Animation, fêtes, visites

@ Roger GRIPPON :

Merci pour votre dernier message. Le nombre de visiteurs "réels" de la Chaslerie est d'environ 2 000 par an, à quoi peuvent s'ajouter, en extrapolant les statistiques récentes, 14 000 visites "virtuelles" annuelles.

Je suis heureux de vous avoir rassuré sur un point de réglementation, certes dissimulé dans un recoin d'un code bien rébarbatif en effet. Comme vous, je déplore le foisonnement excessif, et souvent la complexité, de tous les textes législatifs, réglementaires et autres que les élus de ce pays sont obligés de connaître et d'appliquer. Ils consacrent à la collectivité beaucoup de leur temps libre et de leur énergie et nous devrions tous leur en être sincèrement reconnaissants car cette tâche peut parfois sembler bien ingrate.

Enfin, s'agissant des disparités constatées en matière immobilière au niveau de la communauté de communes, je comprends fort bien que l'on ne puisse donner satisfaction à tout le monde en même temps. Mais l'on peut se demander s'il ne serait pas judicieux que les équilibres à respecter fassent l'objet d'une coordination effective au niveau du bassin d'emploi. C'est là un vaste débat et nous pourrions échanger à ce sujet des arguments contrastés pendant un bon moment. Cela amènerait d'ailleurs à se demander si, telle qu'elle est actuellement dirigée, la communauté de communes du Domfrontais utilise au mieux les compétences et les moyens de son conseil.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 30 Janvier 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - A la Chaslerie - Dans l'Orne - Annonces
0
Depuis un message laissé sous cet onglet le 2 décembre 2009, on sait qu'un important groupe de cyclotouristes passera à la Chaslerie le 4 août prochain, dans le cadre de la Semaine Fédérale de Cyclotourisme qui doit se dérouler à Flers du 31 juillet au 7 août 2011.

Les festivités de l'été prochain dans le secteur ne s'arrêteront pas là, comme nous le rappellent plusieurs articles parus cette semaine dans le "Publicateur Libre".

Le 2 juillet, il y aura rendez-vous à Domfont pour le comice agricole cantonal.

Extrait du numéro du 27 janvier 2011 du

Le maire de La Haute Chapelle nous invite à y participer et nous le ferons bien volontiers : il faut encourager les éleveurs du canton, d'autant que la conjoncture est très dure pour eux en ce moment.

2ème extrait du numéro du 27 janvier 2011 du

Les 5, 6 et 7 août, ce seront les Médiévales de Domfront, un festival bisannuel devenu une tradition courue.

3ème extrait du numéro du 27 janvier 2011 du

Ce sont là autant de (très) bonnes occasions de (re)découvrir le Domfrontais. A marquer sur nos tablettes !

Marie-Thérèse ROBILLARD
rédigé le 8 Février 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - A la Chaslerie - Annonces
0
Dans le cadre de la semaine fédérale de cyclotourisme, une cyclo-découverte (sortie vélo encadrée) fera une petite pause-étape à la Chaslerie le jeudi 4 août prochain, dans la matinée, afin d'admirer les extérieurs de ce très beau manoir. Il y aura, au maximum, 4 groupes de 20 personnes qui s'y attarderont donc un peu. Merci de bien vouloir accepter notre passage.

Cordialement.

M.Thérèse ROBILLARD, secrétaire de la Commission cyclo-découvertes du COSFIC de FLERS

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 8 Février 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
0
@ Marie-Thérèse ROBILLARD :

Je vous confirme bien volontiers mon accord. Essayez, le moment venu, de me préciser l'heure de votre passage.

Cordialement.

Le malheureux est actuellement en dépôt à Notre-Dame-sur-l'Eau, à Domfront.

Il serait beaucoup mieux dans la chapelle de la Chaslerie où il pourrait être restauré à mes frais, continuer à être montré au public et, surtout, être mis hors d'atteinte des vandales qui le détériorent beaucoup trop souvent.

Quel élu aura l'intelligence de décider ce transfert ?

Maxime LEBOUTEILLER
rédigé le 26 Février 2011
Journal du chantier - Animation, fêtes, visites - Vie de l'association
0
Bonjour M. Fourcade

Je suis ravi de voir que ce site est toujours autant en activité.

Je constate par ailleurs que les travaux avancent bien. Pour cela je fais confiance au savoir-faire de Pascal ;)

J'ai appris, par l'intermédiaire de Mme LEBOUTEILLER de la Thierriere (c'est-à-dire... ma Moman^^), que vous souhaitiez me revoir.

Etant donné que je suis dans le bocage pour le week-end, je serais ravi de venir aux nouvelles :)

A bientôt, sincères salutations.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 26 Février 2011
Journal du chantier - Animation, fêtes, visites - Vie de l'association
0
Bonsoir Maxime !

Je suis heureux de savoir que tu te portes bien.

Hélas, pour éviter les embouteillages du retour à Paris des vacanciers, je suis rentré dès ce soir dans la capitale où je retrouve ma petite famille et où je viens de découvrir ton message. Si j'avais su que tu serais dans les parages, je t'aurais fait signe ce matin.

Je te dis donc à très bientôt !

Bonsoir,

Vu de loin cela en jette, mais alors les soirées vont être animées à La Chalerie, si Madame n'a pas donné son feu vert, je vous plains.......

Il ne perd pas son temps votre ferronnier, il sympathise vite.

Si je regarde attentivement le gros plan de votre grille, la disposition des trous renflés me surprend.
Une fois ils sont sur la barre verticale et une autre fois sur l'horizontale, est ce volontaire?

Je pense que les VMF de La Manche vont apprécier, en souhaitant que vous soyez présent.

Bonne soirée

@ Brigitte BUCHOT :

Votre réaction au sujet des grilles rejoint les points de vue de Thibaud et de Carole, même si cette dernière a sensiblement réduit la vigueur de ses critiques.

Cela démontre, selon moi, que les travaux consentis pour restaurer un monument historique ne sont pas toujours compris par - excusez-moi de vous traiter ainsi - les profanes.

En d'autres termes, la "plus-value latente", comme disent les gens des impôts, apportée par de tels travaux sur un monument est vraisemblablement une moins-value. C'est donc là un exemple que je pourrais produire au fisc si jamais le funeste projet d'"I.R.F." en cours de mise au point venait à voir le jour.

Je pense cependant avoir bien agi, dans l'intérêt du bâtiment et en respectant l'"esprit des lieux". Il me semble, d'après leurs réactions, que des observateurs avertis comme Guy HEDOUIN et les professionnels de la restauration de monuments comme Nicolas et Lucyna GAUTIER ainsi que Marie FRULEUX, partagent mon point de vue.

Donc, j'écouterai attentivement toutes autres réactions à venir à propos de ces grilles. D'autant, on l'a compris, que j'ai bien l'intention d'en rétablir d'autres et de ne plus laisser orphelins tous ces œillets plantés il y a des siècles dans les joints des chambranles des fenêtres.

P.S. : Le débat sur les grilles se développe. A propos du "papier" de Roland FORNARI, une autre visiteuse du site m'écrit :

"Je vois :
- de la mauvaise foi, toute de gauche ;
- que, malgré ses lectures si nombreuses, Monsieur n'a pas appris à écrire de façon moins prétentieuse et à ne pas user d'artifices pour camoufler des maladresses... et "essayer de faire croire ce qui n'est pas "!"

Moi, je persiste à trouver de la noblesse et une grande humanité dans le point de vue de Roland et, au moins à ce sujet, je partage pleinement sa façon de voir, de penser et de s'exprimer.

Bonsoir,

Votre forgeron, manie aussi bien la plume que le marteau sur l'enclume.

Dommage que la remarque de la visiteuse soit tronquée, l'ensemble de son point de vue est peut-être intéressant et nous éclairerait sur sa notion de mauvaise foi (de gauche et la droite... n'a jamais de mauvaise foi).

Je trouve que les pierres du petit pont sont tout-à-fait à leur place, c'est un vestige du passé à conserver.

Le projet de grille de la chapelle est bien vu, voici les noms de deux vitraillistes du Calvados : Sylvie Liegeois, j'ai vu son travail dans le réfectoire de l'abbaye de la Lucerne-d'outre-mer, vraiment très beau et ce soir je ne retrouve pas l'autre personne.

Le manoir de Mebzon, manoir digne d'intérêt, serait-il envisageable, si le propriétaire le veut bien, que vous fassiez des photos d'ensemble.

Le projet de porte fait trop neuf, les lames verticales devraient être de largeurs différentes et non parallèles, je remplacerais la poignée par un loqueteau poucier ; mais ce n'est que mon point de vue, je ne suis pas conseiller technique. Mais pour un MOF.............?
Un autre exemple, à la Bézirie :

Porte au manoir de la Bézirie.

Porte au manoir de la Bézirie.

Porte au manoir de la Bézirie.

Je vois que vous avez sauvé votre peau auprès de Madame.

Bonne soirée !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 20 Mars 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - A la Chaslerie - Annonces
0
L'abbé TALBOT officiait ce matin à la Chaslerie. Le voici, avant la messe, en train de changer de tenue en compagnie des enfants de choeur...

20 janvier 2011, avant la messe à la Chaslerie (1).

... tandis que, sur le parvis, les chantres répétaient (le deuxième personnage à gauche est Simon ROBINSON, un artiste de renommée internationale et qui forge l'inox) :

20 mars 2011, avant la messe à la Chaslerie (2).

Nous étions 40, dont 20 enfants, dont 5 enfants de choeur :

20 mars 2011, la fin de la messe à la Chaslerie.

J'avais ouvert la porte donnant sur la terrasse, de manière à ce que les fidèles (et particulièrement les photographes en herbe) puissent apercevoir les nouvelles grilles du logis...

20 mars 2011, à la sortie de la chapelle.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Mars 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Météo - Désultoirement vôtre !
0
Le retour des beaux jours ne manque pas de ramener les touristes à la Chaslerie. Deux visites de groupes d'amateurs éclairés sont d'ores et déjà programmées :

- le dimanche 8 mai, une cinquantaine de personnes, membres de l'association "Société historique - Les amis de Bernay", emmenés par leur vice-président, M. Philippe LETURCQ ;

- le jeudi 26 mai, les "V.M.F. de la Manche" avec leur déléguée, Mme Sinikka GALLOIS, propriétaire du manoir de Saint-Ortaire au Dézert ; j'aurai en outre, à l'invitation de Mme GALLOIS, le plaisir de partager le déjeuner de ces derniers, donc de faire plus ample connaissance.

A la suite d'un message laissé récemment sur le Livre d'Or par Jean-Claude MARTIN, chef du bureau des archives modernes et privées aux Archives départementales de l'Orne, j'ai déjeuné hier, à Alençon, avec le professeur Jean-Marc MORICEAU, spécialiste de l'histoire rurale, et lui.

Il s'agissait pour nous d'examiner dans quelle mesure un étudiant en maîtrise d'histoire de Caen pourrait aider à mieux connaître l'histoire de la Chaslerie.

J'ai proposé deux thèmes sur lesquels nous manquons à ce stade de bases solides :

- les origines des LEDIN dans le Domfrontais ; le professeur MORICEAU a eu l'idée d'une source de documents, à Rouen, à laquelle nous n'avions pas pensé ; mais il nous a semblé difficile de confier ce type d'étude à un étudiant encore débutant en matière de recherche ;

- les personnages qui ont agi autour du manoir ou se sont succédé dans sa propriété entre la vente des Biens Nationaux et l'entrée de la Chaslerie dans le patrimoine de la famille LEVEQUE. J'aimerais en particulier mieux comprendre le rôle, les circonstances de l'enrichissement et les connexions familiales locales du fameux GOUPIL de Tessé-la-Madeleine.

Le professeur MORICEAU m'a expliqué que la recherche serait délicate et sujette à divers aléas. J'ai proposé de mettre en place une bourse, avec l'aide de l'association. J'étudie le précédent d'une bourse à propos des comices agricoles dans l'Orne que m'a signalé Jean-Claude MARTIN.

J'en dirai plus ici quand le sujet aura décanté.

Le parti de l'In-nocence diffuse sur son site un communiqué que j'approuve à 200 %. Le voici :

"Communiqué n° 1214, mercredi 30 mars 2011
Sur le rapport de la Cour des comptes à propos des musées

Le parti de l'In-nocence ne peut qu'approuver certains des aspects du rapport que vient de publier la Cour des comptes à propos de l'évolution des musées durant ces dix dernières années. Ce que la Cour appelle avec tact « la délicate question des contreparties », en matière de mécénat, est en effet un problème qu'on se réjouit de voir abordé, et ce n'est pas sans vertige qu'on apprend, au détour d'un document si austère et si officiel, que le Salon Carré a été bien près de s'appeler Salle Nippon Télévision et la galerie d'Apollon galerie Total, du nom des sociétés qui en ont assuré la restauration.

Le parti de l'In-nocence, néanmoins, juge que l'approche de la Cour, outre qu'elle est curieusement politique et idéologique, de la part d'une institution essentiellement comptable, reflète elle-même, hélas, un état assez avancé et alarmant de déculturation et même de décivilisation. Que peut bien être par exemple une incitation à des « gains de productivité », s'agissant des musées ? Un tel vocabulaire est aussi déplacé en l'occurrence que celui des librairies industrielles qui désignent le livre comme un "produit".

Le parti de l'In-nocence estime particulièrement déplorable l'obstination de la Cour — conforme hélas à celle des autorités et du complexe médiatico-politique —, à estimer qu'une des missions principales des musées est d'attirer de nouveaux publics, en l'occurrence ceux qui ne désirent pas s'y rendre ; et à fustiger le fait, au demeurant peu apparent, que le public des musées et des grandes expositions continue à être « un public de connaisseurs ». C'est là exactement la conception erronée et paresseuse de l'évolution culturelle souhaitable qui a déjà causé tant de désastres. L'idéal vraiment démocratique n'est pas d'attirer à la culture des gens qui n'en veulent pas, c'est-à-dire de la détruire pour la leur rendre attrayante. Il est de prodiguer une éducation telle, et d'assurer l'existence d'un milieu culturel de telle espèce, que les individus de toute origine se voient offrir toutes les chances de l'aimer telle qu'elle est."

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 15 Avril 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Dans l'Orne - Annonces
0
Le numéro du "Publicateur Libre" paru hier nous apprend que notre jeune et jolie voisine, Eléonore LEBOUTEILLER, va concourir pour le titre de "reine de beauté" du canton. Pascal me signale qu'elle sera opposée, notamment, à sa cousine Aurore JARRY, fille de notre terrassier. Donc, marquez bien la soirée du 30 avril prochain dans vos tablettes, pour aller encourager ces demoiselles !

article du

Eléonore parcourt de temps à autre les allées de la Chaslerie à cheval. Mais nous connaissons mieux son frère, Maxime.

Maxime est passé nous dire bonjour, un matin du dernier week-end. Il nous a expliqué qu'il avait un match de foot dans l'après-midi.

Le même numéro du "Publicateur" nous en donne le résultat. Hélas ! Misère et peau d' banane !

Ô Maxime, notre très fringant gardien de but, on dirait qu'il faudrait aussi songer à t'entraîner un peu, de temps à autre...

article du

@ Guy HEDOUIN :

Eh bien, c'est d'accord ! Mais nous serons trois car, ô miracle (merveille de l'amour ?), Mr T. est arrivé cette nuit à la Chaslerie avec Carole. Cette demoiselle dont je parlais il y a deux week-ends serait-elle en train de transformer mon aîné ?

Je me réjouis de découvrir ainsi la Bézirie. Vous allez pouvoir nous montrer vos réalisations en matière de restauration de vieilles pierres.

Car, aussi surprenant que cela puisse paraître aux visiteurs de ce site, vous et moi ne nous sommes vus qu'une fois dans le monde "réel", le dimanche des dernières "Journées du patrimoine". A cette exception près, tous nos échanges ont, à ce jour, été "virtuels" grâce à ce site.

En attendant notre venue, je vais potasser l'un des deux ouvrages que M. ROBERT m'a recommandés, celui que j'ai retrouvé (second miracle) dans ma bibliothèque, à savoir "Pavés et plates-tombes" édité par la "Société des antiquaires de Normandie" (l'autre étant le bouquin de la C.N.M.H. sur les carrelages anciens, que je compte me procurer dès mardi).

A demain donc ! Ou plutôt à tout à l'heure, vue celle où j'écris...

Ouvrage acheté au musée régional de la poterie à Ger.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Mercredi 3 Mai 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Dans l'Orne - Annonces
0
J'ai adressé ce matin à la communauté de communes du Domfrontais le courriel suivant, en réponse à un questionnaire reçu :

"Pour faire suite à votre courrier du 27 avril dernier, j'ai le plaisir de vous annoncer que l'"association pour la restauration et l'animation du manoir de la Chaslerie" serait heureuse de participer à votre opération "Contes et légendes en bocage domfrontais".

La commune est La Haute Chapelle. Le manoir de la Chaslerie se trouve en bordure de la D22, 5 km au Nord de Domfront. J'en suis le propriétaire. Mon mobile est le 06 12 96 01 34.

Le type d'animation serait une visite guidée, en mettant l'accent, dans la mesure du possible, sur le thème que vous avez retenu.

Le public visé serait scolaire (une cinquantaine de personnes, que vous voudriez bien encadrer de quelques instituteurs ou parents).

Le budget serait nul pour vous. Je fournirais des boissons non alcoolisées (Coca, jus d'orange), ainsi que des biscuits, du chocolat et... des bonbons Haribo ou équivalents !

La date et l'heure : vous les choisissez et m'en prévenez assez tôt.

Bien cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE"

La réponse n'a pas traîné. La voici :

"Merci pour votre proposition très séduisante.
La commission culture et loisirs se réunit le 31 mai prochain pour sélectionner les projets d'animation.
Je vous tiendrai informé de la suite des événements dans les jours qui suivront cette réunion.

Bien cordialement

Jackie Coisel
Assistante de Florence Piednoir
Directrice des services"

On dirait que mon offre de bonbons Haribo a du succès !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 4 Mai 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - A la Chaslerie - Annonces
0
Après avoir lu le message précédent, une institutrice de la Manche trouve à son tour l'idée d'une telle ballade bienvenue et souhaite m'amener ses ouailles, sans doute de grands amateurs de friandises Haribo. Voici un extrait de son courriel :

"Séduisante proposition; on cherche une idée de sortie avec ma collègue = 50 enfants.
Combien de temps durerait la visite ?
Serait-ce un conteur qui animerait ?
Pour quelle tranche d'âge ?
Super accueillant, l'accueil ! On n'a jamais connu ça !

Nous pourrions combiner cette visite avec un passage chez les potiers de Ger.
Dites-nous si ça vous convient, et aux organisateurs aussi..."

Pourquoi pas ? J'observais justement que les visiteurs de la Chaslerie appartenaient trop souvent au 3ème ou même au 4ème âge. Voici donc un bon moyen d'améliorer nos statistiques.

Et j'aimerais donner à ces petits le goût du patrimoine. En espérant qu'ils sauront à leur tour convaincre leurs parents de cesser de construire n'importe quoi, d'abattre les haies et de raser les talus du terroir normand, voire de répandre des pesticides à profusion. On peut toujours rêver, n'est-ce pas ?

Je réponds à cette institutrice (et à toutes celles qui seraient intéressées) qu'il suffit de convenir d'une date un peu à l'avance (compte tenu de mes contraintes parisiennes, il est vrai particulièrement allégées pour l'heure). Il n'y a pas d'autre organisateur à prévenir. Aucune tranche d'âge n'est exclue. Aucun conteur n'est prévu, c'est moi qui parlerai et expliquerai, avec l'aide des enseignants j'espère. L'idée de combiner la visite de la Chaslerie avec la découverte des métiers de la poterie à Ger me paraît excellente. Je suggère aux adultes qui seraient de la promenade de prévoir également pour leur groupe un pique-nique à la Fosse Arthour, au bord de l'étang par exemple (où il y a des aires de pique-nique, et aussi un troquet accueillant), afin de pouvoir souffler dans un lieu de légendes...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 13 Mai 2011
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - A la Chaslerie - Annonces
0
De mon bureau, j'observais la scène : un groupe d'environ huit touristes est entré dans la cour sans y être invité ; l'un d'eux y a enjambé une plate-bande pour coller son visage à une fenêtre afin d'observer au plus près le mobilier de la salle à manger du logis ; un autre est carrément entré dans le bâtiment Nord pour passer l'inspection, le tout sans actionner la cloche visible à côté du seuil.

Quand ce dernier est ressorti, sans doute satisfait de son audace, je l'ai accueilli, fort de mon quintal et avec tous les égards dus à son rang. L'un de ses comparses a eu le culot de défendre ce malotrus. Je leur ai ordonné de sortir. Ils l'ont fait tout en grommelant qu'un monument historique devait être visitable à leur gré. Pascal m'a ensuite dit avoir entendu des éclats de voix à 200 mètres de son chantier puis remarqué qu'une automobile repartait rapidement.

J'espère que la leçon portera : qu'on se le dise, l'éminente qualité de touriste n'autorise ni le sans-gêne ni l'indiscrétion manifestes !