Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 13 Novembre 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Menuiserie - Bâtiment Nord - Par corps de métier - Par lieu
0
Maintenant que le plafond est plâtré et les tomettes posées, Sébastien LEBOISNE a pu venir prendre les mesures de ma future "chambre mortuaire" afin de s'assurer que les boiseries prévues pour cette pièce ne seront pas trop hautes :

13 novembre 2011, Sébastien LEBOISNE, de retour à la Chaslerie.

Il apparaît ainsi que la hauteur de la pièce est de 2 m 35 seulement, de sorte que les boiseries vont devoir être retaillées. Si cette adaptation apparaît trop délicate, il nous faudra prévoir des boiseries neuves. Nous allons donc nous donner le temps d'étudier les deux hypothèses.

Comme je suis sans nouvelle de M. DUVEAU, j'ai également demandé à Sébastien de me fournir son devis pour la penderie du dégagement vers la chambre en question.

Bonsoir Monsieur,

Envisageant l'achat d'un monument historique en Basse-Normandie, j'ai pris l'habitude, sur le conseil d'amis, de consulter votre site pour me familiariser avec les difficultés pratiques, techniques ou administratives, qui pourraient m'attendre.

J'admire vos réalisations et votre fougue face aux "viscosités" du système. J'entrevois bien la difficulté de réconcilier le "monde réel" dans lequel vous agissez et les procédures administratives.

Puis-je me permettre de vous demander, à titre indicatif, à quel montant s'élèvent les subventions que vous avez reçues de l'Etat et du conseil général de l'Orne pour vos travaux de 2011 ? Il me semble que vous n'avez encore rien communiqué à ce sujet.

@ Jérôme DUTERTRE :

La réponse à vos questions est très simple et je ne vois aucune difficulté à la communiquer : 0 € de l'Etat et 0 € du conseil général de l'Orne. A six semaines de la fin de l'année en cours, tout a été financé exclusivement sur fonds privés, en l'occurence les miens.

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, dans le même temps, de faire aboutir un dossier de subvention. Je suppose que la fréquence du dialogue avec l'administration ne vous a pas échappé, pas plus que son contenu, parfois surprenant.

J'espère que ces réalités ne refroidiront pas votre désir de participer volontairement à la mission de service public que constitue l'entretien, et souvent le sauvetage, de notre patrimoine. Je vous souhaite bon courage, il vous en faudra !

Et n'hésitez pas à poser d'autres questions le cas échéant !

Je repense à la dernière réglementation invoquée par M. BOCHET, celle qui, m'a-t-il dit, si j'ai bien compris, empêcherait de subventionner les mêmes travaux sur plusieurs tranches. Elle serait loin d'être anodine.

Bien sûr, une telle règle semblerait absurde à tout observateur de bonne foi, dans la mesure où, comparée aux réalités d'un chantier, elle paraît artificielle et - si l'on peut dire - gratuite. Bornons-nous à retenir qu'il est vain de nous interroger ainsi sur le bon sens des réglementations.

Mais elle m'inquiéterait surtout car, me semble-t-il à ce stade de mon information, elle rendrait inenvisageable la restauration du mur d'escarpe des douves :

- il est en effet impossible que je finance seul un tel montant de travaux et je ne vois aucune banque prête à me prêter, à mon âge, les fonds nécessaires pour un tel investissement qui ne produit aucun revenu ;

- si la règle invoquée par M. BOCHET existe, elle imposerait, je suppose, que l'Etat abaisse drastiquement le taux de ses subventions - mais on retombe alors dans le cas précédent - ou bien qu'il dégage en une fois une enveloppe importante ; au cas où, par extraordinaire, il en aurait encore les moyens, toute recrudescence de l'inflation - qu'on ne saurait exclure pour sortir l'économie de son marasme - serait dévastatrice.

Donc, par quelque bout que je regarde le problème, il apparaît qu'un individu pas plus fortuné que moi pourrait, par le seul jeu d'une telle réglementation, être mis dans l'incapacité pure et simple de poursuivre convenablement la restauration d'un monument historique comme la Chaslerie.

M. BOCHET, du service départemental d'architecture d'Alençon, m'a rappelé comme promis.

Il propose de faire passer la subvention en cause en totalité sur l'exercice 2012. Il est entendu que je serais dispensé d'attendre son versement pour mener les travaux. J'ai immédiatement donné mon accord sur cette proposition.

Pour ce qui concerne la restauration du circuit des douves, M. BOCHET suggère que je demande à Lucyna GAUTIER de définir un calendrier pluri-annuel de réalisation des travaux. Je suis d'accord avec cette idée.

J'ai signalé que je souhaiterais que le report préconisé et accepté sur 2012 ne m'empêche pas de lancer l'an prochain d'autres travaux subventionnables (je pense à des grilles aux fenêtres du 1er étage ou aux premiers travaux sur le circuit des douves autres que le mur Ouest de la douve Nord). M. BOCHET m'a conseillé de charger Lucyna GAUTIER de définir et de chiffrer les premières urgences.

Tout ceci me paraît un bon compromis. J'en remercie mes interlocuteurs de l'administration des affaires culturelles.

Bonsoir,

Ouf, cela s'arrange un peu !
Un tuyau pour un complément de ressources : vous qui avez la plume facile et le verbe aisé, qui ne tente rien n'a rien.

Bonne soirée !

N.D.L.R. : Merci pour le tuyau. Je n'ai pas (ou pas encore ? Marie-Françoise LAURENSOU trouvera peut-être le filon...) de titre de prince ou de duc à faire valoir auprès des mécènes américains qui en sont manifestement friands. En outre, les aptitudes culinaires de Carole semblent (hélas, triple hélas !) juste un peu limitées... Je ne suis donc pas sûr, avec la Chaslerie, de boxer dans la bonne catégorie pour intéresser les correspondants habituels du néanmoins très sympathique Denis de KERGORLAY.

Importante conversation téléphonique ce matin avec Lucyna GAUTIER. Dans le prolongement de mes récents contacts avec le Service départemental d'architecture d'Alençon, nous avons évoqué le programme de travaux en 2012 et au-delà.

Pour 2012, j'ai d'abord demandé à Lucyna de prévoir des grilles à trois fenêtres du 1er étage du logis, une dans la chambre au-dessus de la salle-à-manger et deux dans la chambre au-dessus du salon, les trois donnant vers l'extérieur du bâtiment (et non sur la cour). Je sais que Carole est résolument opposée à l'idée que je réinstalle une grille dans notre chambre. Mais je vais devoir, une fois de plus, passer outre car il en va de la cohérence de mon programme de restauration. Et je sais bien qu'après coup, Carole se range toujours à mon avis. Sur ce volet du programme 2012, mon problème immédiat est plutôt la disponibilité de Roland FORNARI qui n'a pas encore tenu ses dernières promesses relatives à la grille du puits de la ferme et au lustre de la charretterie.

En plus de ces grilles, je voudrais que 2012 voie le début de la restauration du mur d'escarpe des douves. Lucyna me recommande, pour des questions de coût, de monter un mur à un seul parement de pierres, le reste étant en béton. Il me semble qu'alors, Igor et Valentin auraient besoin de moins de 48 mois pour s'acquitter de la restauration des quelques 160 mètres de mur en question, sur 4 à 5 mètres de haut et 80 cm de large. Je précise que les 160 mètres correspondent aux 120 mètres du mur principal et à deux fois 20 mètres pour les retours vers le manoir.

En clair, pour 2012, j'aimerais mener à bien la réimplantation de trois grilles ainsi que les terrassements et les fondations des 160 mètres de mur dont je viens de parler. Cela supposerait de détourner provisoirement l'arrivée d'eau dans les douves, de manière à ce que les engins de chantier puissent manœuvrer au fond sans s'enliser.

Il paraitrait judicieux que, dans la foulée, c'est-à-dire avant la mi-2016, la restauration du mur d'escarpe soit achevée. On pourrait ensuite faire un sort à la restauration des deux biefs.

Au-delà de ces perspectives, je commence à caresser l'idée de remonter un jour les deux pavillons qui encadraient autrefois l'allée principale du manoir, au niveau des derniers tilleuls actuels, c'est-à-dire les plus proches de la chapelle. On se souvient peut-être du fait que l'implantation de ces deux pavillons est prouvée par le plus ancien plan cadastral de la Chaslerie. Je verrais donc bien à cet endroit des constructions comparables à un vieux pavillon du manoir de la Bérardière, à Saint-Bômer-les-Forges.

Le vieux pavillon du manoir de la Bérardière.

Mais, à la Bérardière, j'aime aussi les deux plus petits pavillons, beaucoup plus récents et en forme de "L", qui entourent la grille d'entrée :

Photo copiée sur le site de l'

Disons qu'à ce stade, on peut toujours rêver...

Hier après-midi, Igor m'a signalé qu'une source était apparue le matin-même dans la douve Nord. Un filet continu d'eau sourdait en effet de la terre, environ 2 mètres sous le niveau du sol. Le phénomène était d'autant plus curieux qu'à ma connaissance, il n'y avait ni drain ni tuyau enterré près de cet endroit. J'ai donc conseillé à Igor de se mettre aux commandes de la mini-pelleteuse pour sonder immédiatement le terrain. Il a préféré aller vérifier d'abord le compteur d'arrivée d'eau, ce qui était judicieux ; là, il a noté que le compteur ne tournait pas. Notre conclusion était donc qu'on avait dû mettre à jour une source oubliée.

18 novembre 2011, la

Or il se trouve qu'un peu plus tard dans l'après-midi, Philippe JARRY, le terrassier, est passé me voir. Je lui ai signalé l'incident. Il a immédiatement pensé à vérifier l'état du compteur d'arrivée d'eau. Je lui ai dit qu'Igor venait d'observer qu'il était à l'arrêt. Philippe s'est tu. Sans prononcer un mot, il s'est éloigné de la douve en cheminant le long du tuyau d'arrosage reliant un robinet de la cour à la douve. Il se trouve que Valentin venait de rouvrir ce robinet. Philippe a vite trouvé qu'un joint du tuyau avait lâché. Ainsi, toute l'arrière-cour du manoir s'était trouvée inondée tout au long de la nuit précédente, sans que nous ne nous en soyons rendu compte. Le mystère était donc résolu. Sans l'aide de Philippe, ni Igor, ni moi n'aurions compris avant longtemps l'origine du sinistre.

Il est ainsi prouvé que rien ne vaut le bon sens d'un terrassier du bocage, quand on croit avoir trouvé une source, pour dire ce qu'il en est vraiment.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 22 Novembre 2011
Journal du chantier - Ferronnerie - Logis - Murs divers - Economie - Par corps de métier - Par lieu - Désultoirement vôtre !
0
J'ai demandé hier à Roland FORNARI de préparer un devis pour les trois grilles que j'aimerais lui faire poser en 2012 au premier étage du logis. Il doit passer me voir samedi prochain à la Chaslerie pour qu'on examine mon idée de soigner le décor de ces grilles (au moins celle donnant vers la chapelle), de manière à les harmoniser avec la future grille du mur entre la chapelle et le manoir, dont j'ai déjà montré le dessin sous cet onglet (dans un message du 9 février dernier).

Roland m'a fait part, une nouvelle fois, de ses difficultés actuelles à obtenir de l'Etat le paiement de ses factures. Selon ses informations et pour utiliser les termes "ad-hoc" en matière budgétaire, de nouvelles autorisations de programmes sont allouées mais les crédits de paiement manquent. Je n'en suis pas surpris outre mesure, compte tenu de l'état critique du financement de la dette publique que l'on sait. J'espère simplement que cette situation, où l'on voit les alertes se multiplier, n'entravera pas, dans un proche avenir, la poursuite du programme de restauration de la Chaslerie.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 4 Décembre 2011
Journal du chantier - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Par corps de métier
0
Bonne nouvelle cette semaine : la situation d'Igor et de Valentin au regard de l'U.R.S.S.A.F. est enfin régularisée, du moins il me semble (je ne vois toujours pas leurs nouveaux numéros de Sécurité Sociale sur la facture que je viens de recevoir au titre du 3ème trimestre 2011). Il aura donc fallu 5 mois pour arriver à ce résultat ! Je constate au passage que, pour 100 € qui arrivent dans la poche de mes salariés, il faut que je paye, en plus, 85,62 € supplémentaires à l'U.R.S.S.A.F. Je suppose qu'il faut croire qu'il n'y a pas d'évaporation dans les circuits et que tout cet argent est utilisé à bon escient ! Comme je sais un petit peu compter, je constate que, lorsque j'avais affaire aux chèques emploi-services, la ponction supplémentaire correspondante était de 62,81 €, ce qui me paraissait déjà énorme. Quelqu'un pourrait-il donc m'expliquer où passent les 36,3 % d'augmentation ?

Les dernières feuilles sont en train de tomber des arbres :

4 décembre 2011, le départ de l'allée vers la départementale.

Cette fois, la Chaslerie a revêtu sa livrée de fin d'automne :

4 décembre 2011, les cosmos ont été arrachés de part et d'autre de la double porte d'accès à la cour.

Au cours des dernières semaines, Bernard a élagué nombre d'arbres plantés voici 12 ans :

4 décembre 2011, petit bosquet élagué.

4 décembre 2011, autre vue du même bosquet.

Il a de même entretenu les arbres fruitiers dont il a simplifié la silhouette :

4 décembre 2011, un pommier élagué.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 6 Décembre 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Bâtiment Nord - Chapelle - Par corps de métier - Par lieu
0
Quand, ce matin, vers 7 h 30, après avoir consulté les "pages jaunes" à "apiculteur 61", j'ai téléphoné à Daniel PERRET, de Perrou, pour lui demander s'il vendait "de la cire d'abeilles afin d'en gorger des tomettes", il a voulu savoir d'où j'appelais ; j'ai répondu : "de La Haute Chapelle" ; il a immédiatement réagi en prononçant ces paroles ô combien lourdes de sens : "Vous êtes du manoir de la Chaslerie ?"

Manifestement, cet apiculteur voisin a oublié d'être bête, sa rapidité de raisonnement m'a impressionné ! Igor passera prochainement s'approvisionner chez lui avant qu'avec Valentin, ils ne poursuivent leur travail, dès qu'il pleut, sur les tomettes du bâtiment Nord, de la chapelle et, sans doute, de mon bureau.

Bonjour,

A toutes fins utiles, j'utilise du "Ciralo +" de chez Fauvel.

Votre cire d'abeille sera-t-elle en phase solide ou liquide?

Tant que j'y suis voici un autre lien sur le manoir du Chastel à Hébécrevon ; ce manoir mériterait un fin connaisseur en matière de restauration. Pour moi, il arrive trop tard.

Bonne journée !

N.D.L.R.: Nous utiliserons de la cire vendue en pains solides. C'est dire qu'il faudra la râper puis la dissoudre dans de la térébenthine.

Merci aussi de nous signaler le manoir du Chastel (CHASTEL est le nom de ma belle-famille, soit dit en passant) ; il a l'air relativement "dans son jus" (à quelques ouvertures près). Mais, pour moi aussi, il est trop tard...

Dad,

Cela fait longtemps que je n'"ai pas eu le loisir de parcourir le site. Je profite donc du retard d"'un candidat à l'embauche pour me rattraper.

Quant au programme de restauration des douves, je me pose plusieurs questions :

1. Pourquoi fermer la douve sur ses trois côtés par un mur de pierres ? Les biais que j"'identifie sont les suivants :

a. De tels murs nécessiteraient un entretien important et une restauration dans un siècle ou deux d"un coût pharaonique qui la rendrait improbable et donc l'"ouvrage éphémère.

b. Quelle est l'"utilité d"un tel mur d'"enceinte ? J'"ai l'"impression que ton bon sens Normand a pris un coup de froid. Je comprends que les douves permettent de drainer ce terrain, la construction du mur devait faciliter cet assèchement.

2. Pourquoi détourner l'"arrivée d'"eau durant la durée des travaux ? L"'utilisation de buses en béton armé dans le lit des douves supporte le passage de camions et de matériel de chantier. Je pense que cette option est nettement moins onéreuse et tout aussi pratique pour Hervé LEMOINE, le fermier. Néanmoins, c"'est moins spectaculaire.

N.D.L.R. : Salut, W.F. ! Heureux d'avoir de tes nouvelles, ce site est merveilleux s'il permet ce type d'échanges rares pour un père !

Je réponds à tes questions :

Il s'agit de restaurer un mur qui existait avant que l'incurie des prédécesseurs n'en hâte le délitement. C'est ce qu'on appelle un mur d'escarpe (tu as dû déjà te promener rue de la contrescarpe à Paris). Le mur d'escarpe est le mur situé du côté intérieur d'un fossé de douves ; le mur de contrescarpe est son pendant, de l'autre côté du fossé. Notre mur d'escarpe fait 136 m de long, il est implanté du côté Est du "Pournouët". A l'origine, il devait faire près de 5 mètres de haut sur toute cette longueur. Il était complété, à ses extrémités, de deux retours, perpendiculaires et d'une vingtaine de mètres de long dont il reste également des vestiges, notamment côté Nord. Donc, quand tu parles de 3 murs, tu pousses un peu. En effet, les douves Nord et Sud resteront principalement en terre.

C'est essentiellement ce mur d'escarpe qu'il s'agit de restaurer. Ce mur, ou plutôt ce qui en reste, est classé parmi les monuments historiques, donc sa restauration est soumise à des procédures administratives lourdes et chronophages. Je souhaiterais néanmoins engager ces travaux tant que je rémunère deux maçons à temps plein ou presque, ce que je ne pourrai pas faire durablement, à moins que mes fils ne m'y aident, c'est-à-dire qu'ils décident enfin le sort qu'ils réservent, dans leur vie, à la Chaslerie ; ceci est une autre histoire mais je n'ai pas l'éternité devant moi, ni les reins assez solides, pour repousser longtemps des conclusions lourdes pour la suite du programme.

La restauration de ce mur conditionne la restitution à la Chaslerie de l'allure qu'elle avait à sa grande époque, c'est-à-dire au tournant des XVIIè et XVIIIè siècles. Cette restauration du mur est en effet un préalable nécessaire à la restauration du "Pournouët", de manière à lui redonner l'aspect d'un jardin d'agrément qui était le sien à la même époque. On pourrait toujours planter le "Pournouët" sans conforter sa périphérie, pourrais-tu objecter. Mais, comme tu le sais, je n'ai jamais aimé le travail bâclé et je t'encourage à avoir toujours un niveau d'exigence analogue.

Je voudrais cependant te rassurer, puisque cela semble nécessaire : comme ce sera le cas pour le mur Ouest de la douve Nord, comme cela a déjà été le cas pour les murs que j'ai restaurés sur la terrasse ou entre la chapelle et le manoir, ce type de travaux est fait, normalement, pour durer plusieurs siècles, au moins deux ou trois sans aucun doute. Donc même tes arrière-petits-enfants (lorsque, comme ton frère un jour, je l'espère, tu te seras enfin décidé à procréer) pourront dormir sur leurs deux oreilles s'ils vivent encore à la Chaslerie : ce n'est pas ce mur qui leur coûtera un seul kopeck.

Quant au détournement du ruisseau que j'estime nécessaire pour ces travaux, il ne résulte nullement d'un quelconque penchant pharaonique pour le spectacle en technicolor. Mais c'est le résultat de l'expérience de qui veut bien venir de temps à autre à la Chaslerie. On y voit que, pour manœuvrer des pierres, des échafaudages, des engins en fond de douve, il vaut mieux que celle-ci soit aussi sèche que possible, donc qu'on interrompe provisoirement son alimentation en eau, notamment en provenance du Tertre Linot. La conformation du terrain rend un tel détournement provisoire parfaitement envisageable et à moindres frais, tu sembles l'avoir oublié et je te le démontrerai sur place avec plaisir à la première occasion.

J'espère que mes explications sont assez claires.

Kisses du Dad.