Journal du chantier

J'ai attendu toute la matinée un visiteur qui, au moins dans mon esprit, pourrait être important pour la suite de notre chantier favori.

A 11 h 30, alors que j'avais fait part plus tôt, à son secrétariat parisien, de mon étonnement de ne pas le voir arriver, il m'a fait rappeler par sa collaboratrice pour me dire qu'il ne pourra pas passer aujourd'hui, étant retenu par la D.R.A.C. sur un chantier voisin. Il n'a toutefois pas poussé la courtoisie jusqu'à me faire proposer une autre date.
Cette après-midi, Igor a traité seize trous, les trois derniers du mur Sud et treize sur le mur Est :

24 mai 2019.

Il est obligé de commencer par retirer le ciment des années 50 qui restait au fond des trous :

24 mai 2019.

24 mai 2019.

Voici un trou restauré :

24 mai 2019.

J'ai essayé d'y faire entrer O'Gustin mais il ne passe plus. En effet, ce loïde, qui a atteint aujourd'hui l'âge de 6 mois, a beaucoup grandi depuis mes dernières expériences en la matière.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 24 mai 2019
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Maxime est passé ce soir. Il a réussi à faire redémarrer la mini-pelle...

24 mai 2019.

24 mai 2019.

... et le "Ford" dont les batteries étaient à plat car on ne sollicite pas ces engins assez souvent :

24 mai 2019.

24 mai 2019.

24 mai 2019.

Il a pris les mesures de flexibles à changer sur le "Valtra" :

24 mai 2019.

24 mai 2019.

Ensuite, il m'a démarché en me recommandant une épareuse beaucoup plus costaude que celle envisagée précédemment et qui serait installée en permanence sur le "Ford" :

24 mai 2019.

24 mai 2019.

24 mai 2019.

24 mai 2019.

Enfin, il m'a demandé de faire de la pub à son employeur :

24 mai 2019.

P.S. (du 25 mai 2019 à 4 h 30 ) : Je comprends que l'épareuse en question aurait l'avantage d'atteindre le fond des douves ou peu s'en faudrait. Quant à l'idée de pouvoir l'atteler au "Ford", je ne suis pas persuadé que ce rossignol ait encore la moelle suffisante pour animer un tel bazar. Je demanderai leur avis à Francis et à Igor. Bien entendu, Maxime, tout à son prosélytisme en faveur de son nouvel employeur, m'assure qu'au pire, il saurait regonfler la bête. Je ne suis pas convaincu que tout cela ne m'entraînerait pas dans des dépenses excessives eu égard aux gains de productivité attendus.
Chaque fois que Carole passe ici, désormais, je ne sais comment elle s'y prend mais elle détraque l'une des portes coulissantes de la douche. A sa demande, Igor a dû consacrer hier une partie de la matinée à essayer d'en remettre les roulettes dans leur rail. Ce type d'incident ne m'arrive jamais alors que je dois utiliser cette douche, bon an, mal an, vu nos modes de vie pour le moins séparés, une bonne douzaine de fois plus souvent qu'elle.

Pour le reste, Igor a continué à restaurer les trous que l'on sait. Le mur Est est fini (du moins de ce point de vue) :

25 mai 2019.

25 mai 2019.

La partie Ouest du mur Nord est en bonne voie :

25 mai 2019.

25 mai 2019.

Il reste néanmoins une trentaine de trous à traiter, la quasi-totalité à droite de l'entrée actuelle dans cette pièce.

Compte tenu du fait que la porte de gauche sera ultérieurement (et de nouveau) la porte d'entrée dans ladite "chambre des tourtereaux", il faudrait qu'on en relève le linteau. La porte de gauche a dû servir jusqu'au XVIII ème siècle, celle de droite est une création des années 50. Selon les plans d'Arnaud PAQUIN, la porte de droite donnera accès à un cabinet de toilettes ; donc cette voie de passage doit être maintenue. J'hésite sur le parti à retenir : (1) donner aux deux portes la même hauteur en harmonisant leurs linteaux ? Si oui, quelle hauteur de linteau retenir ? (2) maintenir une nette différenciation entre les deux portes ? A première vue, je pense à une cote mal taillée, une solution intermédiaire, ne serait-ce que par application de la "loi de FOURCADE" ("toujours faire de petites conneries, etc...").

Quoi qu'il en soit, la semaine prochaine, Igor devra prioritairement (1) dégager à la mini-pelle, et avec l'aide de Francis, la poutre dans laquelle Sébastien LEBOISNE aura à tailler les linteaux de fenêtres (plus les deux linteaux de porte en question ? ou un seul ?), (2) dès que Philippe JARRY, le terrassier, sera intervenu, commencer à rejointoyer le pied du mur Ouest.

Et déjà les deux tiers du C.D.D. d'Igor sont passés. Nous évoquons la suite, mais ce Dace revendiqué est très dur en affaires...

P.S. (à 8 h 30) : Vérification faite, la porte de la douche coulisse désormais sans le moindre frottement. Cet Igor est vraiment doué.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 27 mai 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Au volant de la mini-pelle et en se faisant aider de Francis, Igor a réussi à extraire la poutre souhaitée :

27 mai 2019.

Sur la photo suivante, on aperçoit, à un bout de cette poutre, les trous par lesquels avait été introduit sous pression, il y a quelques années, le liquide destiné à occire la mérule :

27 mai 2019.

Voici la poutre sélectionnée que Sébastien LEBOISNE viendra enlever demain matin pour la conduire à la scierie afin qu'y soient débités les linteaux souhaités :

27 mai 2019.

Très bonne réunion de travail, ce matin, avec Julien ANDRE, du bureau d'études "bee +".

J'ai expliqué que j'ai besoin d'être conseillé, à ce stade du chantier, sur les questions de chauffage par aquathermie et d'isolation thermique ainsi que sur l'optimisation de l'électrification et de la couverture wi-fi de notre manoir favori. J'ai indiqué que je souhaite, au cours des prochaines années, privilégier l'habitabilité de la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à loger dans le bâtiment Nord) ainsi que celle du colombier. J'en ai fait visiter les volumes, en faisant observer les endroits où les plafonds-planchers pourraient avoir une épaisseur supérieure à celle à laquelle on était habitués à la suite des travaux des années 1950.

Mon interlocuteur a noté que mes priorités sont qu'il m'accompagne (en liaison avec le plombier retenu, Régis FOUILLEUL) pour :
- ne pas commettre d'erreur pour faire arriver l'eau tiède de l'aquathermie aux deux endroits où sont prévues des pompes à chaleur, à savoir le rez-de-chaussée du colombier et l'arrière-cuisine du bâtiment Nord ;
- faire des recommandations sur les matériaux à utiliser au sol de la "salle dévastée" afin qu'elle puisse servir rapidement de garde-meubles, ceci sans obérer la possibilité ultérieure d'un chauffage par le sol à cet endroit également ;
- faire des recommandations sur les sols du rez-de-chaussée du colombier et de la moitié Nord du logis, y compris à propos de la ventilation à prévoir.

A ces différents endroits, je souhaiterais pouvoir faire réaliser les travaux de maçonnerie correspondants par Igor, ce qui constitue une contrainte très forte en matière de calendrier.

Pour ce qui concerne l'étude complète proprement dite, j'ai indiqué avoir en revanche beaucoup plus de souplesse sur l'échéancier de réalisation.

Sur ces bases, j'attends un devis.
Compte tenu de ce qu'a été notre discussion, je transmets, par ce message-ci, à Julien ANDRE les plans disponibles (sans oublier, pour l"aile de la belle-mère", le projet d'Arnaud PAQUIN) et demanderai à Jean de SALABERRY, géomètre, de les compléter en tant que de besoin, notamment en utilisant, dans les pièces vides de tout mobilier (soit tout le logis sauf le salon, plus tout le colombier) le scanner dont il m'a parlé.