Lobbying

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 23 juillet 2021 16:17
À : pref-arg-secretariat@orne.gouv.fr <pref-arg-secretariat@orne.gouv.fr>
Objet : Demande de rendez-vous auprès de Madame la sous-préfète d'Argentan

Madame,

Comme indiqué ce matin, je sollicite un entretien avec Madame la sous-préfète d'Argentan, en ma qualité de propriétaire du manoir de la Chaslerie, monument protégé (inscrit et classé) sis sur le territoire de Domfront-en-Poiraie.

Il s'agit pour moi de lui signaler le programme de travaux en cours pour restaurer ce manoir et ses dépendances, sous ma maîtrise d'ouvrage depuis trente ans, et, surtout, d'évoquer avec elle l'avenir proche, c'est-à-dire le programme qui va être pris en charge par la SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs"), pour les parties qui vont être prises à bail par cette association. Cette démarche s'inscrit dans la perspective de la prochaine candidature de la SVAADE à la "mission BERN", avec l'ambition de décrocher le gros lot.

La SVAADE organise, dans le cadre du manoir de la Chaslerie, monument protégé (inscrit depuis 1926 et classé plus récemment pour certaines parties), des animations culturelles de qualité et généralement gratuites pour le public. Or la SVAADE va prendre à bail une partie du manoir (l'aile Ouest pour l'essentiel) et de ses dépendances (en l'occurrence le cave et la ferme, toutes deux inscrites), de manière à disposer des locaux nécessaires à ses activités, y compris l'organisation de résidences d'artistes. Ces locaux appellent un important programme de travaux, pour un coût de l'ordre du million d'euros.

Ainsi, la SVAADE va me relayer pour assurer la maîtrise d'ouvrage d'une partie des travaux qu'appelle le manoir. De mon côté, je vais devoir poursuivre à mon rythme (j'atteins l'âge de soixante-dix ans et mes moyens déclinent) la poursuite de la restauration des parties non louées du manoir.

Il me paraît utile, après avoir dit un mot hier de ce projet à Monsieur le secrétaire général de la préfecture de l'Orne, de prendre l'attache de Madame la sous-préfète d'Argentan, territorialement compétente, pour l'associer en tant que de besoin à ces réflexions et à ce projet.

Je vous prie de bien vouloir m'indiquer quand elle serait disponible pour me rencontrer, soit dans ses locaux, soit au manoir si elle préfère.

Cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE
06 12 96 01 34

____________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 23 juillet 2021 15:48
À : secretariat-direction.drac.normandie@culture.gouv.fr <secretariat-direction.drac.normandie@culture.gouv.fr>
Cc : Hugues Hourdin
Objet : Demande de rendez-vous auprès de Madame la D.R.A.C. de Normandie

Madame la directrice régionale,

Comme indiqué ce matin à votre secrétariat, Hugues HOURDIN, Conseiller d'Etat honoraire, président de la SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs"), et moi-même, propriétaire du manoir de la Chaslerie, sis à Domfront-en-Poiraie dans l'Orne, sollicitons un entretien avec vous.

Il s'agit pour nous, principalement, de vous signaler la prochaine candidature de la SVAADE (statuts actuels joints) à la "mission BERN". La SVAADE a l'ambition de décrocher le gros lot.

La SVAADE organise, dans le cadre du manoir de la Chaslerie, monument protégé (inscrit depuis 1926 et classé plus récemment pour certaines parties), des animations culturelles de qualité et généralement gratuites pour le public.

La SVAADE va prendre à bail une partie du manoir (l'aile Ouest pour l'essentiel) et de ses dépendances (en l'occurrence le cave et la ferme, toutes deux inscrites), de manière à disposer des locaux nécessaires à ses activités, y compris l'organisation de résidences d'artistes.

Dans ce cadre, la SVAADE va me relayer (j'atteins l'âge de soixante-dix ans et mène ce chantier depuis trente ans) pour assurer la maîtrise d'ouvrage de ces travaux, pour un programme évalué à ce stade à un million d'euros et dont la maîtrise d'œuvre serait, bien entendu, confiée à un architecte du patrimoine.

Outre la présentation de la SVAADE et de ce projet, nous souhaiterions, au cours de cet entretien, solliciter votre avis sur les différentes autres pistes envisageables pour boucler ce budget.

Je précise que, si je suis présent sur le site tout au long de l'année, Hugues HOURDIN, qui conserve des activités professionnelles à Paris, serait plus aisément disponible ce mois d'août où il sera en résidence à Mortain.

Je vous prie d'agréer, Madame la directrice régionale, l'expression de mes respectueux hommages.

Pierre-Paul FOURCADE
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Rendez-vous est pris, le 18 août prochain au manoir, avec Mme Christine ROYER, sous-préfète d'Argentan (donc territorialement compétente) pour que lui soit présenté le programme de travaux à mener sous la maîtrise d'ouvrage de la SVAADE,

Hugues HOURDIN et moi-même avions sollicité parallèlement un entretien avec Mme Frédérique BOURA, directrice régionale des affaires culturelles. Celui-ci devrait avoir lieu à la rentrée des congés annuels. L'entretien avec la sous-préfète permettra de le préparer et je ne doute pas que, d'ici là, la vitalité de la SVAADE aura permis de compléter utilement le dossier.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 4 Aout 2021
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Lobbying - SVAADE
0
Reçu la visite, cette après-midi, d'un animateur de l'association "Les amis de Coëtcandec", accompagné de son épouse, tous deux actuellement en vacances à Passais. Ils souhaitent emmener un groupe de membres de leur association visiter la Chaslerie à la fin de ce mois-ci, afin que nous puissions échanger sur nos techniques respectives de restauration. Il semble qu'en la matière, la Chaslerie bénéficie d'une notoriété flatteuse et qui dépasse donc largement les limites de la Région, et j'ai le plaisir d'en faire état ici.

Je leur ai évidemment donné mon accord.

Coëtcandec en 1930.

Coëtcandec en 1930.

Coëtcandec, monument inscrit à l'I.S.M.H., bénéficie actuellement d'une tranche d'environ 300 000 € de travaux de restauration, pour une tour d'escalier à fuie. Ce montant est pris en charge à hauteur de 90 % par la puissance publique, notamment la Région et l'"agglo", le département s'abstenant à ce stade.

Coëtcandec en 2021.

Coëtcandec en 2021.

Avec le soutien actif de la "Fondation du patrimoine" et de ses représentants locaux, "Les amis de Coëtcandec" a notamment reçu un premier encouragement, de l'ordre de 35 000 €, de la part de la "Mission BERN".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 15 Aout 2021
Vie de l'association - Lobbying - SVAADE
0
Au marché du dimanche à Domfront-en-Poiraie...

15 août 2021.

...une gloire cantonale...

15 août 2021.

... fêtée avec une très sympathique et active équipe municipale :

15 août 2021.

15 août 2021.

(Début de citation)

De : (...)@culture.gouv.fr>
Envoyé : jeudi 26 août 2021 09:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : (...)@culture.gouv.fr> ; (...)@culture.gouv.fr> ;(...)@culture.gouv.fr> ; (...)@culture.gouv.fr>
Objet : RE: Réunion de lundi 30 août à, 16 heures.

Cher Monsieur,

Je vous remercie de ce retour . Nous maintenons donc notre entretien de lundi prochain 16 h en vous indiquant toutefois avoir un impératif à 17h. Une heure devrait suffire pour que vous nous brossiez la situation actuelle et nous faire part plus en détail de vos projets sur la Chaslerie.

Je vous communiquerai à cette occasion les contacts de notre collègue en charge du spectacle vivant et de l’animation .

Cordialement

(...)
Conservateur régional des monuments historiques
Direction régionale des affaires culturelles de Normandie
13 bis rue st Ouen 14052 Caen cedex4

_______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 26 août 2021 08:54
À : (...)@culture.gouv.fr>
Cc :(...)@culture.gouv.fr>; (...)@culture.gouv.fr>; Hugues Hourdin ; (...)@culture.gouv.fr
Objet : RE: Réunion de lundi 30 août à, 16 heures.

Monsieur,

A dire vrai, la demande de rendez-vous auprès de Mme BOURA, datant du 23 juillet dernier, n'était pas formulée que par moi mais aussi par Hugues HOURDIN, Conseiller d'Etat honoraire et président de la SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs").

Il s'agissait en effet d'évoquer le futur rôle de la SVAADE, y compris les projets de cette association en matière d'animations culturelles et de résidences d'artistes, sujets qui, en l'état de mon information, ne me semblaient pas de votre compétence directe. Ce sont des sujets pour lesquelles la SVAADE est d'ores et déjà en contact avec des entités dont Mme BOURA a à connaître, comme l'ensemble "Correspondances" de Sébastien DAUCE ou encore le "Préau de Vire", mais je crois me faire l'interprète de la SVAADE (dont j'ai démissionné du bureau lors de la dernière A.G., le 17 août) en confirmant que cette association serait intéressée par tous contacts lui permettant d'élargir ses perspectives en ces domaines.

Bien entendu, je ne vois que des avantages à évoquer avec vous la maîtrise d'ouvrage du chantier de restauration de la Chaslerie, du moins pour la partie qui relève de moi seul. A ce titre, la réunion de lundi prochain est sans doute opportune, ne serait-ce que parce qu'il y a eu divers événements de mon côté depuis notre dernière rencontre, à la Chaslerie il y environ dix-huit mois. Le moindre de ces événements n'est certainement pas le relais que la SVAADE devrait m'assurer en matière de maîtrise d'ouvrage pour une forte proportion, espérons-nous, du programme des travaux à venir, estimé à ce stade à 2 M€ dont les trois-quarts restent à trouver.

Donc, si vous le voulez bien, maintenons ce rendez-vous. D'ici là, je vais me concerter avec Hugues HOURDIN pour savoir ce qu'il m'autorisera à vous divulguer des projets de l'association en matière de travaux dont la SVAADE assurerait la maîtrise d'ouvrage à la Chaslerie.

Mais un autre rendez-vous serait nécessaire, me semble-t-il, celui-ci soit avec Mme BOURA, soit, si son secrétariat n'en trouve toujours pas le créneau dans son emploi du temps, avec ses collaborateurs en charge des questions d'animation culturelle et de spectacle vivant.

Cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De :(...)@culture.gouv.fr>
Envoyé : jeudi 26 août 2021 08:16
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : (...)t@culture.gouv.fr>; (...)@culture.gouv.fr>
Objet : RE: Réunion de lundi 30 août à, 16 heures.

Bonjour Monsieur Fourcade

Il s’agit simplement de donner suite à la demande de rv que vous avez vous même formulée auprès de notre directrice pour évoquer l’avenir de la Chaslerie et que m’a fait suivre Mme Boura .

Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer si vous confirmer ou non ce rendez vous .

Cordialement,

(...)

Conservateur régional des monuments historiques
Direction régionale des affaires culturelles de Normandie
13 bis rue st Ouen 14052 Caen cedex4


______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 26 août 2021 00:04
À : (...)s@culture.gouv.fr>Cc : Hugues Hourdin
Objet : Réunion de lundi 30 août à, 16 heures.

Monsieur le conservateur régional,

Vous m'avez fait demander de me rendre lundi prochain dans vos bureaux de Caen pour vous rencontrer avec deux de vos collaborateurs.

Puis-je vous prier de me communiquer l'ordre du jour de cette réunion ?

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 31 août 2021 14:56
À : Jean Paul Leroy-Tullie
Cc : (...)
Objet : RE: Mission BERN - Candidature de la SVAADE pour la Chaslerie à Domfront-en-Poiraie

Cher Jean Paul,

Merci beaucoup et à très bientôt !

Cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________________

De : Jean Paul Leroy-Tullie
Envoyé : mardi 31 août 2021 14:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: Mission BERN - Candidature de la SVAADE pour la Chaslerie à Domfront-en-Poiraie

Bonjour,

Lors de mon précédent mail, je vous ai écrit que dans le cadre de mes fonctions de délégué local de la Fondation du Patrimoine, je n’avais personnellement pas de compétence ni d’autorité pour intervenir dans la constitution de votre dossier relevant de la mission Bern. A ce jour cette situation reste inchangée, ne soyez donc pas étonné de ma réponse, cette mission relève des responsables départementaux. Il est important que vous soyez accompagné par les personnes compétentes et autorisées.

Mes fonctions et position sont partagées avec mes représentants départementaux de la Fondation, compte tenu de ma prise de fonctions en juillet de cette année. S’il tel en avait été le cas, je vous en aurait tenu informé.

Lors de votre appel téléphonique de début Août, je vous ai informé qu’étant en déplacement à Bordeaux à la date du 17 Août, je ne pouvais pas participer à la réunion à laquelle vous m’aviez convié en qualité d’observateur.

J’ai transmis aux responsables départementaux votre mail. Vous obtiendrez donc une réponse de leur part et je serai en copie pour information du développement de votre candidature que je soutiendrais bien évidemment.

Cordialement, JPLT,

______________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 31 août 2021 01:32
À : Jean Paul Leroy-Tullie
Cc : (...) ; Hugues Hourdin ; Jacques Meyer ; Jean Thuaudet ; Flore Merlin
Objet : Mission BERN - Candidature de la SVAADE pour la Chaslerie à Domfront-en-Poiraie

Cher Jean Paul,

Je vous écris, dès votre retour de congés, en votre qualité de représentant local de la Fondation du Patrimoine.

Tous les échos qui me reviennent, à part de vous, concordent : la Fondation du Patrimoine joue un rôle central dans la Mission du Patrimoine (ou Mission BERN).

C'est ce que me disent sans réserve tous les lauréats que j'ai contactés, notamment les propriétaires du château de Lassay (Mayenne) et de l'abbaye de Longues (Calvados).

C'est aussi ce qui ressort de l'article suivant, trouvé en ligne.

Bien entendu et d'après tous ces échos, l'intervention de la Fondation du Patrimoine en matière de Mission BERN touche autant les monuments protégés que ceux qui ne le sont pas. Les deux que je viens de citer le sont sans aucun doute.

Pouvez-vous me dire si vous avez toujours des informations contraires et, si oui, avoir l'amabilité de nous les communiquer (aux personnes mises en copie de ce courriel autant qu'à moi, s'il vous plaît) ? Il serait en effet des plus dommageables que la candidature de la SVAADE pour la Chaslerie soit freinée de fait pour on ne saurait quelle raison, notamment une insuffisance d'informations pertinentes.

Je vous signale en effet que l'AG de la SVAADE, réunie le 17 août dernier (et vous aviez été invité à y assister), a décidé (extraits de PV joints) que cette association concourrait pour être retenue par la Mission BERN, avec le souhait de décrocher, pour la Chaslerie, le label de "site emblématique". Nous avons d'ailleurs eu confirmation, s'il en était besoin, que le "site emblématique" normand de 2022 sera ornais.

La SVAADE a la volonté de préparer un dossier de très haute qualité et apte à triompher dans ce concours, dossier centré sur les idées suivantes :
- l'intérieur de la Chaslerie est, sur un plan général, dans un très mauvais état que vous connaissez fort bien ; certes, la restauration extérieure peut paraître achevée (il reste toutefois les menuiseries extérieures à changer, ce qui représente quand même la bagatelle d'un budget de l'ordre de 0,5 M€ ; il reste également, en préalable à tous autres travaux intérieurs, le chauffage des bâtiments à mettre en place, ce qui représente environ 250 000 € de plus à prévoir) ;
- de manière à ne pas voir son essor bridé comme actuellement, la SVAADE a clairement besoin que cet intérieur soit restauré, chauffage inclus, et le plus tôt étant le mieux ; la SVAADE, qui campe actuellement à la Chaslerie, a besoin de salles propres à recevoir du public dans de bonnes conditions et de locaux aptes à y héberger des résidences d'artistes ;
- une association d'insertion, l'APIJOMM, est activement à l'œuvre pour les travaux dans ce monument,
- accessoirement, l'APIJOMM intervient aussi aux abords immédiats du monument où plus de 70 000 arbres ont été plantés depuis une vingtaine d'années ;
- le mode de chauffage retenu, après une étude en cours de finalisation et menée par un bureau d'études habilité, sera par aquathermie, ce qui illustre le désir de tous, propriétaires du manoir comme SVAADE, de manifester leurs très vives préoccupations écologiques en ces temps de "transition énergétique", un sujet sur lequel la Chaslerie pourrait sans aucun doute servir de vitrine aux pouvoirs publics. Après tout, les monuments historiques où l'on se préoccupe à ce point de ces problématiques majeures ne doivent pas être légion (pourtant on attend toujours que l'ADEME veuille bien réagir utilement à nos demandes de contact présentées depuis plus de trois mois, ceci pour optimiser ce volet du dossier).

Un architecte du patrimoine est en cours de recrutement par la SVAADE pour préparer, entre autres, les aspects techniques du dossier de candidature de la SVAADE à la reconnaissance que la Chaslerie est digne d'être déclarée "monument emblématique de Normandie".

Nous avons noté que, pour l'édition 2022, les dossiers peuvent être déposés jusqu'à la fin novembre prochain.

D'avance merci pour votre retour et vos conseils pour faire triompher un monument domfrontais qui a bien besoin de cette reconnaissance majeure et de la manne financière en résultant (ci-joint une note du 30/8/21 sur la problématique financière, telle que vue par les propriétaires).

Je profite enfin de ce courriel pour vous informer qu'une réunion est en préparation, à l'horizon de fin septembre-début octobre pour coordonner toutes les parties, élus ou fonctionnaires, au dossier. La Fondation du Patrimoine y sera bien évidemment conviée.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 14 Septembre 2021
Vie de l'association - Lobbying - SVAADE - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 14 septembre 2021 14:39
À : Leroy-Tullie Jean Paul
Cc : Hugues Hourdin ; Jean Thuaudet ; Jacques Meyer ; Flore Merlin
Objet : TR: Rencontre avec la Fondation du Patrimoine

Pour info.

______________________________________________________________________________________________

De : Jacques Meyer
Envoyé : mardi 14 septembre 2021 14:30
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Re: Rencontre avec la Fondation du Patrimoine

Je souhaiterais participer à la réunion !
Je ne suis pas libre les 16 et 21 octobre

Jacques
Envoyé de mon iPhone

_______________________________________________________________________________________________

> Le 14 sept. 2021 à 14:03, Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> a écrit :
>
> Bonjour,
>
> Merci pour ce message.
>
> Je serais libre, à l'heure qui vous conviendrait, du 8 au 15 octobre ou bien les 20 et 21 octobre.
>
> Mais, s'agissant d'un projet porté par la SVAADE où je ne suis plus rien depuis la dernière A.G., n'y aurait-il pas lieu d'élargir la réunion à un ou deux représentants du bureau de cette association ? J'ai mis ceux-ci en copie de ce message.
>
> Pour info, je vous transmets le programme des animations de la SVAADE à la Chaslerie en octobre prochain
> N'hésitez pas à vous inscrire auprès de l'office du tourisme de Domfront qui gère la billetterie.
>
> Cordialement,
>
> PPF
> 06 12 96 01 34
>
_______________________________________________________________________________________________

> De : Leroy-Tullie Jean Paul
Envoyé : mardi 14 septembre 2021 10:55
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Rencontre avec la Fondation du Patrimoine
>
> Bonjour,
>
> M. Trianon et moi-même nous vous proposons de vous rencontrer à La Chaslerie dans le cadre du projet supporté par la SVAADE
>
> in situ nous pourrons mieux appréhender les différents sujets.
>
> Nos indisponibilités sont: 23-24-(29 après midi me concernant) & 30 Septembre ainsi que du 8 au 22 Octobre.
>
> Veuillez nous proposer 1 ou 2 dates et heures fin de matinée ou début d’après midi.
>
> Cordialement,

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 18 septembre 2021 05:51
À : Hugues HOURDIN ; Jean Thuaudet ; Jacques Meyer ; Flore Merlin
Cc : Bernard Soul ; Davy Bernard ; MEUNIER Catherine ; Jérôme Nury ; Leroy-Tullie Jean Paul
Objet : Une première version du logo de la SVAADE

Visible en bas à gauche de cette affiche.

Le premier logo de la SVAADE.


Au centre du logo, l'ancien écu de Domfront qui portait, en surimpression, l'écu des LEDIN (propriétaires de la Chaslerie avant la Révolution).

Ancien écu dont on peut rappeler l'existence quand on invoque l'intérêt médiéval de la Chaslerie.

L'ancien écu de Domfront avait servi de modèle lors de l'édition d'un "pin's de la Chaslerie"?


Gardons-nous d'oublier que, selon la littérature du XIXème siècle, la date de 1382 figurait sous cet ancien écu, tel qu'il était visible sur un très ancien vitrail d'une chapelle disparue dans l'enceinte du château de Domfront.

A la Chaslerie elle-même, nous voyons toujours des traces significatives d'une existence médiévale...

Intéressant à plus d'un titre, n'est-ce pas ?

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 21 septembre 2021 02:51
À : Flore Merlin
Objet : RE: un court retour sur les nombreux mails que nous a fait parvenir Pierre Paul

Chère Flore,

Vous doutiez-vous, lorsque vous êtes venue visiter la Chaslerie le 9 juillet dernier, si j'ai bonne mémoire, de tous les soucis que vous poserait si vite l'avenir de ce monument ?

Sachez en tout cas que je suis particulièrement sensible au fait que, (...), vous ayez accepté de m'accompagner demain à tous ces rendez-vous. Vous y porterez avec talent la voix de la SVAADE.

Désolé pour le nombre de mes mails, notamment hier. A l'avenir, je veillerai à le limiter à l'indispensable. Du moins je m'y efforcerai. Plus généralement, après les remarques de Jacques, nous devrons veiller de concert à une bonne répartition des rôles après la période de transition, à ce stade un peu cafouilleuse de ma part, j'en conviens volontiers et vous prie de m'en excuser.

Préoccupé comme je le suis, à mon âge et après trente ans d'efforts, par la difficulté de la tâche, je ne doute pas d'avoir trouvé en vous quatre, mes "fabulous four", des équipiers idéaux. Puissions-nous partager de la joie, si possible, dans nos efforts désormais communs dans l'intérêt du monument !

Amicalement,

PPF

_______________________________________________________________________________________________

De : Flore Merlin
Envoyé : mardi 21 septembre 2021 00:43
À : Hugues Hourdin ; Jean Thuaudet ; Jacques Meyer
Cc : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : un court retour sur les nombreux mails que nous a fait parvenir Pierre Paul

Bonsoir Messieurs , membres du bureau

Je voulais juste vous informer que je serai demain avec Pierre-Paul pour qu'un membre du bureau de la SVAADE soit présent pour les divers RDV de la journée... afin de

1) me présenter à l'OT de Domfront en tant que secrétaire de la SVAADE, les remercier de ce qu'ils ont déjà fait, préciser concrètement notre collaboration à propos des concerts d'octobre et de la billetterie organisée par le syndicat d'initiative de Domfront.
Discuter avec eux du moyen et du long terme.
2) rencontrer les responsables de la maison des associations de Domfront où siège désormais la SVAADE et voir avec eux quelles aides ils sont prêts à nous donner et quelle visibilité ils pourraient apporter aux spectacles divers (dont ceux d'octobre bien sûr), organisés à la Chaslerie,
3) Être présente aux cotés de Pierre-Paul pour exposer au journaliste de Ouest-France les objectifs et le fonctionnement de la SVAADE, nouveau maître d'ouvrage des restaurations à la Chaslerie.

(...)

Amicalement ,

Flore Merlin

(Fin de citation)
SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs")
rédigé le Lundi 27 Septembre 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Charpente-couverture - Plomberie-chauffage - Electricité - Ferronnerie - Menuiserie - Peinture - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse - Logis - Bâtiment Nord - Tour Louis XIII - Aile "de la belle-mère" - Chapelle - Charretterie - Cave - Ferme et son fournil - Vie de l'association - Lobbying - SVAADE
1
Au courrier ce matin :

SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs")
rédigé le Vendredi 1er Octobre 2021
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Lobbying - SVAADE - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Voici la dernière version du logo de la SVAADE :


Les amateurs d'histoire et de tourisme médiévaux comprendront comme il convient la mention de la date de 1382 !

La SVAADE est heureuse de hisser ainsi les couleurs !
SVAADE ("Association pour la promotion et la défense du spectacle vivant et de l'artisanat d'art dans le Domfrontais et ses environs")
rédigé le Vendredi 8 Octobre 2021
Vie de l'association - Lobbying - SVAADE
0
Visite ce matin des bâtiments sur cour (autres que le bâtiment Nord) de la Chaslerie par MM. Claude TRIANON, délégué départemental de la "Fondation du patrimoine" de l'Orne et Jean Paul LEROY-TULLIE, son représentant local.

La SVAADE était représentée par Mme Flore MERLIN, membre du bureau, et le docteur Jean Aimable LENEGRE. Ils ont expliqué les réalisations de l'association (M. TRIANON avait assisté à l'un des deux concerts de "Correspondances" en 2020) et ses projets, tant en termes d'animations que de travaux.

M. Pierre-Paul FOURCADE, propriétaire-bailleur, avait été associé à la visite et il a pu répondre aux questions sur les travaux d'ores et déjà réalisés.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 9 Octobre 2021
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Lobbying - SVAADE
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 9 octobre 2021 07:42
À : Claude Trianon
Cc : Jean Paul Leroy-Tullie ; Hugues HOURDIN
Objet : SVAADE et Chaslerie

Cher Monsieur,

Je tiens à vous remercier pour votre visite d'hier à la Chaslerie, au titre de la Fondation du Patrimoine.

Vous avez pu vous rendre compte de l'ampleur, à mon échelle, du chantier à venir.

Je pense que vous avez également senti toute l'énergie que, les uns ou les autres, nous mettons pour rendre ce monument utile à la collectivité.

L'intervention de l'association est pour moi un choix lourd. Celle-ci m'a déjà conduit à réviser de fond en comble (travail toujours en cours) le site www.chaslerie.fr. A ce seul titre, sa contribution a déjà été très précieuse.
Il nous revient, à ce stade de la "période de transition", de trouver la bonne distance entre les bénévoles et le propriétaire.
Ce n'est pas la tâche la plus facile pour moi, tant je suis investi dans ce dossier et tant il est complexe. En plus, j'ai de fait un niveau d'exigence en termes de qualité, notamment des travaux donc de la maîtrise d'œuvre, qui ne facilitent sans doute pas les choses.

J'aurais grand plaisir, compte tenu de cette compréhension humaine que j'ai sentie en vous, de dialoguer avec vous à ces sujets.

Comme je l'ai dit hier, Jean Paul a eu - je crois que c'était fin juin - avec moi une conversation qui m'a ouvert les yeux. Mi-juillet, une réunion avec Jérôme NURY a eu le même rôle "séminal" (comme disent les universitaires) pour m'amener à changer de perspective. J'ai alors entrevu une possibilité me permettant de surmonter la déception de n'avoir pas, du moins pas encore, trouvé dans mon entourage, malgré de sincères efforts - je vous prie de le croire -, une réponse au besoin de me relayer à mon âge dans la maîtrise d'ouvrage.

Si Jean Paul le veut bien, je serais heureux de continuer à recueillir également auprès de lui des conseils judicieux qui, comme vous le voyez, font leur chemin dans mon esprit.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
« Pour faire face à la pénurie d’énergie, une seule solution : développer le nucléaire ! », Le Figaro, le 24 octobre 2021
Par Patrice Cahart


TRIBUNE - La hausse des prix de l’électricité s’explique par une pénurie qui a des causes en partie structurelles. Pour se préparer à la hausse spectaculaire de la consommation d’énergie, il faut conserver les réacteurs nucléaires actuellement en activité, rouvrir la centrale de Fessenheim et limiter de façon drastique les éoliennes, énergie intermittente peu fiable, démontre Patrice Cahart, inspecteur général des finances honoraire.

L’Europe vit une pénurie d’énergie. Les causes en sont multiples et, pour partie, extérieures. L’économie mondiale est brusquement repartie. La Chine méridionale a été privée d’hydroélectricité durant une période de sécheresse. Dans l’ensemble de la Chine, la production de charbon a reculé du fait d’un règlement de sécurité destiné à éviter les trop nombreux accidents. L’hiver européen de 2020-2021, assez long, a fait baisser les stocks de gaz, que les industriels cherchent à reconstituer malgré des manipulations russes. En Grande-Bretagne et en Allemagne, une carence de vent, au premier semestre de cette année, a fait tomber la production éolienne. Quelle imprudence d’avoir misé massivement sur cette ressource aléatoire! Et pourtant, la France veut imiter cette erreur.

Chaque fois, la déficience d’une source d’énergie a provoqué un report de demande sur les autres. La spéculation s’en est mêlée. Sur le marché français au comptant, le mégawattheure d’électricité (soit mille kWh) a atteint 260 euros et oscille encore aux environs de 85 euros - à comparer aux 50 euros moyens de 2019, dernière année avant la pandémie. Par ses interconnexions avec ses voisins, dont il était si fier, notre pays est en proie aux mêmes difficultés qu’eux, alors que l’importance de son parc nucléaire devait lui assurer une meilleure situation

Parmi les facteurs de hausse de prix de l’électricité, certains cesseront de jouer, mais d’autres perdureront ou se répéteront. À terme, le développement du numérique, celui des véhicules électriques, la préférence donnée au chauffage électrique pour les logements neufs, la substitution de l’électricité au gaz ou au charbon comme combustible pour diverses productions industrielles vont continuer de tirer la demande vers le haut. RTE Réseau de transport d’électricité s’attend à une hausse de 40 % à 50 % de la consommation française d’ici à 2050. Certains experts estiment ces pourcentages trop faibles...

Comment faire face?

Tout d’abord, il devrait être possible, au niveau européen, d’infléchir la tendance par des mesures de sagesse: interdiction des SUV, électriques ou thermiques, car la planète ne peut plus se permettre ce luxe ; prohibition des bitcoins, cette dangereuse monnaie non régulée, gourmande en électricité. Au niveau national, il conviendrait de favoriser la récupération de chaleur, laquelle a sur l’électricité l’avantage de pouvoir se conserver durant plusieurs jours (pompes à chaleur, capteurs thermiques préférables aux capteurs photovoltaïques, récupération de la chaleur des centres de données et de celle des égouts).

Parmi les sources d’électricité, seules devraient être encouragées celles qui ne sont pas intermittentes, et ne nécessitent donc pas un complément gazier polluant. Quelques possibilités existent encore du côté de l’hydroélectricité. La méthanisation des déchets agricoles bénéficie d’un engouement politique, mais doit être considérée avec prudence, en raison de son coût élevé et du risque que des quantités de maïs ou d’autres vivres n’y soient englouties.

La principale réponse au défi de la consommation électrique ne peut donc être trouvée que du côté du nucléaire, seule source capable de fournir des quantités de courant à la fois massives et régulières. Le stockage en profondeur offre une solution raisonnable au problème des déchets. Le président de la République nous laisse espérer, outre Flamanville 3, six nouveaux réacteurs de grande taille, plus des petits réacteurs modulaires.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, tient néanmoins le raisonnement suivant: même si ce programme encore incertain est lancé dès maintenant, les nouveaux réacteurs n’entreront pas en service avant une quinzaine d’années (ou plutôt une dizaine) ; d’ici là, il faut donc poursuivre à marche forcée, et malgré les protestations des habitants, les implantations d’éoliennes et de capteurs photovoltaïques.

Ce raisonnement est pernicieux.

Une éolienne terrestre ne fonctionne, en moyenne, dans notre pays, qu’à 24 % de sa puissance. Un capteur photovoltaïque, moitié moins. Où trouver le complément d’électricité nécessaire? Nos voisins, qui veulent supprimer à la fois leurs réacteurs et leurs centrales à charbon, seront tous en difficulté. Peut-on alors admettre, comme certains le proposent, que le nucléaire devienne l’accessoire des renouvelables, et que les réacteurs, équipements lourds, soient éteints et rallumés en fonction inverse du vent et du soleil? Le besoin grandissant d’électricité rend cette idée absurde. Les réacteurs, anciens ou nouveaux, devront fonctionner de façon continue - sous réserve des pauses pour entretien et des visites de sécurité.

Pour compenser l’intermittence des renouvelables, il ne reste plus que le gaz, affecté de trois défauts: il est devenu coûteux pour une durée difficile à prévoir, il est de plus en plus russe, ce qui nous mettrait dans la dépendance de Moscou, et il est polluant. Par conséquent, au lieu de bénéficier au climat, la prolifération des éoliennes et des capteurs photovoltaïques lui nuirait.

Si des raisons politiques la rendaient néanmoins inévitable, il faudrait la limiter de façon stricte: le photovoltaïque ne pourrait s’installer que sur les friches industrielles (150.000 hectares) ; l’éolien terrestre ne pourrait se développer qu’en remplacement des engins anciens par d’autres plus puissants mais pas plus hauts, au même endroit.

S’ajoutant aux différentes solutions évoquées, les nouveaux réacteurs devraient normalement couvrir les besoins de la quinzaine d’années qui viennent. Mais à une condition: qu’ils s’ajoutent aux réacteurs en place, au lieu de s’y substituer. Barbara Pompili évoque l’arrivée de ceux-ci en fin de vie, et déjà les experts commencent à discuter des modalités de leur démantèlement. Or, aux États-Unis, six réacteurs ont été autorisés à fonctionner jusqu’à leur quatre-vingtième anniversaire: deux en Floride, deux en Virginie, deux en Pennsylvanie. Leur technique est similaire à la nôtre. L’âge moyen de notre parc est inférieur à 40 ans. Cela lui laisse donc, logiquement, une espérance de vie d’une quarantaine d’années.

Les deux réacteurs de Fessenheim ont été arrêtés à l’âge de 43 ans, alors qu’ils fonctionnaient parfaitement. D’après l’exemple américain, trente-sept années supplémentaires étaient possibles. Sur cette durée, et en retenant un prix de vente modéré de 50 euros le mégawattheure, EDF aura perdu, du fait de la fermeture du site, la bagatelle de 22 milliards d’euros de recettes. Le début des opérations matérielles de démantèlement n’est prévu que pour 2025. Vite, rouvrons Fessenheim!

Les réacteurs à neutrons rapides, qui créent plus de combustible qu’ils n’en consomment, ont de bonnes chances de parvenir à un stade commercial nettement avant 2050. La France s’est mise hors jeu deux fois, en abandonnant Superphénix (1997) puis le projet Astrid (2019). Elle sera trop heureuse, le moment venu, d’acheter cette technique aux États-Unis, à la Russie ou à la Chine. Puis viendra sans doute la fusion nucléaire, qui résoudra presque tous les problèmes d’énergie.