tard. C'est ce que m'a expliqué Roland BOUSSIN hier, alors que son équipe ajustait des pièces de bois pour remonter la charpente de la charretterie.

Au milieu de la nuit dernière, à la seule lueur de la lune montante, je suis allé me promener autour de la Chaslerie. Maintenant que cette charpente est de nouveau en place, on redécouvre la masse de ce bâtiment au Sud de l'avant-cour. Je trouve qu'il occupe bien l'espace et que l'impression en est agréable lorsqu'on arrive sur le manoir, en descendant le chemin qui le relie à la D22. L'avant-cour retrouve donc, petit à petit, son équilibre profond. Dans quelques mois, la nouvelle statue de Sainte Anne, en cours de finition, et la grille vers le Pournouët, encore en projet, devraient parachever les travaux lourds sur cette avant-cour. Ne resterait plus alors qu'à traiter la lancinante question de la restauration de l'allée historique, que bloque toujours un agriculteur têtu.

Hier, Bernard a replanté les rosiers de la cave sur les nouvelles plates-bandes, le long du mur allant de la chapelle au manoir. Il lui a fallu les déterrer à la benne, le tracteur Valtra se cabrant sous l'effort qui lui était ainsi demandé.

Le plombier-chauffagiste recommandé par Didier SAMSON est revenu pour préparer ses devis. Nous sommes convenus de déplacer au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII la petite chaudière qui, à ce jour, alimente en eau chaude le seul cabinet de toilettes en fonction. La citerne à fuel n'aurait pas besoin d'être déplacée. Maintenant que nous disposons d'une mini-pelleteuse, ce sera en effet un jeu d'enfant que de creuser les tranchées nécessaires à l'alimentation de la chaudière dans la tour. En l'état du dossier, je repousse donc à des jours meilleurs le règlement de fond de la question du mode de chauffage unique de l'ensemble du manoir.

Pour le bâtiment Nord, nous sommes d'accord, le nouveau plombier et moi, pour procéder en deux temps.

Lors d'une première tranche de travaux qui pourrait commencer rapidement, il déplacerait la chaudière et installerait le chauffage dans 6 pièces dudit bâtiment : au rez-de-chaussée, l'entrée, la chambre, son cabinet de toilettes et son passage-dressing et, au premier étage, les deux chambres. Les sanitaires seraient installés dans le cabinet de toilettes du rez-de-chaussée et dans la chambre Ouest de l'étage.

La seconde phase pourrait commencer lorsque Pascal aurait effectué les travaux nécessaires pour transformer en cuisine le rez-de-chaussée de la tour Nord-Est, là où se trouve actuellement une chambre non chauffée, jouxtant la salle à manger du manoir. L'essentiel de ces travaux de maçonnerie consisterait à ouvrir le mur de la tour, sur toute son épaisseur (de l'ordre de 1,2 mètre à cet endroit), de façon à relier la future cuisine avec l'actuelle chaufferie et future arrière-cuisine. Le plombier pourrait, lors de sa deuxième tranche de travaux, faire arriver ses installations dans le nouveau salon d'hiver (ancienne cuisine), la nouvelle arrière-cuisine, la nouvelle cuisine et la nouvelle salle de bains (au premier étage de la tour Nord-Est, à la place d'un volume qui sert actuellement de débarras à la grande chambre voisine, celle du grand lit à baldaquin). Je précise ici, à toutes fins utiles, que j'écris "nouvelles" ici alors qu'il s'agit le plus souvent d'anciennes affectations, certaines antérieures à la Révolution ; mais, entre-temps, ces usages étaient tombés en désuétude.

De manière à ne pas retarder davantage le lancement des travaux sur l'escalier de l'entrée du bâtiment Nord, Pascal devrait prioritairement enduire de chaux les murs de cette pièce. Le menuisier pourrait revenir ensuite, dès que le chauffage par le sol aurait été installé.

Bien sûr, il va falloir trouver un nouvel abri pour les bûches actuellement entreposées dans la future chaufferie. Pascal propose de retaper lui-même sommairement l'appentis de la grange, près de l'ancienne carrière. Cela me paraît une bonne idée et je lui donne mon accord. Cela permettra aussi de protéger des intempéries d'autres bûches, actuellement éparses sur la propriété, suite à des coupes de bois.

Aidé de Maxime, Pascal a bien avancé cette semaine sur la restauration des maçonneries du fournil de la ferme. Avec Roland BOUSSIN, nous avons commencé à discuter de la restauration de sa charpente et de sa couverure. Avec le nouveau plombier, nous avons évoqué la mise aux normes de la fosse septique commune à ce fournil et à la ferme.

Enfin, Roland PADET, serrurier à Domfront, est passé vérifier diverses serrures extérieures du manoir et de ses dépendances.