La SVAADE (travaux)

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 18 avril 2024 19:43
À : sarl.boussin.liegeas <sarl.boussin.liegeas@orange.fr>
Cc : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; Xavier MEYER
Objet : La Chaslerie - Aménagement d'un encadrement de porte sur une ancienne ferme de la cave.

Franck,

A la réflexion, c'est bien gentil d'avoir préservé la dernière ferme de la cave mais je préférerais pouvoir accéder facilement au rangement qui sera aménagé derrière cette cloison :

18 avril 2024.


Pouvez-vous me préparer un devis en vue de couper la grosse poutre horizontale et d'installer l'encadrement d'une future porte ?

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Avant que je commence à l'étudier sur le tirage-papier qui, me dit l'imprimerie MOUTURAT de Flers, est prêt, voici la dernière version en date, celle du 22 avril dernier, de l'"étude de diagnostic d'ensemble" d'Arnaud PAQUIN :

Sommaire.
Page 1 - Préambule.
Pages 2 à 20 - Relevés de la cour et du logis.
Pages 21 à 31 - Relevés de l'aile Ouest.
Pages 32 à 37 - Relevés de l'aile Nord.
Pages 38 à 43 - Relevés de la chapelle.
¨Pages 44 à 48 - Relevés de la cave.
Pages 49 à 58 - Relevés de la ferme.
Pages 59 à 64 - Relevés de la charretterie.
Pages 65 à 82 - Étude historique et patrimoniale - Des origines supposées jusqu'à la Révolution, la famille LEDIN.
Pages 83 à 87 - Étude historique et patrimoniale - De la Révolution à 1991.
Pages 88 à 92 - Étude historique et patrimoniale - Les travaux menés depuis 1991.
Page 93 - Étude historique et patrimoniale - Sources et bibliographie.
Pages 94 à 99 - Étude historique et patrimoniale - Plans de chronologie relative.
Pages 100 à 108 - Étude historique et patrimoniale - Plans de chronologie relative (suite et fin).
Pages 109 à 119 - Diagnostic sanitaire - Les abords, la cour.
Pages 120 à 134 - Diagnostic sanitaire - Le logis.
Pages 135 à 141 - Diagnostic sanitaire - Le bâtiment Nord.
Pages 141 à 151 - Diagnostic sanitaire - L'aile Ouest.
Pages 151 à 154 - Diagnostic sanitaire - La chapelle.
Pages 155 à 157 - Diagnostic sanitaire - Le fournil du manoir et la cave.
Pages 157 à 161 - Diagnostic sanitaire - La cave.
Pages 182 à 166 - Diagnostic sanitaire - La ferme.
Pages 167 à 177 - Projet et programmation des travaux.
Pages 178 à 183 - Plans du projet - Le logis.
Pages 184 à 189 - Plans du projet - L'aile Ouest.
Pages 190 et 191 - Plans du projet - La chapelle.
Pages 192 et 193 - Plans du projet - La charretterie.
Pages 194 à 198 - Plans du projet. La cave.
Pages 199 à 208 - Plans du projet - La ferme.
Pages 209 à 223 - Estimation (non fournie ici).
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 28 avril 2024 06:30
À : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Cc : Xavier MEYER
Objet : RE: La Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble (EDE) - Version du 22 avril 2024

Cher Monsieur,

J'ai revu les trois premières parties (jusqu'à la page 166) de la dernière version de l'étude en question. Je n'y ai guère que des corrections de forme à demander. Mais elles sont très nombreuses. Dans ces conditions, l'idée que je vienne à votre cabinet pour les détailler me paraît de très loin la meilleure et la plus efficace. En fin de partie 3 (diagnostic sanitaire), j'aurais besoin d'une récapitulation par bâtiments des surfaces SHOB et des surfaces effectivement habitables en l'état.

Je suis prêt à venir à Avranches, dès que possible pour vous, pour faire part de ces demandes de correction sur ces trois premières parties et m'assurer qu'elles sont prises en compte. Ceci devrait permettre de considérer que le texte de ces 166 premières pages est bouclé.

En revanche, s'agissant de la fin de l'étude (au-delà de la page 167), le texte ne me convient pas, notamment quant au plan retenu, et je devrai le réécrire en totalité. En particulier :
- vous avez eu raison de prévoir un laïus introductif au début de la partie 4 pour donner les raisons des travaux projetés mais ce texte ne saurait comporter ici de chiffrages des coûts, ceux-ci n'apparaissant qu'en partie 5 (au-delà de la page 209). Je vais donc réécrire ce laïus introductif, en en expurgeant les aspects de "programmation" (qui ont en revanche toute leur place en toute fin de l'EDE) ;
- après la partie 5 (Estimation), il convient en effet de prévoir une partie 6 (Programmation) qui chiffre les différentes tranches envisageables, puis en classe les priorités, si possible en faisant intervenir un "critère d'ordre" chiffré et, en tout état de cause, en en appelant au bon sens (dans l'esprit de votre laïus introductif à la partie 4). Je vous proposerai un texte pour cette partie 6 qui, en l'état du dossier, va encore me demander un gros travail ;
- quant à la partie 5, il reste à choisir, entre les versions que vous en avez proposées, le niveau de détail qui figurera à ce sujet dans l'EDE, telle qu'elle sera diffusée.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Je vais passer la matinée à Avranches, au cabinet d'Arnaud PAQUIN, pour essayer de stabiliser la rédaction des trois premières parties de son "étude de diagnostic d'ensemble".

Pour les trois parties suivantes, je commence à y voir clair sur la façon de les présenter.

Toutefois, à propos de la partie VI (et dernière), j'ai encore besoin de quelques précisions de la part d'Arnaud PAQUIN.

Et tout ceci est sous réserve que je ne débusque pas de loup dans sa partie V, sur l'estimation.

P.S. (à 13 heures 15) : La réunion a été utile.

Arnaud PAQUIN reprendra la rédaction relative au conduit de la cheminée Nord du logis. Il considère que l'implantation de la cheminée de Mebzon était une erreur qui a nécessité la division en deux du conduit. Or, selon lui, il n'y avait là, à l'origine, de cheminée qu'au rez-de-chaussée. Il recommande donc de ne pas installer la cheminée de la Julinière (du XVIIè siècle) à la place où Henri LEVÊQUE avait fait poser celle de Mebzon.

Je reste donc avec une belle cheminée manoriale de granit sur les bras...
Deux, devrais-je dire, car celle de Mebzon (qui est du XIVè siècle) est toujours disponible.

Avis aux amateurs !
Voici Lucile BOURDIN-NORGEOT, la collaboratrice d'Arnaud PAQUIN, prise en photo ce matin pendant que je lui faisais part de mes idées de corrections à la dernière version de l'"étude de diagnostic d'ensemble". Elle sourit, on voit donc à quel point elle est patiente face à un pinailleur de mon genre :

2 mai 2024.


Elle travaille là au bureau d'Arnaud PAQUIN. Au premier plan de la photo, deux maquettes 3-D de monuments dont Arnaud PAQUIN est le maître d’œuvre de la restauration. Du manoir favori, bien sûr. Mais aussi, à la même échelle paraîtrait-il (je parle des maquettes), du château de Balleroy.

2 mai 2024.


Belle compagnie, isn't it ?
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 14 mai 2024 17:47
À : Lucile Bourdin-Norgeot <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>; Xavier MEYER
Objet : RE: Diagnostic-manoir-Chaslerie-Parties I-II-III

Madame,

J'ai commencé à étudier la version de ce jour des parties I à III.

J'aurais encore certaines corrections de forme à présenter.
Je pense qu'il n'y en aura plus beaucoup mais il me semble que le plus simple pour vous les communiquer serait que je repasse à Avranches.
Seriez-vous disponible vendredi matin tôt ?

Quant aux parties IV à VI, j'entends y travailler dans les meilleurs délais mais, en raison de divers autres engagements, je doute d'être prêt avant le milieu de la semaine prochaine.

Cordialement,

PPF

__________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 14 mai 2024 12:42
À : Lucile Bourdin-Norgeot <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>; Xavier MEYER
Objet : Re: Diagnostic-manoir-Chaslerie-Parties I-II-III

Merci beaucoup !

Dans un premier temps, je vérifie tout cela.
Dans un second temps, je reviendrai vers vous pour la suite.

Cordialement,

PPF

Envoyé de mon mobile
Envoyé à partir de Outlook pour Android

__________________________________________________________________________________________________

From: Lucile Bourdin-Norgeot <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Sent: Tuesday, May 14, 2024 11:54:16 AM
To: Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; Xavier MEYER
Subject: Diagnostic-manoir-Chaslerie-Parties I-II-III

Bonjour Monsieur Fourcade, Monsieur Meyer

Voici l'assemblage des trois premières parties du diagnostic mises à jour selon vos remarques.
Les surfaces demandées sont à la page 169 :
Introduction.
Relevés.
Etude historique et patrimoniale.
Diagnostic sanitaire.
Récapitulation des surfaces.
Je vous laisse revenir vers moi pour les parties IV-V et VI lorsque vous aurez achevé votre écrit.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement

Lucile Bourdin-Norgeot
Collaboratrice d'architecte

Atelier PAQUIN architecte D.P.L.G.
architecte du Patrimoine DSA Chaillot.

2, rue du Collège 50300 AVRANCHES
Tél. 02 50 26 01 32
atelierpaquin.architecte@gmail.com
lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com

(Fin de citation)
Premières vérifications :

1 - Me fondant sur les plans à ma disposition, j'avais coutume de dire et d'écrire que la Chaslerie compte 2 400 m2 de surface hors oeuvre brute (S.H.O.B.).

Le tableau de la page 172 et dernière de la dernière transmission du cabinet PAQUIN m'apprend que le bon chiffrage est 2 504,23 m2, ceci sans tenir compte des deux fournils dont l'étude en question n'évoque l'existence que marginalement (sauf dans le "Diagnostic sanitaire").

2 - De même, je prétendais qu'il n'y a à la Chaslerie que 65 m2 habitables toute l'année.

Le même tableau me confirme ce chiffre, sachant que je ne retiens que les pièces du bâtiment Nord chauffées par la vieille chaudière actuelle, c'est-à-dire que je ne tiens pas compte de la cuisine ni de la "buanderie". Pour bien faire, il faudrait ajouter à ce décompte la surface du fournil de la ferme, bâtiment équipé d'un chauffage électrique par le sol.

Bref les données que je fournissais à propos des surfaces n'étaient pas grossièrement fausses, ce dont je n'étais pas persuadé avant ces vérifications sur la base des bonnes mesures.

P.S. (à 18 heures) : Le total des m2 potentiellement habitables du tableau de la page 172 omet à tort la ferme. En corrigeant cet oubli, on arriverait à quelque chose de l'ordre de 1 700 m2, soit un tiers de moins que la surface S.H.O.B.

Ce résultat ne me surprend guère en raison, d'une part, de l'importance des combles, notamment dans le logis et dans les diverses tours, d'autre part du jeu de la "loi Carrez", par exemple dans le "bâtiment Nord".
Carole et "Cambérabéro" me demandaient tout à l'heure pourquoi je passe tant de temps à relire et de soin à caviarder les versions successives de l'"étude de diagnostic d'ensemble" que l'on sait :

15 mai 2024.


Ma réponse tient en deux points :
- d'abord j'y suis obligé car mon ordi ne dispose pas de la bonne version du logiciel "Word" contrairement au cabinet PAQUIN ; par voie de conséquence, je suis empêché de porter mes corrections en ligne, je suis obligé d'imprimer le texte en format A3 (car je me crève les yeux sur le tirage en A4 auquel est cantonnée mon imprimante) ; donc je perds énormément de temps à faire enregistrer mes amendements par le cabinet PAQUIN et en suis même réduit, désormais, à préférer les leur communiquer directement en me rendant chez eux ;
- deuxièmement et plus profondément, je tiens à ce que cette étude soit, de fait, mon testament spirituel en ce qui concerne la Chaslerie. Je veux dire par là que j'entends que mon successeur, quel qu'il soit ou puisse être, à la barre de ce monument trouve dans ces pages et en bon ordre tout ce que, depuis trente-trois ans, j'ai pu apprendre à propos de ce paquebot ou imaginer de plus sérieux pour ses prochaines courses en haute mer.

Bien sûr, nous sommes tous conscients que je n'aurai plus le temps, la force ni (sauf miracle) les moyens financiers de mener à son terme le projet caressé de mettre le monument à la disposition de "classes de maîtres", avec le souci de la transmission, à un vaste public, de "programmes culturels de qualité" ("élitistes", disent les kékés).

Mais je dois reconnaître que, dans un tel domaine également et même parmi mes proches comme Carole ou les personnes les mieux disposées à mon égard comme "Cambérabéro", j'ai du mal à partager, je ne dis même pas à faire prospérer, l'idée de la "qualité FOURCADE" qui m'est chère ("une certaine idée de la France" si l'on se hasarde à pousser un peu le raisonnement ; disons plutôt une certaine échelle de valeurs).

Ainsi, je suppose que je mourrai incompris. Mais cette perspective, des plus probables à mes yeux, ne m'empêchera pas d'avancer, à ma façon, tant que je le pourrai encore.
Lucile BOURDIN-NORGEOT m'a transmis ce soir une nouvelle mouture des parties I à III du projet d'"étude de diagnostic d'ensemble" que l'on sait :
- Préambule.
- Relevés du logis et de l'aile Ouest.
- Relevés de l'aile Nord et des dépendances.
- Etude historique et patrimoniale jusqu'à la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale depuis la Révolution.
- Etude historique et patrimoniale - Plans de chronologie relative.
- Diagnostic sanitaire des abords.
- Diagnostic sanitaire des bâtiments sur cour.
- Diagnostic sanitaire des dépendances.

Je viens d'imprimer en recto-verso le fichier en question sur du papier A3 puis j'ai relié sommairement ces 222 pages (à comparer à 172 dans le version précédente car on a cherché à aérer le document de manière à en rendre la lecture plus confortable) :

25 mai 2024.


Je trouve ainsi qu'avec cette nouvelle version, on a nettement progressé en termes de lisibilité. Mais je m'aperçois qu'il reste diverses petites corrections à apporter, la plus importante étant, à première vue, le renvoi du texte de la page 147 juste après la page 126.

Quoi qu'il en soit, je vais pouvoir, sur cette base ainsi qu'à partir des éléments reçus le 28 avril dernier, remodeler le texte des parties IV et V puis rédiger ma version de la partie VI.

Avec un peu de chance et encore beaucoup de travail, on devrait ne pas être loin de pouvoir mettre un point final à cette "étude de diagnostic d'ensemble" en temps utile avant l'A.G. de La SVAADE programmée pour le 13 juin prochain.
Je viens de terminer les pointages des parties I, II et III de la version du 22 mai dernier de l'"étude de diagnostic d'ensemble". Ce n'était pas du luxe. Le problème est qu'à chaque relecture, j'ai trouvé des choses à rectifier. J'espère en avoir cette fois fini avec ce travail sur ces parties.

Je vais maintenant me pencher sur les parties IV et V, sur lesquelles je pense pouvoir aller vite en l'état de leur version du 22 avril dernier, et sur la VI qui est certainement plus délicate à rédiger, d'autant qu'elle a vocation à couronner l'ensemble et qu'elle suppose une capacité de financement dont je ne dispose pas, très loin s'en faut.

Mais mon souci est, comme toujours depuis le lancement de cette étude, d'éclairer l'avenir autant que faire se peut, dans l'intérêt du monument et dans celui de mon successeur, quel qu'il puisse être.
Le milliardaire Jean-Claude Gandur choisit Caen pour construire son musée, plutôt que Bordeaux.

Le milliardaire suisse Jean-Claude Gandur vient de confirmer qu'il choisissait Caen, parmi 7 villes candidates en France, pour bâtir un musée et y abriter sa collection d'art XXL :


N.D.L.R. : Où peut-on le joindre ? Certains auraient peut-être un projet de mécénat culturel à lui recommander dans le bocage normand...
Erreur de débutant, j'ai oublié hier de sauvegarder toute une partie de mon travail relatif au "IV - Le projet" de l'"étude de diagnostic d'ensemble". Au rallumage de l'ordi ce matin, alors que je souhaitais poursuivre et avancer jusqu'à boucler la partie "V - Estimation", il ne me reste guère du IV que l'introduction et l'essentiel du texte relatif au logis. Heureusement mes idées sont assez fraîches pour que la réécriture soit plus rapide. Mais c'est quand même très stupide de ma part.

P.S. (à 8 heures 10) : Je ne sais pas comment j'ai fait mais j'ai retrouvé, dans un coin de l'ordi, mon travail d'hier.

Mystère des techniques modernes...

P.S. 2 (à 16 heures) : Je viens de finir de consigner par écrit la réorientation du texte de la partie IV à laquelle il me paraît nécessaire de procéder en vue d'en éliminer toutes considérations sur les estimations de coûts ou la programmation des tranches de travaux puisque ces deux questions ont vocation à être traitées dans les parties V et VI.

P.S. 3 (à 16 heures 30) : Dans l'immédiat, j'ai la flemme d'attaquer les 56 pages de la partie "V - Estimations", ne serait-ce que parce qu'il me manque un minimum de laïus de l'architecte pour expliquer sa méthodologie d'évaluation. Je me borne à compléter à la marge mon laïus précédent et j'envoie le tout au cabinet PAQUIN, en espérant qu'ils puissent adapter en conséquence le texte de ces parties IV et V suffisamment tôt pour que cela puisse m'aider dans mes réflexions sur la partie "VI-Programmation".

P.S. 4 (à 17 heures 15) : J'y vois clair sur ce que serait un bon plan de la partie VI. Je suppose qu'une journée de travail me suffira amplement pour en rédiger le texte. Donc la réunion de vendredi prochain au cabinet PAQUIN pourra permettre de s'approcher du texte définitif de cette "étude de diagnostic d'ensemble". Et l'A.G. du 13 juin prochain de La SVAADE pourra évoquer utilement ce très important document.

P.S. 5 (à 20 heures 15) : J'ai noté sur un tableur Excel, pour chacune des 16 tranches identifiées par le cabinet PAQUIN, le coût du projet et le nombre de m2 concernés. Je pensais en tirer un ratio donnant, pour chaque tranche envisagée, son coût au m2. J'imaginais pouvoir, grâce à ce ratio, classer les tranches de manière à faire passer en premier la réalisation des travaux rapportant le plus de m2 habitables supplémentaires pour une même somme tirée de ma poche (c'est-à-dire nette des subventions espérées, ce qui est d'ailleurs en soi un vaste sujet et ô combien décevant pour ce qui me concerne).

Ce tableau me montre hélas que, comme je l'avais craint précédemment et malgré les assurances qui m'avaient été données, les données de la version du 22 avril dernier de la partie V comportent nombre d'invraisemblances, y compris, semble-t-il, grossières. Je crains de ne pouvoir échapper à un long et très fastidieux pointage de l'ensemble de ces chiffres puis à des échanges pénibles avec le cabinet PAQUIN, perspectives dont je me serais volontiers passé.

Par voie de conséquence, je doute que nous puissions tenir l'échéancier que j'avais envisagé dans mon P.S. 4 ci-dessus...

Ceci dit, inutile de se monter le bobichon dès ce soir. Il faut d'abord que je vérifie si ma déception est fondée. Encore de longues heures de travail pour ce qui me concerne...
Je viens d'appeler l'Atelier PAQUIN pour me faire préciser les taux de T.V.A. applicables à mon chantier.

Lucile BOURDIN-NORGEOT, l'interlocutrice à qui je fais habituellement part de mes demandes d'amendements au texte, m'a répondu que :
- le taux de 10 % est applicable aux travaux sur parties habitables,
- le taux de 20 % aux autres
- mais que le taux de 20 % est également applicable aux travaux sur parties habitables dès lors que plus de six corps de métier interviennent.

Je pense qu'il vaut mieux que je m'abstienne de commenter cette réglementation car je pourrais une nouvelle fois être très désagréable.
Et on a déjà compris ce que je peux penser de ce genre de raffinements...
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 mai 2024 12:19
À : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Cc : Xavier MEYER ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; Lucile Bourdin <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Objet : RE: Taux de T.V.A. applicable aux travaux à la Chaslerie

Cher Philippe,

C'est bien ce que je disais, c'est un invraisemblable micmac.

Afin d'éviter de nous arracher plus longtemps les cheveux, je prie l'Atelier PAQUIN de retenir pour l'ensemble le taux de 10 %.

En effet :
- d'une part, ni La SVAADE, ni moi n'avons renoncé à l'exonération de la T.V.A. des droits d'entrée.
Pourriez-vous néanmoins, Philippe, m'indiquer les conséquences qu'aurait une telle renonciation, et sur quoi porteraient ces conséquences ?
- d'autre part, nous paraissons à première vue relever des dispositions du 210-II-2-b de ce BOFIP, du moins dès lors que l'on entre dans les arcanes de son troisième tiret et de ses deux derniers alinéas.

On pourra l'indiquer dans un paragraphe de l'introduction de la partie "V-Evaluation" de l'"étude de diagnostic d'ensemble".

Amicalement,

PPF
______________________________________________________________________________________

De : Philippe Durand (FR) <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Envoyé : lundi 27 mai 2024 10:58
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Xavier MEYER ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; Lucile Bourdin <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Objet : RE: Taux de T.V.A. applicable aux travaux à la Chaslerie

Cher Pierre-Paul,

Ci-joint l'extrait pertinent du BOFIP BOI-TVA-LIQ 30-20-90-10.
Les hypothèses sont multiples. Je vous laisse commencer à essayer de vous y retrouver.
A la lecture, on a le sentiment qu'il est quand même assez aisé de cocher la bonne case.


Amicalement

Philippe Durand
Associé
Avocat, Barreau des Hauts-de-Seine
PwC Société d’Avocats
Crystal Park – 61, rue de Villiers – 92208 Neuilly-sur-Seine Cedex – France
+33 (0) 6 32 64 92 69
philippe.durand@avocats.pwc.com
______________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 mai 2024 10:48
À : Philippe Durand <philippe.durand@avocats.pwc.com>
Cc : Xavier MEYER ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; Lucile Bourdin <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Objet : Taux de T.V.A. applicable aux travaux à la Chaslerie

Cher Philippe,

Vous connaissez la Chaslerie, sa faible habitabilité réelle en l'état du chantier mais aussi les ambitieux projets de LA SVAADE en matière de travaux.

Dans le cadre de l'"étude de diagnostic d'ensemble" confiée à M. PAQUIN, il est fait état de taux de T.V.A. de 10 ou 20 % selon que les travaux portent sur des parties habitables ou pas. Il y aurait même un raffinement supplémentaire au cas où les travaux sur des parties habitables feraient intervenir plus de six corps de métier ou moins.

L'atelier PAQUIN m'affirme que telle est la réglementation actuelle. Pourtant, quand je mène mon enquête via "Google", il semble en ressortir que le critère pertinent porte sur l'ancienneté des bâtiments en travaux, avec un cliquet à deux ans. Vous connaissez en outre mes interrogations sur la notion fiscale d'habitabilité, du moins au sens de la taxe d'habitation.

Pourriez-vous me dire ce qu'il en est vraiment de cet invraisemblable micmac ?

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
Parmi les documents transmis à ce jour par l'Atelier PAQUIN figurent :
- en pages 1 à 56 d'un envoi du 22 avril dernier, le détail des estimations du coût du chantier, fournis par bâtiment, par pièces de chaque bâtiment, par corps de métier et pour chacun des postes d'intervention de ces corps de métier ;
- en page 222 de l'envoi du 22 mai dernier, les surfaces des différentes pièces du monument, indiquées bâtiment par bâtiment.

Avant de me livrer à une étude critique des ces données, je les ai regroupées de la manière suivante :


Ce premier tableau fournit, pour chacune des seize tranches de travaux que propose Arnaud PAQUIN, les données suivantes :
- son coût H.T. et hors honoraires d'architecte (je l'appelle "H.T.),
- son coût T.T.C. et y compris les honoraires d'architecte (je l'appelle "tout compris"),
- la surface des pièces prises en compte pour chacune des tranches
- et ce que j'appelle le "ratio PPF", obtenu en divisant, pour chacune des seize tranches en question, le "tout compris" par la surface concernée.

J'ai sorti de ce premier tableau les données relatives aux bâtiments qui, en l'état de l'étude, ne donneraient pas lieu à de nouveaux travaux, à savoir :
- les parties de l'Aile Nord autres que la cuisine et l'arrière-cuisine,
- les parties de la charretterie autres que la pièce où serait installée la chaufferie centrale,
- et les deux fournils.

(A suivre car Speedy Gonzales insiste beaucoup pour que je le sorte...).
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 mai 2024 17:36
À : Lucile Bourdin-Norgeot <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>; Xavier MEYER
Objet : RE: Diagnostic - Partie IV

C'est parfait. Je vous en remercie.

A vendredi !

Cordialement,

PPF

_______________________________________________________________________________________

De : Lucile Bourdin-Norgeot <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Envoyé : lundi 27 mai 2024 17:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; Xavier MEYER
Objet : Diagnostic - Partie IV

Bonjour Monsieur Fourcade, Monsieur Meyer,

Veuillez trouver ci-joint une première ébauche rapide de la partie IV du diagnostic. J'ai fait au plus vite.
Je n'aurai certainement pas le temps de retravailler l'estimation avant vendredi. J'en suis désolée.

Vous souhaitant bonne réception.

Cordialement,

Lucile Bourdin-Norgeot
Collaboratrice d'architecte

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 28 mai 2024 17:55
À : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Cc : Xavier MEYER ; Lucile Bourdin <lbourdin.apaquinarchitecte@gmail.com>
Objet : La Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble - Estimatif détaillé et fin de l'étude

Cher Monsieur,

Alors que je commence à réfléchir à ce que pourrait être une première rédaction de la partie "VI-Programmation" de votre étude, je m'aperçois que votre estimatif détaillé relatif aux menuiseries extérieures du logis, tel que vous me l'avez transmis le 22 avril dernier, c'est-à-dire d'un total de 380 k€ H.T., n'est toujours pas en phase avec la demande de subvention que j'ai présentée à la Région le 8 février dernier, où le total analogue était de 409 k€.
Je vous l'avais déjà signalé et vous m'aviez répondu que tous les chiffres avaient été repointés.
Or, même si l'écart est dû pour une très large part au comportement de la Région, il est probable qu'on ne puisse faire état, dans l'"étude de diagnostic d'ensemble" à venir, d'estimations en décalage avec un précédent document officiel.

En outre, pour la bonne compréhension de la partie "V - Estimations" de votre étude, une note méthodologique de votre part serait nécessaire, explicitant entre autres les barèmes que vous utilisez mais aussi l'option simplificatrice retenue pour la ferme, le choix du taux de 10 % pour la T.V.A., voire l'intervention (comme cela semble général dans votre partie V, aux menuiseries extérieures près) d'une correction de 5 % pour "aléas de chantier".

Enfin, je vous informe que les premiers calculs que j'ai effectués en vue de préparer la partie "VI - Programmation" sur la base des données que vous avez fournies à propos des coûts et des surfaces montrent que le ratio "coût d'une tranche / supplément de surface habitable concernée" (dit "ratio PPF") ne permet pas d'ordonner aisément la programmation comme je l'avais imaginé. On obtient en effet des ratios compris entre 284 €/m2 pour l'Aile Nord et 2 647 €/m2 pour l'Aile Ouest, soit près du simple au décuple (alors qu'éliminer les extrêmes n'améliore pas beaucoup le tableau), ce qui s'explique par le caractère clairement non comparable entre elles des 16 tranches que vous avez identifiées à ce stade, en faisant appel à votre expérience et au bon sens.

Donc nous devrons, je le crains, nous en tenir pour cette partie VI à un laïus littéraire, court et moins conclusif que je ne l'espérais, ce qui est sans doute dommage compte tenu de l'importance de l'effort fourni pour cette étude et de la qualité et de la tenue remarquables, pour ne pas dire exceptionnelles, des parties I à IV.
Et alors que ma famille et la DRAC n'ont jamais manqué de me tanner depuis des décennies en me disant ne pas comprendre dans quel ordre j'avais entrepris mes travaux, il est donc à craindre que l'"étude de diagnostic d'ensemble" n'éclairera pas, sur la même question, pourtant incontestablement légitime et normale, l'avenir de façon aussi déterminante que je l'avais escompté.
Ceci sans même évoquer la question, désormais fondamentale ici, des subventions, sujet sur lequel, depuis 33 ans, mon expérience personnelle demeure des plus décevantes, dans l'absolu comme comparativement à d'autres monuments. Espérons qu'en la matière La SVAADE, forte de ses succès dans le domaine de l'animation culturelle de notre secteur connu comme reculé, arrive à enclencher le turbo faute duquel l'avenir du monument m’apparaîtrait incertain !

Je me réjouis de pouvoir rencontrer ce vendredi votre collaboratrice Mme BOURDIN-NORGEOT. Je ne doute pas que, comme les deux fois précédentes, cela aidera aux corrections de détail. De mon point de vue, ce devrait pouvoir être les dernières pour les parties I à IV.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Ce matin, troisième séance de correction d'épreuves (si l'on peut dire) à Avranches, en compagnie de Lucile BOURDIN-NORGEOT, heureusement très habile à jongler entre quatre logiciels différents.

Il me semble que, cette fois-ci, nous ne sommes pas loin de pouvoir transmettre à la conservation régionale des monuments historiques la synthèse, du moins pour les parties I à IV, de cette mission de "diagnostic d'ensemble" officiellement débutée le 3 mai 2023.

Pour la V, nous y sommes presque.

En revanche, pour la VI et dernière, je piétine encore au pied du mur, ne voyant pas comment couronner l'ensemble par des idées claires en matière de programmation des travaux. La rédaction de cette partie pourrait être la plus délicate et donner encore lieu à bon nombre d'échanges entre maîtres d'ouvrage (le pluriel couvre Carole et La SVAADE) et architecte.

Du coup, je me dis que nous pourrions nous donner l'objectif de saisir l'opportunité des prochaines "Journées du Patrimoine" (mi-septembre prochain) pour, sinon rendre public l'ensemble de ce travail (ce qui aura déjà été largement fait grâce au site favori), du moins convier toutes personnes intéressées à un exposé détaillé (avec discussion, si possible avec l'aide de l'architecte du patrimoine) sur l'ensemble de l'étude, espérée alors achevée.
L'Atelier PAQUIN (Lucile BOURDIN-NORGEOT) m'a transmis en début d'après-midi la nouvelle version (je ne les compte plus) des parties I à IV de l'"étude de diagnostic d'ensemble". Je suppose que, cette fois-ci, je n'aurai plus à relever qu'un petit nombre de demandes de correction.

La partie V, relative aux estimations de coûts, est en cours de remodelage à ma demande (une présentation différente des données, soit un travail fastidieux sur tableur).

Quant à la VI, relative à la programmation des travaux, sa rédaction n'est pas encore commencée. De mon côté, j'essaye d'y voir plus clair dans mes idées. Ce n'est pas simple dans la mesure où la mise en œuvre du "Projet" nécessiterait de très importants financements, dans mon cas extérieurs, question ô combien délicate et sur laquelle je crains fort de ne pouvoir émettre guère plus que des vœux pieux.

Fidèle à ma politique de transparence, notamment en ce qui concerne cette "étude de diagnostic d'ensemble", je mettrai en ligne cette dernière version après que j'aurai pris un peu de repos (dont j'ai d'autant plus besoin que je sens mes capacités de travail et d'enthousiasme décliner trop rapidement à mon goût).
J'ai fini d'imprimer en format A4 les 284 pages de la dernière version (celle reçue hier) de l'"étude de diagnostic d'ensemble", plus exactement de ses parties I à IV (en plus du préambule). A cette occasion, j'ai aperçu que j'aurai encore à formuler quelques demandes de correction, sans doute en faible nombre cette fois-ci.

Voici en quoi ce document consiste à cette heure (on remarquera que des feuilles blanches ont été introduites dans le texte ; c'est pour rendre plus esthétique l'impression en recto-verso) :

- Pages 1 à 6 - Sommaire et Préambule.
- Pages 7 à 32 - Relevés - Ensemble sur cour.
- Pages 7 à 32 - Relevés - Logis.
- Pages 33 à 46 - Relevés - Aile Ouest.
- Pages 47 à 54 - Relevés - Aile Nord.
- Pages 55 à 62 - Relevés - Chapelle.
- Pages 63 à 70 - Relevés - Cave.
- Pages 71 à 82 - Relevés - Cave.
- Pages 83 à 90 - Relevés - Charretterie.
- Pages 91 à 94 - Etude historique et patrimoniale - Introduction.
- Pages 95 à 112 - Etude historique et patrimoniale - Du temps des Ledin.
- Pages 113 à 120 - Etude historique et patrimoniale - Du temps des Levêque.
- Pages 121 à 130 - Etude historique et patrimoniale - Depuis 1991.
- Pages 131 à 134 - Etude historique et patrimoniale - Conclusion et bibliographie.
- Pages 135 à 152 - Etude historique et patrimoniale - Plans chronologiques.
- Pages 153 à 156 - Diagnostic sanitaire - Introduction.
- Pages 157 à 158 - Diagnostic sanitaire - Abords.
- Pages 159 à 186 - Diagnostic sanitaire - Bâtiments sur cour - Logis.
- Pages 187 à 193- Diagnostic sanitaire - Bâtiments sur cour - Bâtiment Nord.
- Pages 194 à 206- Diagnostic sanitaire - Bâtiments sur cour - Aile Ouest.
- Pages 207 à 212- Diagnostic sanitaire - Chapelle et fournil du manoir.
- Pages 213 à 214- Diagnostic sanitaire - Charretterie.
- Pages 215 à 220- Diagnostic sanitaire - Cave avec son appentis et sa dépendance.
- Pages 221 à 226- Diagnostic sanitaire - Ferme.
- Pages 227 à 230- Diagnostic sanitaire - Fournil de la ferme.
- Pages 231 à 234- Diagnostic sanitaire - Conclusion.
(N.B. : A partir d'ici, il y a une erreur dans la pagination ; je fournis donc, après le "slash" et pour chaque page indiquée son bon numéro)
- Pages 235/241 à 238/244 - Projet - Introduction.
- Pages 239/245 à 248/254 - Projet - Logis.
- Pages 249/255 à 259/265 - Projet - Aile Ouest.
- Pages 260/266 à 262/268 - Projet - Aile Nord et chapelle.
- Pages 263/269 à 266/272 - Projet - Charretterie.
- Pages 267/273 à 274/280 - Projet - Cave.
- Pages 275/281 à 284/290 - Projet - Ferme.

On aura compris que j'ai découpé, non sans mal, les deux fichiers pdf reçus hier en autant de rondelles (sous-fichiers, pour parler français) que nécessaire pour pouvoir en rendre la lecture aussi confortable que possible sur le site favori. Ceci me permet d'inviter les membres du fan-club à bosser un petit peu à leur tour. Écrivant ceci, je me sens particulièrement dans le vent car je ne connais pas beaucoup d'études de diagnostic mises au point dans le cadre d'un travail de type coopératif (ou participatif, si vous préférez).

Bien entendu et si je puis me permettre sans marcher sur les plates-bandes du président de La SVAADE, le point de vue de ses adhérents sera étudié avec un soin tout particulier.

Je serai ainsi fidèle à ma ligne de transparence dont le site favori témoigne ô combien, du moins à mes yeux !

Don't you think so ?