Journal du chantier

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 10 novembre 2009
Journal du chantier - Sculpture - Chapelle
0
J'ai attendu quatre semaines avant de recontacter Pascal POIRIER.

Je suis passé ce soir le voir à son atelier de sculpteur. La Sainte Anne sort progressivement de son granit. Pascal POIRIER m'a dit y travailler régulièrement.

Il m'a aussi montré la nouvelle documentation qu'il a rassemblée. Il poursuit donc son travail comme il convient.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 18 novembre 2009
Journal du chantier - Ferronnerie - Menuiserie - Peinture - Bâtiment Nord
0
Aujourd'hui, pose de six nouvelles fenêtres sur le bâtiment Nord, trois au rez-de-chaussée (dans la pièce correspondant à l'ancienne cuisine) et trois à l'étage (une dans chacune des deux chambres, et une à la hauteur de la coursive précédemment décrites). Elles ont été réalisées en chêne, sur la base des dessins de l'architecte en chef des monuments historiques. Toutes comportent des volets intérieurs et des doubles vitrages. J'ai voulu ces derniers car ce bâtiment Nord devrait, d'ici un an ou deux, être le premier entièrement dérestauré et restructuré à la Chaslerie. Vivement le confort et la belle vie ! Dès lors que je me lançais dans des travaux aussi importants, je n'ai pas voulu opter pour des solutions imparfaites à mes yeux. Ceci dit, j'ai appris dernièrement que c'est par la couverture et non par les fenêtres qu'il y a le plus de déperditions de chaleur. J'ai donc peut-être été trop prudent. On aura cependant le temps d'aviser avant de changer d'autres fenêtres ici.

A propos des travaux de peinture sur les fenêtres, ils sont toujours en cours avec DUBOURG DECO. Quand je pense que, l'été dernier, je m'étais fixé comme programme de vacances de repeindre moi-même toutes ces menuiseries ! Une fois de plus, ma flemme m'aura sauvé !

Enfin, j'ai lancé hier la fabrication de grilles pour les fenêtres du bâtiment Nord, donnant vers le fournil.

A noter que ces fenêtres et ces grilles ont été subventionnées par l'Etat, au taux applicable aux monuments inscrits.

Deux mois, c'est le temps qu'il aura fallu aux peintres de DUBOURG DECO (travaillant en moyenne en binôme) pour effectuer les tâches que je leur avais commandées. Ils doivent finir cette semaine. Je suis très satisfait de leur travail et de leur état d'esprit. Je recommande donc chaleureusement cette entreprise.

Pour le reste, le temps pluvieux et qui se refroidit ne facilite pas les travaux extérieurs. Pascal est désormais assisté d'un nouvel homme toutes mains, encore en période d'essai et qui paraît sérieux et travailleur. Comme ce dernier souffre d'une déficience auditive, il paraît que ses charges sociales devraient être réduites. Je vais tâcher de me renseigner bien que ces questions administratives me rebutent quelque peu, tant je les trouve absconses et fastidieuses. Depuis son arrivée, cet homme toutes mains trie, par ordre d'épaisseur, toutes les pierres que j'ai accumulées sur mes terres à la suite d'achats de bâtiments en ruine aux alentours, en vue de pallier la fermeture de toutes les carrières des environs. Tant que ce tri ne sera pas effectué, ces pierres ne pourront pas être réutilisées convenablement dans mes chantiers à venir. Il faut en effet que l'on y voie plus clair sur le stock, afin de savoir si l'on dispose d'ores et déjà des quantités et qualités nécessaires pour la suite. Bien entendu, je pense ici, tout particulièrement, à la restauration du mur d'escarpe des douves.

Roland BOUSSIN, le charpentier-couvreur, revient ce matin sur le chantier, afin de prendre les mesures de la charretterie pour préparer son devis. Je lui ai demandé d'utiliser ici les "tuiles périgourdines" neuves actuellement en dépôt dans les écuries. Je les avais stockées là en prévision de la restauration de la couverture desdites écuries, mais je choisis donc de faire passer celle-ci après la finition de la charretterie. Roland m'indique que son chantier pourra démarrer sur la charretterie dès février prochain mais qu'il convient de passer rapidement commande des ardoises des écuries car les ardoisières d'Angers, mon fournisseur, a signalé qu'il relèverait très bientôt ses tarifs.

En ce qui concerne la charretterie, Pascal MAIZERAY, le maçon, aura bientôt achevé sa part du chantier.

Roland m'a proposé de prévoir des gouttières. J'ai refusé car cette quincaillerie n'est pas dans le style de mes bâtisses. En revanche, il y aura un léger coyotage de la couverture du côté du manoir.

Pour les socles des deux piliers de bois à prévoir pour séparer la partie garage en trois tiers, nous avons choisi de réutiliser deux granits finement sculptés qui, à l'initiative de mes prédécesseurs, avaient été placés de part et d'autre de l'entrée sur cour du logis. Je n'ai jamais compris quel avait pu être le rôle initial de ces deux pierres, de même que celui des deux autres qui, de l'autre côté de la cour, marquent l'entrée de "l'aile de la belle-mère". Cela ressemble un peu à des chapiteaux mais, à vrai dire, je n'en sais rien.

Enfin, j'ai demandé à Roland que, lorsque de l'intérieur de la charretetterie, on regardera vers la couverture, l'on ne voie pas le dessous des tuiles, mais des lattes de bois. Il m'a proposé du sapin. J'ai préféré du chêne. Il m'a prévenu que ce bois, qu'il va commander, ne sera pas posé aussi sec qu'il conviendrait, de sorte qu'il y aura des retraits dont il m'assure qu'ils ne seront pas gênants. Grâce à ce décor, j'espère rendre la charretterie agréablement utilisable pour des banquets, expositions, etc, avec vue imprenable, vers le Nord, sur les bâtiments principaux du manoir.

Quant à Pascal, une fois qu'il en aura fini avec les murs de la charretterie, je lui ai demandé de nettoyer le chantier de tous les gravats et rejets de bétonnière accumulés depuis le premier jour de travail ici de Claude MARTIN, son prédécesseur. Il faudra en profiter pour mettre à son niveau final le sol de la charretterie. Je ne sais pas encore quelle solution nous choisirons pour le revêtement correspondant. Sans doute de la terre battue, tout simplement.

Bien entendu, les intempéries présentes, neige la semaine dernière, pluie cette semaine, freinent le chantier. Ainsi, des grilles qui auraient dû être posée avant Noël sur le bâtiment Nord ne le seront qu'après le 1er janvier, sur décision du forgeron. Les travaux de maçonnerie n'ont pu progresser tant qu'il gelait. Enfin, les abords de la charretterie sont désormais transformés en bourbier.

C'est donc un bon moment pour réfléchir à l'enchaînement des prochaines tranches de travaux.

J'ai dû expliquer hier à Thibaud les rudiments de la fiscalité des monuments historiques. C'est un sujet bien compliqué. L'idée principale est que les dépenses d'entretien et de réparation sur de tels bâtiments sont déductibles du revenu imposable de celui qui les finance. Nous avons donc calculé l'impact qu'auraient pour Thibaud différents programmes de travaux en 2010 sur la cave de la Chaslerie (qui lui appartient désormais, par l'intermédiire d'une S.C.I. "ad hoc"). Il lui reste à me communiquer sa décision. Parmi les travaux prioritaires sur la cave, il faudrait drainer les abords ; malgré des travaux effectués il y a une quinzaine d'années, l'eau entre toujours dans le bâtiment et gâte les murs ; il est donc grand temps d'y remédier. Il faudrait également terminer le colombage de la dépendance de la ferme ("la maison de Toutou"), équiper cette dépendance d'une porte et de fenêtres, puis compléter l'édifice par du pisé et par un revêtement de sol; il serait sans doute utile d'y amener l'eau et l'électricité. Sur l'appentis de la cave, destiné à abriter la future chaudière du bâtiment, il faudrait de même insérer des fenêtres ainsi qu'une évacuation des fumées et poser du pisé et un revêtement de sol; là aussi, il serait opportun d'amener l'eau et l'électricité. A l'intérieur de la cave, les priorités sont de réaliser un plancher au premier étage et un escalier intérieur ; après cela, on pourra commencer à cloisonner le rez-de-chaussée et l'étage de manière à pouvoir ensuite enduire les murs de chaux. Si on mène à bien ce programme en 2010, on aura une bonne base de travail pour commencer les travaux d'habitabilité en 2011. Quant à la chaudière de la cave, mon idée serait de déménager la chaudière récente qui fournit actuellement l'eau chaude et le chauffage dans le seul cabinet de toilettes en état de marche à la Chaslerie (il se trouve dans le bâtiment Nord) ; c'est dire qu'il faudra coordonner avec soin les travaux de plomberie et de chauffage entre le manoir et la cave, de manière à conserver à tout moment au moins un cabinet de toilettes en état de fonctionnement sur l'ensemble de la Chaslerie.

Bref, la question du chauffage devient progressivement critique. Même si, seul de mon espèce toutefois, j'arrive encore, en m'emmitouflant dans deux couettes (et en restant habillé...), à dormir très benoîtement dans une chambre non chauffée.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 30 décembre 2009
Journal du chantier - Cave - Transmission du patrimoine
0
Je me souviens d'une réunion rue de Rivoli, dans le bureau du directeur du Trésor, alors Jean-Yves HABERER (c'était donc avant 1981), au cours de laquelle celui-ci interrogeait certains collaborateurs sur les modalités d'un futur emprunt d'Etat. Etant le plus jeune, j'avais été interrogé le premier et HABERER avait conclu son tour de table en remarquant : "C'est curieux, les plus jeunes sont toujours les plus prudents !"

La suite a montré qu'ils n'avaient pas toujours tort, je pense.

Mais là n'est pas mon propos. Je voulais simplement signaler que Thibaud m'a encore longuement téléphoné hier pour me demander de nouvelles précisions sur la fiscalité des monuments historiques. Il avance dans ce dossier avec une prudence qui me semble excessive. Ce n'est pas à ce rythme que nous pourrons mener d'un bon pas la restauration de la cave. A suivre, donc, ne désespérons pas !

Enfin, le travail a pu reprendre à la Chaslerie après l'enneigement le plus long que j'y ai connu depuis 1991 : nous avons ainsi pu parachever la maçonnerie du dernier pignon de la charretterie, celui qui est le plus proche de la chapelle. Dans son atelier de l'autre bout du département de l'Orne, Roland BOUSSIN vient de commencer à restaurer les principales poutres de cet édifice, de manière à pouvoir prendre le relais sans trop perdre de temps.

Par ailleurs, j'ai passé commande des tuiles et des ardoises nécessaires pour la couverture des écuries. La réglementation étant ce qu'elle est, la Chaslerie risquait de perdre le bénéfice de subventions de l'Etat pour ces travaux si je n'étais pas capable de produire de factures à ce sujet avant juillet prochain. Compte tenu des délais de certains fournisseurs, j'ai préféré ne pas courir ce risque.

Le tour d'horizon sera complet quand j'aurai indiqué attendre toujours la pose de grilles sur la façade Nord du bâtiment Nord. Le forgeron me dit que cela ne saurait tarder.

Quitte à passer pour un cuistre, je viens d'apprendre que les lichens qui envahissent ici les tuiles et les troncs sont des "Xanthoria parietina", lichens hétéromères foliacés comme nul ne devrait l'ignorer, n'est-ce pas ? Je ne sais si mes études actuelles de biologie à la fac de Caen me serviront un jour à mieux comprendre la faune et la flore de la Chaslerie. Je me dis qu'au moins, ça ne peut pas faire de mal.

Quoi qu'il en soit, j'ai fait abattre cette semaine deux arbres, un chêne près de la charretterie et un érable près du fournil de la ferme, dont la proximité de la façade Nord de ces bâtiments favorisait à l'évidence la multiplication de ces lichens.

A dire vrai, la "présence" de ces bâtiments est tellement forte, dès ce stade de leur restauration, que la disparition de ces arbres peut, à mon avis, ne pas être notée, même par les familiers des lieux.

Pour le reste, les travaux se poursuivent, gênés par le temps (neige encore, ce matin). Cette semaine, à la charretterie, le sol a été décapé et deux trous ont été creusés pour couler les fondations des piliers de soutènement de la couverture. Au fournil de la ferme, il y a eu un grand nettoyage de printemps ; autrement dit, le chantier peut désormais démarrer sur de bonnes bases ; il faut sans doute compter deux mois de travail sur la seule maçonnerie. Sur le bâtiment Nord du manoir, l'étanchéïté des fenêtres a fait l'objet de soins particuliers, de sorte que les grilles pourront être posées dans les prochains jours, j'espère.

En ce qui concerne les plantations, Bernard a coupé les branches des pommiers et poiriers qui, à l'Ouest de la ferme, étaient envahies de gui (Viscum album, de la famille des Loranthaceae, of course).

Enfin, je viens de mandater une entreprise spécialisée pour combattre les souris et les mouches dans la tour Louis XIII, notamment dans mon bureau. Il paraît que le traitement est efficace. On verra bien car ce commensalisme envahissant devient un tantinet agaçant.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 6 février 2010
Journal du chantier - Maçonnerie-carrelage - Charpente-couverture - Charretterie - Ferme et son fournil
0
Roland BOUSSIN vient de m'informer que son entreprise commencerait début mars la pose de la charpente restaurée de la charretterie. Environ trois semaines plus tard, ses ouvriers pourraient se mettre à la couverture de tuiles du bâtiment. Mais, pendant quelques années, on verrait la différence entre les tuiles neuves et les anciennes. J'espère toutefois que l'effet d'habit d'Arlequin s'estompera vite.

Parallèlement, nous avons débuté la restauration des maçonneries du fournil de la ferme. Pour en servir de seuil d'entrée, nous avons utilisé un granit taillé d'environ 500 kg que je conservais en dépôt ; mais nous avons placé cette pierre trop haut par rapport au sol du fournil ; il va donc falloir corriger.

Quant à mon jeune voisin Maxime, il s'est proposé pour revenir, à l'occasion de ses prochaines vacances scolaires, nous assister. J'ai tout de suite accepté.