Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 6 Octobre 2023
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Plomberie-chauffage - Logis - Chapelle - Cave
0
J'ai trouvé un interlocuteur au sein de l'entreprise, recommandée par Jacques BROCHARD, qui installe des pompes à chaleur subventionnées à 100 %.

D'après ce que cet interlocuteur m'affirme très rapidement, la Chaslerie ne serait pas éligible à ce dispositif dans la mesure où le circuit de chauffage par le sol ni les radiateurs ne sont encore en voie d'être installés dans son logis.

Or l'on sait que, depuis plus de quatre ans, tous travaux à l'intérieur des bâtiments sur cour de la Chaslerie ont été empêchés pour une sombre histoire de pavement classé dans la cour.

Puisqu'il est prévu que les crédits nécessaires pour ce genre d'installation de pompes à chaleur ne soient plus accordés à partir de la mi-2024 (du moins en l'état de la réglementation), il n'est pas exclu qu'on ait tout loisir de s'esbaudir encore longtemps devant le chef-d’œuvre dans son genre d'inventivité administrative qui bloque parfaitement tout cela.
En tout cas aucun des fonctionnaires de la Région Normandie supposés compétents en matière d'"économie équine et forêt-bois" ne devrait pouvoir prétendre que je n'ai pas, de mon côté, respecté scrupuleusement tous mes engagements :

6 octobre 2023.

6 octobre 2023.


Avec toutes les affiches que je dois agrafer sur la porte charretière du manoir favori, le bois de celle-ci ne tardera pas à se transformer bientôt en passoire.

S'agissant plus particulièrement du concert de demain et afin que nul n'en ignore, des affichettes comparables ont été disposées à d'autres endroits stratégiques du cheminement des candidats-spectateurs :

6 octobre 2023.

6 octobre 2023.

6 octobre 2023.

6 octobre 2023.

Tout à l'heure, nous nous promenions avec Carole, cheminant sur l'allée principale, puis la transversale, puis l'oblique, puis sur l'"Avenue Fourcade" jusqu'à la maison de nos voisins GAHERY située à environ deux kilomètres du manoir favori. Ceux-ci, selon leur sympathique habitude, nous ont servi un déca. Pour moi, un déca-calva. Très agréable marche, la nature est en beauté, tout est très bien entretenu grâce à Francis.

En rentrant au manoir favori, j'ai eu une idée.

On a compris que les débats entre le bureau de "La SVAADE" et moi - débats qui me turlupinent donc même quand je me promène - portent ces jours-ci et pour l'essentiel sur les meilleurs moyens de permettre à cette si sympathique association de trouver les ressources indispensables à la poursuite harmonieuse de son fonctionnement.

En effet, et si j'ai bien retenu ce qui m'a été justifié, "La SVAADE" encaisse pour chaque spectacle le produit de sa billetterie (soit, au tarif de 16€/billet, moins de 1 000 €/spectacle) alors qu'il lui faudrait couvrir le coût de son programme en termes :
- de cachets pour les artistes,
- de "Guso", c'est-à-dire de charges sociales, celles-ci atteignant voire dépassant 100 % des cachets,
- le cas échéant, comme pour le dernier concert, de montants réclamés par la "Sacem" lorsque les œuvres interprétées ne sont pas encore tombées dans le "domaine public",
- de frais d'hébergement, de restauration et de transport des artistes, même si l'aide généreuse de membres du bureau et de leurs épouses - que ces saintes femmes en soient louées ! - est souvent apportée aux moindres frais pour l'association,
- de frais de publicité et de gestion, même si la conception des affiches et la tenue de la billetterie nous sont quasiment offertes chaque fois par l'office de tourisme de Domfront qu'on ne saurait trop en remercier,
- enfin de frais de mise en ordre des lieux, parking, abords immédiats du manoir, salle de concert, salle de la "troisième mi-temps" (avec les frais de bouche et de nettoiement des taches sur le sol qui en résultent chaque fois).

Bref, et bien que les frais soient gérés au cordeau, il manque en moyenne une somme de 1 500 € par spectacle, ce qui veut dire environ 10 000 € par an.

Or on a également pu comprendre qu'à part l'aide de 1 500 € par an de la municipalité de Domfront-en-Poiraie qui prête également chaque fois une bonne cinquantaine de chaises - ce dont "La SVAADE" ne saurait trop la remercier - et l'apport de quelques donateurs, cette association est à la recherche de financements nouveaux pour son fonctionnement. La chose apparaît difficile à l'expérience. Ainsi :
- une source de financements avait été identifiée dans le cadre de l'"ODIA", structure régionale censée couvrir la moitié des déficits des spectacles d'artistes normands. Hélas, quand "La SVAADE" a mis l'"ODIA" au pied du mur en lui demandant d'agir ainsi qu'elle s'en vante, il lui a été répondu qu'elle ne saurait toucher le moindre kopeck de l'"ODIA" parce que - tenez-vous bien ! - "ses spectacles se déroulent dans un lieu privé" (sic) ! Il n'a pas pu être excipé du fait que "La SVAADE" est la locataire de la quasi-totalité de la Chaslerie ni que son activité est incontestablement d'intérêt général et régional car le guichet s'était brutalement refermé sans appel !
- malgré plusieurs tentatives, "La SVAADE" n'a toujours pas réussi à entrer en contact utile avec le conseil départemental de l'Orne pour examiner si eux pourraient aider ;
- on n'a pas non plus identifié le moindre mécène extérieur à l'association et qui ait les reins assez solides, et surtout la volonté suffisante, pour l'aider efficacement. Et ce n'est vraiment pas faute d'avoir mouillé sa chemise pour les rechercher.

A mon humble avis, et comme je l'ai déjà exprimé via le site favori, "La SVAADE" n'est donc plus très loin de se retrouver dans la panade, c'est-à-dire menacée carrément d'un prochain "shut-down" !

Alors que faire ?

Certes, il ne serait pas impossible de relever le prix du billet qui, comme on l'a compris, ne couvre, à son tarif actuel, qu'environ 40 % du coût des spectacles.
Mais de combien pourrait-il être relevé, sachant que le "break-even" serait donc aux alentours de 40 € le billet ?
Et quel effet cela aurait-il sur le public de proximité (disons celui qui habite à moins de quinze ou vingt kilomètres de la Chaslerie), public qui, même si on a constaté un élargissement régulier de la zone de chalandise de "La SVAADE", constitue malgré tout le fond de la clientèle de ses concerts ?

Avant que je ne dévoile la piste à laquelle j'ai pensé cette après-midi, les membres du fan-club favori auraient-ils des suggestions à formuler ?
La boîte à idées est bel et bien ouverte !
La première subvention de la Région Normandie au titre des allées forestières que l'on sait est arrivée ce matin sur mon compte bancaire : 19 800 €, soit 50 % de la dépense H.T. de la première tranche, celle qui correspond à l'allée principale (travaux réalisés il y a un an et que j'avais immédiatement réglés en totalité).

Depuis la transmission formelle à la Région de tous les justificatifs demandés à l'appui de ma première demande de paiement, datée du 27 janvier 2023, il aura donc fallu le temps d'une gestation humaine pour que l'engagement finisse par être tenu.

La seconde demande de paiement date du 11 juillet 2023. Puisque les informations alors fournies sont très semblables à celles de la première, on aurait pu imaginer que la lenteur d'instruction de la première permette à la seconde de la rattraper ; c'est d'ailleurs ce qui m'avait été dit mais il n'en a rien été et l'on devra encore s'armer de patience sans, bien sûr, que cette lenteur ne donne l'impression de correspondre à la moindre valeur ajoutée.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 10 Octobre 2023
Journal du chantier - Menuiserie - Aile "de la belle-mère" - Vie des associations - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Rencontré ce soir, dans son cabinet de Flers, Me Lori HELLOCO à qui l'APIJOMM peut se féliciter, me semble-t-il, d'avoir confié la défense de ses intérêts devant les prudhommes d'Argentan. Le mémoire en réponse de Me HELLOCO me paraissait en effet très bien articulé et avoir répondu de façon convaincante à toutes les prétentions et insinuations, même les plus sournoises. Seul pourrait encore jouer, selon moi, l'"aléa judiciaire".

Me HELLOCO me raconte les plaidoiries et autres échanges oraux auxquels je n'ai pu assister, non sans me déclarer qu'au cas où l'APIJOMM perdrait, il conviendrait de faire appel.

Le jugement de première instance est attendu pour fin novembre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 11 Octobre 2023
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Plomberie-chauffage - Electricité - Cave
0
Je m'étonnais de ne plus voir au travail le compagnon de M. ROBVEILLE. Par S.M.S. reçu hier, l'électricien m'indique souhaiter une réunion de coordination avec le plombier.

Cela ne va pas être facile à monter pour moi dans les prochains jours car mon agenda est plein, notamment pour les questions qui m'ont toujours cassé les pieds.
Vendre des bûches de chêne, d'un mètre de long et sans transport, par simple annonce sur internet, n'est pas des plus aisés.

Je le constate d'un coup d’œil sur l'évolution du nombre quotidien de "vues" de mon annonce sur "leboncoin.fr" :


Il est vrai qu'après un démarrage qui m'avait semblé encourageant, j'ai relevé mon tarif de 50 à 55 € le stère (ce qui demeure pourtant bas).

P.S. (du 13 octobre 2023 à 8 heures) : Je viens de supprimer mon annonce précédente pour mettre en ligne une nouvelle, en tous points identique au titre près. Le tour de passe-passe suffira-t-il à relancer la machine ?
Au courrier ce matin, deux rapports au ton incontestablement comminatoire du "Service Public d'Assainissement Non Collectif". Je n'en montre ici, pour chacun, que la première des six pages, vous faisant grâce de ce qui suit de cette prose prétendument technique :


Je relève qu'il m'est reproché de ne pas avoir vidangé la fosse de la ferme.
Petit détail sans doute, la ferme n'a, de notoriété publique, jamais été habitée depuis la pose de cette fosse ! Je dis bien : JAMAIS !
Mais ça, c'est sans doute trop compliqué à comprendre pour le "responsable du service en charge du contrôle", assurément bien mal inspiré ces temps-ci !

Quant au manoir qui fait l'objet du second rapport aux termes également définitifs, le document correspondant m'apprend que, si la fosse en question n'a pas davantage été vidangée, "Le niveau de boue dans la fosse atteint 10 %", précision d'autant plus remarquable que l'installation, relativement récente là aussi, a été conçue pour une population de 40 occupants du manoir - normes grotesques obligent - alors qu'au bout de 32 ans de travaux continus, seuls 65 m2 y sont habitables toute l'année, sachant en outre que je suis pratiquement le seul à y vivre.

Il est écrit en gras, coloré et encadré que, dans les deux cas, toute vente éventuelle de la Chaslerie ou de sa ferme serait entravée tant qu'il n'aurait pas été déféré aux injonctions en cause.

Retenons donc que je dois être , du moins aux yeux de cet honorable signataire de ces rapports (et dans l'hypothèse, certes quelque peu audacieuse, où il aurait pour habitude de lire ce qu'il signe), une sorte de champion du monde des chieurs et certainement pas un type constipé pour avoir déjà encombré de mes productions intestinales "10 %" de cette fosse manifestement surdimensionnée aux yeux de quiconque n'aurait pas un Q.I. de moule.

Notre site favori illustre ainsi, une nouvelle fois qui ne sera certainement pas la dernière, à quel niveau d'absurdité et d'entraves gratuites on arriverait vite quand de prétendus "responsables" se montrent à ce point incapables du bon sens le plus élémentaire.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 13 octobre 2023 13:29
À : Bernard Soul <bernard.soul@orange.fr>
Objet : Manoir et ferme de la Chaslerie - Rapports du S.P.A.N.C. en date des 11 septembre et 4 octobre derniers

Monsieur le maire,

Vous avez signé le 10 septembre et le 4 octobre derniers deux rapports du S.P.A.N.C. qui me sont parvenus ce matin au sujet des équipements d'assainissement au manoir de la Chaslerie et à sa ferme.

Ces rapports comportant des constats divers assortis d'injonctions fortes de votre part, je vous prie de me communiquer dans un premier temps les preuves du caractère contradictoire de la procédure que vous auriez suivie pour décider ces signatures.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : vendredi 13 octobre 2023 16:08
À : arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>
Cc : Membres du bureau de "La SVAADE"
Objet : Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble - Historique et état sanitaire

Cher Monsieur,

En vue de notre prochaine rencontre, en présence de Xavier MEYER, président de "La SVAADE", rencontre dont le calendrier reste, me semble-t-il, à fixer, je vous transmets l'état présent, après que j'en ai poursuivi mais non achevé la relecture, de la partie de votre projet de texte consacrée à l'histoire de la Chaslerie et de ses habitants.

Vous pourrez constater que, s'agissant de l'avant-dernière sous-partie de ce texte, celle relative aux travaux effectués depuis mon achat de 1991 et qui devrait permettre, comme a dit le souhaiter la DRAC, de récapituler les autorisations reçues et celles non sollicitées, je suggère d'y inclure le "diagnostic sanitaire" prévu à notre contrat, ceci de manière à éviter des répétitions formelles.
Pour cette sous-partie, je compte vous soumettre un projet de rédaction qui traiterait à ma façon des points à évoquer selon moi (notamment à propos du pavement de la cour, de la "cheminée de Mebzon", des boiseries du grand salon et, plus généralement, de l'état des bâtiments sur cour, de la chapelle et des autres dépendances mais aussi de l'état des douves à propos desquelles on dispose déjà de beaucoup de documentation).
Ainsi le rapport pourrait-il être aussi exhaustif et précis qu'espéré.

Une dernière sous-partie de ce texte pourrait permettre d'expliciter les besoins et les attentes de "La SVAADE" en matière de travaux à la Chaslerie, ce qui pourrait s'avérer d'autant plus indispensable que nous aurons à surmonter les résistances de la nombreuse population des élus locaux en matière d'aide aux "monuments privés", ceci en dépit de l'affirmation claironnée de longue date de l'existence d'un "projet MORIN" (même si son titre a été récemment dégradé en "projet touristique domfrontais").
Je transmets donc aux membres du bureau de "La SVAADE" l'état présent de cette partie, non sans les prier de faire part de leurs commentaires sur quelque point que ce soit et s'ils le veulent bien.

L'ensemble de ce texte ne comporte aucune photo puisque je suis incapable d'intervenir sur votre version assortie de nombreuses et belles illustrations. Le nécessaire pourra être ajouté quand le texte aura été stabilisé.

La semaine prochaine, Carole et moi serons à l'étranger. Je compte y emporter la clé USB des recherches que j'avais confiées, il y a de cela trois ou quatre ans, à un "historien du patrimoine" basé à Bellême et qui m'avait été recommandé.
Hélas celui-ci n'a jamais fourni le document de synthèse attendu qui réponde proprement aux questions que je l'avais mandaté et réglé pour traiter ; il s'agissait de quelques sujets d'intérêt local, notamment à propos de l'histoire des LEDIN et des LEVÊQUE qui leur ont succédé dans les lieux. Je vais donc devoir me replonger dans la bouillie qu'il m'avait servie.

De notre côté, nous serions donc disponibles pour vous recevoir à la Chaslerie à partir, disons, du 1er décembre prochain, le temps de me laisser poursuivre ma relecture de votre si remarquable projet, en espérant que j'y sois arrivé à cette date.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 14 octobre 2023 04:31
À : Jacques Brochard ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; Membres du bureau de "La SVAADE"
Objet : RE: Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble - Historique et état sanitaire

Merci Jacques mais la matière est très complexe et l'on est souvent réduit à échafauder des hypothèses pour tenter de justifier nombre de bizarreries architecturales. A ces occasions, les intuitions et les fulgurances de M. PAQUIN se révèlent aussi précieuses qu'éclairantes.

En l'état présent, ce texte est très incomplet :

- sur l'identité des occupants en des temps lointains ou à d'autres troublés ;
- sur le "diagnostic sanitaire" pour lequel je compte préparer une grille d'analyse qui aura à être validée ou modifiée et bien sûr complétée autant que de besoin par l'architecte du patrimoine ;
- enfin sur les projets architecturaux de "La SVAADE" qu'il conviendra de bien mettre en avant, ne serait-ce que pour faire comprendre à toutes personnes concernées (élus et administrations dont le rôle sera essentiel et hautement critique pour la mise en œuvre) que le dossier restera, s'il le faut, sur la table plus longtemps que le propriétaire privé actuel ne hantera encore cette Terre...

L'ouvrage est donc constamment retravaillé, ce qui nous occupera encore un bon mois, j'imagine.

Amicalement,

PPF

__________________________________________________________________________________________________

De : Jacques Brochard
Envoyé : samedi 14 octobre 2023 03:16
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; Bureau de "La SVAADE" ; C. F.
Objet : RE: Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic d'ensemble - Historique et état sanitaire

Ce m'apparaît comme une très belle présentation bien documentée et rédigée.

JB

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 14 Octobre 2023
Journal du chantier - Administration - Terrassement - Abords, Avenue, terrasse
0
Au courrier ce matin :


Si je comprends bien ce qui est écrit, pas un centime ne proviendrait de la Région mais 75 % de l'Europe et 25 % de l'Etat.

C'était bien la peine de charger la Région d'instruire les dossiers de paiement avec toute l'efficacité qu'elle a démontrée !

Pour ce qui concerne le second paiement promis, j'attends toujours qu'un des fonctionnaires de la Région daigne venir vérifier que le logo de la Région est apposé à proximité de l'allée placée sous le contrôle d'un agent aussi diligent.
Il est vrai que le malheureux représentant du premier niveau hiérarchique (en partant du bas) sur les six que compte la Région (pas un de moins, ceci sans parler des élus, président, vice-présidents ou autres !) aurait encore deux dossiers à ouvrir avant d'avoir un instant disponible pour se pencher sur le mien (qu'il a pourtant reçu en juillet dernier)...

Et vive la décentralisation, la déconcentration ou je ne sais quelle autre "-ation" à la c(i)on !

C'est fatiguant, tout cela... Il est grand temps que je m'aère les idées...
Je viens de mettre en ligne une nouvelle rédaction de l'onglet "Travaux". J'y insiste sur le relais qui se met en place grâce à "La SVAADE". Cette nouvelle rédaction est destinée à éclairer les élus locaux dans la mesure du possible. C'est en effet au moment de préparer la troisième version de mes demandes de subventions à la Région (pour l'"étude de diagnostic d'ensemble" et pour la restauration des menuiseries extérieures du logis) que je me suis dit qu'un toilettage de cet onglet ne ferait pas de mal.
J'étais rentré de Grèce plein d'excellentes résolutions de ne plus m'insurger devant des caractéristiques usantes du monde qui nous entoure au quotidien.

Me voici néanmoins submergé par l'actualité :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 13:53
À : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Madame,

Vous étonnerai-je si je vous confie que vous me consternez ?

En effet, le plan de financement que vous continuez à prétendre ne pas connaître vous a été fourni très explicitement par courriel de ce jour à 11 h 09. Voir notamment ses points 5, 8 et 9. Et en particulier le 9 que je reproduis ci-après, en espérant que vous prendrez enfin le temps de le lire, et si possible de le comprendre, ce qui vous évitera, j'en forme le vœu ardent, de persister dans vos errements.

(Début de citation)

9 - Plan de financement prévisionnel du diagnostic :

Dépenses : 49 525,30 € T.T.C. (N.B. : hors coût de "Bee +", coût au titre duquel il n'est pas demandé de subvention).

Ressources :
- Etat : 40 %, soit 19 810,12 €. (subvention accordée par arrêté du 29 mars 2023 ; premier versement, d'un montant de 10 000 €, effectué le 10 mai 2023) ;
- Région : 20 %, soit 9 905,06 € (subvention déjà sollicitée deux fois, en accord avec les services de la Région ; voir notamment le courriel du 2 février 2023 comportant déjà tous les éléments réclamés dont le devis du 28 octobre 2022 de M. PAQUIN). Puisque j'ai déjà versé 25 000 € à M. PAQUIN au titre de ses honoraires pour cette étude, je désirerais savoir quand je pourrai vous demander la part correspondante de la Région, sachant que l'expérience a déjà amplement démontré que les services de la Région paraissent peiner beaucoup plus longtemps que ceux de la D.R.A.C. pour procéder aux règlements convenus).

Le solde, soit 19 810,12 € (à quoi s'ajoutera le coût de "Bee +") sera supporté par M. FOURCADE sur ses fonds propres (ni lui ni son épouse ne seraient plus en âge d'emprunter d'après les banques consultées).

(Fin de citation)


Je suis à votre disposition pour expliciter, toutes preuves en mains, à quoi je fais allusion dans les lignes soulignées.

Au cas où, par extraordinaire, ces explications ne vous satisferaient toujours pas, je prierais M. AUBIN (ou, à défaut, sa hiérarchie) de me désigner un autre interlocuteur.

Dans l'immédiat, je vais me mettre à rédiger les réponses au questionnaire transmis à propos de la restauration des menuiseries extérieures du logis. Ici aussi, il s'agira de ma troisième saisine complète de la Région sur le même sujet. J'espère que vous avez compris que tous les délais subis depuis trente mois se traduisent par une augmentation des coûts sans la moindre valeur ajoutée.

PPF

__________________________________________________________________________________________________

De : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 13:38
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Merci pour votre retour. Effectivement, travailler pour répondre à votre demande de subvention n’est pas un jeu mais bien un réel soutien pour vous apporter un financement.

J’indiquerai que votre devis sera votre plan de financement.

Bien Cordialement

Marie Perreau
Région Normandie
Chargée de mission pour l’Eure et l’Orne
Service Patrimoine et Inventaire
Direction de la Culture et du Patrimoine
02 14 47 63 05
marie.perreau@normandie.fr

__________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 12:55
À : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Objet : Re: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Madame
Avez-vous seulement pris la peine de lire ce que je vous ai envoyé ?
Vous avez le devis au titre duquel je sollicite cette subvention. Vous l'aviez d'ailleurs déjà reçu il y a de nombreux mois.
Que vous faut-il de plus ?
En d'autres termes, à quoi jouez-vous ?

Envoyé de mon mobile
Envoyé à partir de Outlook pour Android

__________________________________________________________________________________________________

From: PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Sent: Monday, October 23, 2023 12:06:28 PM
To: Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Subject: RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Monsieur,

Pourriez-vous m’envoyer le détail des dépenses prévues ?

Merci par avance

Marie Perreau
Région Normandie
Chargée de mission pour l’Eure et l’Orne
Service Patrimoine et Inventaire
Direction de la Culture et du Patrimoine
02 14 47 63 05
marie.perreau@normandie.fr

__________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 11:46
À : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>; AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Cc : Xavier MEYER ; C. F. ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr>; arnaud.tiercelin@culture.gouv.fr ; CAILLET Florence <caillet-baraniak.florence@orne.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Madame,

Comme je crois avoir déjà répondu scrupuleusement aux questions posées en points 8 et 9, je vous prie de m'indiquer précisément ce qui vous manquerait encore.

Cordialement,

PPF

__________________________________________________________________________________________________

De : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 11:14
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>; AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>Cc : Xavier MEYER C. F. ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> <arnaudpaquin.architecte@gmail.com>; MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr>; arnaud.tiercelin@culture.gouv.fr ; CAILLET Florence <caillet-baraniak.florence@orne.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Bonjour Monsieur,

Merci pour l’envoi de ces éléments. Comme indiqué dans la fiche, pourriez-vous compléter la partie financière (points 8 et 9) sur l’estimation financière et le plan de financement ?

Merci par avance

Marie Perreau
Région Normandie
Chargée de mission pour l’Eure et l’Orne
Service Patrimoine et Inventaire
Direction de la Culture et du Patrimoine
02 14 47 63 05
marie.perreau@normandie.fr

__________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 11:47
À : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

C'est intéressant mais on est le 23.

__________________________________________________________________________________________________

De : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 11:09
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Objet : Réponse automatique : Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Je suis absent lundi 9 octobre.

__________________________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 23 octobre 2023 11:09
À : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Cc : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>; Xavier MEYER ; C. F. ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr> ; arnaud.tiercelin@culture.gouv.fr ; CAILLET Florence <caillet-baraniak.florence@orne.fr>
Objet : RE: Demande de subvention auprès de la Région Normandie - Manoir de la Chaslerie - Etude de diagnostic

Monsieur,

Je vous prie de trouver ci-dessous les informations demandées sur votre fiche ci-jointe relative à l'"étude de diagnostic d'ensemble" à mener au manoir de la Chaslerie.

Je réponds aux questions dans l'ordre de cette fiche. Je précise que je le fais en liaison étroite avec Me Xavier MEYER, président de l'association "La SVAADE", celle-ci jouant désormais un rôle central dans la définition et la mise en œuvre du programme de travaux à réaliser sur ce monument dont elle est locataire à long terme de la quasi-totalité (à 65 m2 près sur les quelques 2 400 m2 de surface S.H.O.B. de ce monument) et où elle est d'ores et déjà titulaire d'une "délégation de maîtrise d'ouvrage".

2 - Identification du porteur de projet :
En l'état de nos discussions, c'est mon épouse et moi qui sommes en charge de cette position. Nous souhaitons néanmoins qu'il soit clair pour tout le monde que "La SVAADE" est habilitée par nous à nous relayer à tout moment.
Pierre-Paul et Carole FOURCADE
La Chaslerie
61700 - Domfront-en-Poiraie
06 12 96 01 34 (Pierre-Paul FOURCADE) - 06 (...) (C. F.) - 06 72 63 78 40 (Me Xavier MEYER)
penadomf@msn.com (Pierre-Paul FOURCADE) - (...) (C. F.) - (...) ( Me Xavier MEYER)
Statut :
- Pierre-Paul et Carole FOURCADE sont des personnes physiques.
- "La SVAADE", représentée par son président, Me Xavier MEYER, est une association de la loi de 1901.

Dans tous les cas, le porteur du projet est assujetti à la TVA et ne la récupère pas.
Personne en charge du suivi du diagnostic : Pierre-Paul FOURCADE (en liaison étroite avec Me Xavier MEYER, président de "La SVAADE").
Adresse de la personne en charge du suivi du diagnostic : La Chaslerie, 3490 route de Lonlay, La Haute-Chapelle, 61700 Domfront-en-Poiraie.
Téléphones et adresses de courriel : voir ci-dessus.

3 - Identification du MH :
Manoir de la Chaslerie
3490 route de Lonlay
La Haute-Chapelle
61700 - Domfront-en-Poiraie

Monument protégé en totalité en application des arrêtés suivants :
- arrêté ministériel du 2 novembre 1926 : inscription à l'I.S.M.H. de la totalité du manoir, y compris ses dépendances (dont la ferme) et autres constructions, intérieurs et extérieurs ;
- arrêté préfectoral du 26 décembre 1993 étendant l'inscription à l'I.S.M.H. de l'allée principale (sur ses 534 mètres de longueur) ;
- arrêté ministériel du 4 juillet 1995 classant parmi les monuments historiques les façades et couvertures des bâtiments sur cour, la cour, la chapelle (intérieurs et extérieurs) et la totalité du circuit des douves (y compris le bief amont situé à 500 mètres des bâtiments principaux).

Photographies du MH (1 à 3 photos) : Trois photos sont ci-jointes (ainsi que le logo de "La SVAADE") :



4 - Description du MH (histoire, caractéristiques architecturales, particularités...) :
Le monument fait l'objet d'un site internet très détaillé (www.chaslerie.fr ).
On pourra se reporter :
- pour l'histoire, à https://www.chaslerie.fr/page/histoire
- pour les caractéristiques architecturales, à https://www.chaslerie.fr/page/visite
- pour les travaux menés depuis 1991, à https://www.chaslerie.fr/page/travaux
- pour les réalisations de "La SVAADE" en matière d'ouverture au public depuis 2020 à https://www.chaslerie.fr/blog/la-svaade-animations-et-visites?p=1 et suivantes, sachant que le monument avait, à l'initiative de ses propriétaires, été ouvert au public en permanence depuis 1991.

En résumé, la Chaslerie est un ensemble manorial dont les racines remontent à l'époque médiévale. Ce monument est typique du bocage domfrontais. Il a la particularité d'être complet avec l'ensemble de ses dépendances. Il contribue très activement, désormais grâce à "La SVAADE", à l'animation culturelle et touristique du Domfrontais dont il est incontestablement l'un des fleurons.

5 - Description du diagnostic (contenu et finalité du diagnostic) :
Il s'agit d'une étude de diagnostic exhaustive portant sur l'ensemble du monument protégé, y compris ses dépendances. Il est tout particulièrement souligné que cette étude est basée sur les vœux de "La SVAADE", en vue de permettre à cette association de poursuivre son activité d'intérêt général en matière culturelle et touristique, en abritant des résidences d'artistes et des classes de maîtres (ceci dans le prolongement de ses quatre années d'expérience).
Les rubriques de cette étude de diagnostic sont explicitées sur le devis joint du maître d'œuvre. Elle comportera ainsi :
- un relevé des lieux (extérieurs et intérieurs par scan 3-D) de manière à disposer d’une représentation graphique des bâtiments sous revue : plans des niveaux, plan de toiture, coupes, façades,
- une étude historique, archéologique et architecturale des bâtiments,
- un bilan sanitaire descriptif des bâtiments (intérieurs et extérieurs), illustré par des photographies,
- une proposition d’avant-projet de restauration calé sur l’usage d’intérêt général qui pourrait être fait des bâtiments sous revue
- et un premier chiffrage du budget qui serait nécessaire pour mettre en œuvre ce projet, chiffrage permettant d’éclairer des scenarios de réalisation.

En l'état présent des travaux de préparation de cette étude, on peut s'attendre à ce qu'elle dépasse 200 pages.

6 - Calendrier prévisionnel de l'étude de diagnostic :

Après accord de l'Etat (D.R.A.C. de Normandie) et de la Région (lettre du 23 mars 2023 de M. Yvan SYTNIK), cette étude a débuté le 10 février 2023.
A la fin-octobre 2023, elle est en cours de rédaction. Une proposition d'avant-projet de restauration vient d'être présentée par le maître d'œuvre aux propriétaires et à "La SVAADE" ; elle est en cours d'analyse et de concertation. Un premier chiffrage a ainsi été fourni par le maître d'œuvre ; il s'élève à ce stade à 2,72 M € T.T.C. (sur la base d'une T.V.A. à 10 %). Un premier scenario de réalisation a été proposé ; il recommande que, dans un premier temps, l'effort porte sur le logis, ce qui coûterait 810 000 € T.T.C. (sur la même base). A ce dernier sujet, il y a lieu de signaler qu'une demande de subvention à la Région, pour la restauration des menuiseries extérieurs du logis, va être présentée pour la troisième fois, parallèlement à cette demande-ci relative à l'étude de diagnostic.
Au stade présent d'avancement de ladite étude de diagnostic, il paraît réaliste d'estimer qu'elle pourrait être terminée pour février 2024.

7 - Prestataire(s) identifié(s) pour réaliser le diagnostic :
Le maître d'œuvre en est M. Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine
2, rue du collège 50300 AVRANCHES
tél: 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com
atelierpaquin.architecte@gmail.com

Il pourra s'appuyer en tant que de besoin sur le bureau d'études "Bee +"
Grégory Vannobel
Dirigeant
06 37 98 62 69
gregory@beeplus.fr
02 30 96 42 03
Nouvelle adresse : 14 rue Roland Moreno - 35530 NOYAL-SUR-VILAINE (dans les locaux de Usi 3d)

8 - Estimation financière du coût du diagnostic :
Selon devis signé joint, daté du 28 octobre 2022 :
45 023 € H.T.
49 525,30 € T.T.C.

9 - Plan de financement prévisionnel du diagnostic :
Dépenses : 49 525,30 € T.T.C. (N.B. : hors coût de "Bee +", coût au titre duquel il n'est pas demandé de subvention).
Ressources :
- Etat : 40 %, soit 19 810,12 €. (subvention accordée par arrêté du 29 mars 2023 ; premier versement, d'un montant de 10 000 €, effectué le 10 mai 2023) ;
- Région : 20 %, soit 9 905,06 € (subvention déjà sollicitée deux fois, en accord avec les services de la Région ; voir notamment le courriel du 2 février 2023 comportant déjà tous les éléments réclamés dont le devis du 28 octobre 2022 de M. PAQUIN). Puisque j'ai déjà versé 25 000 € à M. PAQUIN au titre de ses honoraires pour cette étude, je désirerais savoir quand je pourrai vous demander la part correspondante de la Région, sachant que l'expérience a déjà amplement démontré que les services de la Région paraissent peiner beaucoup plus longtemps que ceux de la D.R.A.C. pour procéder aux règlements convenus).

Le solde, soit 19 810,12 € (à quoi s'ajoutera le coût de "Bee +") sera supporté par M. FOURCADE sur ses fonds propres (ni lui ni son épouse ne seraient plus en âge d'emprunter d'après les banques consultées).

10 - Commentaires du porteur de projet :
M. FOURCADE rappelle que, tout comme "La SVAADE", il est en contact avec les services de la Région depuis plus de trente mois en vue d'obtenir l'application des réglementations régionales existantes en matière patrimoniale. Il s'est plié au désir de la Région qu'il garde la maîtrise d'ouvrage du projet. Il demeure que "La SVAADE" a vocation à le relayer dès que la Région en donnera le feu vert, ce qui est toujours espéré.
Il faut en effet souligner une nouvelle fois qu'au-delà de la personne des propriétaires actuels (vieillissants) du manoir, c'est tout le projet de fin de restauration du monument, dans l'intérêt de celui-ci, du Domfrontais et de la Région qui est en cause ici. Il en va du développement touristique et culturel du Domfrontais, particulièrement cher au président MORIN (et à très juste titre) et de la partie Ouest du département de l'Orne où les activités culturelles de "La SVAADE", telles qu'organisées à la Chaslerie malgré un manque de capacités d'hébergement actuellement criant, rencontrent un accueil tout à fait remarquable et qui va croissant.

Tout comme le président de "La SVAADE", je me tiens à votre disposition pour parfaire si nécessaire votre information et celle des élus de la Région.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 23 Octobre 2023
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Charretterie - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Du temps où mon voisin Claude FAVERIS exploitait sa ferme, il nous laissait utiliser sa plate-forme de béton pour y fabriquer le torchis dont nous avions besoin.

J'ai rencontré ce soir son successeur, M. LEDEME Fils (j'ignore son prénom).

Il s'est montré très sympa et m'a tout de suite donné son accord.
Je l'en remercie !

Comme quoi il reste des gens sympathiques, positifs et ouverts dans le secteur, ce dont, dans le cadre des contacts qui sont naturellement les nôtres à l'occasion de notre chantier favori, on avait un peu trop de raisons de commencer à douter.
Voici, à propos de ma troisième demande de subvention à la Région pour le même projet de restauration des menuiseries extérieures du logis, le fascinant questionnaire auquel j'ai l'intention de répondre formellement dans les meilleurs délais :


Sans qu'il paraisse utile que j'épilogue à ce propos, je puis affirmer que toutes mes réponses (sauf une) à cet impressionnant questionnaire sont d'ores et déjà connues de mes interlocuteurs obligés qui, je l'espère, sauront cette fois et me lire et me comprendre, étant signalé que j'ai toujours veillé à maintenir, avec eux et en liaison étroite avec "La SVAADE", une dialogue empreint d'une extrême transparence - du moins de notre côté - depuis trente mois que ce dossier est sur la table avec eux.

La seule novation résultera de la hausse du principal devis, dont la seule cause est l'invraisemblable lenteur du processus administrativo-politique sous-jacent.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 27 Octobre 2023
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Charretterie
0
La pose du torchis. Voici le résultat d'une semaine de travail sous la charretterie ...

27 octobre 2023.

27 octobre 2023.

27 octobre 2023.

... et au verso de la nouvelle cloison :

27 octobre 2023.


Un travail lent, très bien fait, avec des matériaux traditionnels, le tout sans utilité immédiate.

Bref, de la "qualité FOURCADE", là aussi.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 29 octobre 2023 12:12
À : AUBIN Vincent <vincent.aubin@normandie.fr>
Cc : PERREAU Marie <Marie.PERREAU@normandie.fr>; Membres du bureau de "La SVAADE" ; C. F. ; arnaudpaquin architecte <arnaudpaquin.architecte@gmail.com> ; MEUNIER Catherine <Catherine.MEUNIER@normandie.fr> ; arnaud.tiercelin@culture.gouv.fr <arnaud.tiercelin@culture.gouv.fr>; CAILLET Florence <caillet-baraniak.florence@orne.fr>
Objet : Manoir de la Chaslerie - Restauration des menuiseries extérieures du logis - Demande de subvention auprès de la Région Normandie (troisième version)

Monsieur,

Je vous prie de trouver ci-dessous les informations demandées sur votre fiche ci-jointe relative au présent "volet aide à la restauration et à la valorisation", à mener au manoir de la Chaslerie.

Je réponds aux questions dans l'ordre de cette fiche. Je précise que je le fais en liaison étroite avec Me Xavier MEYER, président de l'association "La SVAADE", celle-ci jouant désormais un rôle central dans la définition et la mise en œuvre du programme de travaux à réaliser sur ce monument dont elle est locataire à long terme de la quasi-totalité (à 65 m2 près sur ses quelques 2 400 m2 de surface S.H.O.B.) et où elle est d'ores et déjà titulaire d'une "délégation de maîtrise d'ouvrage".

1 - Rappel des caractéristiques de l'aide :

Cette partie de votre fiche ne comporte aucune question. Mais, dans la mesure où elle formule des exigences que doivent remplir un porteur et son projet pour être éligibles aux aides de la Région Normandie, du moins selon le dispositif voté en juin dernier, il nous paraît utile de vous rappeler les données pertinentes que nous vous avions déjà communiquées depuis la trentaine de mois durant lesquels "La SVAADE" et moi avons entretenu le dialogue avec vous, d'une façon qui s'est toujours voulue tout à fait complète et transparente pour ce qui nous concerne.

Nous nous bornons sous ce paragraphe à expliciter le cas de la Chaslerie sur les sujets dont la suite de votre questionnaire ne traite pas aussi précisément.

"Les types de MH éligibles sont les biens immeubles" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie qui ne comporte pas d'orgues mais deux cloches en bon état de fonctionnement et qui n'appellent donc pas de restauration propre.

"Le projet doit s'inscrire obligatoirement dans une démarche de développement durable avec un partage des valeurs de la Région sur cette problématique sociétale majeure" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie, tant par les matériaux mis en œuvre que par les techniques des artisans, tous sélectionnés au terme d'un processus qui dure ici depuis plus de trente-deux ans à ce jour. L'on peut préciser que tous ces professionnels sont basés, sauf exceptions marginales, dans la Région Normandie.

"Le monument doit proposer un projet économique, artistique, culturel ou social induisant une ouverture du site avec un engagement vers une sobriété énergétique" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie.
Pour ce qui concerne le projet économique, il est de nature touristique, la Chaslerie contribuant très efficacement au "développement du tourisme médiéval domfrontais" prôné par le président MORIN.
Sur le plan social, la Chaslerie sert de cadre habituel au travail de salariés de diverses associations, dont l'"Association pour l'Insertion Professionnelle des Jeunes dans l'Ouest Ornais, Le Sud Manche et le Nord Mayenne - APIJOMM".

"Premier des quatre critères cumulatifs de la Région : un monument protégé, singulier du point de vue architectural et intégré dans son environnement territorial" :

Qu'on nous permette de rappeler que tel est bien le cas à la Chaslerie, si ce n'est qu'en termes d'"intégration", il paraît sidérant que, depuis la trentaine d'années que le dossier est sur la table et que ce monument est ouvert au public tout au long de l'année, il n'ait toujours pas fait l'objet d'une signalisation routière appropriée.
La restauration de l'allée principale du manoir, effectuée il y a un an sous le logo de la Région, devrait pourtant fournir une occasion parfaite pour poser trois panneaux de signalisation, ce qui diminuerait en outre fortement la dangerosité de la sortie sur la D22 qui était seule carrossable jusqu'alors.
Il semble que des crédits publics soient disponibles puisqu'un manoir voisin, pourtant désormais notoirement fermé au public, a vu sa signalisation routière renouvelée depuis quelques mois.

"Deuxième des quatre critères cumulatifs de la Région : un projet global de restauration et d'exploitation pérenne de l'édifice" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie, les propriétaires actuels (vieillissants) ayant joué un rôle central lors de la fondation de l'association "La SVAADE" porteuse de tels projets globaux.

"Troisième des quatre critères cumulatifs de la Région : une accessibilité du public, quelle que soit la forme d'activité, avec un volet de médiation culturelle" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie. En effet, quel meilleur usage d'intérêt général prévoir pour un tel monument que l'organisation, sous l'égide de "La SVAADE", de résidences d'artistes et de classes de maîtres, dans cette partie de la Région parfois considérée comme quelque peu marginale et isolée ?
Dans ces matières ô combien importantes, "La SVAADE" a déjà eu l'occasion de faire la preuve de sa très grande efficacité pour animer la vie culturelle de cette partie du bocage et fournir à de jeunes artistes très talentueux, en route vers une reconnaissance beaucoup plus large, l'occasion de se produire devant un public d'amateurs prêts à s'enthousiasmer pour les encourager (ci-joint le dernier communiqué de "La SVAADE", daté d'hier).

"Quatrième et dernier des critères cumulatifs de la Région : inscription du projet et des travaux dans une démarche de développement durable" :

Tel est bien le cas à la Chaslerie. Ne serait-ce qu'au titre du projet de chauffage par aquathermie d'un monument historique emblématique de son territoire et ouvert au public tout au long de l'année, la Chaslerie serait à même de servir de vitrine aux politiques promues en la matière par la Région Normandie.

2 - Identification du porteur de projet :

En l'état des discussions avec les services de la Région Normandie, c'est mon épouse et moi qui sommes en charge de cette position. Nous souhaitons néanmoins qu'il soit clair pour tout le monde que "La SVAADE" est habilitée par nous à nous relayer à tout moment.

Coordonnées des propriétaires du MH :
Pierre-Paul et Carole FOURCADE
La Chaslerie
61700 - Domfront-en-Poiraie
06 12 96 01 34 (Pierre-Paul FOURCADE) - 06 12 96 01 34 (Carole FOURCADE) -
penadomf@msn.com (Pierre-Paul FOURCADE) - carolefourcade3@gmail.com (Carole FOURCADE) -

Statut du propriétaire et du maître d'ouvrage :

Pierre-Paul et Carole FOURCADE sont des personnes physiques.
Si elle tenait le rôle de maître d'ouvrage, "La SVAADE" serait représentée par son président, Me Xavier MEYER, notaire honoraire ; il s'agit d'une association de la loi de 1901, domiciliée à la maison des associations de Domfront-en-Poiraie (61700). Ses autres coordonnées sont 06 72 63 78 40, et svaade61@gmail.com .

Dans tous les cas, le porteur du projet est assujetti à la TVA et ne la récupère pas.

Personne en charge du suivi du projet :
Pierre-Paul FOURCADE (en liaison étroite avec Me Xavier MEYER, président de "La SVAADE").
Adresse de la personne en charge du suivi du projet : La Chaslerie, 3490 route de Lonlay, La Haute-Chapelle, 61700 Domfront-en-Poiraie.
Téléphones et adresses de courriel : voir ci-dessus.

3 - Identification du MH :

Manoir de la Chaslerie
3490 route de Lonlay
La Haute-Chapelle
61700 - Domfront-en-Poiraie

Monument protégé en totalité (intérieurs et extérieurs) en application des arrêtés suivants :
- arrêté ministériel du 2 novembre 1926 : inscription à l'I.S.M.H. de la totalité du manoir, y compris ses dépendances (dont la ferme) et autres constructions, intérieurs et extérieurs ;
- arrêté préfectoral du 26 décembre 1993 étendant l'inscription à l'I.S.M.H. de l'allée principale (sur ses 534 mètres de longueur) ;
- arrêté ministériel du 4 juillet 1995 classant parmi les monuments historiques les façades et couvertures des bâtiments sur cour, la cour, la chapelle (intérieurs et extérieurs) et la totalité du circuit des douves (y compris le bief amont situé à 500 mètres des bâtiments principaux).

Photographies du MH (1 à 3 photos) : Trois photos sont ci-jointes (ainsi que le logo de "La SVAADE") :



4 - Description du MH (histoire, caractéristiques architecturales, particularités...) :

Le monument fait, depuis 2009 et sans interruption, l'objet d'un site internet très détaillé ( www.chaslerie.fr ).
On pourra s'y reporter :
- pour l'histoire, à https://www.chaslerie.fr/page/histoire
- pour les caractéristiques architecturales, à https://www.chaslerie.fr/page/visite
- pour les travaux menés depuis 1991, à https://www.chaslerie.fr/page/travaux
- pour les réalisations de "La SVAADE" en matière d'ouverture au public depuis 2020 à https://www.chaslerie.fr/blog/la-svaade-animations-et-visites?p=1 et suivantes, sachant que le monument avait, à l'initiative de ses propriétaires, été ouvert au public en permanence depuis 1991.

En résumé, la Chaslerie est un ensemble manorial dont les racines remontent à l'époque médiévale. Ce monument est typique du bocage domfrontais. Il a la particularité d'être complet avec l'ensemble de ses dépendances. Il contribue très activement, désormais grâce à "La SVAADE", à l'animation culturelle et touristique du Domfrontais dont il est incontestablement l'un des plus remarquables fleurons.

5 - Description du projet de restauration du Monument Historique :

Le MH a-t-il fait l'objet au préalable d'un diagnostic avec le descriptif des travaux ?

Oui. Ce diagnostic, document de 54 pages (plans non compris) réalisé par M. Benoît MAFFRE, architecte du patrimoine, est daté de septembre 2015. Il a été suivi d'un document de 39 pages (sans compter les plans ni les annexes) du même auteur, en date d'octobre 2016 et intitulé "Interventions sur les menuiseries extérieures du corps de logis".
En fait, la DRAC de Normandie, mise en copie de ce courriel-ci, est au courant de ce dossier depuis la dizaine d'années qu'il a été placé à l'étude entre nous.
Par lettre du 21 mars 2017, M. Philippe ROCHAS, conservateur régional des monuments historiques, a autorisé la restauration des menuiseries extérieures du manoir de la Chaslerie dont il s'agit ici (la référence de ce dossier à la DRAC est n° AC 061 201 16 00008).
Comme pour tous les documents auxquels nous nous référons explicitement ou implicitement dans ce courriel, nous en tenons la copie à votre disposition au cas où vous ne la retrouveriez pas dans vos archives.

En quoi le projet de restauration est-il un projet global de restauration et d'exploitation pérenne de l'édifice ?

La restauration des menuiseries extérieures du logis, dont il est principalement question ici, s'inscrit bien dans un "projet global de restauration" ainsi que cela sera encore explicité sur les plus de 200 pages du prochain rapport de l'architecte du patrimoine mandaté pour effectuer l'"étude de diagnostic d'ensemble" que vous savez.
Ce projet global de restauration vise à permettre la pérennisation des activités culturelles et touristiques organisées par l'association "La SVAADE" en conformité avec ses statuts. Il s'agit là, notamment, de résidences d'artistes, de classes de maîtres et de concerts.
Le succès d'ores et déjà rencontré par "La SVAADE" au cours de ses quatre premières années d'activité, amplement documenté par sa revue de presse, démontre que ce projet global a un sens et répond parfaitement aux attentes d'un public passionné (sans en être nécessairement spécialiste ni être qualifiable d'"élitiste" en quoi que ce soit) par les questions d'ordre culturel, artistiques aussi bien que patrimoniales.

Quelle est la dimension globale de votre projet à la fois en matière de restauration (éventuellement sur plusieurs années) et en matière d'exploitation du MH ?

Les premières indications fournies par l'architecte du patrimoine mandaté pour réaliser l'"étude de diagnostic d'ensemble" font état d'un coût total du projet global de chantier de l'ordre de 2,7 M€ en l'état du marché.
Les frais d'exploitation correspondants peuvent, à ce stade, être évalués à moins de 15 000 €/an (après prise en compte des recettes de la billetterie et des visites ainsi que d'une subvention annuelle de 1 500 € dont il convient d'être très reconnaissant à l'égard de la municipalité de Domfront-en-Poiraie).

Quel est l'ancrage territorial du projet ? Quelle est sa contribution au développement et à l'attractivité territoriaux ?

Il ne fait aucun doute que, tant par son historique que par la réalité de ses bâtiments, la Chaslerie, qui fut la propriété de divers "vicomtes de Domfront" (dont elle constituait en quelque sorte la résidence secondaire), s'inscrit parfaitement dans son environnement (près de 100 000 arbres de haut-jet y ont été plantés, constituant dorénavant un écrin remarquable) et peut être qualifiée d'exceptionnelle, tant par la qualité et l'entretien de son gros-œuvre que par l'agencement de ses principaux bâtiments autour d'une cour fermée, unique dans le Domfrontais, ou encore par la présence de ses douves multiséculaires.
Du fait de son ouverture au public tout au long de l'année (gratuitement pour ce qui concerne les extérieurs et moyennant un modique droit d'entrée, perçu par "La SVAADE", pour les visites intérieures guidées), elle participe activement au "développement touristique du Domfrontais" cher au président MORIN ainsi qu'à l'attractivité du territoire, ce dont ne manquent pas de se faire l'écho, dès que l'occasion s'en présente, la presse locale et la régionale ainsi que, parfois, des émissions de télévision de portée régionale voire nationale.

Quelle est - ou quelle sera - l'ouverture du MH au public ? Via quelle(s) activité(s) ? Avec quel volet de médiation culturelle ?

La Chaslerie a constamment été ouverte au public depuis 32 ans. Dans l'avenir, il n'est pas envisagé de limiter cette ouverture au public. Au contraire, les spectacles organisés par "La SVAADE" depuis l'été 2020 concourent très efficacement et très notoirement au "développement du tourisme médiéval Domfrontais" ainsi qu'à la vie culturelle de la partie du territoire se trouvant dans un rayon de 40 kilomètres autour du manoir (il s'agit là de la zone habituelle de chalandise des concerts de "La SVAADE" et il doit être souligné que cette zone s'étend d'année en année).

Comment les enjeux environnementaux sont-ils pris en compte dans le projet de restauration et d'exploitation du MH post-travaux ? Ce point peut traiter des sujets suivants : transition énergétique et atténuation du changement climatique / résilience et adaptation aux conséquences du changement climatique / préservation et restauration de la biodiversité / économie des ressources, économie circulaire, déchets / acculturation aux enjeux de transition et acceptabilité sociale des projets.

On répondra ici aux questions dont, à ce stade de nos échanges, l'on comprend ici la formulation :

A propos de la transition énergétique et de l'atténuation du changement climatique : la Chaslerie dispose d'une source d'énergie renouvelable, découverte inopinément il y a cinq ans, fournie par le passage, jusque là non mentionné sur aucune des études pertinentes (notamment du B.R.G.M.), d'une rivière souterraine environ soixante mètres sous son sol ; le projet de restauration porté par "La SVAADE" et défini dans le cadre de l'"étude de diagnostic d'ensemble", y compris avec l'aide d'un bureau d'études spécialisé dans les problématiques énergétiques, contient un sous-projet de chauffage par aquathermie et de mise en place de toutes les isolations thermiques compatibles avec les particularités d'un tel monument historique : à ce titre, et avec l'aide de la Région Normandie, ce serait un chantier emblématique qui pourrait se mettre en place à ce sujet (le coût en serait inclus dans le total de 2,7 M € indiqué ci-après).
L'atténuation du changement climatique peut en outre résulter de la présence aux abords immédiats du monument d'environ 100 000 arbres de haut-jet faisant l'objet d'un "plan simple de gestion" scrupuleusement appliqué.

A propos de la préservation et de la restauration de la biodiversité : aucun produit chimique n'étant employé, sauf exception rarissime et très limitée, dans l'entretien des abords de la Chaslerie, les 60 ha de terres de la Chaslerie se révèlent un havre de biodiversité d'autant plus apprécié par toutes espèces à poils ou à plumes que cette propriété n'est plus ouverte à la chasse depuis un nombre significatif d'années. On y côtoie donc, entre autres, nombre de chevreuils et un peu trop de sangliers.
Le ruisseau Choisel (ou Beaudouët) qui traverse la propriété est classé en "première catégorie" (pour ses salmonidés) et la ville de Flers y capte son eau, ce qui paraît témoigner de la pureté de celle-ci.

6 - Calendrier prévisionnel de réalisation du projet de restauration :

S'agissant de la restauration des menuiseries extérieures du logis, il est prévu, en l'état des informations disponibles, que le chantier commence dès la notification de la décision de subvention de la Région et dure deux ans, ceci de manière à pouvoir mobiliser une nouvelle tranche de subvention de l'Etat faute de laquelle le chantier demeurerait suspendu après la réalisation de sa première moitié (relative à la moitié Nord du logis).

S'agissant de la restauration du reste de la Chaslerie, son programme et son calendrier seront éclairés par l'"étude de diagnostic d'ensemble" en cours de préparation. Le calendrier correspondant dépendra en tout premier lieu des financements externes (subventions ou mécénat) qui auront pu être mobilisés.
Il est cependant clair qu'il s'agit ici de travaux qui, pour reprendre l'expression soulignée par le président MORIN lors de son discours à Fontaine-Henry en juillet dernier, ne pourraient être menés à bien sans l'aide très active de la Région Normandie agissant non par des abondements systématiques et marginaux mais par des "effets-levier", autorisant à dire : "Je ne pouvais pas le faire. Mais là, je vais pouvoir le faire".
A cet égard et sans aucun doute, quel meilleur "effet-levier" imaginer que l'inclusion rapide de cette restauration dans le "projet de développement touristique domfrontais" permis par la Région et envisageable grâce à elle ?

7 - Partenaires techniques du projet (architecte du patrimoine, bureau d'études, etc.) :

L'architecte du patrimoine d'ores et déjà mandaté pour mener la restauration des menuiseries extérieures du logis est M. Arnaud PAQUIN dont tant "La SVAADE" que les propriétaires ne peuvent que se louer de la compétence très remarquable et, ce qui ne gâte rien, de la grande sympathie attentionnée que dégage le personnage.
Ses coordonnées sont :
Atelier PAQUIN architecte D.P.L.G
architecte du patrimoine DSA école de Chaillot.
2, rue du collège 50300 AVRANCHES
tél: 02 50 26 01 32
arnaudpaquin.architecte@gmail.com
atelierpaquin.architecte@gmail.com

Pour ce qui concerne la restauration des menuiseries extérieures du logis, il n'est prévu l'intervention d'aucun bureau d'études.

L'ensemble des artisans intervenant dans les travaux est, sauf exceptions marginales (le peintre pour ce qui concerne la restauration des menuiseries extérieures du logis), basé en Normandie.

8 - Plan de financement prévisionnel du projet de restauration des menuiseries extérieures du logis de la Chaslerie :

Dépenses :

Je vous ai déjà transmis formellement à deux reprises, les 28 août 2022 et 2 février 2023, des dossiers de demande de subvention régionale, dossiers qui se voulaient complets en application des réglementations régionales en vigueur à ces époques. Y étaient joints tous les devis alors pertinents auxquels je vous prie de bien vouloir vous reporter.
Le 2 février 2023, le montant des dépenses correspondant était ainsi de 457 536,94 € T.T.C., ceci sur la base d'un devis total du menuisier, M. LEBOISNE, de 301 755,30 € T.T.C.
Or les délais mis pour changer la réglementation régionale ont rendu ces devis obsolètes.
En date du 14 septembre dernier, M. LEBOISNE m'a transmis ses devis actualisés qui, pour le même travail, font apparaître, pour ce qui le concerne, un nouveau total de 337 999, 20 € T.T.C., soit une augmentation de 36 243,90 € T.T.C., c'est-à-dire de plus de 12 %. Ce sont ces devis-ci qu'il y a désormais lieu de prendre en compte pour cet artisan.
Je me suis gardé de demander à ce jour l'actualisation de leurs devis aux autres intervenants, qu'il s'agisse de l'architecte du patrimoine ou des autres artisans. Au titre de ceux-ci, ma demande reste donc calée à ce jour sur les devis qui vous ont déjà été transmis, notamment le 2 février dernier, et dont le total était de 457 536,94 € - 301 755,30 €, soit 155 781,60 € T.T.C.

La demande que je vous présente ce jour est donc relative à un montant total de travaux de 493 780,80 € T.T.C., soit 448 891,60 € H.T. (au taux de T.V.A. de 10 %, actuellement applicable en la matière).

Ressources :

La subvention sollicitée de la Région porte sur 30 % du montant total de ces travaux, soit 148 134,20 €.

Le plan de financement prévoit par ailleurs :
- une subvention de l'Etat au taux de 35 %, soit 172 823,20 €,
- des subventions du département de l'Orne qui, en dépit de la complexité de leur régime, pourraient néanmoins atteindre un total de 60 000 €.

Le solde, qui serait donc d'un montant de 112 823,40 € (soit 22,85 % du total) sera couvert par autofinancement, étant signalé que mon épouse et moi ne sommes plus, d'après les banques contactées, en âge ni en situation de recourir au crédit bancaire.

9 - Commentaires du porteur de projet :

Je signale que, tout comme "La SVAADE", je suis en contact avec les services de la Région depuis plus de trente mois en vue d'obtenir l'application des réglementations régionales existantes en matière patrimoniale. Je me suis plié au désir exprimé à ce jour par la Région que je garde la maîtrise d'ouvrage du projet. Il demeure que "La SVAADE" a vocation à me relayer dès que la Région en donnera le feu vert, ce qui paraitrait tout-à-fait légitime, donc est toujours espéré.
Il faut en effet souligner une nouvelle fois qu'est en cause ici tout le projet de fin de restauration du monument, dans l'intérêt de celui-ci, de la vie culturelle et de l'animation touristique du Domfrontais et d'une partie de la Région qui s'élargit régulièrement, suivant en ceci les succès de "La SVAADE".
Les travaux de restauration menés à la Chaslerie depuis 1991 se sont élevés à ce jour à un total de 5,1 M€ (en euros courants) et 6,5 M€ (en euros constants, en valeur de 2022). Face à ceci, le total des subventions reçues, tant de l'Etat que du département de l'Orne et, marginalement à ce jour, de la Région (au titre d'une première tranche de restauration de l'allée principale), s'est élevé à environ 0,5 M€ (en euros courants) et 0,7 M € (en euros constants, en valeur de 2022).
Les propriétaires du monument ne sont plus en position de supporter un tel flux de travaux avec des aides aussi réduites relativement.
L'intervention de "La SVAADE" joue donc à ce seul titre un rôle essentiel et critique pour faire comprendre à toutes les parties concernées que la poursuite du programme de restauration de la Chaslerie (estimé à ce jour à plus de 2,7 M€) ne pourra plus être financée que marginalement (de l'ordre de 10 %) par les propriétaires. Il appartient désormais aux élus locaux et à tous mécènes potentiels de comprendre cette problématique et d'aider à y faire face dans l'intérêt bien compris du "développement touristique domfrontais" cher au président MORIN (à très juste titre).
Les activités culturelles de "La SVAADE", telles qu'organisées à la Chaslerie malgré un manque de capacités d'hébergement sur place actuellement criant (rappelons que, sur les 2 400 m2 SHOB du monument, seuls 65 m2 y sont, à ce jour, utilisables toute l'année), rencontrent un accueil tout à fait remarquable et qui ne cesse de se développer à la satisfaction générale.
La force de cet élan permet de fonder les plus grands espoirs sur la pérennité et la soutenabilité du modèle, dès lors qu'une aide massive au financement du programme de travaux à venir (c'est-à-dire au-delà de la restauration des menuiseries extérieures du logis), soit pour un montant résiduel de travaux de l'ordre de 2,2 M€ T.T.C., serait également décidée.

Tout comme le président de "La SVAADE", je me tiens à votre disposition pour parfaire si nécessaire votre information et celle des élus de la Région.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)