Généalogie et sagas familiales

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 1 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Je devais signer ce matin un état des lieux à la sortie de locataires de ma maisonnette de Pontorson puis, dans la foulée, l'état des lieux à l'entrée de la suivante. J'en ai profité pour pousser jusqu'à "chez CHISTREL" où j'ai fait provision d'huîtres "spéciales n°1".

A l'heure du goûter, j'ai donc pu proposer à ma mère de reprendre des forces avec un douzaine d'entre elles :

1er août 2018.


Plus sérieusement, j'ai rencontré cette après-midi l'assistante sociale du "Parc" et nous avons préparé l'installation de ma mère, à compter du 13 août prochain, à la résidence "Domitys" d'Alençon.

En pratique, ma sœur se charge de la partie médicale des formalités à accomplir et moi, en parfaite intelligence avec elle, de ce que l'on peut appeler la "partie confort". Notre mère devrait ainsi disposer d'un T2 avec balcon donnant sur le jardin, plus d'une "aide à la personne" sur mesure et de séances de kiné en sus du programme de tout un chacun.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 2 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Il est clair que cette jeune LOUKOUM ne me laisse pas indifférent.

Renseignement pris, le "Jardin des Lys" accepte que ses résidents aient un animal de compagnie. Ce dernier serait même admis partout, sauf au restaurant.

Il va falloir que j'étudie ce dossier.

P.S. : Outch, pas données ces p'tites bêtes-là !
1
Aux dernières nouvelles, c'est moi qui vais devoir procéder au licenciement des employées de ma mère. Donc, vraisemblablement, faire un aller-retour à Paris. Je m'en serais bien passé, d'autant que je n'ai guère d'infos sur ces personnes, si ce n'est qu'elles semblent coriaces et très au fait de leurs droits alors que mes souvenirs de législation du travail sont lointains.

Je vais commencer par me faire signer un pouvoir "ad-hoc"par ma mère.
Ensuite mener ma petite enquête via internet.
Il me semble que l'état de ma mère devrait être une cause suffisante pour motiver la fin de ces contrats.
Mais quelle est la procédure à suivre ?

Si je comprends bien, on serait dans le cadre du licenciement économique pour suppression de poste.
La procédure à suivre dans le cas d'espèce m'a l'air assez gratinée.
Je vais tâcher de ne pas louper de maille du tricot.

P.S. (du 3 août 2018) : Finalement, ma sœur de l'employée d'une association parisienne. Et Carole de la femme de ménage (qui est aussi sa femme de ménage à Paris).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 4 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Il y a deux ou trois semaines, ma mère avait souhaité que je lui apporte "Le Petit Prince". Depuis lors, elle a bien dû le relire trois nouvelles fois, au point d'en connaître des passages entiers par cœur.
Comme moi, avec "Dans la grande forêt, un petit éléphant est né. Sa maman l'aime beaucoup. Il s'appelle Babar".

Dernièrement, elle m'a réclamé une anthologie de la poésie française.

Je lui ai apporté celle éditée par la "Sélection du Reader's Digest" que j'ai trouvée sur les rayonnages de ma chambrette monacalo-monastique, plus, pour faire bonne mesure, l'anthologie que vient de publier Françoise CHANDERNAGOR, "Quand les femmes parlent d'amour" (vaste programme).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 8 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Le "Rallye Bellefontaine" regroupe un certain nombre d'amateurs de vieilles pierres du secteur, souvent membres de "vieilles familles" en l’occurrence.

Mon rôle est très marginal dans ce groupe, notamment parce que les projets de réforme que j'y ai proposés l'an dernier à "la présidente" ont été rejetés avec une belle unanimité par son fan club à elle (je voulais que tout cela ait un air un peu moins "Arsenic et vieilles dentelles", si je puis dire - et on voit bien que je vais encore me faire des copains -).

Le fait est qu'hier, plusieurs membres de ce groupe m'ont interrogé, non sans un certain effroi dans le regard - du moins m'a-t-il semblé -, sur l'état du chantier de notre manoir favori.

Le dingo de service (où l'on voit que je suis sans grande illusion sur le jugement de ces personnes) s'est borné à les inviter à passer une tête quand ils voudront, pour se rendre compte par eux-mêmes.

Mais j'y repense, c'est quand même pas complètement faux que ça décoiffe un peu par ici.
(Juste un peu.)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 10 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Fac - Anecdotes
0
Carole et moi accompagnerons lundi après-midi ma mère au "Jardin des Lys" à Alençon. Il est entendu que son "séjour temporaire", qui débutera ce jour-là, durera un mois puis sera, sauf incident, transformé en "séjour durable" en attendant qu'une place se libère aux "Jardins de Diane" de Bagnoles.

Au-delà des prestations couvertes par le contrat-type de "Domitys", y compris 4 des 5 "packs services" qu'ils proposent pour "encore plus de confort à la carte" (c'est-à-dire tous sauf leur "pack Evasion"), il y aura lieu de prévoir, dans le cas de ma mère, l'assistance d'une "aide à la vie quotidienne" deux fois par jour, l'intervention d'une infirmière une fois par jour, des séances de kiné aussi souvent que possible et un suivi médical aussi souvent que l'état de ma mère le rendra utile ou même qu'elle le souhaitera.

A Alençon, je pense visiter ma mère deux fois par semaine alors que, depuis le début de juillet, je me suis rendu au "Parc" de Bagnoles tous les jours sans exception. Ma mère m'a proposé de coucher, lorsque je viendrai la voir à Alençon, dans la deuxième pièce de son futur logement mais je ne pense pas donner suite à cette idée. Une consultation d'internet m'a en effet montré qu'en matière universitaire, je ne trouverais guère dans cette capitale que des cours de droit susceptibles de m’intéresser suffisamment pour me retenir deux jours d'affilée. Mais je n'ai aucune envie de retrouver au campus de Damigny le maître de conf de droit administratif, aussi barbichu que sectaire, qui m'avait fait fuir de Caen.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 14 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Installée depuis hier après-midi à la résidence "Domitys" d'Alençon, ma mère se plaignait ce matin de la qualité de sa literie qui l'aurait empêchée de fermer l’œil et du fait qu'on ne lui aurait pas fait ingurgiter sans délai toutes les pilules auxquelles elle est habituée, elle qui refuse les génériques : "business as usual". Carole et moi avions pourtant trouvé l'accueil parfait, tout le monde était sur le pont pour elle, notamment la directrice, la responsable des assistantes de vie, l'infirmière, la pharmacienne, etc ; un kiné avait déjà été mis en alerte.

Ce matin, peu après que j'ai ainsi joint ma mère pour recueillir ces doléances, mon correspondant dans cette résidence m'a téléphoné pour me tenir au courant d'autres demandes du même type de sa nouvelle pensionnaire. Je lui ai répondu que nous lui faisions pleinement confiance pour régler ce genre de questions sans nous en référer. Dois-je préciser qu'il m'en a remercié ?

Ce matin également, j'ai visité deux autres résidences du même type aux environs de Laval qui m'économiseraient 30 minutes de route chaque fois et qui, surtout, offriraient à ma sœur un accès direct en train depuis Paris. Il s'agit de la "Domitys" de Louverné et des "Girandières" de Saint Berthevin. Elles ne m'ont pas paru justifier la peine pour ma mère d'un nouveau déménagement.

Avec un peu de chance, peut-être vais-je pouvoir souffler un peu de ce côté-là.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 15 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
La famille de mon aîné est arrivée hier soir.
Depuis leur dernière visite, mon premier petit-fils a bien changé ; il court désormais partout et promet d'être un sacré balèze ; pour le reste, toujours aussi rigolard et explorateur ; je suis prévenu que je devrais vite ranger mes bibelots, notamment les volatiles de faïence qui sont à sa portée dans l'entrée.
Ma petite-fille s'est brûlé la main en aidant Carole à préparer du pain perdu ; son père, pas peu fier, m'a fait remarquer la précision de son vocabulaire ; c'est en effet étonnant, une vraie "petite normalienne".

Quant au cadet, aucune nouvelle, du moins pour ce qui me concerne.
Si, j'exagère. Il m'a téléphoné il y a une semaine environ pour me demander s'il pourrait installer sa famille recomposée dans l'appartement de ma mère et, tant qu'on y est, y joindre l'étage du logement de Carole.
Comme il est doux de constater que son père conserve à ses yeux, à défaut d'autre chose, une certaine utilité.
Et, j'oubliais, vive le téléphone, c'est si pratique pour traiter ce genre de questions comme il convient !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 15 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
1
Aux dernières nouvelles, ma mère ne sort toujours pas de son logement, ne se mêlant donc en rien aux autres pensionnaires. Elle se plaint de n'avoir pas de kiné.

Carole est partie la voir. J'irai demain.