Généalogie et sagas familiales

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 10 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Enfin ma mère s'est déclarée satisfaite - et même très satisfaite - de son installation à Alençon !

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

Elle m'a servi un très bon thé qu'elle a préparé :

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

Elle a trouvé une place pour ses bibelots favoris...

10 octobre 2018.

... sans oublier mon bicorne :

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

10 octobre 2018.

Elle m'a également montré, avec attendrissement, des photos de mon second petit-fils que j'ai ainsi découvertes. Le bonhomme a l'air d'aussi bonne humeur que son cousin germain, mon premier petit-fils.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 14 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Carole m'appelle ce matin, de retour de son périple en Alsace avec toute une gent féminine, sur les traces guerrières de leur mari ou père, ce héros au sourire si doux. Elle me parle de mon aîné, juste rentré d'Indonésie, et de ses enfants, mignons tout plein ou, pour l'un, mignon mais turbulent (il s'agit ici du "déménageur").

Elle finit par me demander de mes nouvelles qui, comme l'on s'en doute, ne tournent jamais entre nous que sur l'état d'avancement du chantier. Je commence à évoquer mes difficultés avec l'architecte. Sans me laisser m'exprimer plus de quelques secondes, elle me coupe la parole pour me donner des leçons de maintien.

Aucune écoute. Même si j'en ai l'habitude depuis le temps, y compris sur des sujets sensiblement plus graves ou préoccupants, ras le bol. J'ai raccroché.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 16 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Je note avec amusement que je connais assez bien une nouvelle secrétaire d'Etat.

Il s'agit de la fille d'un de mes profs estimés à l'X que j'ai ensuite retrouvé souvent aux "petits-déjeuners polytechniciens" qu'il organisait alors que son propre parcours était devenu pour le moins sinueux.

J'ai rencontré cette personne à ses débuts à la Cour des Comptes puisqu'elle avait campé assez longtemps dans les locaux de la structure de défaisance que je présidais alors, et plus précisément face à mon bureau, comme si elle avait voulu que rien dans mes actes ou propos ne puisse lui échapper.

Le moins que je puisse dire est qu'elle me paraît connectée à de solides "réseaux" (ce qui n'est pas forcément un compliment de ma part). Pour le reste, elle me semblerait plutôt estimable mais pas franchement rigolote (ce qui, au demeurant, n'a jamais été dans ses attributions).

P.S. : Dans sa phase à droite, le prof en question avait inventé la "taxe conjoncturelle", autant dire une horreur également dénommée, en son honneur, la "stoléruine" (ou encore, pour d'autres raisons évidentes, la "serisette").

La propension à concevoir des monstres est-elle transmissible de père en fille ? Nous le saurons bientôt : la nouvellement promue est en effet en charge... d'écologie !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 16 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Autant le noter : mon aîné, interrogé hier soir, refuse catégoriquement de lever le petit doigt pour m'aider à résoudre mes problèmes de financement de notre chantier favori. Dans une ultime tentative, je souhaitais cette fois qu'il cautionne un crédit bancaire de 125 000 € en ma faveur. Du hors-bilan donc. Mais c'était encore trop attendre de lui.

Or, moins d'un an après m'avoir expliqué qu'il ne savait pas comment s'y prendre pour emprunter les 150 000 € auxquels je valorisais la nue-propriété du logis, il vient de signer, au titre de sa nouvelle résidence principale, un contrat près de quinze fois plus élevé et engage de surcroît un programme de travaux d'un montant à lui seul deux fois fois plus gros que ce que j'avais eu l'outrecuidance de lui réclamer.

Bien sûr, on ne sera pas surpris qu'un tel apôtre ne ferme pas, pour l'avenir, la porte d'une éventuelle coopération entre nous, si du moins j'arrive à me faire assez petit pour qu'il puisse m'imposer, par exemple, les fantaisies de son épouse. Il déclare toutefois qu'il n'y a rien à espérer de son côté pour résoudre mon problème, au moins pour les cinq ans qui viennent, priorité devant alors être donnée à ses propres dépenses.

Cette fois et sans attendre que je fête mes 72 ans si j'y arrive, on se le tiendra définitivement pour dit et on ne manquera pas d'en tirer toutes conséquences utiles dans l'intérêt du monument.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 1 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Je reçois tout à l'heure la visite de mon aîné et de sa petite famille, donc de mes "petits croutons". On s'est parlé au téléphone hier soir et mon aîné n'a pas pipé mot du testament. A sa place, j'aurais immédiatement volé dans les plumes du testateur. Et sans retenir les coups. Lui, rien de tout cela, des propos parfaitement calmes, comme si de rien n'était. Etonnant à quel point, par certains aspects, ce garçon ressemble à sa mère. On aura noté que je suis d'un bois tout différent. Souvent survolté certes, mais il me semble que c'est quand même moi qui fais tourner la machine.


Discutant hier soir avec un voisin que j'étais venu taxer en prévision de futurs combats anti-éoliens et qui a néanmoins eu la bonté de me faire cadeau d'un pot de miel et d'un jus de pomme de sa fabrication, tous deux excellents, je l'ai entendu me dire que Carole "passe très bien dans le pays" car "elle est lisse". Moi, d'aucuns connus de mon interlocuteur (il s'est bien gardé de m'en donner les noms mais je crois avoir quelques idées à ce sujet) me trouveraient "intolérant", semble-t-il. Comment diable une telle abomination serait-elle possible ? Je ne vois qu'une explication : "Arissou arissat, castagne lucente".

Que voulez-vous, ce n'est pas à mon âge (canonique) que je vais changer, je le crains pour vous (et pour moi aussi, un peu, parfois).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 1 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Notre manoir favori s'est mis en ordre de bataille pour résister à l'invasion des "petits croutons" :

- le bassin de la cour a été nettoyé, ce qui permettra de compter le nombre de cailloux que le "déménageur" y aura balancés en trois jours :

1er novembre 2018.

- la chambre de Carole a été transformée en dortoir pour la jeunesse :

1er novembre 2018.

- la rampe de l'escalier du bâtiment Nord a été caparaçonnée afin d'éviter que le "déménageur" n'ait l'idée de passer à travers :

1er novembre 2018.

- enfin, j'ai mis mes poussins de Bavent à l'abri des explorations du même artiste :

1er novembre 2018.

Le dernier week-end, mon aîné m'a fait observer qu'il serait grand temps que je rétablisse des toilettes au rez-de-chaussée du bâtiment Nord dont l'aménagement pourtant très provisoire de la cuisine lui semble très bienvenu, avec la marche bricolée par Christian mais qui aura permis à mon premier petit-fils de poursuivre aisément sa carrière prometteuse de déménageur.

Quant à Carole, elle a suggéré que, dans le futur petit cabinet de toilettes en question, j'installe la douche au fond de la pièce (là où j'avais prévu une cuvette de w.-c.) et la cuvette des w.-c. immédiatement à droite en entrant (c'est-à-dire là où j'avais fait les réservations pour une douche). En fait, cette permutation me semble pertinente car de nature à permettre des évolutions plus commodes dans la pièce. Et je butais sur la difficulté de conception des aménagements du mur du fond, sous le fenestrou ; là, on aurait même un granit sculpté à la Renaissance pour servir de tablette où poser les shampooings. Il faut cependant que je m'assure du caractère réalisable de ce plan en l'état des canalisations en attente pour le chauffage par le sol. Et bien sûr - air connu - que je trouve les choux.