Florilège de portes

Visite, cette après-midi, du château d'Ecouen, sous la conduite de Thierry CREPIN-LEBLOND, conservateur général du patrimoine et directeur du musée national de la Renaissance :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Un pavage qui doit dater du XIXè siècle :

27 février 2020.

Petit rappel historique :

27 février 2020.

Une porte intéressante :

27 février 2020.

Des plafonds hélas décapés au XIXè siècle :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Notre hôte :

27 février 2020.

Un morceau d'épi de faîtage :

27 février 2020.

27 février 2020.

Un pavage dont on ne sait s'il a correspondu à la vérité :

27 février 2020.

Des idées pour notre manoir favori :

27 février 2020.

27 février 2020.

Des descentes de gouttières d'époque :

27 février 2020.

Traversée de la cour pour se rendre dans les appartements royaux :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

Cuir de Cordoue (pour décorer les murs l'été, à la place des tapisseries) :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

On affichait une belle santé en ce temps-là :

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.

27 février 2020.


Cette visite avait été organisée par "Patrimoine-Environnement", association dont je ne suis pas membre mais qui m'envoie régulièrement des courriels.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : mercredi 12 août 2020 08:58
À : (...)architecte@gmail.com
Cc : C. F. ; T. F. ; A.-V. F.
Objet : Chaslerie - APS - 2ème projet

Madame,

J'aurais besoin que vous présentiez les plans différemment :

- en pages 1 et 2, ne fournir que les plans de l'aile Ouest mais les fournir sur toute la longueur de la page,
- en page 2, fournir les plans des étages en indiquant le Nord à gauche (pour m'éviter des torticolis),
- partout, indiquer un minimum de cotes et préciser l'échelle.

Il y a des petites erreurs sur l'avant-cour :

- disposition du passage vers la terrasse,
- murets à l'entrée de la chapelle,
- disposition de la future chaufferie (les cloisons).

A ce stade de ma lecture des documents fournis :

- j'aimerais y voir plus clair sur l'emplacement de l'ascenseur : machinerie, portes (notamment au niveau de mon bureau),
- je me demande ce que devient l'ancienne porte d'accès à la "chambre des tourtereaux : n'y aurait-il pas lieu de la supprimer et de reconstituer là les trous de colombes effacés lors des travaux stupides des années 1950 ?

Je joins à cet envoi des photos : une porte vue dans le Nord Cotentin (à comparer à des portes du manoir du Bas au Teilleul, manoir-frère de la Chaslerie)...

... et des matériaux achetés à la Julinière, notamment :

- cheminée avec sa niche latérale, à réimplanter à la place de celle de Mebzon, qui était saugrenue et anachronique ici :


- escalier droit de bois (à réimplanter vers la "chambre des tourtereaux") :


- évier (pour la pièce au RC de la tour Nord-Est du logis où il y en avait un du même type autrefois - supprimé lors du percement de la fenêtre Nord ; on voit encore la sortie à l'extérieur) :


Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 10 Janvier 2021
Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Une porte du 17 ème à Cahors, Lot :


N.D.L.R. : Ça, c'est du boulot. Autre chose que la porte imbécile que la conservation régionale du patrimoine se satisferait ô combien de m'imposer à la Chaslerie.

Cette autre, également belle mais taguée par des crétins, est aussi à Cahors :

Dans le numéro de mai 2021 de la revue des V.M.F., consacré aux Bouches-du-Rhône, je remarque cette porte de l'hôtel de la Lauzière à Arles :

Hôtel de la Lauzière à Arles.


Voici une menuiserie qui me semble, tant dans sa découpe (du moins de sa partie basse, indépendamment de la question de l'imposte) que dans son style, compatible avec ce que nous recherchons pour l'entrée du logis de la Chaslerie, voire pour les portes extérieures de la tour Louis XIII.
Au château d'Ainay-le-Vieil...

Le château d'Ainay-le-Vieil.

... je remarque cette imposte à balustres qui me plaît beaucoup :

Ainay-le-Vieil.


Je pense évidemment à l'imposte de la porte principale du logis favori, en espérant que, le monopole que l'on sait étant ce qu'il est, je n'attendrai pas indéfiniment des plans qui me conviennent.

Je rappelle à ce propos que, pour ce qui concerne les menuiseries extérieures, le contrat de maîtrise d’œuvre est signé depuis belle lurette, de sorte que, au moins de mon point de vue, rien ne se serait opposé à ce que l'architecte du patrimoine se fût, sur ce sujet comme sur divers autres signalés comme urgents, mise au travail.
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Lundi 5 Juillet 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Florilèges
0
Mauriac (15)
Portail de l'école Notre-Dame, rue Guillaume Duprat.
Fondé en 1652, l'ancien couvent a traversé les siècles, rencontré maints déboires, mais se dresse fièrement encore aujourd’hui.
Niché dans la partie la plus ancienne de la cité, proche du lycée Marmontel, fondé par les pères Jésuites en 1564. Plus tard, à la moitié du XVIIIème siècle, viendra se rajouter l'hôtel d'Orcet, actuellement sous-préfecture.
Extérieurement, le bâtiment se veut d'une parfaite sobriété. Ses murs gris et austères ne présentent aucune originalité si ce n'est son portail clouté surmonté d'un écusson toujours visible, daté de 1678.

Portail à Mauriac.


N.D.L.R. : A prendre en compte quand le dossier de la porte principale du logis sera rouvert..
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 7 Juillet 2021
Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
• Portail à 2000 clous de la cour d’honneur du château de Virieu (Isère).
• 11ème siècle : édification du château par Wilfrid de Virieu. Le château passe à la famille de Clermont en 1220.
• 1573 : Antoine de Clermont vend le château et ses terres à Artus Prunier de Saint André, premier Président au Parlement de Grenoble en 1603 et Lieutenant Général du Dauphiné. Il amorce la première révolution architecturale et il perce la grande muraille du chemin de ronde d'un large portail hérissé de deux mille clous pointés en avant, toujours visibles.
• 1874 : le dernier descendant des Prunier de Saint André revend le château à Alphonse de Virieu, le faisant rentrer dans sa famille d'origine. Le château reste inhabité pendant 50 ans.
• 1924-1928 que François-Henri de Virieu restaure le château avec l'architecte Sainte-Marie-Perrin. La marquise de Virieu, veuve à seulement 47 ans se consacre corps et âme au château et recrée fidèlement les jardins à la française conçus plusieurs siècles auparavant. L'aîné de ses héritiers, le journaliste François-Henri de Virieu, créateur de l'Heure de Vérité dans les années 80, aujourd'hui disparu, a transmis le flambeau à ses enfants, qui épaulés par les oncles, s'efforce de poursuivre l'oeuvre de la marquise. Le château est actuellement habité par les descendants.

Photo Elizabeth Evelyne Clerc.


N.D.L.R. : Porte contemporaine de la Chaslerie.

Je n'en demande pas autant pour le manoir favori.
Même si ça me plairait beaucoup...
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 9 Juillet 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Porte du XVIIème siècle à Cahors :


N.D.L.R. : Belle mais ces genres de clous me paraitraient "too much" ici.

Retenons que la structure du battant de cette porte pourrait utilement, à mon sens, guider la restauration des portes de la tour Louis XIII.
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Dimanche 15 Aout 2021
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administration - Menuiserie - Logis - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Portes/portails
La Rochelle (Charente-Maritime)
Portail de l’Hôtel de l'Intendance, XVIIIe siècle (rue Pernelle) :


N.D.L.R. : Magnifique à La Rochelle, absolument pas approprié au manoir favori (quoi que certains aient eu le front de prétendre).
Le manoir de la Guyonnière est une demeure à caractère défensif du xviie siècle inscrite aux Monuments historiques, situé sur la commune de Tinchebray-Bocage dans le département de l'Orne en en limite du département de la Manche.
Le manoir de la Guyonnière est un haut lieu de la chouannerie normande.
Entre 1793 et le Consulat, le bocage, contrairement au reste de la Normandie qui reste calme, est le théâtre d'une guérilla sporadique, difficile à réprimer et toujours impitoyable qui s'identifie aux autres résistances au régime révolutionnaire, de la Vendée, de l'Anjou, du Maine et de la Bretagne.
Elle reçoit l'appui et la complicité d'une large partie des populations rurales.
Quant au danger politique qu'elle présentait, il fallut en finir avec l'assassinat de son chef Louis de Frotté.
À Saint-Jean-des-Bois, Michelot Moulin (Michel Moulin), fils d'un taillandier aisé est à l'origine de la chouannerie normande.
Réquisitionné pour rejoindre les forces républicaines, par ruse il obtient des armes, déserte et entre dans la clandestinité avec ses compagnons, formant les premières bandes de réfractaires, organisant des compagnies, creusant des souterrains, désarmant les patriotes de Landisacq, Chanu et Saint-Cornier-des-Landes.
Quand Louis de Frotté est obligé d'abandonner le château de Flers, il établit son quartier général dans la forêt de Saint-Jean-des-Bois au manoir de la Guyonnière en lisière de la forêt.
Michelot Moulin y trouve refuge pendant plusieurs mois lorsqu'il est blessé
Le manoir est inscrit au titre des monuments historiques en 1979
C'est une demeure en granite carrée et trapue, à caractère défensif.
Des bouches à feu sont encore visibles dans les contre-marches de l'escalier.
À l'intérieur, un escalier droit en granite taillé avec un mur d'échiffre occupe le centre de la maison.
De part et d'autre se répartissent à chaque niveau de grandes pièces.
Toutes les menuiseries des portes sont d'époque :


N.D.L.R. : J'irai revoir ces portes, ces sablières et ces lucarnes...
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 19 Aout 2022
Florilèges - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Vie du site
0
Portes
Ussel (Corrèze - 19)
Maison ducale des Ventadour, demeure Renaissance construite fin XVIe.
Les Ventadour étaient une famille importante du Limousin, depuis le Moyen Age.
"La vicomté de Ventadour s'est formée seulement vers 1040, par un partage de la vicomté de Comborn, au profit d'Ebles Ier, fils d'Archambaud II (ou III) de Comborn. La nouvelle vicomté de Ventadour correspondait à la moitié orientale de la vicomté de Comborn.
Bernard II (1329-1389) fut créé 1er comte de Ventadour en 1350.
Ventadour fut érigé en duché-pairie en 1589 au profit de Gilbert III de Lévis (1547-1591), gouverneur du Limousin." (Wikipédia)


N.D.L.R. : Contemporaine de la Chaslerie.