Journal du chantier

La restauration du four du fournil de la ferme a commencé ce matin.

Pour comprendre le problème que nous devons résoudre, voici d'abord une photo de 1999 confirmant à quel point la couverture et les maçonneries étaient en mauvais état avant tout début de restauration :

Le fournil de la ferme

Comme on le voit, la couverture était plus que mûre et la maçonnerie extérieure avait été grossièrement rejointoyée au ciment. Certaines pierres tombées avaient même été carrément remplacées par des parpaings. Bref, tout cela était fait de bric et de broc.

Voici une photo prise le 21 avril dernier, illustrant que nous avions commencé par restaurer les murs de la pièce du fournil, nous contentant, pour ce qui concerne le four, d'en retirer la couverture :

Cette deuxième photo, prise du Sud-Est, montre d'ailleurs l'intérieur du conduit de cheminée avant sa restauration désormais terminée.

La troisième photo témoigne de l'état du chantier le 30 juillet dernier, vu du Nord-Est. Le four y apparaissait certes en très mauvais état extérieur mais nous pensions alors pouvoir le restaurer sans avoir à le démonter :

Hélas, les premiers coups de piochon de Pascal ce matin ont rapidement démontré que ce n'étaient pas les pierres qui retenaient ce four, mais plutôt les joints en ciment qui retenaient ces pierres...

En fait, les pierres se détachent dès qu'on retire les joints et il s'avère impossible de restaurer sans démonter.

Le problème est que, si nous retirons les pierres extérieures du four et si, là dessus, il pleut, c'est le foyer de briques lui-même qui risque de s'écrouler.

Nous avons donc décidé d'édifier un parapluie au-dessus de ce chantier, puis de démonter les pierres rang par rang en veillant à ne pas opérer dissymétriquement, et ensuite de les remonter, non sans changer celles qui, trop vieilles, sont devenues trop fragiles.

Bien entendu, malgré nos précautions, il est possible que le foyer de briques s'écroule. Auquel cas, il ne nous resterait plus qu'à le remonter. C'est là que les planches de l'Encyclopédie de Diderot, que m'a vendues Jean LEMARIE à l'occasion de nos festivités du 25 juillet dernier (voir "Vie de l'association"), risquent de trouver leur première application sur le chantier de restauration de la Chaslerie.

Et, comme à la Chaslerie, très peu de temps ne se passe entre la décision, l'exécution et l'information, voici l'état du chantier ce matin à 9 h 45, parapluie installé et démontage en cours. A l'évidence, ce dernier n'était pas du luxe...

A 10 h 45, il apparaît urgent d'arrêter le démontage car une pierre de grain ceinturant le foyer vient de se désolidariser de sa voûte. Donc changement de programme : Pascal va commencer à remonter d'un côté avant d'avoir démonté de l'autre :

Sur cette avant-dernière photo, on voit le jour de l'âtre.

Voici, pour terminer, une photo de l'intérieur du four, à ce stade des travaux c'est-à-dire avant sa restauration, prise avant remise en place de cette pierre de grain :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 20 Aout 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
C'était hier la dernière journée de labeur de Maxime à la Chaslerie. Il va prendre quelques jours de congés avant de commencer, début septembre, sa nouvelle vie de commercial en matériel de maçonnerie. Nous sommes tous ici persuadés qu'il y réussira fort bien et que son expérience de la Chaslerie lui sera très utile.

Pascal poursuit donc seul, désormais, la restauration du four du fournil de la ferme. Voici l'état de ce chantier ce matin, à la reprise du travail :

et le voici ce soir :


Tôt ce matin (mais en leur honneur, je n'étais plus en pyjama), par temps d'abord couvert puis clair, les "Ecureuils du bocage" ont traversé les terres de la Chaslerie. Je les ai photographiés abondamment et propose donc aux visiteurs de ce site internet de parcourir à leur tour, ici de façon virtuelle, le chemin emprunté par ces Vététistes. Cela nous donnera l'occasion d'apercevoir quelques perspectives et de nous rendre compte de l'état des plantations.

Les "Ecureuils" étaient partis une dizaine de minutes plus tôt du champ de foire de Domfront. Voici un groupe débouchant du chemin creux du manoir de la Touche et s'apprêtant donc à entrer sur les terres de la Chaslerie :

Voici par où, précisément, ils sont entrés sur ces terres, un petit pont de béton artistiquement édifié par Claude MARTIN et judicieusement agrémenté de gravier (on aura au passage un petit exemple de la qualité de la coordination de l'électrification des campagnes par les bons soins d'EdF...) :

Les concurrents de cette randonnée se sont ainsi engagés sur une Avenue en devenir que ma voisine Mme ROGUE, l'épouse du vétérinaire, appelle d'ores et déjà "l'Avenue Fourcade". Au passage, je remercie Mme ROGUE pour ce choix judicieux que je n'aurais osé suggérer, pour la bonne et simple raison que, comme l'on sait (et je suis bien connu pour cela), je souffre d'une timidité quasiment maladive...

Avenue Fourcade il y a donc, au moins selon l'usage local. En effet, j'avais naguère, lorsque l'occasion s'en était présentée, c'est-à-dire fortuitement, acheté quelques arpents caillouteux supplémentaires, pour me permettre de me rendre du manoir à la mairie de La Haute Chapelle sans guère avoir à quitter mes terres. L'essence que j'avais retenue pour ombrer cette promenade, des hêtres, devait bien sûr donner à cette allée, au moins à terme de 30 ou 50 ans, un caractère majestueux et même triomphal qui n'était pas pour ma déplaire.

Donc, quelques mois avant les dernières élections municipales, je m'étais permis d'approcher le maire de La Haute Chapelle, mon ami Roger GIPPON, agriculteur de son état, pour lui proposer, avec toute la modestie qu'on imagine, de me faire une petite place dans son conseil. Roger avait un peu tardé à donner suite. Au bout de quelques mois, j'étais donc retourné le voir et là, patatras, j'avais appris de sa bouche que "le conseil municipal unanime démissionnerait s'il me prenait sur sa liste" (sic). Or je connais divers "horsains" des environs à qui pareille mésaventure est arrivée : cela semble faire partie des usages locaux de sorte qu'il n'y a pas à s'en formaliser.

Voilà pourquoi je suis resté avec mon allée sur les bras, avec son kilomètre et demi supplémentaire, sans autre usage pour elle que d'y admettre de temps à autre quelques gentils visiteurs comme ces fameux "Ecureuils"...

Il est cependant temps de revenir à ces derniers. En voici justement deux qui, après avoir parcouru la première section de cette bientôt fameuse allée, doublent le bâtiment du Tertre Linot que j'ai revendu à mon voisin Hubert GAHERY après l'avoir acquis de Bernard...

En voici quatre autres sur le sentier qui raconte-t-on, servait naguère aux trafiquants de "goutte" pour échapper aux contrôleurs des droits indirects :

Après le chemin des contrebandiers, un groupe s'éloigne sur la seconde section rectiligne de l'allée :

Un peu plus loin...

... l'allée coupe la route qui permet de se rendre du bourg de La Haute Chapelle à la Thierrière (le "village" de la mère de Maxime). Notez sur la droite le potager de Bernard, en très médiocre état cette année du fait de la sécheresse :

Après avoir coupé cette route goudronnée, les "Ecureuils" devaient s'engager sur une section agréablement ombragée de chemin communal :

Ils longeaient ainsi, sur leur gauche, des prairies appartenant à mon voisin et ami Claude FAVERIS, au "village de la Guerche". A leur droite, un autre terrain que m'a vendu Bernard, avec une carrière dont furent extraites, il y a très longtemps, des pierres utilisées pour construire la Chaslerie...

Il fallait ensuite, arrivé enfin en haut de l'allée principale du manoir, bifurquer à droite vers "les Martiens". Voici d'ailleurs l'un des benjamins de l'épreuve, en pleine action :

Les concurrents se trouvaient donc là sur ce que j'appelle "l'allée oblique". Tous les jours, celle-ci est empruntée par mon fermier Hervé LEMOINE, sa mère ou son neveu, pour aller contrôler l'état de leurs veaux qui paissent en contrebas...

Et voici enfin ces fameux "Martiens", que j'appelle ainsi en raison de leur aspect redoutable avec ce qui ressemble à une énorme tête ronde quand on les aperçoit dans le lointain :

A partir de cet endroit, "la route est droite mais la pente est rude" quand on descend l'allée oblique vers les champs d'Hervé...

Juste avant d'y arriver, virage en épingle à cheveu sur la gauche, il faut longer "le champ de Mauduit". Je précise que ce Mauduit, oncle de Bernard, était l'ancien propriétaire d'une parcelle attribuée à la Chaslerie à l'occasion du dernier remembrement, il y a une quinzaine d'années

Les jeunes chênes ou hêtres que l'on aperçoit sur beaucoup de ces photos ont été plantés dans la semaine précédant la grande tempête de 1999. Ils ont donc déjà un peu plus de 10 ans

Là, je ne suis pas certain que mes voisins, les frères VINCENT, seraient heureux s'ils voyaient comment les "Ecureuils" traitent le talus qu'ils refusent de me vendre alors que mon offre leur aurait permis une plus-value très substantielle : tant pis pour eux !

Belle vue des derniers mètres de descente vers le manoir :

Souriez pour le correspondant local de "Ouest-France" !

Virage sur l'aile en bout de terrasse, près de la chapelle. Attention quand même à la douve Sud !

Les concurrents s'apprêtent à longer la douve Est :

Descente à l'extérieur de la douve Nord, vers l'endroit où se sont fait prendre, en moins de trois semaines cette année, tant de ragondins (18 à ce jour...)

L'allée du Beaudouët, qui longe ce ruisseau :

Enfin, l'Avenue Gérard PHILIPPE, que je dénomme ainsi car je l'ai plantée dans l'axe du salon de ce dernier (il s'agit non de l'acteur, mais du fils de notre chère Mme PHILIPPE, de la Josselinière...)

Ensuite, après ce hors-d'oeuvre de 3 kilomètres sur les terres de la Chaslerie, c'est la D22. Pour certains des quelques 400 concurrents, dont une dizaine de femmes, il ne restait plus que 95 kilomètres à parcourir, une paille !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Aout 2010
Administraaaâââtion - Vie de l'association - Dans l'Orne - Par corps de métier - Annonces
0
La conversation de mon ami Patrice CAHART est toujours passionnante. Il a écrit, sous le pseudonyme de Nicolas SAUDRAY, des romans aux titres aussi évocateurs que "Le maître des fontaines" ou bien "Dieu est-il gentilhomme ?", ainsi qu'une uchronie remarquable dénommée "Les oranges de Yalta" et, depuis une quinzaine d'années, il prépare ni plus ni moins qu'une histoire des civilisations. Je l'ai connu rue de Rivoli où, encore jeune inspecteur des finances, il dirigeait la législation fiscale puis les douanes ; depuis lors, nous sommes restés en contact, qu'il ait été en poste aux Monnaies et Médailles, à l'Association française des banques ou à la Cour de cassation et nous sommes désormais voisins puisque Patrice est le propriétaire du manoir de la Fresnaye, dans le Perche.

Patrice ne conduit pas. L'ayant invité à déjeuner avant-hier avec d'autres amis à la Chaslerie, je suis donc allé le chercher chez lui (et l'y ai ramené le soir) d'un coup de Kangoo. Nous avons donc pu bavarder à loisir à propos de ses activités de vice-président de "La Demeure Historique", l'association des propriétaires privés de monuments historiques, où Patrice suit plus particulièrement les questions fiscales. C'est un sujet qui pourrait bouger, et pas forcément dans le bon sens, dans la conjoncture présente.

J'ai aussi recommandé à Patrice que, dans le cadre de son association ou dans celui du Ministère de la Culture, soit créé un prix national pour récompenser la création de sites internet de qualité consacrés à des monuments historiques privés. Patrice m'a dit prendre bonne note de cette idée. Nous avons même évoqué une entreprise du CAC 40 qui pourrait sponsoriser un tel prix.

Toutes les maçonneries de la Chaslerie ont initialement été montées à l'argile. Quand je vois que la terre battue sous la charretterie n'est toujours pas sèche, je comprends combien ce matériau, bien posé, peut être résistant.

Le démontage ce matin du reste du four du fournil de la ferme l'a illustré une nouvelle fois. Il a fallu qu'il pleuve beaucoup sur cet édicule pour que l'argile y perde un peu trop de ses vertus :

Après avoir fini ce soir de remonter la circonférence du four, il va falloir s'occuper de son pignon, ce qui va poser un intéressant problème de géométrie descriptive (il va en effet falloir déterminer l'intersection entre un cylindre vertical et un dièdre horizontal et remonter la maçonnerie jusqu'à cette intersection) :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Aout 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
Une fois de plus, je suis littéralement bluffé par le mélange d'intelligence abstraite et de bon sens pratique de Pascal.

Pour traiter le problème de géométrie descriptive que j'évoquais hier, il a eu seul l'idée de fixer verticalement un bout de bois pour matérialiser la hauteur totale du pignon et horizontalement deux autres pour représenter les sablières de la couverture du four. Sur le premier, il a cloué une ficelle qu'il a tendue, de part et d'autre de cette hauteur, vers des clous plantés sur les représentations de sablières. Il va donc commencer à remonter la maçonnerie en se calant sur des clous relativement proches du mur pignon du fournil et, au fur et à mesure que sa construction reprendra de la hauteur, il déplacera ces clous vers le plan tangent extérieurement au fournil.

C'est là une solution parfaitement valable et tout à fait élégante. Donc chapeau bas, Pascal ! J'aurais été bien incapable de trouver mieux ! Et, pour être franc, je ne suis pas persuadé que j'aurais imaginé aussi bien...

A la reprise du chantier, l'artiste et son oeuvre aux ellipses parfaites :

Pascal va maintenant s'attaquer à la restauration de la façade du four intérieure au fournil et à celle de sa voûte, deux autres tâches délicates...

Bernard m'a appris ce matin le décès de Jean-Claude RUAULT, un maçon qui était intervenu à la Chaslerie il y a plus de 12 ans. C'est lui qui avait en particulier restauré le mur de l'arrière-cour, entre le manoir et son fournil. Nous n'avions pas toujours été d'accord sur sa façon de travailler sur la charretterie, ce qui avait entraîné l'interruption de ce chantier, et j'ai compris qu'il m'en voulait encore. Mais je suis triste pour sa famille.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Aout 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
La restauration de la façade du four à l'intérieur du fournil va nous fournir un nouvel exemple de ce que j'appelle la "logique de chantier".

Soit à restaurer un pan de mur qui, jusqu'à ce stade des travaux, vous avait semblé appeler un traitement sinon minimal, du moins modéré :

Certes, vous aviez remarqué que le linteau était de travers, mais vous vous êtiez dit que cela donnait un petit air sympathique à la cheminée. De même, vous aviez vu que l'appui en granite était fendu, mais vous aviez pensé, de prime abord, pouvoir le conserver. Enfin, le fond de la cheminée et son soubassement avaient à l'évidence été bricolés par des mains malhabiles mais vous imaginiez pouvoir en quelque sorte les restaurer par touches légères. Surtout, l'entrée du four avait été décentrée mais il ne vous paraissait pas souhaitable de corriger le tir, afin de respecter l'"esprit du lieu".

Eh bien, vous vous êtiez largement mis le doigt dans l'oeil !

Commencez donc par essayer de tâter le fond du four. Comme il a été monté à l'argile, dès que vous touchez à une pierre, un jeu de dominos s'enclenche et, de proche en proche, vous en arrivez vite à ceci :

Puis vous constatez que l'appui de granite a perdu toute résistance du fait des feux longtemps allumés dessus. Donc vous optez pour un échange standard. Mais là, nouvelles avalanches, vous en êtes rendu ici :

A ce stade, convenez qu'il y a lieu de regarder de plus près comment tiennent les jambages de la cheminée.

Une fois encore, vous ne serez pas déçu :

C'était, produit par PPF et avec Pascal comme star et metteur en scène, une journée ordinaire de chantier à la Chaslerie. Et vous aurez noté que, dans cet exemple, un seul corps de métier était concerné, le maçon. Donc c'était un cas de figure simple.

Il ne reste plus qu'à nous donner rendez-vous demain pour la suite de nos aventures. Heureusement, Pascal a pensé à installer un parapluie. Espérons toutefois que, pendant la nuit, le ciel ne nous tombera pas sur la tête. Par Toutatis !

Ne manquons pas la suite de votre feuilleton favori, la restauration du fournil de la ferme...

Pascal a commencé ce matin à remonter tout ce qui s'était écroulé hier, vaste programme !

Et d'abord, il a eu l'idée de rétablir la niche qui avait dû exister sous l'âtre, pour ranger les fagots :

Ensuite, il lui fallait trouver le granite qui servirait d'appui à la cheminée. Là, il n'avait que l'embarras du choix car je passe mon temps à rechercher des matériaux de construction dans les bâtiments en ruine des parages et à les entasser non loin du manoir. Voici la pierre sur laquelle il a jeté son dévolu, un linteau de cheminée de 1,70 m de long :

Bien sûr, ce choix signifie que nous resterons avec deux corbeaux privés de leur linteau. Mais nous pourrons toujours les utiliser, le moment venu, comme linteaux ou appuis de fenêtres, par exemple lorsque nous en arriverons à restaurer la ferme. Ceci n'est toutefois pas encore à l'ordre du jour. Qu'en dis-tu, Walter ?

Vous noterez que Pascal a commencé sa reconstruction par la façade du four, et non par les parties arrières.

Voici le nouvel appui du four en position dès le début de l'après-midi :

Enfin, voici ce chantier en fin de journée. A ce stade, les travaux sont moins spectaculaires car tout se passe désormais derrière la façade. Pascal a tout rangé. Excellent travail. Voici donc une semaine qui a été bien occupée !

Et Bernard, me direz-vous, cela fait longtemps qu'on ne l'a plus vu sur ce site, toutes ses groupies le réclament !

Après avoir tari momentanément la source des ragondins, semble-t-il, il chemine tranquillement dans les douves. Le voici en train de m'indiquer jusqu'où au moins devait arriver, il y a bien longtemps, le retour du mur d'escarpe de celles-ci :

Ce soir, il coupe les roseaux au fond de la douve Nord. :

Ils ont 3 bons mètres de haut, de vrais géants !

Si des dames sont intéressées, je suis persuadé que Bernard leur en coupera bien volontiers pour confectionner des bouquets très décoratifs. N'hésitez pas, c'est le moment !

Ce matin à 7 heures, je suis allé vérifier le piège à ragondins. En pyjama, bottes et anorak, un accoutrement habituel pour moi à ce moment-là de la journée. Une nouvelle fois, le piège était vide. On dirait que nous avons temporairement repoussé l'invasion.

Cela m'a donné l'occasion d'apprécier l'éclairage juste avant le lever de soleil. D'abord à l'aller :

J'ai pris la photo suivante pour servir de témoin de l'éboulement progressif du terrain derrière le fournil du manoir et dans les douves. Il faudra un jour stopper cette hémorragie et restaurer le vieux mur écroulé là :

Puis au retour, avec au premier plan les arbustes plantés il y a bientôt deux ans :

Un peu plus tard dans la matinée, ayant enfin revêtu mon uniforme de "gentleman farmer", je suis revenu traîner autour des douves. En songeant au futur (?) chantier de leur mur d'escarpe. Je rêve en effet d'une promenade qui conduirait un jour le public autour du Pournouët. Elle partirait de l'allée principale...

... et passerait à l'Est des douves...

On aperçoit ici le vieux mur d'escarpe, à moitié enfoui sous les éboulis, et qui retient encore, tant bien que mal, la terre du Pournouët. C'est ce très vieux mur qu'il faudrait donc un jour restaurer...

Et Pascal, pendant ce temps, me direz-vous ? Et la restauration du fournil de la ferme ?

Elle s'est bien poursuivie, rassurez-vous. Pascal n'a pas chômé...

Voici la façade intérieure du four restaurée, telle qu'elle se présentait aujourd'hui en début d'après-midi, c'est-à-dire avant tout ravalement et rejointoiement (et avant toute restauration de l'intérieur du four) :

Si vous comparez cette image à celle datant de 5 jours, vous noterez que le linteau n'a finalement pas bougé, l'appui en granite a été remplacé par une pierre en bon état, la niche sous l'appui a été rétablie, l'entrée du four a été remontée en grès au lieu des briques industrielles antérieures. L'ouverture du four reste décentrée par rapport au conduit de cheminée ; elle l'est même par rapport à la niche. Disons que cela participe de la rusticité de l'endroit...

Mais le chantier a aussi progressé par ailleurs. La statue de calcaire a été installée dans la niche prévue à cet effet dans le pignon Est du fournil de la ferme. Elle restera là au moins jusqu'aux prochaines Journées du Patrimoine, avant de repartir en restauration :

Enfin, Pascal et moi avons commencé à étudier comment s'y prendre pour restaurer le puits de la ferme

En fait, l'eau est visible à 4 mètres sous le niveau du sol et, d'après nos mesures, sa profondeur est de 2,20 mètres. Il faudra commencer par éliminer la tuyauterie bricolée là par les exploitants agricoles précédents et remettre en place des pierres descellées dans le puits. Pour y accéder, pas d'autre moyen pour nous que d'intervenir à la mini-pelleteuse pour dégager le premier mètre du puits sous le niveau du sol. On commencera par là, dès demain.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 1er Septembre 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Terrassement - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
Dès la reprise du chantier ce matin, Pascal s'est installé aux commandes de la mini-pelleteuse pour dégager l'ouverture du puits :

A 8 h 30, les choses se sont déjà nettement compliquées : Pascal a découvert une fosse jouxtant le puits. Elle a dû être creusée là il y a une cinquantaine d'années ; elle est en effet maçonnée en parpaings sur 3 côtés, mais aussi en béton contre le puits, ce qui ne nous facilitera pas la tâche ; nous ne comprenons pas à quoi elle a pu servir. Bien entendu, malgré ceci, on n'a toujours pas trouvé de trésor à la Chaslerie, contrairement à l'abbé LELEGARD à l'abbaye de la Lucerne...

Un peu plus tard, Pascal, à pied d'oeuvre, n'a plus qu'à se remettre à maçonner...[img:430]2010_09_01_10,[/img]
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 3 Septembre 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
Cette fois, le chantier du puits de la ferme a bien démarré :

jeudi 2 septembre 2010, vers 17 heures.

Pascal m'a convaincu qu'il vaudrait mieux le remonter en utilisant de petites pierres. Comme il ne retrouve pas les pierres de l'ancien puits, il serait trop coûteux en temps et en matériel d'en retailler de nouvelles. J'ai donc parcouru la campagne et constaté que certains puits de la région étaient effectivement construits en petites pierres. Pascal me prévient également que le stock de pierres achetées au début de l'année dernière à la mère de Maxime commence à être épuisé. Il va donc bientôt me falloir inaugurer le nouveau blog "Annonces" de ce site pour y lancer un appel à tous les propriétaires de vieux bâtiments en ruine dans le secteur...

Ce matin, avant la reprise du chantier, je photographie l'état des lieux. D'abord, une vue plongeante dans le puits :

vendredi 3 septembre 2010, vers 7 heures.

Je m'aperçois ainsi que Pascal n'a pas tenu compte de ma demande sur l'accès au puits (cf photos mises en ligne ici le 11 août dernier). Il va donc falloir qu'on discute rapidement des raisons de son choix. La photo prise ce matin montre cependant que les tuyauteries ont été éliminées et les pierres branlantes convenablement rescellées.

Quant au fournil, j'avais hâte de me rendre compte de l'aspect de la cheminée une fois rejointoyée. Claude nous y a aidés hier. Voici l'état de son travail ce matin ::

vendredi 3 septembre 2010, vers 7 heures.

Malgré un brossage énergique à la brosse métallique, il reste un peu trop de suie à mon goût sur certaines pierres. Claude me propose d'essayer un sablage, voire un traitement chimique.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Septembre 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
Malgré les problèmes techniques relatés dans le blog "Vie du site", je vais tâcher de vous tenir informés de la suite de nos travaux.

Voici donc deux des dernières photos prises avant-hier.

La première montre l'état du chantier du puits de la ferme en fin de journée :

Vendredi 3 septembre 2010, vers 18 h.

On voit qu'à ma demande, Pascal a rectifié la forme de l'accès à la future ouverture du puits.

La seconde montre un Pascal, toujours facétieux, m'expliquant avoir trouvé un casque allemand lorsqu'il a démonté la couverture du four du fournil de la ferme. Pascal est ici photographié dans la ferme, là où il range ses outils (vous pouvez noter qu'il a gardé sa casquette sous le casque...) :

Un objet oublié lors du départ précipité de certains anciens occupants...

Malgré le temps qui se gâte, le chantier du puits de la ferme progresse, désormais sous l'abri d'un parapluie :

Mardi 7 septembre 2010, vers 17 heures.

Par ailleurs, Bernard a tondu l'herbe aux abords immédiats du manoir. Elle avait bien repoussé courant août. Ce soir, l'aspect en est impeccable. La Chaslerie devrait donc être en beauté pour les prochaines Journées du Patrimoine, dans moins de deux semaines.

En revanche, je n'ai plus de nouvelles du forgeron, Roland FORNARI, qui avait pourtant, de longue date, promis ses grilles pour cette échéance.

Rien de neuf non plus du côté de Roland BOUSSIN, le charpentier-couvreur dont j'attends toujours le devis pour le fournil de la ferme.

Enfin, le nouvel électricien auquel j'ai fait appel semble incapable de s'organiser. Il avait l'avantage de ne pas venir de loin. Je dois donc en rencontrer prochainement un nouveau, établi dans une commune un peu plus éloignée.

Quand le chat est parti... Il aura suffi que je m'absente trois jours pour que le chantier du puits de la ferme dérape.

En trois jours en effet, la construction a continué de s'élever sans que son diamètre ne soit réduit, ce qui commence à donner à l'ensemble une allure de conduit de cheminée. En outre, l'ouverture pour la manivelle est mal positionnée puisque sa hauteur rendrait impossible l'usage du puits à quiconque ne se jucherait pas sur un escabeau pour actionner le mécanisme ; l'axe de la manivelle n'est pas dans un plan parallèle à l'ouvertute, ce qui me paraît réduire l'accès utile au puits et entraver la manoeuvre d'un seau ; enfin, cet axe n'est pas horizontal, de sorte que la manivelle, en tournant, buterait sur la maçonnerie. Le soin mis par ailleurs dans l'assemblage des pierres ne rend que plus décevant le résultat de ces trois jours de travail.

A l'évidence, Pascal n'a pas tenu compte de ma demande qu'il copie le puits de voisins. Je vais en parler avec lui, mais je ne vois pas comment il pourrait éviter de démonter et de recommencer ce travail non conforme.

Toujours sans nouvelles de Roland FORNARI, je lui ai téléphoné ce matin. Il m'a expliqué que sa petite équipe avait eu plusieurs accidents de travail. Et, comme si cette justification à ses retards ne me suffirait pas, il a ajouté qu'il manquait de fer et devrait se réapprovisionner, désormais en Allemagne. Tout ceci pour avouer qu'il ne pourra livrer, pour les prochaines Journées du Patrimoine, que deux grilles, celles du rez-de-chaussée de la tout Nord-Est du manoir, au lieu des six commandées. Il ne me donne pas de date pour les trois grandes prévues pour le rez-de-chaussée de la façade Est. Et il me dit que son plan de celle prévue pour le mur entre la chapelle et le manoir n'est pas prêt mais qu'il y réfléchit toujours. Je conclus donc qu'il ne faut pas être pressé, ni même espérer qu'il respecte les calendriers qu'il avait lui-même établis de longue date et confirmés partiellement il y a à peine six semaines.

Pour terminer ce tour d'horizon, Roland BOUSSIN m'a enfin rappelé. Son devis pour le fournil de la ferme n'est toujours pas prêt. Je l'ai donc prévenu qu'il devrait me parvenir avant sa facture pour le solde de son travail sur la charretterie. En fait, Roland BOUSSIN voulait me parler de la poutre du rez-de-chaussée du colombier, celle qui a été attaquée par la mérule, comme relaté ici les 6 et 12 juillet derniers, et que l'expert HUMIDITEC a énergiquement soignée le 23 août en imbibant de fongicides l'extrêmité atteinte et les murs avoisinants. Roland viendra la semaine prochaine à la Chaslerie constater l'état de cette poutre et préparer sa préconisation. Je pense qu'il sera inutile de changer la poutre ni même de la translater pour compenser la perte d'une partie d'un de ses extrêmités. En raison de la relativement faible hauteur sous poutre et par souci esthétique, j'exclus l'ajout d'un corbeau. En revanche, il sera sans doute nécessaire de renforcer l'extrêmité en cause d'une greffe de résine. La question sera vraisemblablement de savoir s'il y a lieu ou non d'ouvrir le plancher de la pièce du 1er étage pour accéder au dessus de la poutre.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 11 Septembre 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Par corps de métier - Par lieu
0
Une photo valant souvent mieux qu'un long discours, voici l'état de la restauration du puits de la ferme en ce samedi matin. Par devant :

Samedi 11 septembre 2010 à 7 h 30.

et par derrière :

Samedi 11 septembre 2010 à 8 heures.

Sur cette seconde photo, je m'aperçois que l'aspect "patchwork" de l'assemblage de pierres ne me plaît pas beaucoup. Sur ce sujet, Pascal m'avait demandé mon feu vert et je l'avais donné. J'ai donc eu tort.

Quant aux autres points en débat, j'ai constaté ce matin que Pascal avait prévu de poser le linteau de l'ouverture du puits à 1,70 m de haut. Là aussi, je lui avais donné mon accord. A tort également, puisqu'au pied du mur, le résultat ne me convient pas.

En fait, pour moi, ce sont les photos éditées ici le 11 août dernier qui devaient servir de modèle. Pour Pascal, c'étaient les dimensions en centimètres qui seules comptaient. Curieusement, Pascal est donc plus un homme de chiffres que moi. On peut donc dire que, sur la position du linteau, il y a eu quiproquo entre Pascal et moi.

En revanche, sur la position du trou de la manivelle, il n'y a pas eu d'instruction chiffrée de ma part.

Il va donc falloir qu'on s'explique avant la reprise du chantier.

J'ai emmené Pascal voir ce matin le puits que j'avais retenu comme modèle, celui du ménage VINCENT à la Bossendière. Pascal m'a dit qu'il n'avait pas voulu entrer dans cette propriété voisine car elle est privée. Or, Madame VINCENT nous a accueillis très gentiment et nous a même aidés à prendre les mesures de son puits.

Il est donc entendu que Pascal démontera son travail des trois derniers jours et remontera notre puits en respectant les mesures de celui des VINCENT. En particulier, c'est à 1,20 mètre du sol que doit se trouver la manivelle et c'est à partir de cette hauteur que le diamètre du puits doit commencer à se réduire. A noter cependant que Pascal avait eu raison de prévoir que l'axe de la manivelle ne soit pas parallèle à l'ouverture.

Pascal pourrait avoir besoin de faire appel à Eric AUBINAIS pour tailler la pierre du sommet du puits. Je l'y ai autorisé.

Une fois le puits terminé, il conviendra de drainer les alentours de la cave et le côté Sud de la charretterie. Pascal et moi nous sommes mis d'accord sur la façon de procéder. J'ai demandé qu'à l'instar de ce qui avait été fait autour de la chapelle, les nouveaux drainages soient, autour de ces bâtiments, enchassés dans une gouttière de béton et noyés dans du gravier. Ceci, afin d'éviter que les racines des fleurs ne les bouchent rapidement. Nous sommes convenus que ces travaux de drainage pourraient démarrer dans huit jours, juste après les Journées du Patrimoine.

La tâche suivante pour Pascal pourrait consister à restaurer les ouvertures de la ferme, en débutant par la partie Sud du bâtiment. Il faudra commencer par boucher la communication interne vers le reste du bâtiment.

Je viens d'appeler Roland BOUSSIN et lui ai demandé : "Diagnostic, Docteur ?"

La poutre atteinte par la mérule, photo prise juste avant le traitement du 23 août 2010 par HUMIDITEC (on voit la partie atteinte, à gauche de la poutre, dans le mur dont le parement intérieur avait été préalablement démonté).

Pour la poutre du rez-de-chaussée du colombier, il recommande de la translater légèrement en la complétant marginalement (à l'intérieur de la maçonnerie) par de la résine.

La poutre atteinte par la mérule, photo prise juste après le traitement (la partie de la poutre atteinte a été enlevée ; en outre la poutre et le mur ont été imbibés de fongicides introduits par les petits trous visibles notamment sur la poutre).

Il me fait observer que les solives de cette pièce, rectangulaires, ne sont pas très anciennes et que l'aspect de ce plafond serait plus beau si on les remplaçait pas des solives carrées. Cela nécessiterait de démolir le plancher de béton dont mes prédécesseurs avaient affublé le sol de la chambre du 1er étage du colombier.

Je donne mon accord. Cela réduira encore la trace de ces prédécesseurs à la Chaslerie.

A la réflexion, je me dis qu'on pourrait profiter de ces travaux pour donner un peu de hauteur sous plafond à ce rez-de-chaussée. Bien entendu, cela réduirait d'autant le 1er étage. Il faudrait voir si la hauteur des fenêtres du 1er par rapport au plancher le permet. Et bien sûr, cela condamnerait, dans sa forme actuelle, l'escalier intérieur de "l'aile de la belle-mère". De toutes façons, cet escalier, mis en place par mes prédécesseurs dans les années 1950, m'a toujours paru complètement raté, inutilement biscornu et fondamentalement moche. Donc j'aurais plaisir à lui faire rejoindre son homologue du bâtiment Nord, commandé par les mêmes. C'est-à-dire à la poubelle.

Bien entendu, ne nous leurrons pas, la "logique du chantier" imposerait alors de décider le devenir du système de chauffage de cette aile, ainsi que la répartition des salles d'eau. Autant dire que c'est la restauration de toute l'"aile de la belle-mère" qui serait alors lancée.

Il me faudrait donc décider rapidement si je ne préfère pas laisser ce travail à mes successeurs. Choix délicat. A suivre...

Maxime LEBOUTEILLER
rédigé le 15 Septembre 2010
Journal du chantier - Animation, fêtes, visites - Vie de l'association
0
Un petit bonjour du Mans où tout se passe très bien.

Je profite de 5 minutes de répit pour vous laisser un petit message et admirer l'avancée des travaux.

Je vais faire tout mon possible pour vous rendre visite lors des Journées du Patrimoine.

Passez le bonjour à toute l'équipe !

A bientôt,

Maxime

Au cours de la semaine qui vient de s'écouler, Pascal a démonté le haut du puits

Le 13 septembre 2010, Pascal a dû démonter le haut du puits sous la pluie.

Il l'a ensuite remonté en lui redonnant une forme approchant de ce que je souhaitais. Il a veillé à placer une pierre de belles dimensions au sommet du cylindre intérieur du puits :

Mardi 14 septembre 2010, une très belle pierre a été placée au sommet du puits.

Il a également rejointoyé l'intérieur de cet édicule, utilisant ainsi pour la première fois l'échelle de 8 mètres dont j'ai dernièrement dû faire l'acquisition :

Mercredi 15 septembre 2010, Pascal a rejointoyé le parement intérieur du puits de la ferme.

Je regrette cependant que la transition entre la partie cylindrique extérieure du puits et la construction supérieure ne soit pas plus douce ; cela ressemble trop, à mon goût, à un cône placé sur un cylindre ; j'aurais préféré quelque chose de plus progressif, de plus enrobé :

Vendredi 17 septembre 2010, il faut encore choisir la pierre qui couronnera le puits.

Deuxièmement, je constate que Pascal a utilisé des granites trop petits au sommet des chambranles du puits, juste au-dessous du linteau. J'espère donc que la porte que je devrai refaire installer là (et dont je compte confier la réalisation, ainsi que celle de la manivelle, à Roland FORNARI) permettra de dissimuler cette faiblesse.

Enfin, tout bien réfléchi, je ne crois pas, en l'état du chantier, opportun de couronner notre puits d'une pierre pointue comme chez les VINCENT. Sinon, la raideur de la réalisation serait encore accentuée. Je vais donc demander à Pascal de trouver une pierre qui arrondisse plutôt le sommet.

Pour le reste, le travail est bien fait. Le puits de la ferme pourra de nouveau veiller, comme une sentinelle dans sa guérite, sur la tranquillité de la Chaslerie. Sa forme nous redeviendra familière et l'on oubliera vite la période où il avait été arasé. Touche par touche, nous arrivons ainsi à panser les plaies de la Chaslerie et c'est une vraie joie.

Samedi 18 septembre 2010, vue du puits de la ferme entre la ferme (à droite) et son fournil (à gauche).

Au cours des derniers jours, Claude MARTIN est revenu donner un coup de main à Pascal pour rejointoyer les murs du fournil de la ferme :

Mardi 14 septembre 2010, Claude rejointoye un mur intérieur du fournil de la ferme.

C'est très agréable pour moi de voir l'attachement de Claude à ce chantier et de noter aussi que Maxime conserve un bon souvenir de nous.

Par ailleurs, l'équipe de Roland FORNARI a placé deux des grilles commandées, en l'occurence au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est :

Vendredi 17 septembre 2010, les compagnons de Roland FORNARI fixent une grille sur la tour Nord-Est du logis.

Là non plus, la réalisation ne correspond pas tout à fait à ma commande. Je souhaitais en effet des grilles qui forment protubérance par rapport à l'enveloppe extérieur de la tour, en vérité de manière à diminuer les risques d'une trop abondante récolte de fientes de pigeon sur les carreaux des fenêtres :

On voit la différence entre la nouvelle grille et celle, située juste au-dessus, qui a déjà eu le temps de rouiller.

Mais les nouvelles grilles laissent un jour disgracieux, selon moi, entre le mur et le métal :

Un défaut, selon moi, auquel il faudra vite remédier.

Comme Roland FORNARI m'a dit qu'il passerait ici dimanche après-midi à l'occasion des Journées du Patrimoine, je lui demanderai de rectifier.