Généalogie et sagas familiales

Donc j'ai arrêté de tenir deux blogs, comme cela, un beau matin de mai dernier. Ou peut-être un soir. Et personne ne s'en est plaint, du moins à moi. De temps à autre, j'ai regardé si le message d'un tiers y avait été déposé, en attente de publication. Mais jamais rien.

Certes, je pourrais toujours les redémarrer si l'envie m'en prenait. Mais à quoi bon ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Depuis qu'elle est réapparue dans notre manoir favori, Carole a entrepris de tout briquer dans le bâtiment Nord, sans manquer de m'associer à l'effort autant que faire se peut, ce qui n'est pas le plus facile à obtenir.

Cette après-midi, c'était le tour de ma chambrette monacalo-monastique, autrement dit de mon dernier refuge dans ce monde de brutes. Les toiles d'araignée aux plafonds et les moutons dans les recoins ont prestement disparu, aspirés ou balayés. La couette a été changée. J'ai même aidé en classant les papiers de ma mère que j'entassais dans un coin.

(Les papiers, pas ma mère.)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Il y a 67 ans déjà que je suis né. Le 31 décembre 1951 à 12 h 30 précisément, à temps pour passer à table, ajoute ma mère, même si, pour des raisons administraaaâââtives déjà, je n'ai été déclaré que le lendemain. Il paraît que mon premier geste fut de pisser d'abondance sur le médecin-accoucheur. Donc déjà rebelle...

Voici qui ne nous rajeunit pas...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Carole m'a fêté mon anniversaire ce soir :

31 décembre 2018.

J'en ai profité pour accéder à la mémoire de son appareil photo de manière à m'envoyer une photo de mon second petit-fils. A quelques jours de son premier anniversaire, il m'a l'air très mignon :

22 décembre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 1 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Ma petite-fille vient de laisser, sur mon répondeur, un message très clair et très intelligible pour me souhaiter un bon anniversaire et une bonne année. Je l'en remercie beaucoup et lui fais de très gros baisers sans oublier son petit frère.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 1 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Journée à Alençon. J'ai demandé à une serveuse du restaurant du "Domitys" de nous prendre en photo. Elle n'a pas su appuyer sur le bouton...

Reçu un coup de fil très gentil de ma sœur.

Vu, grâce aux techniques modernes, mon second petit-fils sur le portable de Carole. Le bonhomme avait le regard chargé de sommeil ; il est comme son Bon-Papa, un trop-plein de festivités l'épuise vite.

P.S. (du 6 janvier 2019) : J'ai médit (une fois de plus, honte à moi !). La serveuse du "Domitys a su appuyer sur le bon bouton. Je viens même de retrouver deux photos dans un recoin de la mémoire de mon appareil :

1er janvier 2019.

1er janvier 2019.

J'évite de recourir aux somnifères pour ne pas m'habituer à cette drogue. De plus, le somnifère que j'utilise, le "Donormyl", est, je crois, assez bénin. Enfin, lorsque je me résous à en ingurgiter, je n'en absorbe jamais qu'un demi-comprimé au plus.

Comme cette histoire d'architecte entravait mon sommeil depuis plusieurs jours, j'ai avalé un demi-comprimé hier soir. Et grand bien m'en a pris. Au réveil ce matin, j'ai une idée lumineuse qui devrait, je pense, permettre de débloquer la situation. En fait, une idée de compromis.

Avant de la coucher sur le papier et de la proposer, il faut encore que je travaille au bilan de cette affaire. Pour le simple bon ordre de mes dossiers, puisque c'est ainsi que je procède toujours. Et puis je vais devoir participer à Paris à l'anniversaire de mon second petit-fils, ce qui va ralentir ma production.

Mais je devrais être prêt à présenter mon offre dans le courant de la semaine prochaine. A suivre donc.
lefigaro.fr
rédigé le samedi 5 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Japon: 2,7 millions d'euros pour un thon aux enchères.

N.D.L.R. : J'avais visité le marché de Tsukiji en compagnie d'un groupe d'agents de change et de banquiers français, dans le cadre de la "commission PEROUSE". Ce devait donc être en 1979 ou en 1980. Le spectacle était fascinant, même pour un non-expert en thons. Tout tenait à l'extrême souplesse des doigts des personnels commis aux cotations qui leur donnait un langage commun, très efficace mais incompréhensible aux yeux des tiers.