Journal du chantier

Je ne suis pas prêt à pardonner à un véritable branlotin d'avoir refusé de fait de traiter le problème de porosité du mur Ouest de l'"aile de la belle-mère". Les abondantes pluies de ces derniers jours ont évidemment produit l'effet habituel :

17 mars 2019.

17 mars 2019.

Il est lamentable qu'un tel incapable puisse se prévaloir d'un monopole légal non contrôlé comme il devrait l'être à l'évidence.

En attendant, mon chantier est bel et bien bloqué par ce jean-foutre succédant, entre autres, à un rapace, à un alcoolique et à une pétroleuse.

Ah, ils sont chouettes, je vous l'assure, dans cette corporation protégée en dépit du bon sens !


P.S. (du 18 mars 2019, à 3 heures du matin) : La tour de contrôle me signale que le message 44960, que j'avais rédigé il y a quatre mois, a fait l'objet, hier, d'une lecture approfondie.

A l'intention plus particulière du membre du fan-club qui l'étudie, je rappelle et signale que, depuis cette époque, mes idées ont évolué :
- le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" sera implanté au 1er étage du colombier et la cuisine du manoir dans le bâtiment Nord, dans deux des trois travées disponibles ;
- de ce fait, les rez-de-chaussée des deux tours sont actuellement sans affectation définie ;
- la raison de ces changements est, pour l'essentiel, la découverte récente d'une "rivière souterraine" (?) sous la charretterie ; celle-ci permettra, en tout état de cause, de chauffer commodément tout le manoir par aquathermie ; mais, alors qu'il y a quatre mois, je privilégiais l'option d'une chaufferie centrale au rez-de-chaussée du colombier, il m'a été recommandé par le dirigeant de "LEMASSON" (fabriquant de pompes à chaleur) de prévoir deux chaufferies, l'une dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord (3ème travée), pour chauffer le bâtiment Nord et le logis, l'autre au rez-de-chaussée du colombier, pour desservir l'aile Ouest (le cas du chauffage de la chapelle devant être optimisé à l'occasion) ; cette partition semble une bonne idée pour diverses raisons, y compris techniques.

Cette fois-ci, je crois que je tiens enfin la bonne implantation pour le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves". C'est pourquoi je pourrais avancer dans la restauration intérieure du colombier et ne serais plus obligé de me focaliser prioritairement sur la moitié Nord du logis.

Ayant dit ceci, il est clair que je demeurerai entravé, au moins formellement, là et ailleurs, tant que le lancinant (et ô combien superfétatoire) problème d'architecte que nous savons n'aura pas été enfin résolu.

A dire vrai, mes "déficits fonciers reportables" devraient me permettre de patienter un peu, me préservant ainsi de tourner vite en bourrique face à des situations manifestement sur-contraintes.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 19 Mars 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Ferronnerie - Logis
0
Je me suis rendu hier à Saint-Aubin-des-Bois, à l'atelier d'Alexandre GURY, "Fer Art Forge".

Il s'agissait pour moi de récupérer la potence de cheminée dont Alexandre vient d'inverser le sens de rotation :

19 mars 2019.

A cette occasion, Alexandre m'a rendu, de la part de Roland FORNARI, le support de girouette qui a longtemps été fiché sur le dôme d'entrée de notre manoir favori :

19 mars 2019.


Alexandre m'a montré sur quoi il travaille en ce moment, notamment la restauration de la très belle grille d'entrée du château de Vendeuvre...

18 mars 2019.

18 mars 2019.

18 mars 2019.

... et la grille du château de Patrick DUMOUSSET dont il me recommande de m'inspirer, le moment venu, pour compléter les pilastres, sur la RD 22, de notre manoir favori :

18 mars 2019.

J'ai reçu ce matin M. Sébastien LORGEOUX, du cabinet "Alidade" de Tinchebray.

Il devrait me faire une proposition pour prendre en charge les études, plans et autres documents nécessaires pour rationaliser la circulation des fluides (y compris wi-fi) dans notre manoir favori.

Il me demande néanmoins de lui fournir d'abord divers plans que je vais devoir rechercher dans mes soutes diverses.
Carole et moi nous sommes rendus ce matin, dans le secteur de La Ferté-Macé, chez l'artisan à qui mon aîné envisage de confier la réalisation de la cuisine de son nouvel appartement.

Cet artisan nous a fait excellente impression. Il est prévu qu'il vienne pour l'Ascension à la Chaslerie en vue de commencer à réfléchir à l'agencement et à l'équipement des cuisines qui seraient réimplantées, l'une dans le bâtiment Nord, l'autre au rez-de-chaussée du colombier de notre manoir favori.

P.S. : Vous avez compris, je suppose, que Carole s'oppose à ce que je diffuse sur notre site favori la photo de la carte de visite de cet artisan. Cette fois, le motif est que cela pourrait l'amener à gonfler ses prix.

Inutile de vous dire que je trouve ce point de vue ridicule. Et, en plus, il signifie qu'on ne me ferait pas confiance pour peser dans l'autre sens.

Bon. Avec le souci de l'apaisement qui me caractérise, je ne vais donc pas diffuser ces coordonnées tout de suite. Mais je n'en pense pas moins.
J'ai expliqué hier soir à Igor à quelles conditions l'APIJOMM serait susceptible de le recruter, pour un C.D.D. de trois mois, afin de la charger, chez ses adhérents, de diverses tâches de maçonnerie et de terrassement.

Maintenant, la balle est dans son camp.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 25 Mars 2019
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
On dirait que je suis en passe d'avoir résolu le principal problème posé par la succession du dernier employé de l'APIJOMM cinq semaines après son licenciement pour fautes graves.

Pourtant, hier après-midi encore, j'étais dans la panade puisque je n'avais pas réussi à faire redémarrer le "John Deere" alors qu'un rayon de soleil encourageait à la tonte. Et Maxime commençait aujourd'hui un nouvel emploi de mécanicien agricole dans un garage de La Baroche-sous-Lucé, de sorte qu'il n'avait pas le temps de passer remettre l'engin d'aplomb cette semaine. J'ai donc fait appel à Claude MARTIN qui a su faire le nécessaire dès ce matin, ce dont je le remercie :

25 mars 2019.


Pour l'entretien des abords du manoir, il est fort possible que je scinde le poste en deux parties :
- l'une, pour la tonte de l'herbe, la taille des charmilles et la chasse des taupes, serait confiée à Gérard LEBOULANGER, de Domfront. L'épouse de Gérard est la sœur de Gisèle LERICOLAIS, une ancienne employée de notre manoir favori ; Gérard et son épouse sont restés proches d'un autre ancien employé, Bernard CORBIERE, dont nous gardons ici, comme de Gisèle, un excellent souvenir ;
- l'autre, pour l'entretien des boisements, à Francis FORTIN, de Saint-Mars-d'Egrenne.

25 mars 2019.


Francis s'est présenté ce matin. Il a immédiatement remis en état de marche la débroussailleuse qui avait été laissée dans un état de saleté repoussant puis il a attaqué les ronces le long de l'"Avenue Fourcade" qui, depuis deux bonnes années, entravaient la pousse de plants de pins laricio :

25 mars 2019.


On se souvient peut-être que l'avant-dernier salarié de l'APIJOMM était compétent.

Avec Gérard et Francis, je crois que j'ai trouvé de quoi constituer une équipe à la fois compétente, travailleuse et efficace, ce qui devrait être de nature à me changer agréablement la vie. Et, surtout, à bénéficier à nos abords favoris.

Donc touchons du bois !
La bonne nouvelle est que, hier soir, Igor m'a téléphoné qu'il étudie mon offre avec un préjugé très favorable.

La mauvaise, que notre chantier favori est toujours bloqué par l'incurie d'un architecte retranché derrière son monopole légal et, de surcroît, incapable d'organiser quoi que ce soit, pour ne rien dire de sa propension à ne jamais tenir parole. Du moins m'a-t-il semblé. Mais j'étais aux premières loges.
(Début de citation)

De : EF ETUDES 61 <contact.61@ef-etudes.fr>
Envoyé : mardi 26 mars 2019 10:44
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Re: Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)

Bonjour

Après recherches dans les locaux de l'Orne transféré sur ARGENTAN depuis 18 mois, je n'ai malheureusement plus d'archives des dossiers avant 2008, ni brouillon, ni informatique. Malheureusement, Je ne peux pas vous envoyer une copie informatique de ce dossier. N'étant pas l'agent de l'époque, celui-ci n'étant plus depuis dans la société, je ne peux pas vous donner plus d'informations.

Je tiens à vous signaler par la même occasion que les techniques d'assainissement ont beaucoup évoluées depuis cette époque. Si les travaux ne sont pas encore réalisés, une nouvelle étude reste conseillée. Votre dossier ayant plus de 10 ans, un nouveau devis et une nouvelle convention seraient alors nécessaire.

Cordialement

Cyril ISIDOR
Responsable Antenne 61
EF-Etudes

____________________________________________________________________

Le 26/03/2019 à 06:04, Pierre-Paul Fourcade a écrit :
> Auriez-vous l'obligeance de répondre ?
>
> D'avance merci,
>
> PPF

____________________________________________________________________
>
> De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
> Envoyé : mercredi 20 mars 2019 10:33
> À : contact.61@ef-etudes.fr
> Objet : TR: Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)
>
____________________________________________________________________
>
> De : Pierre-Paul Fourcade
> Envoyé : mercredi 20 mars 2019 09:33
> À : contact.44@ef-etudes.fr
> Objet : Dossier n° 8443 suivi par A. BADET (réalisé le 7/8/07)
>
> Bonjour !
>
> Pourriez-vous m'adresser par courriel une copie du rapport que vous aviez rédigé pour moi en 2007 ?
>
> Vous trouverez ci-joint les photos de la page de couverture...

... et d'un plan et d'une coupe inclus dans cette étude :


>
> D'avance merci.
>
> Cordialement,
>
> PPF

(Fin de citation)
Igor n'a pas les yeux dans la poche alors qu'il travaille comme intérimaire, du côté de Gorron, dans une entreprise de travaux publics. Il m'a en effet proposé ce matin un lot de 200 m2 de pavés d'une vingtaine de centimètres de côté :

27 mars 2019.

27 mars 2019.

Je recherche plutôt un lot d'un millier de m2 au moins et ne suis pas sûr que la bonne méthode soit de m'approvisionner en lots plus petits.

Quoi qu'il en soit, Igor m'a annoncé, à l'occasion de cet échange, qu'il viendra, lundi prochain, signer un contrat de travail avec l'APIJOMM.

Voici une excellente nouvelle qui réjouira, j'en suis sûr, tous les membres de notre fan-club favori qui sont de droit, bien entendu, également membres du fan-club d'Igor !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 27 Mars 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Depuis décembre 2017, Sébastien LEBOISNE a été réglé de 50 000 € au titre de la 1ère tranche de restauration des menuiseries extérieures du logis. J'avais payé d'avance pour que, dans le contexte de l'époque, la mise en place du prélèvement à la source ne me handicape pas dans la gestion fiscale de notre manoir favori. J'avais même dû m'endetter pour m'acquitter de cette facture.

Or, pour les raisons connues, ce chantier-ci n'a toujours pas pu démarrer alors que quinze mois se sont écoulés sans que Sébastien ne dispose de la moindre contribution utile d'un architecte du patrimoine.

Plutôt que de me lamenter davantage sur les inconvénients, massifs donc qui devraient être évidents, des monopoles légaux non contrôlés par la puissance publique qui les octroie, j'ai chargé Sébastien de commencer à dépenser cette somme en poursuivant une tâche entreprise, d'ailleurs à une vitesse de limace, sous les combles du colombier.

Ainsi, il viendra lundi prochain, avec un compagnon me dit-il, prendre ce relais.

Comme le stock de lattes de parquet disponibles a fondu, je pense lui demander de se réapprovisionner prioritairement sur le palier, à hauteur du 1er étage des écuries, de l'escalier débile des années 50 que l'on sait.
Il est, bien entendu, très gênant d'en être toujours à attendre une quelconque réaction utile du dernier architecte du patrimoine avec qui les circonstances m'ont mis en contact.

Or il se trouve qu'on n'a pas besoin de l'intervention d'un tel intervenant pour les travaux intérieurs de notre manoir favori puisque ceux-ci relèvent de la législation applicable aux monuments inscrits, donc peuvent être menés, de la conception à la livraison, sous le contrôle d'un architecte "normal", si j'ose dire.

Ayant eu largement le temps, depuis quelques mois, de mener mon enquête de terrain, j'espère avoir trouvé un architecte digne de ce beau nom, c'est-à-dire apte à mener à bien le chantier intérieur, y compris le traitement professionnel des problèmes posés par la circulation des fluides, problèmes ô combien importants en pratique, et même prioritaires.

Un premier contact devrait pouvoir avoir lieu à notre manoir favori à la mi-avril.
D'aucuns - notamment parmi les visiteurs les plus raisonnables de notre site favori - pourraient penser qu'à force de casser du sucre sur le dos de telle profession jouissant d'un monopole légal, je vais finir par m'y tailler une réputation de pestiféré. On pourrait même se demander si je ne prendrais pas à mes provocations un malin plaisir.

En fait, personne ne me fera jamais dire qu'il fait nuit quand il fait jour, ou vice versa. Du moins vu de ma fenêtre. C'est là mon charme, c'est aussi ma limite.

En d'autres termes, je fais le pari qu'il existe, parmi les architectes du patrimoine, quelqu'un qui soit digne d'estime et dont j'aurais un jour la chance de croiser le chemin.

Sinon, c'est clair, mes subventions, décidées mais pas encore versées ou bien seulement espérées, je peux me les mettre où nous pensons.

C'est cela, n'est-ce pas, la règle du jeu ?
Il est hors de question de laisser plus longtemps un intervenant obligé paralyser notre chantier favori.

Sébastien DUVAL est donc passé ce matin livrer du sable qui servira dans les prochaines semaines.

O'Gustin, à qui Sébastien présentera bientôt Loukoum, a montré un vif intérêt pour ce travail et signifié sa volonté d'aider de son mieux :

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

28 mars 2019.

Comme toujours, la mise en marche d'un moteur électrique a mis O'Gustin en transes, donc nécessité que Sébastien l'abrite sous son aile :

28 mars 2019.

28 mars 2019.

O'Gustin n'a évidemment pas manqué d'aller vérifier la bonne qualité du sable livré...

28 mars 2019.

... ainsi que sa comestibilité :

28 mars 2019.

0
Igor a signé ce matin un C.D.D. de trois mois avec l'APIJOMM.

Je l'ai chargé, dans un premier temps, de terminer l'exhaussement des fondations de la tour Nord-Est, entrepris pour garder une trace visible des dimensions de cette tour avant son vraisemblable arasement au début de la Guerre de Cent Ans :

1er avril 2019.


O'Gustin a tenu à suppléer à la carence d'un certain architecte du patrimoine donc a veillé à ce que tout soit fait dans les règles :

1er avril 2019.

1er avril 2019.

1er avril 2019.


Au terme de cette journée, je recommande la méthode. En effet, avec un tel maître d’œuvre, nul risque de se faire imposer un contrat abradabrantesque. Surtout, pour un tarif qui n'a rien à voir avec les 11 % exigés mordicus comme l'on sait, c'est largement aussi efficace.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 1er Avril 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Menuiserie - Aile "de la belle-mère"
0
Je le dis tout net : il est des chantiers dont le cadre est tellement agréable que les artisans devraient payer les maîtres d'ouvrage et non l'inverse.

En effet, regardez-moi ça :

1er avril 2019.

1er avril 2019.

Sébastien LEBOISNE est venu ce matin installer son compagnon Gérald NEREMBOURG, afin de poursuivre la tâche interrompue sous les combles du colombier :

1er avril 2019.

Le premier problème à régler était de savoir où trouver des lattes de parquet de largeur identique à celles jusqu'ici utilisées. Car le stock de celles retirées du plancher supprimé au-dessus de cette future chambre s'épuise :

1er avril 2019.

Mon idée de taper d'abord sur le palier de l'escalier idiot a fait flop car les lattes en question n'ont que 4 cm de large alors qu'il en faudrait 7 :

1er avril 2019.

J'hésite à piller immédiatement le plancher de cette future chambre car je préférerais que l'architecte avec qui j'ai rendez-vous le 15 avril prochain le voie avant de formuler une recommandation, si possible de plancher chauffant. Ainsi, on pourrait faire d'une pierre deux coups : ôter ce plancher et le remplacer dans la foulée par quelque chose de compatible avec ce mode de chauffage.

Nous avons encore un peu de temps pour réfléchir à ce problème.

En cette fin de journée, je note, sans en être surpris, que la productivité de Gérald, qui n'est pourtant pas encore rodé au travail confié, est déjà double de celle de l'intervenant précédent :

1er avril 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 1er Avril 2019
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
Gérard LEBOULENGER a passé le "John Deere" toute l'après-midi :

1er avril 2019.

Les abords de notre manoir favori seront donc nickel ce prochain week-end où il semblerait que notre aîné et sa petite famille aient programmé une visite en Normandie.