Généalogie et sagas familiales

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 17 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
J'ai visité hier matin ma mère à Alençon :

16 août 2018.

16 août 2018.

Je l'ai emmenée déguster un café liégeois au bar de sa "résidence Domitys". C'était sa première sortie de son logement. J'ai été informé que, l'après-midi, elle a été raccompagnée au bar pour le goûter quotidien en groupe.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 26 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
1
En dépit d'un rhume carabiné, je me suis rendu, 48 heures après Carole, à Alençon pour inviter, à mon tour, ma mère à déjeuner, cette fois d'un couscous.

J'ai eu droit immédiatement et exclusivement à un tir nourri de récriminations à propos, notamment, de "l'endroit où elle consent à vivre".
Je cite dans l'ordre ce que j'ai retenu :
- elle vient de perdre une dent et il n'y a pas de dentiste ;
- elle n'a toujours pas de médecin ni de kiné à sa disposition donc est condamnée à se traîner, faute de "la rééducation qui lui est indispensable" ;
- le sol (des revêtements impeccables selon moi) est glissant dans sa chambre, dans son salon et dans son cabinet de toilettes, de sorte qu'elle risque à tout moment de se rompre le cou ;
- les infirmières sont incompétentes, mal coordonnées entre elles et ne lisent pas les ordonnances quand elles ne les refusent pas pour des motifs futiles ;
- on lui donne des médicaments à 9 h 30 le matin alors qu'ils doivent être pris "sans faute, tu m'entends, sans faute" en même temps que le petit-déjeuner qui est à 9 heures ;
- elle n'a plus la latitude d'avaler simultanément plusieurs sachets de poudre pour sa constipation ; or c'est elle qui est la mieux placée pour déterminer combien il lui en faut ;
- le somnifère n'est pas de la bonne marque ;
- un "clochard hirsute et sans blouse" a été préposé à sa toilette et elle exclut d'être touchée par un homme ;
- une femme de ménage est "abrutie avec des yeux divergents" et lui a détraqué la télévision (réparée depuis) ;
- une autre se repose sur le canapé (neuf à ma demande) au lieu de travailler ;
- on lui a volé un billet de 20 euros ;
- elle n'avait plus d'argent liquide avant la dernière visite de Carole donc ne pouvait plus s'approvisionner en "Hépar" qui lui est indispensable pour lutter contre la fameuse constipation (je lui en ai porté 24 bouteilles d'un litre ce matin, qui se sont ajoutées au stock, largement inentamé, constitué précédemment...) ;
- les visites que nous lui faisons sont trop rares (alors que, sauf erreur de ma part et pour ne parler que de la dernière semaine, elle aura reçu deux fois ma visite, deux fois celle, distincte, de Carole et une fois celle de chacun de mes neveux, accompagné de ses conjoint et enfants alors qu'ils vivent en région parisienne et sont venus spécialement pour elle) ;
- nous ne lui téléphonons pas assez souvent alors qu'elle se garde bien de nous appeler "pour ne pas nous déranger" (sic, c'est le refrain habituel) ; etc...

Bref, que du négatif ! Absolument rien d'autre ! Et tout cela débité d'une voix hargneuse et à un rythme staccato ininterrompu, comme si elle s'y était entraînée (ce qu'elle a dû faire sans aucun doute).
Passionnant, n'est-ce pas ?
Cette litanie s'est d'ailleurs terminée par une injure à mon encontre ("emmerdeur", si j'ai bien entendu) sans que je saisisse ce qui me l'a value (à part le sempiternel centrage sur le pipi-caca, normal paraît-il à cet âge). On comprendra que j'aie renoncé à passer quelques heures supplémentaires avec une telle génitrice aujourd'hui.

Donc, pour moi, 4 h 30 de perdues (avec le transport). (D'autant que le couscous de "L'Oriental" était médiocre.)
On ne m'y reprendra pas avant un moment.

Plus concrètement, si, comme il semble, rien dans un établissement non médicalisé n'est de nature à complaire à une si charmante personne, je ne vois pas comment lui éviter le transfert dès que possible dans un EHPAD. Celui de Caen m'était apparu le plus confortable pour elle. En tout cas, je n'en chercherai pas d'autre.

A donné !

P.S. : Téléphoné à Carole pour la dispenser formellement, en tant que de besoin, de me relayer auprès d'une belle-mère aussi désagréable et tyrannique.

Il paraît que c'est moi qui "dramatise tout, comme d'habitude, comme avec les enfants, comme avec tout le monde"...

Ben voyons !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 27 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 août 2018 18:00
À : JOSSE ANNIE
Cc : carolefourcade3@gmail.com; betty.toubert@gmail.com
Objet : RE: Hébergement à venir de Mme Simonne FOURCADE

Chère Madame,

Mme (...), de la résidence Domitys d'Alençon, cherche à entrer en contact avec moi pour savoir comment j'envisage la suite des opérations avec ma mère.

Je ne l'ai pas encore rappelée car je n'y vois pas clair moi-même.

Compte tenu des propos récurrents de ma mère (hier encore lors de ma visite) et de la grande insuffisance du suivi (kiné et médecin principalement) mis en place à ce jour à Alençon, je m'interroge en effet sur la possibilité de maintenir ma mère dans un établissement non médicalisé :
- le Domitys d'Alençon arrivera-t-il un jour à mettre en place le suivi demandé (et promis verbalement avant l'arrivée de ma mère) ?
- les "jardins de Diane" de Bagnoles y arriveraient-ils mieux ? En d'autres termes, la place de Bagnoles est-elle mieux desservie en médecins et kinés qu'Alençon ?
- ou bien, même, car je me pose aussi la question désormais, ma mère est-elle capable de se satisfaire un jour de ce que les uns et les autres tentent de mettre en place pour elle ?

A la fin d'une réunion très désagréable pour moi avec ma mère hier, je lui ai demandé de nous dire si (1) elle pense pouvoir se contenter d'un établissement non médicalisé ou si (2) elle serait prête à renoncer à un 2 pièces avec balcon (qu'elle apprécie, au revêtement de sol près...) et à vivre au milieu de personnes appelant des soins médicalisés. Elle n'a pas aimé que je lui pose cette question soulevée par son flot de récriminations ininterrompu et tous azimuts et ne m'a pas répondu utilement. Plus précisément, elle caresse l'idée d'un retour au "Parc", se basant pour ce faire sur les dernières paroles à son égard du médecin de votre établissement.

Mon épouse doit repasser la voir ce soir et j'espère que cela nous permettra d'être plus éclairés.

Nous avions, les uns et les autres, fait le pari qu'un établissement non médicalisé mais médicalisable lui offrirait le cadre le plus agréable. Mais si elle maintient son flot de critiques, j'en arrive à me dire qu'il faudra sans doute en rabattre sur le confort et le standing et passer dans l'univers des E.H.P.A.D. Auquel cas, la "Résidence Beaulieu" (Orpéa) de Caen serait pour nous le meilleur choix.

Bien cordialement,

PPF
__________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 26 août 2018 08:19
À : JOSSE ANNIE
Cc : carolefourcade3@gmail.com; betty.toubert@gmail.com
Objet : RE: Hébergement à venir de Mme Simonne FOURCADE

Chère Madame,

Merci beaucoup pour votre message et votre écoute.

Je ne vous cache pas que ma mère, au "Jardin des Lys" d'Alençon depuis deux semaines, se plaint beaucoup de l'absence totale à ce jour, malgré les assurances verbales reçues au départ, de kiné et de médecin (c'est ainsi ma sœur qui a dû renouveler, par courriel, son ordonnance arrivée à son terme) ainsi que de la mauvaise qualité, souvent, des personnes envoyées par Adhap pour l'assister.

Elle envisage même de solliciter sa réintégration au "Parc" de Bagnoles, en attendant qu'une place se libère aux "Jardins de Diane".

Nous suivons ses réactions avec attention et je me permettrai de vous recontacter si nécessaire.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 28 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
De retour de Paris hier soir, Carole a fait étape à Alençon. Elle ne m'a rien dit de l'état de ma mère qu'elle a pourtant dû voir pendant près de 4 heures.

P.S. : Ce matin, Carole m'explique souhaiter qu'à ce stade, nous déterminions si nous pouvons maintenir ma mère à Alençon ou si nous devons solliciter son retour au "Parc". Pour ce qui concerne la première branche de l'alternative, elle va s'investir dans la recherche de tous les professionnels d'Alençon dont ma mère a besoin. Je lui souhaite bien du courage. A Paris, ma sœur s'était chargée de toutes ces démarches et j'aurais espéré qu'à Alençon, "Domitys" les mène à bien, comme ils avaient dit en être capables.

Bref, je pense que le choix recommandé par Carole n'est pas le bon. Je devrais néanmoins contacter le "Jardin des Lys" pour savoir quel service ils sont réellement capables de délivrer. Je suis également chargé de m'assurer que le logement durable qu'ils attribueraient à ma mère au terme de son séjour temporaire serait assez grand, suffisamment bien exposé, à un étage autre que le rez-de-chaussée ou le 3ème paraît-il mal isolés thermiquement, etc...

Mais, préalablement, je vais m'entretenir avec l'assistante sociale du "Parc" pour essayer de savoir si la place médicale de Bagnoles n'est pas plus opérationnelle que celle d'Alençon.

P.S. 2 : Mme JOSSE nous encourage à trouver des solutions sur Alençon. Elle va elle-même contacter notre interlocutrice au "Jardin des Lys".
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 28 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Mon copain de promo à l'X et "ami Facebook" Jean LOUCHET, grand joueur et restaurateur de clavecins devant l'Eternel, a posté le problème suivant : "Une question pour les grands scientifiques. Si je supprime les pieds de mon clavecin (ça gêne pour passer l'aspirateur) et que je le suspends au plafond par 3 câbles, il va se balancer quand je joue. Combien faut-il de câbles pour qu'il ne se balance pas ?"

Pas facile. Michel BERA, mon copain de terminale et "ami Facebook" (par ailleurs ancien de la rue d'Ulm) a répondu :
(Début de citation)
Jean ton problème me fait penser aux points les plus éloignés les uns des autres sur une sphère. Je dirais 6 câbles dans une configuration qui part du centre de gravité de ton piano et va vers les 6 points d'une sphère qui contient le piano : 6 points d'intersection avec le clavecin où tu accroches les câbles.
-----

Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profilLocaliser les utilisateurs Nouveaux messages non lus

» Sauter vers le forum ...Forums > Géométrie > Discussion

Recherche avancée

Répartition de points sur une sphère

Envoyé par yersinia pestis

Forums Messages New

Discussion suivante Discussion précédente

yersinia pestis

Répartition de points sur une sphère
il y a douze années

Bonjour,

existe-t-il une méthode générale permettant de placer n points équidistants les uns des autres à la surface d'une sphère?

La seule solution que j'ai trouvée est "physique" :

- construire un polyèdre régulier ayant n sommets
- trouver son centre de gravité (G)
- centrer la sphère sur G
- tracer les droites joignant G aux sommets du polyèdre

les points d'intersection de ces droites avec la sphère sont (je pense... à démontrer?? (mais non, pas "que je pense" !!! )) équidistants les uns des autres.

Merci de votre aide.

Emmanuel

Répondre Citer

Utilisateur anonyme

Re: Répartition de points sur une sphère
il y a douze années

Dans le cas général, ça relève de la théorie du pointillisme mathématique, qui cherche à répondre la question suivante:

Comment répartir uniformément un nombre de points sur une surface?

Et dont l'idée est:

Considérer les points comme des particules en interaction. Car dans ce cas, les lois physique prtévoient que, lorsque le système parvient à l'équilibre, la configuration finale minimise l'énergie en répartissant les points le plus équitablement possible sur la surface. Justement le but cherché.

Pour une sphère:
2 points: aux antipodes
3 points: aux sommets d'un triangle équilatéral inscrit dans le sphère
4 points: aux sommets d'un tétraèdre régulier
8 points: le cube inscrit avec la reation d'une de ses base d'un angle 45°
...
Mais dans le cas général, n points, c'est un vrai casse-tête!

Pour plus d'infos: science&vie numéro 1054.

Cordialement
&"


(Fin de citation)

Je me suis permis de mettre mon grain de sel dans le débat : "Michel, ta réponse tient-elle compte de l'aide qu'apporte la gravité (plus le fait qu'on exclut, j'imagine, de soulever le clavecin pendant qu'on joue) ? Bref, sans lire ton laïus, j'aurais pensé que 4 suffisent."

Je viens d'avoir la satisfaction de découvrir le point de vue d'Alfred RAMANI, qui fut, "notre année" (1971), major à l'entrée de Normale Sup (ex-aequo avec Jean-Marc OURY, dont j'ai parlé par ailleurs). Voici en effet ce qu'il écrit : "Compte tenu de la gravité, trois cables obliques suffisent. Si la force exercée par celui qui joue reste modérée alors l'opposée de la résultante de la gravité plus une force modérée peut facilement rester dans la pyramide formée par les trois câbles s'ils sont bien choisis. Dans ce cas il n'y a qu'une seule solution pour la répartition des tractions des 3 câbles qui resteront toutes positives et les points fixes resteront fixes. Evidemment si on tape sur le clavecin comme un malade, ça peut le faire osciller, mais alors aucun câble ne résistera !"

J'ai désormais un peu de mal à m'accrocher devant de tels laïus, mais je comprends qu'Alfred va dans mon sens.

Pour fêter ça, je viens de lui proposer qu'on soit "amis Facebook".

P.S. : Jean LOUCHET vient d'en rajouter une couche :" "pour qu'il ne se balance pas". Avec 3 câbles "bien conditionnés" il lui reste 3 degrés de liberté donc il peut osciller. Même le toucher le plus doux, s'il est à une fréquence propre... et puis c'est 6, ça me semble tellement évident! Outre le comptage des degrés de liberté, ça se sent dans les mains!"

C'est l'accident du pont d'Angers. Comme quoi, mon intuition de 4 n'a peut-être pas encore perdu la partie.

P.S. 2 (du 31 août 2018) : Alfred RAMANI vient de conclure cet intéressant débat en me donnant raison dans les termes suivants : " Jean je me suis effectivement trompé, 3 ne suffisent pas. Mais la réponse n'est pas 6 mais 4. Mais d'une seule façon : si on fixe 4 points sur le clavecin en forme de tétraèdre régulier EXACT et qu'on fixe LES 4 CORDES également en tétraèdre régulier EXACT il n'y a aucune possibilité d'oscillation: dans 4 sphères de même rayon centrées sur un tétraèdre régulier s'inscrit un seul tétraèdre régulier de taille minimale. Il faut bien sûr que les cordes soient de rigidité infinie, mais les forces peuvent rester finies. De toutes façons même avec 6 cordes si leur rigidité n'est pas infinie, cela oscille. Quand au nombre d'équations, cela signifie que SI ON LINEARISE les équations, on va trouver deux modes de fréquence nulle, le système d'équations linéaires aura deux solutions constantes indépendantes, avec deux coefficients libres. Mais tous les termes quadratiques seront positifs, car on a seulement des minimaux, pas de "points de selle". Donc aux ordres supérieurs la seule solution correspond à zéro déplacement même dans ces modes-là. Pas d'oscillations d'amplitude aussi petite soit-elle, malgré les deux modes de fréquence zéro. Mais il faut des tétraèdres réguliers parfaits (et des cordes inextensibles, mais ça , c'est vrai dans tous les cas)."

Je n'y comprends rien, si ce n'est que j'ai quand même de beaux restes, même si Alfred n'a toujours pas accepté mon invitation. Il est vrai qu'à Louis-le-Grand, nous n'avons jamais été dans les mêmes classes mais dans des filières parallèles.

P.S. 3 (du 2 septembre 2018) : La conclusion de cette affaire vient d'être tirée par Alfred RAMANI : "On peut avoir un cable au sol et trois en triangle equilateral au plafond, mais on peut aussi en avoir un au plafond et trois au sol, ou deux au plafond et deux au sol, du moment que cela forme un tétraèdre régulier. En tous cas l'intuition de Pierre-Paul Fourcade était correcte !"
CQFD
Cher camarade

Je te propose de lire les œuvres du docteur Elizabeth Kübler-Ross (décédée en 2004) qui a été psychologue et spécialiste du comportement. C’est elle qui a présenté les étapes, ou phases du deuil (Déni, Colère, Marchandage, Dépression, Acceptation).

Etape 3 – La colère et le marchandage : C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. c'est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure "magico-religieuse". On promet à une "entitée invisible" de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon la maturité affective de la personne. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut
s’emporter par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu'elle ne comprend pas elle- même. En fait, la personne est confrontée à l'impossibilité d'un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions : reproches, remords, ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression. Exemple : « C’est de leurs fautes, ils n’ont jamais rien fait pour moi ».

La colère n'est qu'une étape puis va venir l'acceptation de la nouvelle situation .

J'espère que ces éléments pourront comprendre les difficultés auxquelles tu as été confrontées .

Bien amicalement

N.D.L.R. : Cher camarade,

Merci pour ces réflexions et perspectives.

Je n'ai jamais été très doué pour l'introspection et la psychologie. Ma mère est traitée depuis longtemps pour son caractère bipolaire et il est loin d'être exclus que d'aucuns m'appliqueraient volontiers un diagnostic comparable.

Le plus grand choc que je pense avoir vécu du genre qu'analysa ce docteur Elizabeth Kübler-Ross a concerné ma mise au placard en 1998. On en trouvera la relation sur ce site. Il est possible qu'à ce sujet, j'aie fini par arriver à un stade proche de l'"Acceptation". Je retire néanmoins de ces épisodes une répulsion que je crois définitive pour certains comportements, hélas fréquents, dans la gestion de la "chose publique".

Quant à ma mère, le problème est plus ancien et récurrent, sans doute plus profond. Je lis en ce moment un bouquin sur l'humour juif ("Dictionnaire amoureux de l'Humour juif" par Adam BIRO, chez Plon) et il y est beaucoup question de "mamans juives" ; je retrouve là beaucoup de traits du caractère de ma mère et des sentiments de révolte ou d'abattement qu'ils ont parfois induits chez moi.

Au-delà de nos cas particuliers, je suis frappé, comme je l'ai écrit récemment, par l'importance des investissements de la "silver economy" pour un retour sur lequel j'avoue m'interroger souvent. Ces questions-ci sont particulièrement délicates, au point que je voie là la raison principale des comportements de fuite que choisit la société quand elle a à les affronter.

Je pense qu'il faudrait beaucoup de sagesse romaine partagée en la matière. J'espère que, lorsque mon tour sera venu de me détacher de ce monde, je ne me contenterai pas de paroles et saurai en faire preuve sans jouer indéfiniment les prolongations. Je l'ai dit à mon aîné.

Bien amicalement,

PPF
Journal du Dimanche
rédigé le mercredi 29 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Comment remplacer Nicolas HULOT au gouvernement ?

N.D.L.R. : Rigolo de lire le nom de Michèle PAPPALARDO parmi les "papabile" : dans une vie antérieure, elle candidata pour être mon adjointe ; j'étais alors le chef du "bureau du mouvement des fonds" - le plus noble - de la direction du Trésor ; un grand chef de ce bureau, je le pense, puisque les innovations que j'ai alors introduites (notamment la mise en adjudication des emprunts d'Etat) ont permis de faire exploser la dette publique (tu parles d'une performance).

J'exagère un peu : un tel chef de bureau a un rôle de proposition puis d'orchestration, pas de décision. Mais j'avais quand même été placé à ce poste central en raison de la technicité et de l'inventivité qu'on me reconnaissait et je n'y ai nullement démérité. On = Daniel LEBEGUE, un individu dont j'ai expérimenté ensuite toute l'imposture.
Mon camarade de promotion de London Business School Kyle FAIRCHILD (ancien de la NASA) m'a transmis un courriel de notre autre camarade de promotion Nancy GILLE (qui travaille dans l'immobilier à San Francisco). Comme demandé par Nancy, j'ai fait part de mon avis :

(Début de citation)


De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 30 août 2018 08:14
À : Kyle Fairchild
Objet : RE: Nancy Gille talking about (San Francisco) Legacy Bars & Restaurants on "Quick Bites"

Poor people obliged to consider as antiques things (craps) that are no more than 100 years old...

Cheers

PPF
_________________________________________________

De : Kyle Fairchild <kyle@fairchildinnovation.com>
Envoyé : jeudi 30 août 2018 04:19
Objet : Fwd: Nancy Gille talking about (San Francisco) Legacy Bars & Restaurants on "Quick Bites"


---------- Forwarded message ---------
From: Nancy Gille <ngille@msn.com>
Date: Tue, 28 Aug 2018 at 14:14
Subject: Nancy Gille talking about (San Francisco) Legacy Bars & Restaurants on "Quick Bites"
To: Kyle Fairchild <kylefairchild@gmail.com>

Hi Kyle,
Please forward this to our Sloan 2002 cohort. My hope is to get this video viewed by a diverse, globe-spanning audience...and perhaps inspire some to plan a future visit to San Francisco?
Thank you!
Nancy

Produced by:
Andy Kawanami
Media Production | SFGovTV, cable channel 26 & 78
Department of Technology | City and County of San Francisco
(M) 415.828.1124 | andy.kawanami@sfgov.org
@sfgovtv | YouTube | Facebook | SFGovTV.org

(Fin de citation)

Des trucs comme ça me rendraient hulotiste...
Ou plutôt, je pense que ce ministricule aurait mieux fait de se battre dans ce pays de sauvages, de l'autre côté de l'Atlantique, notamment au bord du Pacifique où des excités de tous acabits n'arrêtent pas de lancer des modes ridicules au détriment de la planète. Et on a la connerie de les suivre...