Journal du chantier

Comme on le sait, l'évolution de notre chantier favori me préoccupe tant qu'en cette période où les revenus de mon foyer fiscal ont commencé à fortement chuter, il m'est apparu souhaitable de transmettre la maîtrise d'ouvrage à la personne qui, dans mon entourage, me paraissait le plus à même de l'assumer sur le plan financier.

Or, à moins de deux semaines de la fin de l'année 2017, alors que la fiscalité des monuments historiques est entrée dans une zone de turbulence à propos de laquelle je me suis exprimé par ailleurs, je constate que le successeur pressenti reste sourd à mes demandes. Pour être clair, je n'en ai plus reçu de nouvelle depuis plusieurs semaines.

Constatant la persistance de cette carence et prenant pour argument les conséquences prévisibles dommageables d'une telle incurie, je me considère comme tenu de reprendre immédiatement le commandement de la restauration du logis de notre manoir favori.

A ce titre, je prends, pour commencer, un certain nombre de décisions immédiates et de mesures conservatoires :
- je demande à Sébastien LEBOISNE, le menuisier choisi par le relais défaillant, de me transmettre avant Noël une facture d'acompte pour chacune des menuiseries que ce dernier s'était, si j'ai bien compris, engagé à réaliser au titre de la tranche 1 de restauration des menuiseries extérieures du logis ; avec, je l'espère, l'aide de Carole ou, à défaut, par la mise en place d'une ligne de trésorerie que je viens de solliciter, je lui réglerai cet acompte avant le 31 décembre 2017 ;
- je procède de même avec le maçon et le forgeron désignés de même, si j'ai bien compris, par le relais défaillant, à savoir l'entreprise BODIN et Roland FORNARI ;
- le relais défaillant devra admettre que le projet d'aménagement d'une cuisine dans le bâtiment Nord est désormais caduc ; à lui d'en tirer toutes conséquences, notamment en réglant le (ou les) intermédiaire(s) qu'il aurait mandaté(s) pour en dresser les plans, s'il en existe ;
- je réserve l'emplacement d'une cuisine au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est.
Courriel envoyé à mon aîné la nuit dernière (j'ai juste occulté la phrase où j'évoquais la confidence qu'il venait de me faire sur sa situation fiscale) ; ce texte éclaire différentes facettes des débats familiaux qui peuvent exister chaque fois que le propriétaire d'un monument historique essaye d'organiser sa succession dans de bonnes conditions :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 20 décembre 2017 01:15
À : T.F.
Objet : RE: Chaslerie

Il est heureux qu'après tant de semaines à rester silencieux tu t'exprimes enfin. Je dis ceci sans ironie car je connais tes autres charges d'emploi du temps.

Je réponds à tes questions :

1 - Sur la non-spoliation de ton frère :
- je comprends que nous sommes d'accord pour reconnaître qu'il est exclus que tu interviennes sur le logis sans y être fondé juridiquement, y compris aux yeux de ton frère et même si, par extraordinaire, il ne comprenait pas la situation ;
- ce que je fais de l'argent que tu règles le jour J n'est pas de ton ressort ni de celui de ton frère : si je décède à J+1 sans avoir dépensé cet argent, il vous revient selon les règles applicables ; si je survis et le claque au jeu ou de quelque façon que ce soit, c'est de ma seule responsabilité, sauf à me mettre sous tutelle, ce qu'il faudrait justifier.

2 - Sur l'étalement dans le temps du paiement du prix de la nue-propriété en question :
- je me déclare amusé que tu feignes d'oublier que, pour parer à des situations de trésorerie tendues, il existe pour les débiteurs solvables (dont, à ma connaissance, tu fais partie) un procédé classique qui s'appelle le crédit bancaire ;
- en tant que salariés de banques, toi et ton épouse bénéficiez certainement de conditions avantageuses ;
- je suppose que vous avez remarqué que, au moins dans un proche avenir, les taux fixes sont bas ; au demeurant, les intérêts seraient déductibles (ce qui renforcerait l'attrait de crédits en cas de taux élevés) ;
- enfin, je puis mettre à ta disposition une partie des droits à prêts d'épargne-logement dont mon foyer fiscal dispose (y compris, peut-être, à ton nom et suite à mon épargne).
Dans ces conditions, je ne vois nulle raison pour que je te serve de banquier pour cette opération en te consentant des délais de paiement.

3 - Sur la prise en charge d'un salarié :
- je t'adresserai d'ici à la fin de l'année (afin que tu puisses te prévaloir du règlement au titre de ta déclaration de revenus 2017) une facture de l'APIJOMM libellée au nom de la S.C.I. de la cave ; (...) ;
- puisque cette facture sera établie après que tu auras pu constater que Benjamin ne te fait courir aucun risque de responsabilité au jour en question, je pense que tu veilleras à ne pas en retarder le règlement ;
- bien entendu, une telle facture te sera adressée à la fin de chacune des prochaines années dans des conditions et pour des motifs analogues.

4 - Sur la possibilité de dialoguer dans la durée :
- il ne me semble pas qu'au moins cette fois-ci, ce soit moi qui aie fui le dialogue ; ta mère, par exemple, me reprocherait plutôt, si j'ai bien compris, d'être trop bavard en général ;
- pour l'avenir, il t'appartient de mesurer ton risque (mesurer les risques, je crois me souvenir que c'est d'ailleurs une pratique de banquier, ta profession) ;
- le fait est que je compte bien te faire bénéficier, autant que ma santé me le permettra, de mes 26 ans d'expérience (durée à parfaire) dans l'intérêt du monument.

5 - Sur le rythme des travaux :
- j'ai d'ores et déjà pris des dispositions nécessaires pour que l'essentiel de la tranche 1 des menuiseries du logis puisse être réglé, donc rendu déductible, avant le 31/12/17 ; comme Patrice Cahart et moi te l'avons expliqué, il y avait urgence puisque, toutes choses égales par ailleurs, les "droits à déduction" de 2018 seront, en l'état du débat budgétaire devant le Parlement, deux fois moindres que les autres années ;
- au-delà de cette tranche 1, la priorité me semblerait de mettre en place un chauffage astucieux, si possible central, ceci nécessitant tout d'abord une étude du genre de celle que je t'ai recommandée il y a longtemps déjà ;
- au-delà du chauffage, la priorité suivante me paraîtrait concerner la moitié Nord du logis, sans oublier les chambres d'enfant, salles d'eaux et cuisine à prévoir ; il vous revient de savoir combien de temps vous accepterez de loger dans le fournil de la ferme en attendant.

6 - Sur le suivi du chantier :
- je comprends fort bien que tu n'aies pas le temps de t'occuper des parties les plus astreignantes de la vie du chantier ;
- je t'ai proposé de t'épauler dans ces tâches.

7 - Enfin, sur la "tournure charmante et enlevée" de mon courriel de ce soir :
- je me borne à te remercier pour ce compliment auquel je suis sensible, même s'il "m'en touche une sans faire bouger l'autre" selon l'expression consacrée.

Je demeure à ta disposition pour répondre à tes questions éventuelles.

K du B-P

P.S. : Je crois que j'avais oublié de t'informer que le volume de l'ancienne cuisine du bâtiment Nord sera dévolu à mon bureau-bibliothèque.

(Fin de citation)

A ce stade de nos échanges, il me semble que le point pratique à régler de toute urgence est de savoir si, oui ou non, mon aîné souhaite pouvoir se prévaloir des "droits à détaxation" de la tranche 1 au titre de 2017. A ce sujet, il ne lui reste que quelques jours, moins d'une semaine, pour se décider.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 21 Décembre 2017
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Bâtiment Nord
0
Le nouveau plombier est venu ce matin démonter la cuvette de w.-c. suspendue du rez-de-chaussée du bâtiment Nord :

21 décembre 2017.

21 décembre 2017.

21 décembre 2017.

A cette occasion, il s'est aperçu d'une erreur d'installation de cette cuvette, due à l'incompétence de celui que j'appelle ici M. DELTA. Nous courions le risque d'un lâchage de joint donc d'une inondation à tout instant.

Le nouveau plombier m'a donc montré où couper l'arrivée d'eau : c'est le gros levier rouge légèrement à gauche du milieu de la photo suivante :

21 décembre 2017.

Cette intervention était le préalable à ce que j'appelle le désépaississement du mur du fond dudit cabinet de toilettes auquel Igor devrait procéder demain.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 22 Décembre 2017
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Bâtiment Nord
0
Regardez qui est de retour dès 7 heures ce matin :

22 décembre 2017.

Notre ami Igor vient nous donner un coup de main pour "dégraisser" le mur du fond du cabinet de toilettes, au rez-de-chaussée du bâtiment Nord. C'est son premier jour de congés, il part demain en Roumanie passer les fêtes de Noël en famille.

P.S. ( à 7 h 20) : Pendant qu'Igor installe le chantier, je recherche, sur notre site favori, la preuve des interventions précédentes :
- le 9 février 2011, avec encore une ânerie, semble-t-il, de ce "M. DELTA" :

9 février 2011.

- le 18 avril 2011 et le lendemain, pose du circuit de chauffage par le sol :

18 avril 2011.

19 avril 2011.

- le 26 avril 2011, coulage de la chape de béton au-dessus du circuit de chauffage :

26 avril 2011.

- le 26 mai 2011, l'état du mur du fond ; il y a donc bien une couche de parpaings, ça devrait être réversible :

26 mai 2011.

- le 31 mai 2011, l'arrimage actuel du bâti de la cuvette, avec le coulage du béton qu'il va falloir enlever :

31 mai 2011.

Et c'est tout pour cette pièce, il semble que je n'aie pas pris la photo du circuit de chauffage au pied du mur du fond ; c'est pourtant elle que je cherchais de manière à éviter à Igor de percer ce circuit avec le marteau-piqueur que je l'entends manier.

P.S. 2 ( à 7 h 45) : Igor a déjà fait sauter le bloc de béton :

22 décembre 2017.

Il m'indique que, contrairement à ce que je craignais, l'opération se passe sans difficulté :

22 décembre 2017.

Pas de doute, il est doué, notre Igor !

P.S. 3 (à 8 h) : Petit dégât collatéral, un coude en PVC a reçu un coup de burin, il faudra que le nouveau plombier le change :

22 décembre 2017.

En fait, et contrairement à ce que je craignais ce matin encore, ce n'est pas sur la partie gauche de ce mur que nous nous heurterons à un os mais du côté droit, en raison de la présence de pierres à cet endroit.

P.S. 4 (à 8 h 30) : Je viens de retrouver les photos du circuit du chauffage, sur un message du 30 juin 2014. En fait, il n'y avait pas de risque de crever un tuyau :

18 avril 2011.

Pour mémoire, le 10 juillet 2014, encore une ânerie de l'incompétent que nous savons.

Le 29 août 2014, pose de la V.M.C. qu'il va falloir modifier à l'occasion du "dégraissage" en cours.

Pour mémoire, un message du 14 avril 2016 ; un autre du 2 août 2016 et un second de la même date.

Enfin le dernier que je cherchais ; il est daté du 4 août 2016 . Voici exactement les dernières photos que je recherchais :

3 août 2016.

3 août 2016.

Donc le dégraissement de la partie droite du mur ne devrait pas non plus être insurmontable.

P.S. 5 (à 10 heures) : Voici les dernières photos du chantier. Il avance bien :

22 décembre 2017.

22 décembre 2017.

22 décembre 2017.

Tout est clair, je vais laisser Igor travailler.

Impeccable Igor !
Je viens de dialoguer avec mon correspondant à la D.R.A.C.

D'après ce que j'ai retenu, il n'y aurait pas de problème de principe pour que je règle les factures d'acomptes que l'on sait avant le 31 décembre prochain et bénéficie dans la foulée des subventions prévues initialement en faveur de mon aîné.

Cela me paraissait ne pas faire un pli mais j'ai préféré m'en assurer en temps utile.

P.S. (du 8 janvier 2018) : Les choses semblent s'être compliquées depuis cet échange téléphonique, au moins au niveau des modalités. Je m'emploie à essayer d'aplanir les difficultés.

Il est de fait que j'ai réglé en temps utile, avant la fin de l'exercice 2017, les devis d'acomptes dont j'avais parlé à mon interlocuteur sans toutefois lui préciser qu'il y avait eu un changement de menuisier par rapport à une phase antérieure de réflexion.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 22 Décembre 2017
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis - Bâtiment Nord
0
Dès 15 heures, le chantier du jour, dans le bâtiment Nord, était fini, les gravats ramassés...

22 décembre 2017.

... et le mur du fond avait été "désépaissi" de 12 centimètres :

22 décembre 2017.

Il est prévu qu'Igor revienne ici le 4 janvier prochain. J'entends le charger alors de la fin du déblaiement du sol du rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest, ce cul de basse-fosse où d'aucuns souhaitaient que j'installe mon futur bureau-bibliothèque.

S'il lui reste du temps avant la reprise de son travail à Laval, je pourrais lui confier ensuite le début des travaux de déblaiement de la pièce du rez-de-chaussée de l'autre tour, la Nord-Est, c'est-à-dire là où je me propose d'installer la future cuisine du logis.
Là et au moment où j'espérais passer enfin le relais, il convient donc que je change mes plans du tout au tout, c'est-à-dire réfléchisse au programme de travaux qu'il me reviendra de mener à bien au cours des prochaines années, en définissant mes priorités et en veillant aux financements.

En toute logique, il faudrait commencer par le chauffage. Mais le contact avec l'expert qui aurait pu me conseiller a été perdu par incurie, là aussi, du relais pressenti, de sorte qu'il va me falloir me mettre en chasse d'un nouveau professionnel. Il aurait été souhaitable de calibrer un chauffage central pour tous les bâtiments sur cour. Toutefois mes limites financières m'obligeront à me cantonner à une "bulle" qui devra, en tout état de cause, englober le bâtiment Nord et le rez-de-chaussée de la moitié Nord du logis.

Quant aux pièces que j'essayerai d'aménager, ce seront prioritairement les suivantes :
- mon bureau-bibliothèque au rez-de-chaussée du bâtiment Nord ; la préséance donnée à cette pièce tient à deux facteurs : d'une part, ce sera celle où je séjournerai de loin le plus de temps, c'est-à-dire la majeure partie de mes journées quelque chose comme 350 jours par an ; d'autre part, à la Chaslerie et de mon vivant, j'entends que les livres passent avant les casseroles : si mes petits-enfants ont quelque chose à retenir de moi, que ce soit cette leçon ;
- une cuisine au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est, c'est-à-dire attenante à la salle à manger ; après 26 ans de chantier et Carole ayant vocation à passer dorénavant une plus grande partie de l'année en ma compagnie, il est en effet nécessaire de nous doter enfin d'un tel confort ; son aménagement sera soigné, l'évacuation de la hotte de cuisson pouvant se faire par la cheminée de cette tour ; il reste à déterminer si une arrière-cuisine pourra, comme je le souhaiterais, être aménagée à la place de la chaufferie actuelle du bâtiment Nord ;
- la salle-à-manger du logis dont on doit faire sauter ce qui reste d'enduits au ciment sur les murs ; les linteaux des passages vers la cuisine et le bâtiment Nord devront être rehaussés. Cette pièce devrait enfin nous permettre de convier à déjeuner ou à dîner des invités tout au long de l'année, chose incommode actuellement (avec la cuisine de l'autre côté de la cour) et, de surcroît, impossible l'hiver.

Dans ce contexte, l'aménagement du cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord est repoussé à une phase ultérieure (lorsque notre état de santé ne nous permettra plus de monter à l'étage). En attendant, l'accès au cabinet de toilettes du 1er étage du même bâtiment sera réservé à Carole et à moi, les visiteurs, quels qu'ils soient, devant dorénavant, pour leurs ablutions, se satisfaire d'un fournil. Ces dépendances ont été restaurées dans ce but et il n'est que temps qu'elles y concourent en tant que de besoin.

Quant aux financements, je devrai avoir massivement recours à l'emprunt, d'autant que j'aurai à faire face, parallèlement, à d'importants frais de remise en état de notre domicile parisien, parties communes incluses qui vont à vau-l'eau depuis que j'ai livré l'immeuble, et plus particulièrement depuis que Carole a fait en sorte que la gérance soit confiée au copropriétaire minoritaire. La priorité sera donnée à cette dernière propriété dans la mesure où elle produira des revenus locatifs en phase avec le marché.

J'ai déjà commencé à me renseigner sur les meilleurs financements disponibles sur la place. On a compris que, dans ce domaine également, je ne peux compter sur aucune assistance, y compris de gens dont c'est, paraît-il, le métier et qui, toute honte bue, n'hésitent pas à se proclamer - du moins tant qu'ils estiment que ce ne sera pas répété - incompétents en la matière.

P.S. : Discussion ce matin avec Carole :

- à la Chaslerie, il lui faut une salle-de-bains avec baignoire ; j'observe que ce ne pourrait être qu'une salle-de-bains au 1er étage de la tour Nord-Est (donc au-dessus de la future cuisine), ce qui obligerait à restaurer et chauffer la chambre attenante (donc à en changer rapidement la poutre pourrie au plafond) ;
- à Paris, il lui faut un appartement proche de ses petits-enfants, ce qui, en l'état de l'occupation de notre immeuble, me paraît incompatible avec les orientations précédentes qui obligent à rentabiliser les lieux au mieux et dans les meilleurs délais ;
- elle exclut que les travaux, quels qu'ils soient, soient financés à nos âges par emprunt ;
- elle exclut de même qu'ils le soient par son épargne (si elle en a, ce que j'ignore puisque, depuis bientôt deux ans, je lui réclame en vain sa comptabilité).

Ainsi, avec toute cette suraccumulation de contraintes, à un mois du départ en retraite de Carole, l'histoire s'accélère tout d'un coup. Nous approchons de l'heure de vérité. Toutes mes tentatives pour trouver des solutions ont échoué. Je ne vois plus d'issue, sauf à prendre les décisions draconiennes et irréversibles qui, seules, restent sur la table comme je l'ai signalé.

Car il est clair que, de mon côté, s'il y a une chose dont j'exclue de me séparer, c'est de la Chaslerie.
Je viens d'adresser à la D.R.A.C. de Normandie le courriel suivant :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mardi 26 décembre 2017 10:05
À : (...)@culture.gouv.fr
Objet : Chaslerie - Programme 2018 de travaux subventionnés

Cher Monsieur,

D'après ce que je comprends, mon aîné, suivant en cela mes recommandations, avait prévu que le programme subventionné de travaux sur les menuiseries extérieures du logis de la Chaslerie concerne :
- les deux fenêtres de la tour Sud-Ouest,
- les quatre fenêtres de la pièce du 1er étage du logis au-dessus du salon (que j'appelle "la pièce dévastée", sous-entendu par l'incendie de 1884),
- les fenêtres et la porte principale de la cage d'escalier (j'ai un doute sur l'inclusion de la porte d'entrée en question dans son programme).

Est-ce que, en l'état de l'arrêté de subvention (dont je vous serais reconnaissant de bien vouloir m'adresser une copie), il serait possible de modifier ce programme :
- en substituant à la tour Sud-Ouest les deux fenêtres du rez-de-chaussée de la tour Nord-Est (il y en a une troisième, à l'étage de cette dernière tour, qui ne serait pas englobée dans le programme 2018 révisé) ;
- en conservant dans la "salle dévastée" la fenêtre Sud (qui est la plus délabrée) mais en substituant aux trois autres les trois de la salle-manger du logis ?

Le programme 2018 subventionné de restauration de menuiseries couvrirait ainsi, si vous le permettez, les pièces suivantes du logis :
- le rez-de-chaussée de la tour Nord-Est,
- la fenêtre Sud de la pièce du 1er étage au-dessus du salon,
- la salle-à-manger,
- la cage d'escalier (sans changement).

Ce changement de programme résulte de la modification de perspectives qu'induit pour moi le retrait de mon fils dont je vous ai informé. Puisque mes ressources sont limitées à mes moyens de retraité, il me paraît en effet nécessaire de donner la priorité, toutes choses égales par ailleurs, aux menuiseries extérieures des pièces à la restauration intérieure desquelles j'entends donner la priorité.

Pour autant, je ne renonce pas à la restauration des autres menuiseries extérieures. Je me réserve donc de solliciter pour celle-ci une nouvelle subvention le moment venu, idéalement au titre de 2019, sous réserve de vérification que j'aurais les moyens, sans doute par emprunt à long terme, de couvrir le solde.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Par lettres recommandées A.R. de ce jour, j'ai adressé à Sébastien LEBOISNE (menuisier), à l'entreprise BODIN (maçon) et à Roland FORNARI (forgeron) les chèques d'acomptes convenus pour leurs travaux de 2018.

Ce formalisme est destiné à couper court à toute interrogation éventuelle du fisc. Il ne me reste plus qu'à espérer que la ligne de trésorerie pour laquelle j'ai signé un contrat la semaine dernière soit en place à temps.

P.S. du 2 janvier 2018 : La B.P.O. m'annonce que " le prêt travaux a bien été débloqué sur (mon) compte en date du 29 décembre."
Me voici de retour à notre manoir favori après la réveillon. Je retrouve ma chambrette glacée, il est grand temps que je me penche sérieusement sur ces questions de chauffage.

Sur le fond de notre programme de travaux favoris, je compte lancer rapidement la tranche relative à la moitié Nord du rez-de-chaussée du logis, c'est-à-dire, principalement, nous équiper enfin d'une cuisine agréable, facile d'accès et chauffée ; là aussi, mon souci de disposer d'une arrière-cuisine posera vite la difficile question du mode de chauffage à retenir.

Sur le fond toujours, Carole m'a demandé de lui préciser comment je compte nous permettre de sortir un jour de la spirale des travaux dans laquelle mon tropisme indéniable pour l'optimisation fiscale nous a plongés depuis belle lurette. Elle a compris que, jusqu'à présent, je finançais mes excès en la matière par ponction sur mon épargne financière mais que, désormais, je vais devoir recourir à l'emprunt. Donc il faut que je simule divers scenarii pour savoir jusqu'où je peux m'endetter sans risquer de nous envoyer dans le mur. En contrepartie, je lui ai demandé comment, de son côté, elle comptait maîtriser son flux de dépenses de consommation qui m'inquiète beaucoup, maintenant que ses revenus vont être réduits de moitié, joies de la retraite obligent.

Bref, nous entrons dans une phase d'ajustements qui ne sera pas toujours facile à vivre, même si nous conservons le recours de mettre en location notre domicile parisien, une hypothèse que Carole refuse à ce jour mais qui, selon moi et en l'état du marché, suffirait à régler une part significative de nos problèmes financiers.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mardi 2 Janvier 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Plomberie-chauffage - Logis - Bâtiment Nord
0
Je viens d'aller inspecter les pièces où redémarrera prochainement notre chantier favori :
- au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est, il y a, à mon sens, largement la place d'installer une cuisine très agréable ; il faudra percer le mur au niveau de la meurtrière qui surveillait autrefois le mur Nord de la cour, de manière à y aménager un accès vers la future arrière-cuisine (actuelle chaufferie). La plupart des équipements de la cuisine pourront être adossés au mur de gauche en entrant. L'évier pourra être logé dans l'une des deux embrasures de fenêtre, au choix de Carole. Le plafond pourra aisément être abaissé, ce qui permettra de renforcer le plancher de la pièce située au-dessus, future salle de bains de la chambre des parents (celle où se trouve la cheminée de Mebzon) ;
- la chaufferie actuelle, à l’extrémité Est du bâtiment Nord devra être transformée du tout au tout. La chaudière ne pourra plus rester là où elle se trouve actuellement, puisqu'elle serait dans le passage à percer vers la nouvelle cuisine. Compte tenu de la saleté de cette chaudière au fuel, il faut soit la déplacer près du fenestrou Nord actuel, sans doute en montant des cloisons de séparation avec le reste de l'arrière-cuisine, soit l'installer ailleurs qu'à cet endroit :
. dans une nouvelle dépendance à bâtir dans l'arrière-cour, accolée au mur entre le manoir et son fournil ?
. au rez-de-chaussée de la tour Louis XIII ? Cela ne me semblerait pas optimal en raison de la qualité du pavage de ce volume ;
. ou au rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest ? L'avantage serait d'éloigner toute cette quincaillerie nauséabonde des pièces où l'on peut vivre tout au long de l'année ; l'inconvénient serait que, sauf à transplanter la cuve à fuel dans l'avant-cour (ce qui ne serait pas idiot car le rechargement de la citerne à son emplacement actuel est toujours la croix et la bannière pour le livreur), l'accès au combustible serait plus compliqué, sans parler des tuyaux de conduction de l'eau chaude vers les radiateurs et autres dispositifs de chauffage du bâtiment Nord.
Dans tous les cas et toujours dans la chaufferie actuelle, il va falloir traiter le cul du four de la salle-à-manger que mes prédécesseurs ont outrageusement noyé sous le béton ; Igor avait déjà essayé de faire sauter ce béton mais y avait renoncé car il est trop dur et l'opération risquerait d'endommager la voûte du four ;
- dans la salle-à-manger du logis, il ne m'apparaît pas possible d'abaisser le plafond pour améliorer le confort de la chambre du dessus ; en effet, le percement des fenêtres sur cour de cette pièce, effectué au milieu du XVIIIème siècle, a été dicté par le rythme des fenêtres anciennes sur cour (celles du grand salon) et non par celui des fenêtres sur terrasse ; de ce fait, le linteau des fenêtres sur cour est trop élevé pour une telle opération, du moins en première analyse.

Il va donc falloir poursuivre les réflexions, principalement sur le mode de chauffage à retenir car ce choix va conditionner bien des choses.

Dans l'immédiat, je pourrais néanmoins continuer à débarrasser divers murs de leurs enduits au ciment (dans la salle-à-manger et dans la future cuisine), faire sauter les hideuses dalles de l'âtre de la cheminée de la salle-à-manger, enfin faire relever les linteaux de deux portes de la salle-à-manger, celle vers la future cuisine et celle vers mon futur bureau-bibliothèque. Pour cette dernière, il vaut mieux que j'attende les beaux jours, sauf à rendre mon bureau provisoire actuel beaucoup trop perméable aux courants d'air.

Lorsque Igor reviendra, je lui demanderai combien de jours il peut me consacrer ; sa réponse déterminera mes choix immédiats.
Voici les photos que je viens de prendre du dégât des eaux.

Igor a commencé à passer une serpillière sur le sol :

4 janvier 2018.

D'après lui, le problème ne provient pas du regard dans le passage entre la cuisine et le salon, où il ne décèle rien d'anormal...

4 janvier 2018.

... ni, comme je l'avais cru au départ, d'une entrée des eaux par une porte extérieure ou une fenêtre

4 janvier 2018.

... mais de deux trous dans la maçonnerie, au ras du sol mais en-dessous du terrain qui se trouve à l'Ouest du bâtiment :

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

Si Igor dit vrai, il faudra boucher ces trous et drainer le terrain extérieur tout le long de la façade.

En attendant, voici quelques photos du capharnaüm entreposé là :

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

Mon cadet a réagi et m'a informé qu'un sous-ensemble du bazar lui appartenait. Il pourra se rendre compte, grâce à ces photos, d'une partie du problème.

Quant à l'aîné, sans doute trop absorbé par son travail (ce que je peux comprendre), il reste vis-à-vis de moi en plongée profonde.

Bien entendu et dès hier, j'avais commencé à retirer les sacs et objets les plus fragiles qui baignaient là-dedans ; hélas, par capillarité, le contenu des sacs en papier était déjà gâté.

P.S. (à 17 h 30) : Carole vient de m'apprendre que mon aîné et son épouse passeront samedi afin de constater les dégâts sur leurs biens.

P.S. (du 5 janvier 2018) : Igor m'a communiqué les photos qu'il a prises hier, à ma demande, avec son téléphone, alors qu'il venait de commencer à intervenir :

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

Le dégât des eaux n'est pas cantonné à deux pièces de l'"aile de la belle-mère". Voici ce que je constate au 1er étage de la tour Louis XIII :
- le vitrage d'occultation de la meurtrière a laissé entrer la pluie ; toute la maçonnerie a pris l'eau et le tanin de la porte y a diffusé ; des bibelots ont souffert (je les ai retirés) :

4 janvier 2018.

- les menuiseries extérieures orientées vers l'Ouest n'ont pas suffi à contenir les eaux à l'extérieur des bâtiments. Voici, par exemple, une autre photo prise au même 1er étage de la même tour :

4 janvier 2018.

Puisque des objets qui m'appartiennent ont été atteints, je vais faire intervenir l'assurance. Voici le courriel que je viens d'adresser à mon courtier favori :

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : jeudi 4 janvier 2018 11:07
À : (...)
Objet : Manoir de la Chaslerie - Dégât des eaux dû à la tempête

Cher Monsieur,

Je vous signale que la tempête en cours a occasionné des dégâts significatifs dans diverses pièces de mon manoir.

Je n'ai pas encore fini de passer l'inspection et vous préciserai les choses un peu plus tard.

Auriez-vous l'obligeance de me rappeler en quoi consiste ma couverture en la matière, pour des dégâts touchant tant le bâtiment que son mobilier ?

D'avance merci.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)

Pendant que je poursuis mon inspection, Igor continue à éponger les sols :

4 janvier 2018.

Il me dit que de l'électro-ménager appartenant à mon cadet a été touché :

4 janvier 2018.

Il a eu la bonne idée de surélever des meubles en plaçant des tomettes sous leurs pieds :

4 janvier 2018.

Malheureusement, il reste de nombreux cartons intransportables en l'état (ici ce n'est pas grave car il s'agit de bouteilles) :

4 janvier 2018.

Enfin, il me confirme qu'au rez-de-chaussée de l'"aile de la belle-mère", ce ne sont pas les menuiseries extérieures qui ont lâché mais que la source du problème est à rechercher au pied de la façade Ouest :

4 janvier 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 4 Janvier 2018
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Au rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest, Igor a repris son travail de purge du ciment ; il reste une petite moitié de la dalle du sol à faire disparaître :

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

Grâce au "Valtra", il évacue les gravats vers un champ situé à 2 km, au Tertre Linot :

4 janvier 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 4 Janvier 2018
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
A 16 h 30, Igor a pratiquement fini de récurer le sol du "cul-de-basse-fosse" de la tour Sud-Ouest, ainsi que j'appelle cet endroit où d'aucuns se seraient satisfaits que j'installe mon bureau-bibliothèque :

4 janvier 2018.

Voici le type de gravats qu'Igor a retirés :

4 janvier 2018.

Plus intéressant à noter, me semble-t-il, il a mis à jour, près de la porte donnant vers le salon, un trou...

4 janvier 2018.

4 janvier 2018.

... qu'il a commencé à explorer...

4 janvier 2018.

... sans y trouver, du moins le prétend-il, le moindre trésor.

Il se confirmerait ainsi que les temps sont difficiles !

« Ma femme veut jouer les Présidents, Elle dit que c'est très plébiscitant, Pour lui montrer que j' suis un homme, Je dois lui dire par référendum, [...], Le matin c'est oui, le soir c'est non, Elle tient pas compte des abstentions, Ni oui ni non, ça fait coup nul, Voilà mon scrutin, j' garde mes scrupules, Les temps sont difficiles ! » (2ème version)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Janvier 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
Voici, avant qu'Igor n'arrive, les photos que je viens de prendre dans la pièce du rez-de-chaussée de la tour Nord-Est.

Une seule prise électrique fonctionne et je ne sais pas me servir du flash de mon appareil. Il y a un radiateur en fonte mais il n'a jamais fonctionné depuis mon achat de la Chaslerie. La pièce est dotée d'une porte vers la salle-à-manger, de deux fenêtres donnant sur la terrasse et de quatre meurtrières.

Il faudra qu'avec mon aide, Igor commence par retirer le mobilier, dont le lit qu'il faudra démonter.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

Enlever l'enduit en ciment permettra de remédier convenablement à quelques fissures :

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

J'ai également l'intention de profiter de cette phase de travaux pour abaisser le plafond, l'actuel ayant subi un dégât des eaux avant même mon achat :

5 janvier 2018.

Cette dernière remarque signifie que j'envisage, à ce stade de mes réflexions, de régler, prioritairement et en un seul bloc, tous les problèmes de maçonnerie, de charpente, d'électricité, de plomberie et de chauffage de cette pièce ainsi que de celle située à l'étage au-dessus. La première sera la cuisine enfin modernisée de notre manoir favori (en cette 27ème année du chantier, il n'était que temps), la seconde la salle-de-bains avec baignoire dont rêve Carole (et moi aussi, d'ailleurs).

Je sais que cette tranche de travaux sera ardue, du fait de la multiplicité des corps de métier à coordonner, et particulièrement coûteuse. Il n'est donc que temps de plonger en nous armant de courage !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Janvier 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Logis
1
Avant même de déménager les meubles de la tour, il faut le faire pour ceux de la salle-à-manger qui risqueraient de souffrir de la poussière du chantier que nous allons ouvrir. Igor s'y emploie d'entrée de jeu :

5 janvier 2018.

Si le déménagement est impossible, les meubles devront être bâchés.

5 janvier 2018.

Notre vie mondaine, qui, certes, n'a jamais été flambarde, sera donc des plus réduites tant que durera ce chantier (2 ans ?). Autant le savoir !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Janvier 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Logis
0
En début d'après-midi, avant de donner le premier coup de marteau-piqueur dans la tour Nord-Est...

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

... il reste encore à finir de mettre à l'abri de la poussière le mobilier intransportable de la salle-à-manger :

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.


Ah, que je serai heureux de faire enfin disparaître cet horrible ciment, ainsi que les tomettes bas de gamme qui recouvrent ces sols !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Vendredi 5 Janvier 2018
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Maçonnerie-carrelage - Electricité - Logis - Aile "de la belle-mère"
0
A 16 h 30, nous voici enfin à pied d’œuvre !

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

Il reste juste le lustre à descendre, ce sera fait demain par l'électricien.

Mais, avant de passer aux choses sérieuses, Igor va encore aller éponger le sol de l'"aile de la belle-mère" car il y a eu une nouvelle intrusion d'eaux de pluie :

5 janvier 2018.

5 janvier 2018.

M'est avis que le distingué nu-propriétaire de céans va devoir mettre la main au porte-monnaie l'un de ces jours.