Généalogie et sagas familiales

Le deuxième (par ordre chronologique) des quatre documents récemment transmis par Eric YVARD est l'inventaire du 15 juillet 1716 consécutif au décès de Jacques de LEDIN (donc 13 jours après l'inventaire consécutif au décès de son fils Pierre).

Comme je l'avais fait pour le premier inventaire, j'ai voulu présenter sous forme d'un tableau les informations que nous apporte ce document. La chose n'est pas aisée tant le tabellion du XVIIIème siècle manquait à l'évidence de rigueur intellectuelle.

Il apparaît néanmoins qu'il distinguait entre la "chambre au-dessus de la cuisine" et la "chambre où est décédé Jacques de LEDIN". Donc l'une des principales conclusions de ma première compilation tombe à l'eau.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 9 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
J'ai passé la majeure partie de la journée à commencer, avec la joie que l'on peut imaginer, à remettre de l'ordre dans la comptabilité de notre copropriété à Paris.

Pas toute la journée il est vrai. Le matin, je m'étais rendu à Pontorson où étaient programmées deux visites. La première a été annulée, le candidat ayant trouvé son bonheur dans une de ces H.L.M. que les élus locaux font bourgeonner à proximité de mon petit immeuble. La seconde n'a pas eu lieu, le connard m'ayant posé un lapin, ce qui arrive en moyenne pour une visite sur trois et me donne chaque fois le bonheur de rouler plus de 2 heures 30 pour rien, si ce n'est acheter quelques huîtres.
Huit ans après ses interventions de 1716, le style et la rigueur intellectuelle de Pierre LAILLER, notaire à Domfront, ne s'étaient pas améliorés.

La recension du document du 14 août 1722 que j'ai effectuée accroît, si possible, notre confusion dans la mesure où aucun plan ni schéma n'est fourni pour préciser, par exemple, la position de la chambre de la veuve de Pierre de LEDIN.

Dans la mesure où l'on nous parle d'une "petite armoire à deux fenêtres placée à côté de la cheminée", cela exclut la pièce du premier étage de ce que nous appelons la tour Louis XIII. De même, l'indication que des greniers dépendaient de l'"appartement de ladite dame" semble exclure le premier étage du colombier. Il semble donc que ladite dame ait logé, quand elle daignait venir à la Chaslerie (elle est décédée à son château de la Landelle à Clécy), au premier étage du logis, dans une des pièces principales munies d'une cheminée. Nous savons qu'il y en a deux, l'une des deux étant dénommée par ailleurs la "chambre au-dessus de la cuisine". Donc, en essayant de faire dire un maximum de choses au grimoire en cause...

... on peut imaginer que Catherine de CROISILLES avait sa chambre au premier étage du logis, dans la moitié Nord de la "salle dévastée" actuelle.

De même, on nous parle d'une "chambre au-dessus de celle des enfants", ce qui semble indiquer que cette dernière se trouvait au rez-de-chaussée du logis et qu'il y avait donc une chambre au-dessus, ce qui exclut la tour Sud-Ouest car on n'imagine quand même pas que quiconque pouvait coucher dans une pièce comportant des latrines.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 13 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Carole saura aujourd'hui si son opération a réussi...

Et c'est aujourd'hui le 4ème anniversaire de la plus mignonne, la plus gentille, la plus intelllllllligente petite-fille de la Terre !

Timoléon Marie Lobrichon (1831-1914),La vitrine du magasin de Jouets,date inconnue, collection privée.

P.S. : Pour Carole, une réponse d'attente du médecin...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 20 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Il se trouve que, via "Facebook", je suis inscrit à une page intitulée "Philosophie, littérature et art". A ce titre, je découvre quotidiennement des questions dites philosophiques comme celles de ce matin sur lesquelles d'aucuns glosent sans fin :
- Quelle est la différence entre la beauté et la bonté ?
- Est-ce que le réel est une vérité stable ou bien changeable et relative ?
- La croyance n'est-elle pas qu'un amour du savoir ?
- Est-il vrai qu'on ne naît pas homme on le devient ?
- Le passé est-il perdu à jamais ?
- Qu'est-ce que l'irrationnel en philosophie ?
- La métaphysique comme savoir rationnel est-elle toujours utopique ?

Il se trouve que je n'ai jamais éprouvé le moindre intérêt pour ce genre d'enculage de mouches. Ni n'ai jamais pu lire en entier un ouvrage dit de philosophie. Tout cela m'a toujours considérablement et rapidement enquiquiné.

Il va donc falloir qu'à défaut de découvrir là des messages sur la littérature ou l'art, je me désinscrive.

Comme j'évite désormais "France-Musique" où l'on diffuse beaucoup trop souvent, dorénavant et à mon goût, de zim-boum-boum charriée à satiété à partir des Etats-Unis. Ras le bol de telles merdes envahissantes !

P.S. : Désinscrit. Du balais !
Jean-Pierre ARBON
rédigé le mercredi 27 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Dernier printemps
Publié le 27 février 2019


Un corps diaphane
Dans un grand lit
La vie se fane
Jadis jolie
Dans l’ombre vague
Enfeuillagée
L’esprit divague
Presque étranger

Le cœur saccade
Comme hésitant
En embuscade
La nuit attend
Tissant sa toile
Semant son grain
De ses étoiles
Tombe un chagrin

Soupirs qui rôdent
Reflets glissants
Joies en maraude
Bonheurs absents
Comme en un rêve
Tout a passé
La vie est brève
A traverser

Dieu nous protège
Rideaux tirés
Sur le cortège
De nos regrets
Gentils atomes
Dispersez-vous
Bonjour fantômes
Tout est à vous

Fleurs en cascade
Merle chantant
Passez muscade
C’est le printemps
Dernier printemps
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 6 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
Le contrôle de mon appareil respiratoire pour apnée du sommeil fait apparaître que, désormais, je dors à peine, en moyenne, 5 heures par 24 heures.

Bien entendu, sachant que l'humeur dépend directement de la santé, cela ne manque pas d'affecter mon moral, assez médiocre ces temps-ci.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 7 mars 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
Voilà, à quelques relectures près, j'ai remis à flot la comptabilité de notre copropriété de Paris de 2011 à 2019. Evincé par Carole de la position de syndic il y a une bonne dizaine d'années, j'avais laissé flotter les rubans depuis lors. A l'occasion de cette reprise en main, je constate - avec le temps et la distance, j'avais feint de l'oublier - à quel point ma chère et tendre et moi sommes différents l'un de l'autre en termes de rigueur intellectuelle et d'exigence en la matière.

Je me demande ce que tout cela promet quand j'aurai passé l'arme à gauche. Je continue à ne voir personne dans mon entourage prêt à me relayer fermement, là ou ailleurs, du moins d'une façon qui me conviendrait si j'en étais encore le témoin. Ni prêt, ni même désireux. La mauvaise monnaie a chassé la bonne, au moins à mes yeux. C'est un sujet de déception, sans aucun doute. Et surtout d'amertume.