Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Hier, poursuite du démontage en règle de la cheminée de Mebzon :

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

En fin de journée, les granits de Mebzon avaient été entreposés dans un coin de la cour, de manière à pouvoir être montrés aux visiteurs de notre manoir favori (et possibles candidats-acheteurs) :

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

Au premier étage du logis, on dispose désormais de vues directes sur les autres niveaux, oubliées depuis longtemps :

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Logis - Aile "de la belle-mère"
0
Hier, alors que je devais filer à Pontorson, Roland FORNARI est venu poser sa lanterne avec le fil électrique de bonne longueur cette fois...

19 juillet 2018.

... et fixer la grille en souffrance depuis son dernier passage :

19 juillet 2018.

Il paraît qu'en repartant, il a dit que je ne serais pas content du résultat (ce en quoi il avait raison)...

19 juillet 2018.

... et qu'il devrait revenir pour rembarquer une nouvelle fois cette grille à l'atelier :

19 juillet 2018.

Je l'y encourage en effet : ce travail est inacceptable en l'état.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Il y a des signes qui ne trompent pas, comme ces deux pierres en granit rougi de mes collections et que j'ai trouvées au milieu de la cour, hier soir, à mon retour de Bagnoles :

19 juillet 2018.

Elles me montrent que Sébastien DUVAL s'apprête, après la dépose de la cheminée de Mebzon, à s'attaquer au point suivant de ma commande, à savoir la restauration des jambages de la baie, dans la salle-à-manger du logis, du passage entre cette pièce et la tour attenante. Deux pierres doivent en effet y faire l'objet d'un échange standard, tant elles ont été abîmées par l'incendie de 1884, au point d'être quasiment impossibles à restaurer autrement, et deux autres, les plus grosses en bas de chaque jambage, doivent recevoir des brochages en fibre de verre et un ragréage en faux granit (toujours ce que j'appelle la "résine-miracle") :

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

19 juillet 2018.

Je précise que le fonctionnaire de la D.R.A.C. à qui j'avais montré ces jambages il y a quelque temps m'avait affirmé que de tels travaux ne feraient pas l'objet de subventions. Cette remarque m'avait étonné mais, comme vous le voyez, j'en ai pris acte en n'attendant pas de longs mois une décision administrative qui aurait allégé opportunément ma charge financière et en profitant de la présence, dans nos murs favoris, de l'entreprise BODIN pour lui confier ce nouveau travail délicat. Une fois de plus, j'attends d'elle de l'excellence (appelons cela, si vous le voulez bien, de la "qualité FOURCADE").
0
Je suis passé hier matin à Mebzon, manoir sis sur le territoire de la commune de Sept-Forges (Orne), en limite de Geneslay, donc à quelques encablures de notre manoir favori. Je voulais voir si, en cette période de vacances, les propriétaires étaient là. Niet.

Une voisine m'ayant communiqué un numéro de portable, j'ai pu appeler Mme DEROUET pour lui laisser le message que la cheminée de son manoir pourrait, cette fois-ci, réintégrer son logis.

Aucun écho à ce stade. Je pense donc poster bientôt une annonce de mise en vente sur "leboncoin.fr".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Logis - Aile "de la belle-mère"
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 20 juillet 2018 07:55
À : Arnaud Paquin architecte
Objet : RE: fin d'après-midi

Parfait. A tout à l'heure.

PPF
_______________________________________________________________

De : Arnaud Paquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Envoyé : vendredi 20 juillet 2018 07:54
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : fin d'après-midi

Bonjour M. Fourcade,

Je pourrais passer en fin d’après-midi, pour vous présenter le projet de l’aile de la belle mère et faire le point sur les autres sujets.

Cela vous irait ?

Bien cordialement,

Arnaud PAQUIN architecte D.P.L.G.
architecte du Patrimoine DSA Chaillot.
2, rue du Collège 50300 AVRANCHES
Tél. 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 20 juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Le chantier n'a guère avancé aujourd'hui de façon spectaculaire :

20 juillet 2018.

20 juillet 2018.

Son aspirateur, famélique bien que neuf de ce matin, n'a toujours pas permis à Benoît d'éliminer convenablement la poussière du chantier.

Au 1er étage, les dernières pierres de la cheminée ont été retirées :

20 juillet 2018.

Voici la vue qui en ressort sur la salle-à-manger :

20 juillet 2018.

A noter que le plancher de l'étage, dont mon prédécesseur des années 1950 devait être fier, a reçu de sacrés gnons lors des manipulations des pierres de Mebzon, au point qu'il me paraît désormais irrécupérable (pour autant qu'on en ait eu l'envie).
Il est 21 h 30, Arnaud PAQUIN vient juste de repartir. Il m'a communiqué son projet de plan pour l'"aile de la belle-mère". Mon bureau-bibliothèque lui a servi de variable d'ajustement.

Je rendrai compte de cette réunion et de ce plan après-demain. La nuit prochaine, je dois en effet rouler vers Paris où j'assisterai demain matin au baptême de mon second petit-fils. La journée de demain étant classée "noire" pour la circulation, je compte rentrer dans la nuit de samedi à dimanche pour retrouver ma sœur qui sera arrivée demain en milieu de journée afin de rendre visite à notre mère.

Autant dire que je ne vais guère toucher terre avant un moment.

P.S. (du 24 juillet 2018) : Oups, j'ai passé la "dead-line" que je m'étais fixée. J'ai reçu hier soir le "PDF" correspondant, je tâcherai de faire le nécessaire ce matin.
N'ayant guère eu l'occasion de parler à mon aîné lors de ce baptême où il était le parrain, je lui ai envoyé un S.M.S. ce soir : "Quand me rendras-tu les parts de S.C.I. ?"

Lorsque, la seule fois où nous aurons été en contact aujourd'hui, je lui ai résumé le parti adopté par Arnaud PAQUIN pour l'"aile de la belle-mère", il m'a fait comprendre que cela ne lui convenait pas.

Donc non content de refuser d'assumer, comme on l'a vu depuis des mois, les responsabilités qui lui incombent en vertu des nues-propriétés que je lui avais données, il a le culot d'émettre un jugement négatif sur le travail que je m'échine à effectuer à mes frais pour parer à ses carences et contre-balancer son comportement lamentable là aussi.

Mais pour qui se prend-il ?

Qu'il dégage, j'en ai plus qu'assez d'un tel parasitisme !
Cela fait déjà un certain temps que j'invitais ma sœur à venir se reposer un week-end dans le cadre de notre manoir favori. Chaque fois, elle déclinait l'offre.

Elle a fini par l'accepter, en compagnie de mon beau-frère, pour aller ce week-end visiter notre mère à Bagnoles. J'ai fait meuler pour eux un double des clés du fournil de la ferme, où je les loge et où ils sont ainsi incités à revenir, et de la cour du manoir de manière à ce que, notamment, ils puissent y utiliser la cuisine-provisoire-qui-dure. Je n'ai en effet toujours pas complété l'installation de ce fournil du matériel électro-ménager qui y est prévu, petit réfrigérateur et four micro-ondes ; il y a toujours eu d'autres priorités pour l'emploi de mes picaillons puisque l'usage de ce fournil était des plus limités à ce jour, mon aîné ayant décrété qu'une telle dépendance a été bâtie puis restaurée trop loin de notre manoir favori pour accueillir son Excellence.

Il est prévu que, le week-end prochain, ma sœur revienne, accompagnée cette fois de son aîné et de la petite famille de ce dernier. Je prévois de loger ceux-ci dans le fournil du manoir, dont le lavabo reçoit l'eau mais je ne suis pas sûr de savoir en rallumer le chauffe-eau. A part ce lavabo, cette dépendance est dépourvue de douche ou de w.-c., de sorte que son confort est bien moindre que celui du fournil de la ferme. En outre, ce bâtiment a subi des dégâts des eaux le dernier hiver auxquels Igor n'a pas encore remédié. Il devait le faire hier mais, comme il n'a pas réussi à se procurer la chaux à badigeonner sur les murs maculés de tanin, il a reporté son intervention au début de ses vacances, le 27 juillet prochain si j'ai bien retenu. Avec un peu de chance, nous pourrions donc arriver à ce que ce fournil soit plus présentable pour ce neveu.

Accessoirement, je retiens que l'état de santé de ma mère et son séjour à Bagnoles auront permis à notre petite fratrie de commencer à se retrouver commodément, ce qui n'avait guère été possible à Paris où chacun se trouve si souvent absorbé par une vie quotidienne prenante.
L'entreprise BODIN n'arrive pas à recruter de jeune par ici. Comme s'ils fuyaient le boulot.

Après Yasin qui, il y a quelques semaines, était parti en congés aux antipodes sans prévenir, Benoît a montré hier, en abandonnant sans motif valable le chantier à la mi-journée, que les intérimaires, habitués à gérer leurs "droits au chômage" pour ne rien dire de leurs interventions "au black", ne sont pas une solution satisfaisante pour une entreprise honnête ayant pignon sur rue.

Sébastien se retrouve donc seul, dans l'immédiat et de nouveau, pour poursuivre le chantier.

Voici les jambages auxquels il a travaillé hier :
- celui de droite en entrant dans la tour, où l'on voit la pierre qu'il a greffée :

23 juillet 2018.

23 juillet 2018.

- celui de gauche, auquel il n'a pas touché ce jour :

23 juillet 2018.

23 juillet 2018.

Le bas de la pierre surplombant celle greffée était à compléter à la résine, voici le réceptacle qu'il a modelé pour contenir cette dernière :

23 juillet 2018.

Et voici les photos que j'ai prises en fin de journée, à mon retour de Bagnoles, qui montrent que, sur la grosse pierre située dessous la greffée, Sébastien avait fixé des vis auxquelles pourra s'accrocher la résine de la prochaine intervention :

23 juillet 2018.

23 juillet 2018.

Pour info, voici l'état du chantier du passage entre l'entrée et la salle-à-manger, tel que Benoît l'a planté quand cet abruti a piqué sa crise :

23 juillet 2018.