Journal du chantier

Cette après-midi, Sébastien et Benoît ont fait glisser dans son emplacement final le linteau qui était en attente dans la cuisine :

21 juin 2018.

21 juin 2018.

21 juin 2018.

Voici l'aspect de ce chantier en fin de journée, vu de la future cuisine...

21 juin 2018.

21 juin 2018.

... et vu de la salle-à-manger :

21 juin 2018.

21 juin 2018.

Voici les linteaux qui serviront de plafond au passage entre la cuisine et la salle-à-manger (ils viennent d'être passés au kärcher mais je les trouve bien rouges et espère que Sébastien, notre artiste favori - voyez comment je le fayote quand il le faut - , saura nous faire sauter cette croûte rouillée) :

21 juin 2018.

Enfin voici le passage vers la tour Nord-Est, une fois décoffré en fin de journée :

21 juin 2018.

Notre site favori comporte, à ce jour, 7 185 messages relatifs au "Journal du chantier", répartis sur 360 pages. J'ai cliqué sur la première et relu les messages correspondants.

Je trouve que le texte n'a pas pris une ride, c'est satisfaisant.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 22 Juin 2018
Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis - Bâtiment Nord
0
Regardez qui est là :

22 juin 2018.

Loukoum est de retour et c'est tout de suite la folie et la fête quand elle m'aperçoit !

22 juin 2018.

22 juin 2018.

22 juin 2018.

Quand elle a fini de courir, elle observe et inspecte le travail de son maître...

22 juin 2018.

... puis elle me rend compte :

22 juin 2018.

22 juin 2018.

22 juin 2018.

22 juin 2018.

22 juin 2018.

Son concours est très apprécié :

22 juin 2018.

22 juin 2018.

Quand elle ne travaille pas, elle mange de l'herbe :

22 juin 2018.

Elle s'est aussi trouvé un petit camarade de jeux :

22 juin 2018.

Dans l'épaisseur du passage entre la salle-à-manger et la cuisine, il est prévu de juxtaposer 4 solides linteaux de granit (en lieu et place, on s'en souvient, avant ce rehaussement, de 3 linteaux de chêne brûlés et vermoulus et d'un, cassé, de granit). En cette après-midi, Sébastien et Benoît ont installé les deux linteaux intermédiaires, ceux qui me paraissaient trop rouges hier et dont ils ont fait disparaître ce matin la pellicule de dépôt ferrugineux.

Chacun de ces linteaux pèse plus de 200 kg, ce qui n'en facilite pas la manipulation :

22 juin 2018.

Mais Sébastien et Benoît sont de solides gaillards...

22 juin 2018.

22 juin 2018.

... et Loukoum leur prête main forte :

22 juin 2018.

Donc ça avance :

22 juin 2018.

Voici les trois premiers linteaux en place en fin de journée :

22 juin 2018.

Je trouve que tout cela a une vraie gueule manoriale, isn't it ?

22 juin 2018.

Sébastien n'est pas mécontent non plus. Pour fêter ça, il nous présente son plus beau profil...

22 juin 2018.

... pendant qu'il commence à boucher le trou au-dessus des linteaux :

22 juin 2018.

Une fois de plus, je suis donc très satisfait du travail de l'entreprise BODIN :

22 juin 2018.

Lorsque le travail sera achevé dans ce passage-ci...

22 juin 2018.

... je compte demander à BODIN de poursuivre en changeant un gros linteau cassé qui se trouve entre l'entrée et la salle-à-manger.
En roulant, je pensais à cette meurtrière découverte hier et qui débouche actuellement dans la maçonnerie.

Elle me paraît prouver que la tour Nord-Est (au moins) a précédé le logis. Or mon intuition était de longue date que les deux tours flanquant le logis sur une diagonale sont plus anciennes que lui.

Il faudra essayer de comprendre comment cette meurtrière se combine avec le cicatrice d'ouverture, également à l'étage, sur le pignon Nord du logis.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Juin 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Au premier étage de la tour Nord-Est, on n'en saura probablement pas davantage sur ces fameuses meurtrières avant 15 jours.

Derrière la brique creuse qui obstrue celle de droite...

25 juin 2018.

... je n'y vois goutte :

25 juin 2018.

Et dans l'autre, près du lavabo, ...

25 juin 2018.

... mon appareil photo se cale sur la toile d'araignée du premier plan :

25 juin 2018.

Dans l'ancienne et future cuisine du bâtiment Nord...

26 juin 2018.

26 juin 2018.

... l'heure est venue pour Sébastien de faire le ménage :

26 juin 2018.

26 juin 2018.

26 juin 2018.

Il teste également les couleurs de joints pour le cul du four, étant signalé que, par pudeur et, surtout, par égard pour les demoiselles membres de notre fan club favori (s'il en existe), je me garderai de citer l'expression qu'utilise, pour le désigner, l'équipe au travail ici :

26 juin 2018.

Du côté de la salle-à-manger, Benoît maçonne :

26 juin 2018.

26 juin 2018.

26 juin 2018.

Je poursuis la négociation sur le prix avec le propriétaire de 150 m2 de pavés de grès armoricain usés de ces modèles (les carrés font 20 x 20 cm) :

26 juin 2018.

26 juin 2018.

26 juin 2018.

La municipalité qui les lui avait vendus et que j'ai consultée refuse d'en céder davantage (elle les garde pour de futurs ronds-points, sachant qu'elle en est déjà cernée...).

Or la cour de notre manoir favori a une surface de près de 500 m2. Et je dois tenir compte des pavés qui seraient abîmés à l'occasion de leur chargement puis de leur déchargement, sans parler des autres manipulations.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 27 Juin 2018
Journal du chantier - Arboriculture-horticulture - Abords, Avenue, terrasse
0
J'ai chargé Christian de dégager les plants de l'hiver dernier dans les "nouvelles terres".

Par je-m'en-foutisme de Benjamin, ces plants non signalés ont disparu sous les herbes hautes que Claude MARTIN, fonçant au tracteur sans discernement, a coupées là où il ne fallait pas.

Il faudra donc que Christian replante cette parcelle avec un peu plus de soin que ses prédécesseurs. Et, après les malfaçons de Thierry BOURRE, j'en serai quitte pour payer une troisième fois.
La journée d'hier a été très occupée pour moi par la recherche d'un établissement susceptible d'accueillir ma mère et les échanges à ce sujet avec ma sœur, et aussi par la recherche de linteaux de granits à Rouellé, où je me suis heurté à un refus de m'en céder, jusqu'à Coulouvray-Boisbenâtre, où j'ai renoncé à participer à la vente aux enchères d'aujourd'hui.

Pendant ce temps, notre chantier favori n'a pas connu d'évolutions spectaculaires, en tout cas que j'aie documentée par des photos. Après avoir fini de jointoyer (mais pas encore brossé) le cul du four...

27 juin 2018.

... Sébastien a commencé effectivement les travaux de maçonnerie de la "tranche 1 de restauration des menuiseries extérieures du logis"...

27 juin 2018.

... tandis que Benoît mettait de l'ordre dans le chantier...

27 juin 2018.

... utilisant pour ce faire la benne du "Valtra". En fin de journée, Christian m'a laissé le message que lui-même venait de déchirer une roue arrière de ce tracteur, je ne sais pas encore comment.

Ce matin, je devrai finir de remplir et expédier à MetLife mon dossier médical puisque j'ai enfin reçu la pièce qui me manquait, puis préparer un courrier à la magistrate d'Avranches qui m'a demandé de lui préciser mes pouvoirs face au dernier locataire défaillant. Enfin, je dois assister à une visite du Haras du Pin organisée par le conseil départemental de l'Orne avant de poursuivre vers Paris de manière à participer à une réunion familiale demain, autour de mon cadet.

Si l'on ajoute à cela quelques menues interventions, dans l'urgence, dans notre combat anti-éolien (voir à ce sujet l'excellent article de mon ami Patrice CAHART), on comprendra que je n'ai guère de temps à consacrer dans l'immédiat à notre site favori. D'autant que j'utilise mes moments de répit pour avancer dans la lecture de l'excellent livre d'Alexandre MARAL sur "Les derniers jours de Versailles", un récit tout à fait captivant et dont on ne se lasse pas de suivre les péripéties.

P.S. : Christian m'apprend qu'il a frotté le pneu contre une pièce de métal qui, à force de se dévisser à l'usage, avait fini par dépasser de la porte charretière. J'avais, de longue date, remarqué ce défaut mais omis de le réparer. Comme quoi, il ne faut négliger aucun détail. En sens inverse, il est de fait également que j'ai toujours demandé aux différents conducteurs du "Valtra" de faire attention à ne jamais toucher les battants de cette porte, en dépit de son étroitesse relative.

P.S. 2 : Vérification faite, il y a bien eu faute du conducteur qui ne s'est pas contenté de frotter ce bout de métal mais, bel et bien, l'ensemble du battant :

28 juin 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 28 Juin 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Cette petite Loukoum, que Sébastien m'a fait la joie de me ramener ce matin, est un vrai bolide.
Mais, j'y pense, ne se prendrait-elle pas pour certain conducteur de "Valtra" ?

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

28 juin 2018.

Imperturbables quant à eux, Sébastien et Benoît continuent leur tâche sur le tympan de l'entrée du logis :

28 juin 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 3 Juillet 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
En rentrant de Paris cette après-midi, j'ai eu la mauvaise surprise de constater que le chantier avait été déserté sans que j'en sois prévenu. Je n'aime pas cela du tout. D'autant que, de son côté, Christian n'avait rien entrepris pour changer le pneu déchiré ni pour appliquer mes instructions de travailler dans les douves.

Voici les dernières photos du chantier confié à l'entreprise BODIN prises vendredi dernier, au moment de mon départ pour Paris :
- dans l'entrée, une malfaçon de 2014 était en train d'être réparée :

29 juin 2018.

- autour de la porte principale, les joints venaient d'être refaits mais n'avaient pas encore été brossés :

29 juin 2018.

Chantier au repos, à Christian près mais pas pour longtemps pour ce qui le concerne. Roland FORNARI s'est néanmoins manifesté. Idem pour le démolisseur qui me parle de cheminées anciennes pour remplacer les deux de la moitié Nord du logis (celle de la salle-à-manger et celle de Mebzon).

Roue de tracteur pas encore changée mais devis accepté. Merci Maxime pour ton aide !

Allers-retours à Pontorson où je dialogue, pour un lot qui vient de se libérer, avec un Roumain en C.D.D. sans garanties évidentes mais doté d'une concubine enceinte jusqu'aux dents. Toujours aucun écho du jeune à coiffure bizarre qui, au dernier décompte, me devait plus de 3 000 € mais que je devrais être autorisé à faire expulser sous peu (du moins je l'espère).

Plus que jamais distrait au volant, j'ai échappé à trois ou quatre refus de priorité (de ma part) au cours des trois derniers jours.

Contributions à la mise au point d'un ballet acoustique dans notre combat anti-éolien favori. L'adversaire est très coriace mais on se bat comme des lions.

Et, bien sûr, visites quotidiennes à ma mère qui semble se remettre rapidement.

3 juillet 2018.

J'en veux pour preuve qu'elle a la dent plus dure que jamais, désormais à l'encontre d'un personnel hospitalier qui me paraît pourtant s'acquitter parfaitement d'une tâche que je ne lui envie pas.

P.S. : J'oubliais : je lis toujours avec autant d'intérêt "Les derniers jours de Versailles". Il faudra que j'offre ce passionnant bouquin autour de moi.
La deuxième étape de la promenade des "Amis du Houlme" nous a emmenés dans un manoir de Clairefougère dont le propriétaire semble devenu moins sauvage qu'il y a sept ans, lorsqu'il avait cru devoir m'écrire après que j'avais mis en ligne, sur notre site favori, des photos de grilles qui ne lui appartiennent toujours pas :

5 juillet 2018.

5 juillet 2018, au manoir de Lambosne.

Cette fois, en son absence de surcroît, il nous a autorisés à pénétrer dans son logis dont je l'imagine aisément fier de la restauration :

5 juillet 2018.

Quant à moi, qu'il se rassure, je ne me suis guère intéressé, cette fois-ci, qu'à sa cheminée...

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

... ainsi qu'aux quatre corbeaux de sa pièce à vivre qui, je le note, sont tous différents, en tout cas dignes d'inspirer la restauration de notre manoir favori

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

Après quoi, nous sommes allés nous recueillir dans la chapelle voisine...

5 juillet 2018.

... où semblent avoir été inhumés en leurs temps (immémoriaux, bien entendu) quelques ancêtres dudit propriétaire :

5 juillet 2018.

Après un excellent et copieux déjeuner chez le traiteur LICHTLE de Saint-Georges-des-Groseillers, la promenade des "Amis du Houlme" s'est poursuivie au château de Flers où j'ai remarqué un tourne-broche ayant nécessité la taille d'un corbeau...

5 juillet 2018.

... une collection de superbes carreaux de terre cuite...

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

5 juillet 2018.

... et un portrait d'un certain SCHNETZ, célèbre à Flers (cet ancien propriétaire du château y a sa rue), à qui j'ai trouvé une nette ressemblance avec une idole de ma mère, Sami FREY :

5 juillet 2018, Jean-Victor SCHNETZ par François-Joseph NAVEZ (Charleroi 1787 - Bruxellres 1869), hst, 1820.

En fin de journée, lors de la visite d'une chapelle du Souvenir du collège Saint Thomas d'Aquin de Flers, de style Arts Décos et récemment classée M.H., j'étais, je l'avoue, un peu fatigué :

5 juillet 2017.