Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie

Château de Cricqueville en Auge (14) , cet après-midi.
Ce château a été construit au XVIe siècle.


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie et comportant des similitudes importantes comme les parements à damiers.

Il faudra qu'un jour j'aille le voir de près.
Hermann Historica International Auctions (via "Facebook")
rédigé le Vendredi 21 Mai 2021
Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
During the Renaissance, this sheer luxury was reserved for the few. 💎
This set of French cutlery (circa 1600) comprises a knife and a fork, their high-quality, engraved handles wrought with craftsmanship of the highest order. Absolutely breath-taking! 🍴
👉 lot 1221
📅 auction: 27.05.2021
https://www.hermann-historica.de/en/auctions/lot/id/270121


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Secrets d'Histoire - Stéphane Bern - France Télévision (via "Facebook")
rédigé le Samedi 19 Juin 2021
Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles - Florilèges
0
MARIE STUART : UNE MAUVAISE DÉCAPITATION :
En octobre 1586, Marie Stuart est jugée coupable d'avoir voulu assassiner sa cousine : la Reine d'Angleterre, Elizabeth 1re. Sa mise à mort par décapitation a lieu le 8 février 1587 au château de Fotheringhay, devant trois cents personnes sur la demande de Marie d'avoir une exécution publique. Marie Stuart s'attendait à être décapitée par un glaive, or le jour de son exécution, grande stupeur, il s'agit d'une hache de bucheron à peine aiguisée. Le moment fatidique arrive et le bourreau abat sa hache à trois reprises, car les deux premiers coups ne parviennent pas à achever Marie. Le premier coup réalisé par le bourreau ne fait qu'une grande blessure. Dans la salle tout le monde est terrifié, a t'elle pu ressentir ce premier coup? Le deuxième coup lui ne parvient toujours pas à décapiter l'ancienne reine. C'est seulement au bout du troisième coup que le bourreau y parvient. Une exécution barbare qui suscite horreur pour cette reine dont le destin reste et restera tragique :

Marie STUART.


N.D.L.R. : Contemporaine de la Chaslerie.
L’HÔPITAL SAINT LOUIS

Installé au cœur de la Capitale depuis le début du XVII ème siècle.
Il a été très longtemps une dépendance de L’hôpital Dieu seule maison de santé de Paris pendant près de 10 siècles.
Ces bâtiments sont classés ou inscrits aux monuments historiques.

Les “ empestés “ aux origines de l’Hôpital Saint Louis .

C’est en 1606 que l’idée de construire un hospice est introduite pour les médecins et administrateurs de l’Hotel Dieu .
Quelques années plus tôt, le retour de la peste avait été à l’origine de presque 68000 décès à Paris.
Le Roi Henri IV prenait alors conscience qu’il ne pouvait dans un contexte d’épidémies répétitives s’occuper de tous les malades et endiguer la propagation de la peste (à l’époque toutes maladies épidémiques étaient considérées comme telles) dans un hôpital situé au beau milieu des habitations
Comment gérer,isoler, et traiter ces malades les “empestés “ comme on les appelait alors qui sont bien souvent extrêmement contagieux ?
En créant un lieu dédié et les accueillir en dehors de la ville mais suffisamment proche pour que les médecins puissent y accéder plus facilement.
Une vaste maison est construite entre la Porte du Temple et les hauteurs de Belleville.
Le lieu est nommé en l’honneur du Roi Louis IX, lui-même mort d’une maladie épidémique à Tunis en 1270.
L’établissement, dédié à n’être ouvert que pendant les périodes de grandes épidémies, ressemble à une grande forteresse pourvue d’une enceinte de protection et d’une vaste place centrale carrée.
En 1773, l’incendie de l’hôtel Dieu conduit l’ouverture permanente de Saint Louis, mais ce n’est qu’en 1801 qu’il obtiendra son indépendance et deviendra un établissement à part entière, doté de ses propres médecins.
Il conservera son architecture initiale jusqu’à la création du nouvel Hôpital dans les années 1980.
Quatre siècles plus tard nous pouvons donc toujours découvrir les bâtiments (presque) tels qu’ils existaient sous Henri IV.

CHAPELLE DE L'HÔPITAL SAINT LOUIS

Le 13 Juillet 1607 le Roi Henry IV posa la première pierre marquant le début des travaux de l’hôpital le Gros œuvre de La Chapelle fut achevée à la fin de l’année 1608 :

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.

Hôpital Saint-Louis à Paris.


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.

Ma sœur y arrive à l'âge de la retraite ces jours-ci. Mon beau-frère y travaillera encore pendant trois ans.
Notre Belle France, son patrimoine au fil des thèmes (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 7 Juillet 2021
Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie - Florilège de portes - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
• Portail à 2000 clous de la cour d’honneur du château de Virieu (Isère).
• 11ème siècle : édification du château par Wilfrid de Virieu. Le château passe à la famille de Clermont en 1220.
• 1573 : Antoine de Clermont vend le château et ses terres à Artus Prunier de Saint André, premier Président au Parlement de Grenoble en 1603 et Lieutenant Général du Dauphiné. Il amorce la première révolution architecturale et il perce la grande muraille du chemin de ronde d'un large portail hérissé de deux mille clous pointés en avant, toujours visibles.
• 1874 : le dernier descendant des Prunier de Saint André revend le château à Alphonse de Virieu, le faisant rentrer dans sa famille d'origine. Le château reste inhabité pendant 50 ans.
• 1924-1928 que François-Henri de Virieu restaure le château avec l'architecte Sainte-Marie-Perrin. La marquise de Virieu, veuve à seulement 47 ans se consacre corps et âme au château et recrée fidèlement les jardins à la française conçus plusieurs siècles auparavant. L'aîné de ses héritiers, le journaliste François-Henri de Virieu, créateur de l'Heure de Vérité dans les années 80, aujourd'hui disparu, a transmis le flambeau à ses enfants, qui épaulés par les oncles, s'efforce de poursuivre l'oeuvre de la marquise. Le château est actuellement habité par les descendants.

Photo Elizabeth Evelyne Clerc.


N.D.L.R. : Porte contemporaine de la Chaslerie.

Je n'en demande pas autant pour le manoir favori.
Même si ça me plairait beaucoup...
Les démons de Neper
Publié le 14 octobre 2021

John Napier (dont le nom se francise en Neper) est un théologien et mathématicien écossais (1550-1617). On dit qu’il fut, dès sa jeunesse, obsédé par l’Apocalypse, au point de passer une partie importante de sa vie à faire le compte des anges et des démons qui peuplent la vision de Saint Jean.

Or le dénombrement des légions célestes et infernales n’est pas une mince affaire : il faut procéder à des opérations fastidieuses sur des nombres énormes. Neper imagina donc des méthodes pour simplifier ces longs calculs : d’abord au moyen d’abaques qui ramenaient de complexes multiplications à de plus simples additions, puis, faisant fond sur cette même idée, en inventant les logarithmes, dont on se souvient de la formule générale : log (a x b) = log a + log b.

Ses découvertes trouvèrent rapidement des applications moins ésotériques que la démonologie car le même besoin de raccourcir les temps de calcul se rencontrait au XVIè siècle en astronomie, en trigonométrie, en finance, etc. Mais pour Neper lui-même leur intérêt était d’abord eschatologique. Il mit en mathématiques le livre de la Révélation, jusqu’à être en mesure de déterminer que la fin du monde devait se produire tel jour en l’an 1688, prouvant ainsi a posteriori que des progrès méthodologiques, même géniaux et considérables, ne dispensaient pas les meilleurs esprits d’être précis dans l’erreur.

N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Madame, Monsieur,

Un grand merci pour cette magnifique soirée et cette musique céleste de la ville que nous aimons tant (N.D.L.R. : Versailles).

Voici un bronze par Antonio SUSINI, d'après GIAMBOLOGNA (Jean de BOLOGNE) conservé au Louvre :


Jean de BOLOGNE est mort à Florence en 1608 mais né à Douai dans les Flandres en 1529.

Pour une tapisserie qui semble être des Flandres, l'inspiration italo-flamande de cette œuvre peut être logique.

Bien à vous,

Pierre-Alain CLOSTERMANN

N.D.L.R. : Vous avez vu juste, il s'agit d'une tapisserie signée d'Audenarde dont voici le détail qui a attiré votre attention :

17 octobre 2021.


Contemporaine de la Chaslerie.
Musée national de la Renaissance - Château d'Ecouen (site officiel) (via "Facebook")
rédigé le Mercredi 3 Novembre 2021
Florilège de faits ou d'œuvres contemporains de la Chaslerie - Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles - Florilèges
0
Nef dite de "Charles Quint", attribuée à Hans Schlottheim (vers 1590).
Cet objet, très caractéristique du goût des souverains germaniques pour les automates, devait orner le cabinet de curiosités de l'électeur de Saxe à Dresde.
Il abrite sept mécanismes coordonnés qui actionnent en permanence une horloge, la sonnerie des quarts d'heure et celle des heures, accompagnées par le mouvement de plusieurs figurines.
Une ficelle permettait de lancer les quatre derniers mouvements : un petit orgue mécanique complété par le mouvement des trompettistes sur le pont, le mouvement des tambours, le déplacement de la nef et enfin le tir des canons sur les côtés.
Sur le château arrière trône l'empereur d'Allemagne tandis que les électeurs du Saint Empire romain germanique tournent autour de lui en procession.
(C) RMN-Grand Palais (musée de la Renaissance, château d'Ecouen) / Michel Urtado :


N.D.L.R. : Contemporaine de la Chaslerie.
A propos du pavement retrouvé lors des fouilles au château de Domfront en mars 2022 :

Le pavement est vraiment magnifique. Aura-t-on un compte-rendu des interprétations de l’archéologue ? Que peut-on déduire des anciennes structures de surface ?


N.D.L.R. : Et de quand date-t-il ?

En effet, il n'est pas sans me rappeler celui trouvé dans une partie de la cour du manoir favori.
Le manoir de la Guyonnière est une demeure à caractère défensif du xviie siècle inscrite aux Monuments historiques, situé sur la commune de Tinchebray-Bocage dans le département de l'Orne en en limite du département de la Manche.
Le manoir de la Guyonnière est un haut lieu de la chouannerie normande.
Entre 1793 et le Consulat, le bocage, contrairement au reste de la Normandie qui reste calme, est le théâtre d'une guérilla sporadique, difficile à réprimer et toujours impitoyable qui s'identifie aux autres résistances au régime révolutionnaire, de la Vendée, de l'Anjou, du Maine et de la Bretagne.
Elle reçoit l'appui et la complicité d'une large partie des populations rurales.
Quant au danger politique qu'elle présentait, il fallut en finir avec l'assassinat de son chef Louis de Frotté.
À Saint-Jean-des-Bois, Michelot Moulin (Michel Moulin), fils d'un taillandier aisé est à l'origine de la chouannerie normande.
Réquisitionné pour rejoindre les forces républicaines, par ruse il obtient des armes, déserte et entre dans la clandestinité avec ses compagnons, formant les premières bandes de réfractaires, organisant des compagnies, creusant des souterrains, désarmant les patriotes de Landisacq, Chanu et Saint-Cornier-des-Landes.
Quand Louis de Frotté est obligé d'abandonner le château de Flers, il établit son quartier général dans la forêt de Saint-Jean-des-Bois au manoir de la Guyonnière en lisière de la forêt.
Michelot Moulin y trouve refuge pendant plusieurs mois lorsqu'il est blessé
Le manoir est inscrit au titre des monuments historiques en 1979
C'est une demeure en granite carrée et trapue, à caractère défensif.
Des bouches à feu sont encore visibles dans les contre-marches de l'escalier.
À l'intérieur, un escalier droit en granite taillé avec un mur d'échiffre occupe le centre de la maison.
De part et d'autre se répartissent à chaque niveau de grandes pièces.
Toutes les menuiseries des portes sont d'époque :


N.D.L.R. : J'irai revoir ces portes, ces sablières et ces lucarnes...