Généalogie et sagas familiales

Coucher d’année

​L’année se couche.
Splendide, comme les autres.
Pénible, lumineuse, exaltante, grave, bariolée, fugace, diverse, comme les autres.
Remplie de choses ordinaires, colorée de moments inattendus.
Unique, comme les autres.

N.D.L.R. : Oui, Jean-Pierre, et je dirais même plus :

Me voici de retour à notre manoir favori après la réveillon. Je retrouve ma chambrette glacée, il est grand temps que je me penche sérieusement sur ces questions de chauffage.

Sur le fond de notre programme de travaux favoris, je compte lancer rapidement la tranche relative à la moitié Nord du rez-de-chaussée du logis, c'est-à-dire, principalement, nous équiper enfin d'une cuisine agréable, facile d'accès et chauffée ; là aussi, mon souci de disposer d'une arrière-cuisine posera vite la difficile question du mode de chauffage à retenir.

Sur le fond toujours, Carole m'a demandé de lui préciser comment je compte nous permettre de sortir un jour de la spirale des travaux dans laquelle mon tropisme indéniable pour l'optimisation fiscale nous a plongés depuis belle lurette. Elle a compris que, jusqu'à présent, je finançais mes excès en la matière par ponction sur mon épargne financière mais que, désormais, je vais devoir recourir à l'emprunt. Donc il faut que je simule divers scenarii pour savoir jusqu'où je peux m'endetter sans risquer de nous envoyer dans le mur. En contrepartie, je lui ai demandé comment, de son côté, elle comptait maîtriser son flux de dépenses de consommation qui m'inquiète beaucoup, maintenant que ses revenus vont être réduits de moitié, joies de la retraite obligent.

Bref, nous entrons dans une phase d'ajustements qui ne sera pas toujours facile à vivre, même si nous conservons le recours de mettre en location notre domicile parisien, une hypothèse que Carole refuse à ce jour mais qui, selon moi et en l'état du marché, suffirait à régler une part significative de nos problèmes financiers.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 2 janvier 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Le dernier livre que j'ai lu était destiné, à mes yeux lorsque je l'ai acheté, à me permettre d'entrevoir quelques motivations du féminisme tel que - cela ne m'échappe pas avec ma belle-fille et, déjà, avec ma petite-fille - il est susceptible de faire des ravages autour de moi.

"Et soudain, la liberté" d'Evelyne PISIER et Caroline LAURENT chez "Les Escales" est un ouvrage de qualité à plus d'un titre.

D'abord, sur le plan formel, puisqu'on y voit une éditrice dialoguer avec un auteur jusqu'à devoir reprendre la plume, et entremêler son récit de considérations personnelles qui ne sont pas oiseuses. Le format très court des découpages du récit est également une excellente chose.

Sur le fond, c'est une autre histoire, présentée comme une rébellion contre un "pater familias" hyper-réac et dépassé par les événements, ce qui, on l'a compris, me le rendrait assez sympathique. Le sésame est la lecture du "Deuxième sexe" de Simone de BEAUVOIR qui fait basculer la mère dans le stupre où elle entraîne sa fille qui, comme elle, n'a vraiment pas froid aux yeux.

Bref, intéressant d'entrevoir la saga d'une famille qui aura produit trois suicides mais aussi, à la génération des enfants, une "intellectuelle engagée", très engagée même, une actrice de qualité et un mathématicien super beau gosse et néanmoins membre de l'académie des sciences. En somme, des existences qui ne sont pas tièdes : par quelque bout qu'on le regarde, tout cela est tout sauf nul.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 2 janvier 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Généalogie et sagas familiales
0
(Début de citation)

De : eric.yvard-mairie@orange.fr <eric.yvard-mairie@orange.fr>
Envoyé : mardi 2 janvier 2018 21:04
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : RE :

merci pour vos bons voeux et veuillez accepter les miens
oui j ai travaille pour vous
la chaslerie n a plus de secret pour moi dans la filiation de ses proprietaires depuis l an 3
je vais un peu bousculer l histoire
il me reste un petit mystere de 10 ans entre 1816 et 1826 a eclaircir
bien a vous
eric

_____________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 2 janvier 2018 19:39
À : eric.yvard-mairie@orange.fr
Objet :

Cher Monsieur,

Êtes-vous toujours en vie ?

Si oui, je vous présente mes meilleurs vœux.
Et je voudrais savoir où vous en êtes de votre travail.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Depuis l'aube, j'ai passé la matinée à préparer un certain nombre de simulations financières de manière à déterminer, entre autres, l'ampleur du programme de travaux que nous pourrions entreprendre en rythme de croisière.

Cette analyse est complexe et n'est pas terminée mais quelques orientations importantes me paraissent se dégager d'ores et déjà.

Je soumets ces premiers résultats et les réflexions qu'ils m'inspirent aux membres de ma famille afin qu'ils puissent se concerter le cas échéant et, en tout état de cause, me faire part de leur remarques et recommandations.

P.S. : J'ai complété mes calculs pour éclairer les mesures qui me semblent à prendre d'urgence en l'état du dossier.
Je l'avais déjà constaté il y a une quinzaine de jours mais l'eau avait fini par s'évaporer avant le passage du plombier qui avait mis plus d'une semaine à intervenir et qui n'avait rien noté là d'anormal. Et de nouveau constaté hier où les eaux avaient envahi la moitié "habitable" (cuisine et salon) de la surface au sol de l'aile de la belle-mère et commencé à gâter le binz que mon aîné a entreposé là sans soin particulier, selon son habitude, et trop souvent dans des sacs en papier.

Et cette nuit et encore ce matin, ça a recommencé de plus belle avec la tempête en cours. Tout le sol de la cuisine et de l'ancien salon de l'aile de la belle-mère est désormais sous l'eau. A 6 heures du matin, je viens de laisser un message sur le portable du plombier afin qu'il identifie d'urgence l'endroit par lequel l'eau de pluie, apparemment, reflue et qu'il y pourvoie.

Carole m'a envoyé hier soir un S.M.S. pour me demander de prévenir l'assureur. Je lui ai répondu que la nue-propriété de l'aile de la belle-mère appartient à mon aîné à qui nous en avons fait don, de même que lui appartiennent les objets endommagés qu'il a entreposés ici pour agrandir à Paris l'espace disponible dans le logement au titre duquel il bénéficiait, à mes frais et depuis 5 à 10 ans (je vais le vérifier), d'une rente importante dont il a enfin daigné couper le robinet le 2 janvier dernier (c'est-à-dire avant-hier seulement). J'ai donc dû rappeler à Carole qu'il revient à cet individu de saisir son assureur. Si toutefois il en a un. Car je suppose que, selon une autre de ses habitudes, il n'a rien fait en la matière, se contentant une fois de plus de considérer que son père est bien assez couillon pour s'occuper de tout et pour régler toutes les primes et autres frais.

Mais voilà, il y a désormais du nouveau qui pour moi change tout : cet individu vient de démontrer de maîtresse façon qu'il se moque comme de l'an 40 de difficultés financières que je me suis pourtant abaissé à lui exposer en détail depuis plusieurs mois ; cet individu est incapable de se décider à lancer rapidement, dans un contexte fiscal fluctuant, des travaux qui, pourtant, avec les 55 % de subventions que je lui ai obtenues plus les 44,20 % de son taux marginal d'imposition, ne lui coûteraient pratiquement rien (0,80 % pour être précis) ; cet individu a, comme on ne le sait que trop, encore refusé de régler deux factures qui lui incombaient. Donc qu'il aille se faire voir ! Moi, j'en ai ras-le-bol qu'un banquier dont le salaire est plus élevé qu'aucun salaire que j'aie jamais perçu (je suis le premier à m'en réjouir pour lui), un fils, dans sa quarantième année, qui ne s'est jamais endetté de sa vie alors qu'il m'oblige, moi qui ai 66 ans et des ressources de retraité, à replonger une nouvelle fois, continue de la sorte à garder les poings serrés sur ses picaillons, incapable à ma connaissance d'en faire quoi que ce soit, si ce n'est les contempler qui s'accumulent sous ses yeux.

P.S. (à 8 h) : le plombier vient de me répondre qu'il est en déplacement et ne pourra pas s'occuper de mon problème avant 48 heures semble-t’il. Il me demande de le rappeler ce midi.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 4 janvier 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Arnaud CHASTEL vient de me téléphoner pour m'apprendre le décès de sa mère, "Tante Marie-Jacques" pour Carole. "Ma meilleure amie" me dit ma mère lorsque je l'en informe. Donc trois décès en deux mois dans cette famille, il serait temps que ça s'arrête.

P.S. : Je retrouve cette photo :

Cela se passe à Dakar, chez les CHASTEL, au retour d'une journée à la plage, sans doute à N'Gor, sans doute en 1961 (j'avais alors 9 ans). Marie-Jacques est assise au premier rang à gauche, elle tient Arnaud ("Bébé Arnaud") sur les genoux ; je suis en haut à droite, mon père me tient par l'épaule ; au premier plan à droite, ma mère et ma sœur ; les frères d'Arnaud, Patrick, Gilles et Guy sont les trois garçons les plus proches de lui sur la photo ; puisque Jean CHASTEL ne figure pas sur cette photo, il ne fait aucun doute qu'elle a été prise par lui, l'"Oncle Jean" de Carole.

Cette photo est tirée d'un des albums que tenait alors mon père, de même que, de nos jours, je tiens ce blog :

Peut-être que, dans une autre soixantaine d'années, l'un de mes descendants extraira de ce blog d'autres images familiales, pour les commenter à son tour sur un autre media, gardien de notre mémoire.
Il était 14 h 30 environ. Je venais juste de rentrer, au volant de ma "Twingo" fonctionnant au gasoil (dont le prix au litre vient de bondir, comme j'ai pu m'en rendre compte). J'avais, outre le plein, fait provision de courses alimentaires à l'"Intermarché" de Domfront. Je rangeais donc le menu de mes prochains dîners frugaux dans un placard, juste après avoir retiré de la boîte aux lettres le courrier de la B.P.O. m'annonçant que l'amortissement de l'avance de trésorerie que j'ai dû solliciter en urgence me coûtera, dès le 15 janvier prochain, la moitié du montant attendu au titre de ma pension de retraite, elle toujours pas perçue.

C'est alors qu'ils se sont extraits de leur impressionnante limousine de marque allemande : rien de moins que le nu-propriétaire et débiteur défaillant que l'on sait "himself" et son épouse, ceux-là même que j'avais attendus en vain toute la matinée (d'où l'horaire décalé de mes courses) ! Quel honneur pour moi, Monseigneur, touchez ma bosse ! Ils étaient vêtus "casual", comme on le dit, je crois, dans leur milieu professionnel, et arboraient une mine satisfaite et dégagée.

Je suppose qu'un observateur extérieur impartial retiendrait que le dialogue fut bref.

Ce couple a constaté que j'avais fait le nécessaire pour remettre de l'ordre au rez-de-chaussée de l'"aile de la belle-mère" - ils m'ont vaguement interrogé sur la source du dégât des eaux, ils ont dû s'y sentir obligés, vraisemblablement par politesse - puis ils ont embarqué 5 ou 6 bouteilles de gin rescapées du naufrage ("restes de leur mariage", paraît-il - ils ont eu la délicatesse de m'apprendre qu'ils les destinent au frère de Madame, pour ses libations estudiantines -) et sont repartis sans un mot ou presque. J'ai néanmoins eu le plaisir d'enregistrer qu'ils avaient déjeuné, en tête-à-tête je suppose, à Bagnoles-de-l'Orne, station voisine connue pour abriter quelques-uns des meilleurs restaurants du département de l'Orne, dont le meilleur où je n'ai pas de mal à imaginer que ces fins gourmets aux comptes en banque bien approvisionnés aient su faire étape.

Inutile d'ajouter qu'ils s'étaient bien gardés de me prévenir de leur passage dont seule Carole m'avait informé sans que je réussisse à lui faire donner leur heure d'arrivée ici, même approximative.

Ah, j'oubliais, ce couple en tous points charmant, gracieux et élégant m'a appris que je trouverais quelque part à la Chaslerie, à un endroit qu'ils n'ont toutefois pas su me préciser, "des lattes de parquet que je pourrais utiliser le jour où j'envisagerais de faire des travaux dans leur logement parisien".
EN.QUIZZSTAR.COM (via "Facebook")
rédigé le samedi 6 janvier 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Anecdotes - Références culturelles
0
What is your DNA ancestry based on your photo?
Pierre-Paul, here's your ancestry!



Our scan is complete. Very interesting indeed! Seems like your ancestors were from many different parts of this world. They must have bravely travelled the world looking for new opportunities and adventures. In your DNA surely lives that same ambitious and courageous attitude!

Remember to SHARE this now so your family can see !

N.D.L.R. : C'est vrai, les eskimos, j'ai toujours aimé ça, vanille comme chocolat ou café !

J'ai recommencé à faire tourner le même algorithme mais avec d'autres photos :


Elle est pas mal, celle-ci :


Et en pingouin ?


Bref, je suis donc du genre bâtard, et même un chouïa indéterminé, ce qui me plaît assez, je dois dire.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 7 janvier 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 7 janvier 2018 01:41
À : Dominique Lemaire
Objet : RE: Voeux de nouvel an

Cher Dominique,

J'aimerais bien mais, au moins en ce début d'année, n'y arrive guère.

Tous mes vœux à vous deux.

Bien amicalement,

PPF

______________________________________________________

De : Dominique Lemaire
Envoyé : samedi 6 janvier 2018 21:46
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Vœux de nouvel an

Cher Pierre-Paul,

bon anniversaire et bonne année, la première de ta retraite. Tous nos vœux, à toi, à Carole et à vos proches, avec une pensée particulière pour vos petits-enfants.
C'est le moment de te dire de prendre la vie du bon côté, c'est aussi ce que je me dis à moi-même !

Amitiés de nous deux.

(Fin de citation)