Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 1 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Dans le prolongement du message précédent, voici l'état actuel des granits de l'entrée du logis autour de la porte principale :

31 juillet 2018.

31 juillet 2018.

31 juillet 2018.

31 juillet 2018.

On remarque les trous des anciens gonds et ceux de la barre mais aussi, du côté gauche (dernière photo) un renflement au pied du mur dont j'ignore quel a pu être le rôle.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 1 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Ce matin, il restait des patines à parfaire sur les granits du passage de la salle-à-manger à la tour Nord-Est :

1er août 2018.

1er août 2018.

Ce soir, il me semble que le travail est proche de son terme et, comme nous l'avait prédit Sébastien, c'est bien de la "qualité DUVAL" :

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.


Bravo l'artiste !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 1 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Du côté du passage entre l'entrée du logis et la salle-à-manger, un nouveau linteau était en place ce matin :

1er août 2018.

1er août 2018.

Voici l'état de ce chantier ce soir, avec un second linteau neuf :

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

1er août 2018.

Je constate que ce second linteau, dont la tranche sera visible de la salle-à-manger, est beaucoup trop maigrelet. Cela est flagrant si on le compare aux linteaux voisins qui auraient dû servir de modèles...

1er août 2018.

1er août 2018.

... et même au linteau, de moindre standing, du passage vers la cuisine :

1er août 2018.

Je suis donc d'avis que le collaborateur de BODIN qui a choisi ce linteau a mal travaillé et j'en demande le remplacement (je parle ici du linteau) immédiat.

Car, quand quelqu'un comme moi s'adresse à BODIN, il attend un travail en tous points parfait. Pas une telle approximation qui ferait tâche après tant d'efforts et de réussites de BODIN par ailleurs.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 2 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Grâce à une assistante de choc enfin revenue sur notre chantier favori, nous devrions arriver à obtenir, pour ce linteau, de la "qualité BODIN agréée FOURCADE".

Voici comment :

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.

2 août 2018.


Donc un grand merci à la si sémillante Mademoiselle LOUKOUM !

2 août 2018.


Tout cela pour vous dire qu'on a trouvé, dans l'un de mes tas de pierres, la pièce que l'on cherchait. Sébastien m'a fait remarquer qu'elle en serait à son troisième usage au moins, le premier comme linteau de porte avec sa feuillure, le deuxième comme pierre de seuil avec son usure et le trou d'un gond que Sébastien va reboucher à la résine. Mickaël est donc en train de supprimer la feuillure et de remarteler la face destinée à être vue de la salle-à-manger.

2 août 2018.

Déjà le linteau gringalet a été déposé, il pourra servir, comme linteau intermédiaire, à l'étage au-dessus.

2 août 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 2 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Le chantier en fin d'après-midi :

2 juillet 2018.

Christian a prêté main forte.

2 juillet 2018.

2 juillet 2018.

2 juillet 2018.

2 juillet 2018.

2 juillet 2018.

Cela a quand même une tout autre gueule !
Manorial, isn't it ?

Par ailleurs, pour l'aération du futur hérisson, Sébastien a préféré desceller quelques pierres plutôt que forer les fondations :

2 juillet 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 4 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Promenade, ce matin, à la Julinière (plus précisément, à la Juliennière) pour prendre les mesures de mes récents achats, en compagnie de Xavier HUET, mon démolisseur favori :

4 août 2018.


- cet escalier (les marches ont 163 cm de largeur) et le plancher qui le surplombe :

4 août 2018.

4 août 2018.


- la cheminée et le placard voisin :

4 août 2018.

4 août 2018.

4 août 2018.

4 août 2018.

4 août 2018.


- l'évier (j'imagine qu'il y avait là dans le temps une forme en bois percée) :

4 août 2018.

4 août 2018.

4 août 2018.


Carole aurait bien voulu que j'ajoute à cette liste une corniche de cheminée (pour le fournil du manoir)...

4 août 2018.

... mais je me suis contenté de compléter mes emplettes de 4 poutres qui devraient pouvoir remplacer utilement les actuelles aux deux étages bas de notre colombier favori.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 5 août 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
3
Je voulais mesurer la section des poutres, ce que j'avais omis de faire hier. Je suis donc retourné ce matin à la Julinière. Manque de pot, j'avais cette fois oublié le mètre-ruban. Or, comme me le disait mon père : "Quand on n'a pas de tête, il faut des jambes". J'en serai donc quitte pour revenir une 4ème fois (si je compte bien).

Le bâtiment a changé d'allure en 24 heures :

5 août 2018.

5 août 2018.

5 août 2018.

J'ai pensé, cette fois, à compter les marches de l'escalier...

5 août 2018.

5 août 2018.

... et j'ai même réussi à déclencher le flash de mon appareil pour vérifier son état, vu par dessous :

5 août 2018.

5 août 2018.

5 août 2018.

5 août 2018.

A l'étage, "ma" cheminée a disparu pour l'essentiel, contrairement à la niche, ...

5 août 2018.

5 août 2018.

... mais je l'ai retrouvée un peu plus loin :

5 août 2018.

5 août 2018.

Idem pour les corniches des deux cheminées :

5 août 2018.

5 août 2018.

Quant à lui, l'évier est encore en place pour quelques heures, j'ai photographié sa sortie...

5 août 2018.

... de même qu'une fenêtre chanfreinée voisine dont je n'aurais hélas pas l'usage à notre manoir favori :

5 août 2018.



Bien sûr, tout cela laisse entière la question de savoir s'il est légitime de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

Quelqu'un comme Nicolas GAUTIER (ancien A.B.F. de l'Orne) y est rigoureusement opposé. C'est pourquoi il m'avait dissuadé de recouvrir les dépendances de notre manoir favori avec des tuiles de récupération. Je dois reconnaître que je me suis toujours bien porté d'avoir suivi ce conseil.

Ceci dit, dans le cas d'espèce, je n'ai pas joué, du moins en première analyse, le moindre rôle moteur dans la désintégration de la Julinière. Celle-ci était décidée et l'opération bouclée entre l'agriculteur propriétaire, qui voulait faire place nette pour étendre ses stabulations, et mon démolisseur qui ne m'a démarché qu'ensuite.

On pourra objecter que mon démolisseur savait que je cherchais une cheminée pour remplacer celle de Mebzon, donc que cette information n'a pu que le conforter quand il a offert 1 000 € pour l'ensemble à l'agriculteur. Il restait encore à faire le travail, soit une semaine pour deux hommes, munis de l'engin de chantier approprié, plus le tri, plus le transport.

Je laisse chacun apprécier les responsabilités respectives dans cette affaire. Moi, je redonne une seconde vie à des matériaux ô combien négligés par leur propriétaire précédent. Et j’œuvre, comme toujours, dans l'intérêt de notre manoir favori, qui avait été saccagé en 1884 et lors de la funeste campagne de travaux des années 1950.

Donc j'attendrai sereinement le jugement de plus experts que moi, ce qui ne manque pas.

P.S. : Xavier, le démolisseur, m'a appris qu'il avait initialement pensé vendre les pierres des murs (les grès) pour la 2ème tranche de restauration d'une muraille à Avranches. Il paraît que c'est exactement la qualité qui aurait convenu. Mais cette 2ème tranche est renvoyée aux calendes grecques par manque de fonds publics. Stocker ces matériaux en attendant des jours meilleurs et, par voie de conséquence, les manipuler deux fois coûterait trop cher. Ces pierres serviront donc de remblais.

Est-ce mieux, selon vous ?
Annie DRIEU
rédigé le lundi 6 août 2018
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion
0
Bonjour,

Toujours lectrice attentive de "notre site favori", je me permets de vous
solliciter en qualité d'expert !

Je suis secrétaire d'une association de sauvegarde d'une église (Savigny dans la Manche).

Devant les difficultés que nous rencontrons à "encourager et suivre" les
actions du maire de la commune concernée, nous pensons peut-être utile
de nous et le faire accompagner dans les démarches (Bâtiments de
France, Artisans) par un architecte du Patrimoine.

Se pose pour nous la question de la rémunération dudit architecte dont
nous n'avons aucune idée du mode. Pouvez-vous me donner une idée de ce
qui se fait en la matière ?

Je vous en remercie à l'avance.

Bonne journée.

N.D.L.R. : Si je suis "expert" dans ce domaine, c'est surtout d'avoir épuisé à la tâche au moins deux architectes en chef des monuments historiques et trois architectes du patrimoine. Disons que j'ai eu l'occasion de me rendre compte des qualités et des défauts de chacun de ceux-ci, plus de celui que j'ai mandaté dernièrement.

En 27 ans de chantier à peu près continu, outre les architectes en question, j'ai eu l'occasion d'être en contact avec un petit nombre de leurs confrères, ne serait-ce que pour essayer de relayer les premiers. On pourra ainsi estimer que l'échantillon sur lequel je fonde mes observations est trop peu nombreux pour être significatif. Je m'exprime néanmoins en termes carrés, dans le souci que mon témoignage vous aide à vous repérer au sein d'une corporation (profession organisée, si vous préférez) encline, comme elles le sont toutes selon moi, à serrer les coudes lorsqu'un de ses membres est critiqué de l'extérieur, fût-ce avec raison.

Il me semble donc que les qualités à privilégier sont :
- la compétence dans les corps de métier intervenant sur votre chantier ; l'expérience m'a montré qu'il y a au moins une architecte en chef incompétente dans un domaine critique et que le niveau d'expertise des uns et des autres est très variable ; M. Benoît MAFFRE est incontestablement très compétent en matière de charpente, de couverture, de maçonnerie et de menuiserie, entre autres ; la compétence de M. Arnaud PAQUIN me paraît également très bonne et il a en outre l'avantage de s'intéresser aux questions de chauffage et de plomberie, notamment parce qu'il n'intervient pas que sur des monuments historiques ;
- la capacité de peser face à l'administraaaâââtion, c'est-à-dire d'avoir suffisamment bonne réputation auprès d'elle pour que les dossiers que l'on signe aient une bonne chance d'être approuvés facilement et de drainer quelques subventions : en ce domaine, M. MAFFRE est excellent ; M. PAQUIN, plus jeune dans la corporation, me semble une valeur montante et pleine d'avenir (s'il veut bien s'astreindre à pondre rapidement les paperaaaâââsses requises, point auquel il ne me paraît pas toujours inutile de veiller) ;
- la capacité de suggérer des idées intelligentes et de concevoir des plans de qualité : en ce domaine, M. PAQUIN m'est apparu, à ce stade du moins, le meilleur ;
- la capacité de contrôler la qualité du travail des artisans, y compris de peser sur leurs devis et de réduire leurs factures de façon juste et sans obérer la qualité de leurs prestations ; M. MAFFRE est très bon pour cela ; M. PAQUIN me semble s'intéresser à la question ;
- la sympathie qui se dégage de chacun de ces professionnels, donc le plaisir que l'on éprouve à collaborer avec eux dans des matières parfois arides : en ce domaine, M. PAQUIN est sans nul doute mon préféré (j'avais également eu de bonnes relations personnelles avec le couple GAUTIER) ; il a en outre l'avantage d'être basé à Avranches donc de n'avoir aucune réticence à se mouvoir dans notre secteur, ce qui, d'expérience, est un critère important.

Quant aux tarifs pratiqués, cela dépend bien entendu de l'importance et de la complexité de votre chantier. Des honoraires de 10 à 12 % du coût du chantier sont habituels. C'est une ponction très importante si l'architecte est médiocre ou nul (comme cela arrive selon moi) mais une somme dont on est heureux de s'acquitter si les prestations sont à la hauteur d'un client exigeant car on s'y retrouve, alors, largement.

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à interroger, en vous recommandant de moi si vous le souhaitez, MM. Arnaud PAQUIN et Benoît MAFFRE ou à naviguer sur le site des architectes du patrimoine.

N.D.L.R. 2 : Les liens dans le message initial sont de moi, de même que le choix de la photo suivante :

"Waterloo ! Waterloo ! morne plaine !"

La Julinière ressemble désormais à un champ de bataille dévasté :

8 août 2018.

8 août 2018.

Je m'y suis rendu ce matin, avec Carole, pour observer l'étendue des dégâts...

8 août 2018.

... et vérifier l'état de mes lots :

- le cheminée semble n'avoir souffert qu'au niveau des pierres calcinées du fond de l'âtre ; Xavier me promet de compléter le lot en piochant dans ses réserves :

8 août 2018.


- rien à signaler du côté de l'évier...

8 août 2018.

... si ce n'est que Xavier me fait cadeau d'une pierre dénichée ailleurs et que je ne sais pas encore où installer :

8 août 2018.


- l'escalier est assez bien venu :

8 août 2018.

8 août 2018.


- c'est du côté des poutres qu'il y a le plus de déchet puisque, sur les quatre prévues, je ne confirme l'achat que de deux...

8 août 2018.

8 août 2018.

... dont la plus belle qui comporte, taillés dans la masse, deux écus qui, vraisemblablement, étaient initialement peints :

8 août 2018.

8 août 2018.


J'ai enfin demandé à Xavier de sauver du charnier un maximum de solives :

8 août 2018.

8 août 2018.