Les amis de la Chaslerie

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 18 février 2024 05:20
À : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Cc : Xavier MEYER
Objet : La Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble - Erratum

Cher Monsieur,

A la page 74 (droite) de la dernière version que vous nous avez communiquée de votre "étude de diagnostic d'ensemble", je vous prie de substituer l'expression "arrière-petite-nièce" à celle, "petite-nièce", qui y figure à la deuxième ligne de la note de bas de page n°32.

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)

Ce courriel a pour objet de nous éviter, si tant est que la chose soit possible, qu'un "érudit local autoproclamé contemporain" ne nous prenne plus longtemps pour cible si cette correction était omise.

On sait en effet que ce rustre, bien connu comme tel sur la place, vient de faire changer la dénomination, sinon l'acronyme "A.R.C.D.", de l'association qu'il préside, "attendu qu'(il n'organise) plus de chantiers sur le site du château depuis longtemps". Et pour cause : il avait été condamné par la Justice de notre pays pour des fouilles illégales dans l'enceinte de ce monument classé. Désormais l'A.R.C.D. serait habilitée à intervenir en matière de "Recherche historique", non plus seulement "médiévale" (terme il est vrai quelque peu galvaudé par ici puisque, selon les élus de proximité en charge du "projet MORIN", il concernerait même un palais de justice bâti au XIXè siècle) et non plus propre au château mais sur le "Domfrontais dans son ensemble".

Extrait du projet de compte rendu de l'A.G. du 20 janvier 2024 de l'A.R.C.D.


Notons au passage que les prétentions de cet individu sont d'autant plus cocasses qu'il s'affranchit allègrement, pour autant que je sois libre de m'exprimer à ce sujet, de tout scrupule tenant à la déontologie applicable en matière de recherches historiques puisqu'il persiste à refuser de nous communiquer, à "La SVAADE", à "Les Amis de la Chaslerie" ou à moi, le texte des trouvailles sur les LEDIN sur lesquelles il aurait mis la main.

Or, malgré sa mauvaise foi ainsi prouvée, du moins selon moi, ce propriétaire du siège de l'ancienne vicomté de Domfront (charge tenue plusieurs fois par un LEDIN) entend se placer en accusateur, procureur, juge et dispensateur de peines qu'il prononcerait sans jamais avoir permis à la défense de s'exprimer : encore un bel exemple pour la jeunesse de la part de cet éducateur qui fut également sanctionné à ce titre, cette fois par le Rectorat (si mes souvenirs sont bons) !

A noter que, considérant pour ma part que "la bave du crapaud n'atteint point la blanche colombe", je n'ai pas daigné répondre par voie de presse comme il eut été possible, à la campagne que ce Savonarole au petit pied paraît décidé à mener contre moi. Mais l'on ne saurait exclure qu'il donne de nouveau libre cours à ses passions tristes, auquel cas j'aviserais.
(Début de citation)

From: Meyer Xavier
Sent: Sunday, February 18, 2024 8:48:16 PM
To: Jean-Philippe CORMIER
Subject: Remarques concernant la vindicte globale de M. CORMIER contre Monsieur FOURCADE, la famille LEDIN et partant, contre « La Chaslerie ».

Monsieur

J’ai pris connaissance avec désolation de votre attitude choquante, partiale et plutôt indigne d’un président d’association savante,
Tout d’abord, en tant qu’historien, vous devriez. savoir que pour annoncer des faits historiques ou, a fortiori, prendre des positions en la matière, il est recommandé de citer et partager ses sources, à moins que cette obligation ne soit réservée aux seuls profanes ou amateurs … auxquels on en refuserait l’accès …
S’agissant de l’alliance de la famille LEDIN avec celle des BASSSOMPIERRE au XVIIIème siècle, il est intellectuellement fallacieux de prétendre qu’elle ait pu être mise en avant pour établir l’ancienneté médiévale de la noblesse des LEDIN. En revanche, ce qui est sûr et d’évidence, c’est que le caractère illustre et reconnu de cette famille au titre de sa carrière, tant dans des hautes fonctions civiles à DOMFRONT que dans l’importance de son comportement militaire et son soutien à l’autorité royale lors des guerres de religion et des troubles qui s’en suivirent, ne peuvent qu’expliquer sa noblesse, son ascension sociale et son crédit auprès de familles de la plus haute noblesse du royaume, par la suite.

X. MEYER.

(Fin de citation)

N.D.L.R. : Si je puis me permettre, c'est, me semble-t-il, faire beaucoup trop d'honneur à ce rustre partial et à la déontologie défaillante que le qualifier d'historien.

Pierre-Paul FOURCADE

N.D.L.R. 2 (du 19 février 2024 à 2 heures) : En réponse au courriel ci-dessus du président de "La SVAADE", l'"érudit local autoproclamé contemporain" a écrit, entre autres produits de sa logorrhée :

(Début de citation)

vous avez évidemment mal lu. Je ne vois pas en quoi une alliance avec les Bassompierre au XVIIIe s aurait contribué à "établi[r] l'ancienneté de la noblesse médiévale des Ledin". Il a été écrit sur LE blog, quelque part, ou sur l'étude préalable en cours, je ne sais plus, que "cette alliance aurait favorisé l'ascension sociale des Ledin", donc au début du XVIIe s. Mais comme cette très lointaine alliance remonte en fait au XVIIIe s, l'objection reste pleine et valable.

(Fin de citation)

Un donneur de leçons et qui ne sait même pas indiquer ses sources, belle preuve supplémentaire de la rigueur intellectuelle bien connue de ce Jean-Philippe CORMIER, président de l'A.R.C.D.

J'ai en effet vérifié, tant sur le projet d'"étude préalable d'ensemble" de l'excellent M. PAQUIN que sur l'ensemble du site favori (pages "Privé" incluses), ceci via ses deux moteurs de recherche, et je n'ai vu nulle part - je dis bien nulle part - l'extrait cité à tout-va ("qui aurait favorisé l'ascension sociale des sieurs de la Chaslerie au début du XVIIè s"), alors que ce cuistre a clairement mis en exergue l'alliance entre les BASSOMPIERRE et les LEDIN comme seul "exemple concret" des "allégations fausses qui y regorgent" selon ses termes très précis et parfaitement vérifiables, eux :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 19 février 2024 03:28
À : Xavier MEYER
Cc : Autres membres du bureau de "La SVAADE" ; membres du bureau de "Domfont-Patrimoine au Carré"
Objet : RE: Remarques concernant la vindicte globale de M. CORMIER contre Monsieur FOURCADE, la famille LEDIN et partant, contre « La Chaslerie ».

Cher Xavier,

Ce courriel du président de l'A.R.C.D. suffit à illustrer que cet "érudit local autoproclamé contemporain", incapable de citer ses sources lorsqu'il lance ses accusations et autres imprécations, n'hésite jamais en revanche à affirmer n'importe quoi tant ses passions tristes l'aveuglent.

Le voici qui se permet de critiquer les constats divers et conclusions d'un architecte du patrimoine en tous points remarquable. Les affirmations de ce pauvre président de l'A.R.C.D., tant sur les douves que sur le pavement de la Chaslerie sont autant de preuves supplémentaires qu'il paraît avoir l'esprit quelque peu dérangé. Toujours aussi dérangé si je puis me permettre.

Si ma mémoire est bonne, ce rustre a en effet déjà été condamné par la Justice de notre pays pour ses contributions en matière de monuments historiques, à l'occasion de ses interventions illégales au château de Domfront.

Je propose qu'on le laisse patauger dans ses méthodes coutumières que nous avions encore repérées à l'automne dernier quand, du haut se son ignorance juridique crasse, il couvrait, même en public, les forfaitures à répétition du président de la défunte "Domfront-Patrimoine".

Ici aussi le spectacle peut être considéré comme assez cocasse. Même si de nature à ridiculiser tous ceux qui accorderaient encore, au moins potentiellement, le moindre crédit à un tel cuistre.

Amicalement,

PPF


______________________________________________________________________________________

De : Xavier Meyer
Envoyé : dimanche 18 février 2024 23:04
À : Fourcade Pierre-Paul <penadomf@msn.com>
Objet : Fwd: Remarques concernant la vindicte globale de M. CORMIER contre Monsieur FOURCADE, la famille LEDIN et partant, contre « La Chaslerie ».


!!!

Début du message transféré :

De: Jean-Philippe CORMIER <jph-cormier@hotmail.fr>
Date: 18 février 2024 à 21:47:16 UTC+1
À: Meyer Xavier
Objet: RE: Remarques concernant la vindicte globale de M. CORMIER contre Monsieur FOURCADE, la famille LEDIN et partant, contre « La Chaslerie ».


Monsieur,

je vous remercie de votre avis éclairé et de vos leçons de morale déplacées. Comme l'esprit critique ne vous étouffe guère, sauf quand il s'agit de me critiquer, vous me voyez désolé de voir que vous continuez à gober les forgeries des Ledin des XVIIe et XVIIIe siècles sans discernement.

Je suis au regret de vous apprendre que tout ce que à quoi vous faites référence est faux : il n'y a pas eu d'exploits militaires des Ledin, sauf ceux qu'ils se sont inventés eux-mêmes. Leur noblesse ne remonte pas avant le débit du XVIIe s, il n'y a pas de Ledin au moyen âge (et je n'ai même pas repéré des Chasles, même paysans, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en avait pas), le camp retranché ligueur à la Chaslerie est une invention (tirée de votre extrapolation gratuite d'une extrapolation elle-même sans fondement de Lasseur, tome II, p. 133, qui étend à tous ce qui est attesté pour le seul manoir de la Pallu, et encore n'est-il pas question de fortifications) ; que si le mr de Chaslerie, qui est toujoprs prompt à se plaindre, mais qui aime tant balancer ses petites vacheries fielleuses envers les autres (faire preuve de charité chrétienne et ne pas faire à autrui ...), lisait l'étude qu'il a payée à M. Yvard, il aurait retenu que les douves de son manoir favori ont été mises en eau en 1620, ce qui est un peu tardif pour protéger un camp à l'époque de la Ligue, mais pas pour jouer au nobliau parvenu (il n'y a pas d'époque pour cela) ; que s'il avait lu le livre de raison de Jacques de la Pesnière, il aurait appris que ce dernier n'avait fait paver sa cour que sur un tiers de sa surface, pour raison d'économie, et qu'il n'est donc pas pertinent d'envisager la construction précoce d'une aile pour fermer la cour du manoir.

Mais je perds mon temps à vouloir vous instruire, quand vous ne voulez pas l'être. Vous vous êtes placé sous influence, au point d'en avoir perdu tout sens de la rigueur historique. J'espère que votre fille trouvera aux AD 76, archives de la Cour des comptes de Normandie et du Parlement, les documents que les chercheurs modernistes de l'ARCD connaissent depuis plusieurs décennies. Je vais néanmoins vous livrer une information : Pierre Ledin, dès 1575, vous noterez la célérité, s'est fait rembourser pour les déprédations commises par les protestants sur ses biens meubles et immeubles la coquette somme de 16.075 £ 6 s 2 d. On comprend qu'il ait eu de quoi doter grassement ses filles et se faire construire le manoir avec le reliquat. A part cela, je ne vois pas en fonction de quelle "déontologie" je travaillerais gratuitement pour le mr de la Chaslerie, auquel vous allez vous empresser de faire copie de ce courriel, en fidèle séide que vous êtes. Après tout, M. Yvard s'est bien fait payer, que je sache.

Il est amusant de voir que vous contemptez celui à qui vous proposiez il y a peu de prendre la présidence de Domfront-Patrimoine, avant le déroulé des évènements que nous savons. Votre jugement était-il donc tellement altéré à l'époque ? Il est amusant de voir le mr de la Chaslerie en revenir à chercher la caution de Caillebotte, alors qu'il le dénigrait pas plus tard qu'en novembre dernier, lui reprochant d'être "un érudit local autoproclamé [déjà !!!], de surcroît favorable aux idées révolutionnaires" (Blog favori, onglet "désultoirement vôtre" [sic !], p 352, 28/11/ 2023, 8 h 16. Voyez, je cite mes sources). Bref, vous changez de position à vue, en fonction de vos aveuglements. Je suis heureux d'avoir constaté la correction de la question, somme toute secondaire, de l'arrière-petite nièce de Bassompierre. Il conviendrait maintenant d'aller plus loin, mais c'est certainement trop demander.

Vous auriez pu - et dû - vous abstenir de m'écrire. Vous comprendrez que je n'ai pas l'intention de polémiquer plus avant.

J-Ph CORMIER

(Fin de citation)