Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Lundi 28 Mars 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Abords, Avenue, terrasse - Ailleurs - Annonces
0
Les cours de l'hôtel des invalides, à Paris, sont pavées de grès. Les pierres sont de belles dimensions comme le montre la photo suivante (où ma chaussure donne l'échelle) :

28 mars 2011, les pavés des Invalides.

Je me dis que des pavés de ce modèle seraient parfaits pour la cour de la Chaslerie et pour la partie de l'avenue qui traverse l'avant-cour. Il m'en faudrait donc 1 200 m2.

Si un visiteur du site connaît un filon, je le prie de me l'indiquer. Car cela pourrait m'intéresser.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 31 Mars 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Abords, Avenue, terrasse - Ferme et son fournil
0
Cette semaine, Pascal a recommencé à trier les pierres le long de la D 22. Le chantier de la ferme est donc interrompu, le temps que j'aille voir si l'une des cheminées qui m'ont été signalées pourraient faire l'affaire. Je vais profiter de cette promenade pour négocier un potager de granit pour la ferme et, peut-être, des pavés pour l'avant-cour du manoir, signalés par un visiteur de ce site internet.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 31 Mars 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil - Liens divers - Vie du site
0
Impeccable Kangoo ! Ma "voiture de plombier" m'est bien utile pour le chantier. Je rapporte ainsi de Goulet (à côté d'Ecouché) le potager en granit découvert grâce à "leboncoin.fr". Le vendeur était M. Serge Bodé, ancien directeur de l'agence de la Caisse d'épargne à Domfront, qui m'a chargé de transmettre son salut à ses amis domfrontais.

31 mars 2011, le futur potager de la ferme de la Chaslerie.

Je demanderai à Pascal de placer ce potager dans l'embrasure de la fenêtre à remonter sur la façade Est du futur petit salon (et ancienne cuisine et salle à vivre) de la ferme.

Quant à la piste de pavés trouvés sur le même site internet, je ne suis pas sûr de donner suite, l'affaire m'a semblé bien pagaïeuse.

Merci à Guy HEDOUIN de m'avoir signalé une cheminée à vendre.

la cheminée achetée à Sainte-Opportune, près de Briouze.

Ce soir, le marché a été conclu. Les pierres, actuellement entreposées dans une ancienne fosse à purin, seront livrées dans huit jours :

31 mars 2011, la future cheminée de la ferme.

En attendant, je demande à Pascal de terminer, si le temps le permet, de trier les pierres le long de la D 22, puis de commencer à percer de petites ouvertures dans la future cuisine de la ferme (comme expliqué, sous cet onglet, le 23 février dernier).

P.S. : En fin de journée, toutes les pierres accumulées depuis une quinzaine d'années en bordure de la D 22 ont enfin été triées et calibrées. La place est enfin nette. Ouf !

1er avril 2011, la place est bientôt nette le long de la D 22.

Aux abords de la Chaslerie et dans tout le Domfrontais, les poiriers viennent de fleurir !

1er avril 2011, floraison.

Même les poiriers plantés il y a à peine un an, de l'autre côté des douves, sont de la fête. Hervé a remis des veaux dans les prés, les jonquilles projettent leurs dernières étincelles, l'hiver est oublié !

1er avril 2011, retour des veaux dans les prés.

Le parti de l'In-nocence diffuse sur son site un communiqué que j'approuve à 200 %. Le voici :

"Communiqué n° 1214, mercredi 30 mars 2011
Sur le rapport de la Cour des comptes à propos des musées

Le parti de l'In-nocence ne peut qu'approuver certains des aspects du rapport que vient de publier la Cour des comptes à propos de l'évolution des musées durant ces dix dernières années. Ce que la Cour appelle avec tact « la délicate question des contreparties », en matière de mécénat, est en effet un problème qu'on se réjouit de voir abordé, et ce n'est pas sans vertige qu'on apprend, au détour d'un document si austère et si officiel, que le Salon Carré a été bien près de s'appeler Salle Nippon Télévision et la galerie d'Apollon galerie Total, du nom des sociétés qui en ont assuré la restauration.

Le parti de l'In-nocence, néanmoins, juge que l'approche de la Cour, outre qu'elle est curieusement politique et idéologique, de la part d'une institution essentiellement comptable, reflète elle-même, hélas, un état assez avancé et alarmant de déculturation et même de décivilisation. Que peut bien être par exemple une incitation à des « gains de productivité », s'agissant des musées ? Un tel vocabulaire est aussi déplacé en l'occurrence que celui des librairies industrielles qui désignent le livre comme un "produit".

Le parti de l'In-nocence estime particulièrement déplorable l'obstination de la Cour — conforme hélas à celle des autorités et du complexe médiatico-politique —, à estimer qu'une des missions principales des musées est d'attirer de nouveaux publics, en l'occurrence ceux qui ne désirent pas s'y rendre ; et à fustiger le fait, au demeurant peu apparent, que le public des musées et des grandes expositions continue à être « un public de connaisseurs ». C'est là exactement la conception erronée et paresseuse de l'évolution culturelle souhaitable qui a déjà causé tant de désastres. L'idéal vraiment démocratique n'est pas d'attirer à la culture des gens qui n'en veulent pas, c'est-à-dire de la détruire pour la leur rendre attrayante. Il est de prodiguer une éducation telle, et d'assurer l'existence d'un milieu culturel de telle espèce, que les individus de toute origine se voient offrir toutes les chances de l'aimer telle qu'elle est."

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 2 Avril 2011
Journal du chantier
0
Une amie vient de me téléphoner qu'elle connaît bien les pavés des Invalides à Paris et qu'il n'y a rien de tel pour tordre les chevilles des dames. Je lui ai répondu qu'à la Chaslerie, les pavés les affineraient joliment.

Cette justification ne l'ayant pas satisfaite, "Pas de problème, ai-je ajouté, je les porterai" (les dames, pas les chevilles, ni surtout les pavés) !

Deux nouveautés cette semaine :

Lundi, un entrepreneur spécialisé (Isoltech Normandie, basé à Sainte-Honorine-la-Chardonne) est venu, à l'instigation du plombier, M. DELTA, disposer une couche de produit isolant - de la mousse de polyuréthane - sur une partie du rez-de-chaussée du bâtiment Nord. Voici, à titre d'exemple, une photo, avant ce traitement, du coin de l'entrée qui sera sous l'escalier ; c'est là que seront dissimulées un certain nombre de manettes destinées, entre autres, à régler le chauffage par le sol :

3 avril 2011, le sol de l'entrée du bâtiment Nord, avant pose de l'isolant.

Et voici le même endroit, après traitement :

7 avril 2011, le même endroit après la pose de l'isolant.

Comme on le voit en comparant ces deux photos, l'isolant en question est de bonne épaisseur.

La prochaine étape consistera, pour le plombier, à disposer sur cet isolant le réseau de tuyaux du futur chauffage par le sol ; j'espère qu'il ne tardera pas. Puis Pascal enduira les murs de chaux. Le plombier reviendra ensuite pour le cabinet de toilettes. Le carreleur devrait prendre le relais. Bien sûr, l'électricien interviendra en tant que de besoin. A ce stade, un plâtrier aura à s'occuper des plafonds, tandis que Sébastien LEBOISNE devrait poser les boiseries restaurées de la future chambre du rez-de-chaussée (aux dernières nouvelles, il a retrouvé, dans les décombres de son atelier détruit par le feu, le panneau que je lui avais confié, dont seul l'arrière a été léché par les flammes). Enfin, le menuisier-escaliéteur pourra poser l'escalier et le forgeron sa rambarde, ce qui nous permettra de déplacer le chantier vers le 1er étage du bâtiment Nord. Comme on le voit, tout cela est complexe et nécessitera une bonne coordination entre les différents corps de métier. Gageons que, pour les quelques 34 m2 au sol de cette tranche-ci, les travaux dureront encore quelques mois. Car, comme je le rappelle souvent à Carole, de plus en plus pressée d'emménager, "Paris ne s'est pas bâti en un jour".

De son côté, Pascal s'est, durant les quatre premiers jours de cette semaine, employé à maçonner deux petites ouvertures extérieures sur le pignon Sud de la ferme, comme je le lui avais demandé. Je souhaitais en effet l'occuper utilement avant la livraison des pierres de la cheminée, prévue pour après-demain samedi.

Voici comment se présente désormais le pignon Sud de la ferme, après le percement de ces deux ouvertures :

7 avril 2011, le pignon Sud de la ferme.

Selon moi, ces ouvertures ne dénaturent pas le bâtiment qui conserve, à l'évidence, son statut de ferme. Vues de l'intérieur, ces ouvertures me semblent animer opportunément la future cuisine-salle à manger. Voici celle qui se trouvera dans l'axe de la table :

7 avril 2011, l'ouverture qui sera dans l'axe de la future table.

Comme les murs de cette pièce devraient être enduits de chaux - et aussi parce qu'il y a eu de la mérule dans cette partie du bâtiment - nous avons choisi de réaliser les linteaux en béton, et non en bois.

De l'autre côté de la porte, l'ouverture est symétrique :

7 avril 2011, Pascal en train de terminer la maçonnerie de la seconde petite ouverture au rez-de-chaussée du pignon Sud de la ferme.

Le résultat me convient tout à fait ; je demande donc à Pascal de percer une troisième ouverture, celle-ci sur le mur Est de la même pièce, près de l'emplacement d'une ancienne niche (ou ouverture ?) dont on aperçoit ici l'encadrement de bois vermoulu :

7 avril 2011, l'emplacement de la future troisième petite ouverture de la future cuisine de la ferme.

Il me semble que ces initiatives égaieront agréablement cette future cuisine. J'espère que le résultat plaira à Walter.

0
Bonjour,

Au risque de passer pour un rabat-joie, je trouve plus élégante la façon dont vous aviez traité les éguets de la boulangerie.

En ce qui concerne votre isolant, j'ose espérer que vous saviez que c'est loin d'être écolo, dans le même esprit que les agriculteurs chimistes.

Cela étant dit, chacun agit avec sa conscience, au jour d'aujourd'hui, on ne peut pas dire que l'on ne savait pas.

Si l'on désire de l'information, elle existe, je redis chacun est libre d'agir à sa guise.

Bonne journée !

Dès 8 heures ce matin, Pascal a travaillé sur la troisième petite ouverture que je lui ai réclamée hier. Il a commencé par enlever les pierres de l'ancienne ouverture, dégageant ainsi ses feuillures :

8 avril 2011, l'ancienne ouverture de la future cuisine-salle à manger de la ferme.

Il est ainsi prouvé, s'il en était besoin, que mes trois ouvertures sont largement conformes à l'original (j'ai juste préféré des linteaux obliques, de manière à faciliter l'entrée de la lumière). Cette conclusion est d'autant plus satisfaisante que je n'avais pas attendu ce travail de fouille pour donner mes instructions à Pascal. Ceci me donne donc à penser - en toute modestie - que je ne comprends pas trop mal, somme toute, ce que j'appelle "l'esprit du lieu".

En début d'après-midi, voici l'état du chantier vu de l'extérieur du bâtiment. Le linteau de l'ancienne ouverture est la grosse pierre roux foncé qui se trouve sous le haut des tubes d'échafaudage, en haut à droite de la future ouverture :

8 avril 2011, la 3ème petite ouverture de la future cuisine-salle à manger de la ferme.

On comprend que les nouvelles ouvertures seront plus basses que l'ancienne. J'ai en effet souhaité que Pascal cale la hauteur de leurs appuis sur celle du dossier du banc d'angle qui meublera la pièce à cet endroit. Car je trouverai très confortable, lorsque j'irai plus tard remplir ma grille de Sudoku en prenant un petit déjeuner chez Walter, de sentir le soleil réchauffer mes vieilles omoplates. On n'est jamais trop prévoyant...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 9 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil
0
Ce matin, Philippe JARRY, Pascal et moi, nous avons été accueillis à Sainte-Opportune par Aurélien FILLÂTRE. Son grand-père appelle ce jeune homme "Aurélien le coquin". Pour moi, ce sera "Aurélien l'avocat", tant ce grand admirateur de Babar, tout comme moi, m'a semblé bavard. Il m'a fait visiter le poulailler de son père...

9 avril 2011, visite d'un poulailler sous la conduite d'

J'ai pu admirer l'échelle qui permet aux poules de pénétrer dans cette grange par un portillon à leurs dimensions :

9 avril 2011, le poulailler d'Aurélien.

Pendant qu'Aurélien et moi devisions de la reine Céleste et du singe Zéphyr, Philippe et Pascal, aidés du père et du grand-père d'Aurélien, chargeaient la cheminée de granit achetée grâce aux bons conseils de Guy HEDOUIN. Au passage, nous avons appris que ce que nous appelions à tort le linteau de la cheminée en est en réalité le manteau :

9 avril 2011, Philippe JARRY et Pascal en train de charger la cheminée.

Une fois de retour à la Chaslerie, Philippe et Pascal ont déchargé ces pierres devant la ferme. Sur la photo suivante, on pourra, au passage, noter l'état du chantier de la troisième petite ouverture de la future cuisine de la ferme, dans l'état où Pascal en a interrompu la maçonnerie hier soir :

9 avril 2011, Philippe JARRY décharge les granits tandis que Pascal conduit le

Pascal devra commencer, lundi ou mardi prochain, par passer ces blocs sculptés au "kärcher" pour enlever la mousse et les lichens.

9 avril 2011, les granits en attente du kärcher.

Par exception, Mr T. est venu passer le week-end à la Chaslerie. Il est accompagnée de son amie qui, hier soir, se montrait sensible à la qualité du site, qu'elle découvrait.

En début d'après-midi, je leur ai fait visiter la chapelle et montré l'état du chantier dans la cave ainsi que dans les fournils, celui du manoir et celui de la ferme. Au fil de cette promenade, j'ai compris que nous n'arriverions pas à trouver d'accord sur le style à donner à ces travaux.

Mr T. me paraît en effet obsédé par l'idée de percer de grandes ouvertures et de "moderniser" les lieux. J'estime qu'il cherche à m'imposer ses vues d'une façon qui me semble inappropriée aussi bien qu'inopportune. Il me reproche bien entendu l'attitude inverse.

J'en prends acte. Tant pis. Je continuerai donc à financer seul, tant que je le pourrai, tous les travaux que j'estimerai nécessaires. Par conséquent, à en décider seul.

Le dossier est refermé pour moi.

Sauf à ce que Mr T. se décide enfin à prendre rapidement en charge "l'aile de la belle-mère", c'est-à-dire les volumes qui, il y a une cinquantaine d'années, ont été tellement massacrés par Henri LEVEQUE - grand perceur d'ouvertures surabondantes et mal dessinées devant l'Eternel - que je me sens désarmé pour y prendre son relais.

Bonsoir Mr Fourcade,

Vous allez être déçu, je vais encore vous contredire, les bons termes pour les cheminées sont les suivants :

A copier 100 fois !

A part cela, je vois que la cheminée est arrivée à bon port. On pourra l'admirer lors de notre visite.

Savez-vous qu'avec les fleurs de pissenlits non traités on fait une excellente confiture qui s'apparente au miel ?

Je vois que la divergence de vue sur la restauration persiste, peut-être faudrait-il aborder le problème d'une autre manière.

Bonne soirée !

@ Guy HEDOUIN :

Décidemment, que ferais-je sans vous ? Vous êtes impayable, et encore plus perfectionniste que moi, on dirait.

Pour les relations père-fils, je suis demandeur de leçons. J'en ai parlé avec des amis. Eux aussi éprouvent, m'ont-ils dit, des difficultés analogues avec leur descendance, comme si le fils voulait toujours "tuer le père".

Ceci dit, Carole vient d'arriver, on va aller dîner tous les quatre "Au goût des autres", à Saint-Georges-de-Rouelley, et je vous ferai ensuite part (sous l'onglet "Sujets divers" qui me semble mieux convenir pour la suite des échanges sur un tel sujet) de certaines de mes réflexions sur l'hérédité, la généalogie et la statistique. Une fois de plus, je vous le promets, je ne serai pas "politiquement correct"...

Véronique FRANCE
rédigé le Dimanche 10 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Ferme et son fournil
0
Si vous êtes demandeur de leçons, on dirait que vous ne pouviez pas mieux tomber, car Monsieur a l'air particulièrement doué pour en donner.

Quelle chance d'être ainsi constamment redirigé dans le droit chemin, quand on s'en écarterait aussi maladroitement !

Dès ce matin à 9 heures, Mr T. et moi avons parcouru l'"aile de la belle-mère" (c'est-à-dire le colombier ainsi que la partie des écuries où Henri LEVEQUE avait entrepris des travaux il y a une cinquantaine d'années) en échangeant nos idées.

Nous sommes facilement tombés d'accord sur les principes suivants :

1 - Il n'y a pas lieu de modifier les maçonneries extérieures qui garderaient donc leurs ouvertures telles qu'elles sont, modulo, éventuellement, des adaptations de second ordre.

2 - Le parti à retenir pour la restauration intérieure sera la conséquence de choix sur le type de chambres et de salles d'eau dont on souhaite disposer. Au 1er étage du colombier, on peut conserver le cloisonnement actuel, avec une chambre donnant vers le Sud et un petit cabinet de toilettes ouvrant sur la cour. En revanche, tout ce qui se situe au-dessus ou à côté de cette chambre doit être repensé.

3 - L'escalier, avec ses invraisemblables contorsions actuelles, devra être remplacé par un escalier intelligemment conçu.

Nous voici soulagés, nous pouvons donc chanter de nouveau !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 10 Avril 2011
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Murs divers - Dans l'Orne - Annonces
0
Je suis désormais assailli d'offres de pierres pour les douves !

J'ai expliqué avoir acheté une petite cinquantaine de m3 de pierres de bonne couleur cet hiver, à deux vendeurs différents, l'un à La Haute Chapelle, l'autre à Saint-Gilles-des-Marais.

Le géant corse doit revenir ce matin pour voir si nous pouvons nous mettre d'accord sur les 80 m3 en provenance de Ger.

Mais ce n'est pas tout. J'ai en mains une offre de 80 m3 à Lonlay-l'Abbaye et une autre de 60 à Domfront.

Bien entendu, cette profusion d'offres fait baisser les prix.