Animation, fêtes, visites

1 - Le compte à rebours pour les festivités de la Sainte Anne (dans deux semaines) a commencé.

J'arrose l'herbe brûlée par la sécheresse devant le manoir en espérant qu'elle aura le temps de reverdir pour le 25.

Les couvreurs ayant fini leur tâche sur la charretterie, Pascal en a, sur 15 à 20 centimètres d'épaisseur, recouvert le sol d'un mélange de gros gravier et de terre battue. En séchant, celle-ci craquèle beaucoup mais Pascal me dit que ce n'est pas un problème. Devant le préau, il dalle en ce moment le sol, afin de réaliser une plate-forme, légèrement inclinée vers l'extérieur et de 2 mètres de large. Maxime l'assiste dans ce travail.

Il reste encore à évacuer des matériaux de construction épars derrière ce bâtiment et à aménager un glacis de terre au pied de son pignon Est. On compte sur Bernard pour s'acquitter de ces tâches dès qu'il voudra bien réapparaître ici.

2 - L'expert HUMIDITEC, contacté le 6 juillet dernier (comme relaté ici), est passé dès ce matin à la Chaslerie pour contrôler l'état sanitaire des bois et des maçonneries des bâtiments.

J'ai montré tous les endroits où des champignons lignivores avaient pu apparaître, dans chacun des bâtiments du manoir (à l'exception de la chapelle et de la charretterie où, manifestement, il n'y a pas de problème). Nous sommes montés dans les étages là où il y en a.

Les nouvelles sont très rassurantes. Dans la cave, les traces blanches résultent de fientes du hibou qui y niche, ce qui est sans risque. Dans le colombier, un traitement à base de fongicides est à prévoir ; il pourra être réalisé d'ici deux ou trois semaines. Dans la ferme, un traitement pourra être appliqué mais la situation est d'ores et déjà sous contrôle. Ailleurs, rien n'est à signaler.

Je remercie bien évidemment Roland BOUSSIN et Anne-Marie RUSIG pour m'avoir alerté et conseillé utilement dans la résolution de ce problème.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 12 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
J'ai eu confirmation, ce soir, de la participation le 26 de cinq sonneurs de trompe de chasse et, sans doute, d'un joueur de cornemuse ! Voici une excellente nouvelle !

Je tâche d'organiser l'information du public, au moins pour les festivités du dimanche. Ce n'est pas gagné. J'ai ainsi rencontré ce matin le journaliste du "Publicateur", dont l'article devrait sortir dans le numéro de ce jeudi.

J'aimerais bien pouvoir contacter de même "France Bleu". Je vais m'y employer demain.

Le matin du 15, le journaliste local d'"Ouest-France", M. Jean-Pierre LAMARRE, passera à la Chaslerie pour préparer un article.

Le 15 dans l'après-midi, M. Christophe de BALORRE, vice-président du conseil général de l'Orne (et probable successeur de M. Yves DENIAUD, député) viendra, à son initiative, visiter la Chaslerie dont il a, paraît-il, beaucoup entendu parler. J'en profiterai pour lui demander conseil sur la meilleure façon, à ce stade, d'assurer un minimum de promotion de nos festivités de la Sainte Anne 2010.

PS : Rencontré ce matin, dans les rues de Domfront, le fameux joueur de cornemuse de Saint-Bomer-les-Forges. Il est très sympa et se promenait en kilt. Donc un Ecossais, vrai de vrai ! Et en plus, il est ravi d'être des nôtres le 26 !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 15 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Bernard distribue à La Haute Chapelle les affichettes sur nos prochaines festivités. Ce matin, j'ai de même fait la tournée de toutes les boîtes aux lettres du bourg de Lonlay-l'Abbaye, ce qui me donne l'occasion de découvrir tous les quartiers de ce village.

L'article du "Publicateur" est sorti ce matin. Il est bon.

Le correspondant local de "Ouest-France" est passé ce matin à la Chaslerie.

C'est donc un vrai "plan com" qui se met en place. On verra si ça marche. En fait, le 25 juillet prochain, il y aura aussi des courses de chevaux à Domfront, ce qui ne nous simplifie sans doute pas les choses...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 19 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
C'est le métier qui entre : après l'interview non diffusée de TF 1 et l'enregistrement réalisé par grand vent par Christophe de BALORRE armé de sa webcam, je viens de répondre au téléphone à "France Bleu Basse Normandie".

Ca s'est vraiment très bien passé. J'ai pu parler du manoir, des travaux, de la prochaine fête, de notre site internet. Ma voix était claire et enjouée.

Donc, soyez attentifs : tous à l'écoute de "France Bleu Basse Normandie", la radio qui monte !

P.S. : Bien que je sois grand (1 m 87), Christophe de BALORRE l'est encore plus que moi, donc sa caméra avait tendance à me surplomber. Surtout, je ne savais pas que j'avais un tel cheveu sur la langue : c'est surprenant de s'entendre.

En tout cas, merci à Christophe de BALORRE pour sa visite, sa cordialité et pour le fait que, malgré le fort grésillement du vent dans le micro incorporé à sa webcam, il ait bien voulu diffuser sur son blog mon message du 15 juillet !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 21 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
La préparation de nos festivités se poursuit :

- c'est dans le numéro de ce matin de "Ouest-France" qu'est sorti notre article ; le correspondant local du journal, homme d'autant plus recommandable qu'il réside à La Haute Chapelle, a choisi de lui donner la forme d'une interview, ce qui est sans doute une bonne idée, mais aussi de mettre dans ma bouche des propos que je ne me rappelle pas avoir tenus (sur le prétendu "courage" dont nous aurions dû faire preuve après la tempête de 1999), ce qui peut sembler un peu plus contestable. A noter que, dans le même numéro du même journal, à la page précédente, il y a un article qui me paraît sympathique à propos du manoir de Soisay, dans le Perche ; j'en reconnais le propriétaire actuel sur la photo, j'ai en effet dîné avec lui dans une vie antérieure, voici une vingtaine d'années ; il m'avait paru solide et rassurant, il dirigeait à l'époque "Cortal" et moi, je venais de vendre à notre hôte la banque qui m'avait employé jusqu'alors ; je les reverrais avec plaisir, lui et son manoir ;

- apparemment et à ce stade, Groupama refuse d'assurer nos festivités de dimanche ; il paraît qu'il aurait fallu les en prévenir un mois à l'avance ; comme quoi, il n'y a pas de bureaucrates que dans l'administrâââaaation (on aura compris que, sous ma plume, ceci n'est pas vraiment un compliment...) ; en plus, ils voudraient que ce soit l'association qui cotise et je peine à comprendre pourquoi je ne suffirais pas, alors même que je m'acquitte régulièrement auprès d'eux d'une prime tout à fait onéreuse (donc avis aux concurrents, la porte est bel et bien ouverte !) ;

- j'ai prévenu la gendarmerie : accueil courtois, ton efficace ;

- j'ai commencé à m'occuper des pancartes à apposer sur les routes ; les "Briconautes" m'ont vendu des poteaux d'acacia avec un discount de 25 % que je trouve peu généreux compte tenu du fait que ces poteaux ont vrillé après avoir reçu la pluie ; mon interlocuteur s'est montré peu malléable, je ne manquerai donc pas de m'en souvenir ; la maison POUPINET de Domfront imprime les affiches ; avec Pascal, nous irons ensuite disséminer lesdits panneaux aux alentours, il en est temps.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 21 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
1 - Voici le courriel que j'ai reçu ce matin de Groupama :

"Bonjour Monsieur FOURCADE,

Suite à notre entretien téléphonique et après avoir contacté nos services, il s'avère que nous ne pouvons garantir la manifestation de dimanche prochain pour les raisons suivantes :

1) l'Assocation doit être garantie à l'année et pour ce, une étude doit être faite en présence des statuts ( ainsi que du récépissé de la Préfecture), du détail des activités de l'Association et du nombre d'adhérents.

2) la demande est trop proche de la date de la manifestation ( celle ci doit être faite avec un minimum d'1 mois avant).

Aussi, je regrette de ne pouvoir donner suite à cette demande pour dimanche prochain.

Je reste à votre disposition pour tout autre renseignement et vous souhaite de passer une agréable journée.

Salutations distinguées.

Annick BADEUIL
GROUPAMA DOMFRONT
Tél 02 33 30 64 80"

2 - Mes efforts pour amener Groupama à reconsidérer leur position pour le moins étonnante étant restés sans réponse, voici le texte de la lettre recommandée que je compte leur adresser demain, texte dont, sous réserve d'améliorations marginales de la rédaction, ils ont reçu la copie par courriel dès ce soir :

"Madame,

Je fais suite à nos échanges divers à propos de la couverture des risques encourus à l"occasion de l"ouverture au public du manoir de la Chaslerie, notamment lors des festivités de la Sainte Anne, les 25 et 26 juillet prochains.

Je serais surpris que les assurances coûteuses que j"ai souscrites depuis plusieurs années auprès de vous ne couvrent pas ce type de risque.

Si, par extraordinaire, tel était le cas, il conviendrait d'y remédier immédiatement. Je vous y mets, en tant que de besoin, en demeure par la présente.

L'"ouverture au public du site est en effet de notoriété publique depuis que j"ai fait l'"acquisition du manoir en 1991 ; il en est régulièrement rendu compte dans la documentation de la direction régionale du tourisme de Basse Normandie, dans la presse locale et, depuis un an qu'"il existe, sur le site internet du manoir.

En outre, les lieux et ces informations sont parfaitement connus de Groupama, dont deux agents sont encore venus étudier longuement la situation sur place le 8 juin dernier.

Il n'"y a ainsi nulle ambiguïté dans ce dossier, pour ce qui concerne tant les conditions générales de cette ouverture au public que ses modalités pratiques. J'"ajoute qu"'à ce jour, il n'"y a jamais eu le moindre accident, même minime, à déplorer.

Il ne semble pas non plus indispensable de tenter de mêler davantage l'association à cette affaire.

Rien ne paraît donc justifier de votre part de nouveaux délais d'instruction.

Je constate ainsi qu'il ne saurait y avoir à aucun moment de problème sérieux entre vous et moi dans ce dossier que je suis fondé à considérer, pour ce qui me concerne, comme réglé. Bien entendu, je réserve mes droits au cas où vous ne partageriez pas cette opinion.

Je vous prie d'"agréer, Madame, l'"expression de ma considération distinguée."

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 22 Juillet 2010
Logis - Charretterie - Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
1 - La météo de dimanche vient d'apparaître en ligne.

Après les semaines de canicule que nous venons de traverser,
on ne peut garantir, à ce stade, que le temps sera optimal. Au moins, on ne devrait pas crever de chaleur...

Sur un autre site, les nouvelles sont cependant un peu meilleures.

2 - Deux articles dans le "Publicateur" de ce jour, et ils sont tous deux excellents. Merci, M. MORICEAU !

3 - Avec Pascal, nous avons implanté ce matin 15 panneaux indicateurs de notre "pique-nique et animations" à des endroits stratégiques autour de Domfront.

4 - J'ai compris hier que le nouveau sol en terre battue de la charretterie ne serait toujours pas sec pour dimanche. Nous perdons ainsi l'usage de 60 m2 couverts. Mais Maxime me dit que son oncle, président du comité des fêtes de la commune voisine de Rouellé, a peut-être des tentes disponibles. A suivre...

5 - Il n'est pas exclu que le w.-c. situé sous l'escalier en granit du logis (le fameux "escalier à mur d'échiffre") puisse être de nouveau opérationnel dès ce soir. Si oui, mon nouveau plombier est un champion !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Juillet 2010
Animation, fêtes, visites - Vie du site - Statistiques de fréquentation
4 000 visites virtuelles depuis le lancement du site soit, depuis deux mois, une moyenne de quinze par jours. Le père de Thomas, qui s'y connaît en matière de fréquentation de sites internet, me dit que ces résultats sont remarquables.

La progression est très sensible, d'autant que le début des vacances scolaires, donc l'éloignement de visiteurs locaux, avait fait penser que la fréquentation aurait dû chuter.

Les bonnes nouvelles s'expliquent donc par le succès du Q.C.M. de la fête des mères puis par l'intérêt du public pour la préparation des festivités de la Sainte Anne 2010. En revanche, les premiers jours de fonctionnement de la version anglaise du site n'ont pas encore eu d'impact sensible sur sa fréquentation.

A noter, à titre de comparaison, qu'en sens inverse, le nombre de visites réelles de la Chaslerie est en chute marquée cette année, de l'ordre de -30 à -50 % pour ce début de saison. Cette tendance m'est confirmée localement, par l'office de tourisme du Domfrontais comme par mes commerçants préférés. Selon nous, la crise de la livre sterling freine les Anglais et la récente canicule a plutôt conduit les touristes loin du bocage et vers les bords de mer.

(Lors de sa récente venue à la Chaslerie, j'avais fait part de ces observations à Christophe de BALORRE, président du comité départemental du tourisme, qui était accompagné de Vincent GELIN, directeur départemental du tourisme. Or ce vice-président du conseil général de l'Orne m'avait répondu que mes indications ne correspondaient pas à ce que lui disaient ses sources sur l'évolution du tourisme dans notre département cette année. Je lui avais donc fait part d'un certain étonnement sur ce point.)

P.S. : Aujourd'hui, nous avons battu le record du nombre de visites virtuelles de notre site en 24 heures : 38, nouveau record à battre ! Nous n'étions pourtant qu'un vendredi, alors que les meilleures scores s'observent souvent le week-end. A l'évidence, ce qui a joué, c'est la concomitance de la préparation de la Sainte Anne et de l'amélioration de la première version du site en anglais. Pourtant, cette dernière comporte encore des fautes de frappe que nous tâchons de corriger dès que nous les relevons.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 23 Juillet 2010
Plomberie-chauffage - Vie de l'association - Assemblées générales - Animation, fêtes, visites
1 - Les prévisions de la météo ont tendance à s'améliorer pour dimanche après la matinée, semble-t-il. Heureusement car Maxime n'a pu joindre son oncle de Rouellé, de sorte que nous n'aurons pas de tentes.

2 - Le nouveau plombier a réussi à remettre en fonctionnement les toilettes sous le grand escalier. Je révèle donc l'identité de ce champion : M. DELTA (P.S. : ce nom a été changé par souci de discrétion car cet individu s'est ultérieurement révélé quelque peu vindicatif bien que toujours incapable de rigueur) !

3 - FR 3 m'a téléphoné hier. Ils ont l'intention de couvrir l'événement. Je leur ai clairement recommandé d'être là le dimanche mais il n'est pas impossible qu'ils préfèrent le lundi, cela dépendra de la disponibilité de leur équipe de tournage.

Gisèle a entendu dire qu'un journal de la Mayenne évoque notre fête. Je ne sais où ils ont pêché l'info car je n'ai eu aucun contact dans ce secteur. Cela prouve que le "buzz" fonctionne et c'est tant mieux !

4 - Groupama vient de m'adresser un courriel. Ils acceptent finalement d'assurer nos festivités. Quand j'écrivais que ce site avait des vertus puissantes, je disais vrai... Merci donc à Mme BADEUIL pour son efficace travail de persuasion auprès de ses collègues, et merci à Groupama !

5 - Carole est arrivée ce matin de Paris. Telle un général en chef sur le front des troupes, elle a commencé par réunir toutes nos forces vives (Bernard, Gisèle, Pascal, Maxime et Claude) dans la pièce qui sert actuellement de cuisine et là, entre cafés et croissants dont elle s'était approvisionnée sur la route, elle a distribué les rôles. L'accent est mis sur la sécurité des personnes et des biens, le reste en découle. Quant à moi, je n'ai plus qu'à m'effacer, mission accomplie... Pour l'instant, du moins...

6 - Je signale enfin que la prochaine AG de l'association se déroulera après le 18 août prochain, ceci afin de pouvoir y bénéficier des conseils de Michel POUSSIER pour le lancement de notre concours de photographies déjà évoqué ici.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 24 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Cette veille du grand jour est occupée ici à régler les derniers détails :

1 - Il faut veiller à répartir nos "animateurs de festivités" sur le terrain. A ce stade, il est prévu que :

- les danseurs du "Trou Normand" puissent se nourrir et se changer dans "l'aile de la belle-mère", c'est-à-dire au rez-de-chaussée du colombier et dans les pièces attenantes ; je pense qu'Olivier OZEGAN pourra en faire de même, et mettre là ses instruments de musique à l'abri entre deux numéros ;

- les antiquaires-brocanteurs Jean et Sylvie LEMARIE établissent leur stand dans le fournil du manoir, et les artisans d'art à proximité de celui-ci, c'est-à-dire dans l'arrière-cour ;

- la potière Sylvie BEAUMONT s'installe du côté de l'avant-cour avec ses jeunes stagiaires, à l'abri de la partie la plus ancienne de la charretterie (celle qui servait d'étable jusqu'au milieu du 20ème siècle, ainsi que le montrent les mangeoires toujours en place) ;

- les toilettes mobiles soient bien visibles à proximité immédiate du parking dont Pascal et moi avons délimité les places en bordure de la D 22 (entrée latérale à côté des pilastres). En revanche, à ce stade de nos réflexions, nous ne pensons pas, pour des questions de sécurité ou de garde des objets, pouvoir laisser le public accéder au w.-c. situé dans le logis du manoir, sous sa cage d'escalier.

2 - Pascal et moi avons fini de flécher la route à partir de Domfront de manière à orienter prioritairement les visiteurs (notamment ceux qui découvriront l'endroit) vers un parking sur l'allée principale au Sud du manoir, c'est-à-dire entre le bourg de La Haute Chapelle (dont ils auront ainsi à longer une partie du lotissement, après avoir grimpé la côte vers le bourg) et le manoir ; les voitures pourront se garer face au talus Est de cette allée principale (c'est-à-dire du côté droit en descendant sa dernière section, à savoir la section rectiligne qui plonge vers le manoir) ; nous avons planté des poteaux pour éviter aux automobilistes de s'engager dans les zones boueuses de ce secteur (dues à des sources ou à des regards de drainage).

3 - Avec l'aide de Pascal, Carole est en train de fleurir comme il convient le pourtour de la niche où trône désormais, en altitude, la nouvelle statue de Sainte Anne. En dépit de son vertige, elle s'est installée dans la benne du gros tracteur et Pascal l'a hissée à bonne hauteur. Je découvre ainsi, encore surpris après plus de 35 ans de mariage, que mon épouse a même des talents inédits de cascadeur !

4 - Pour le reste, la journée ici est occupée à déménager tables, chaises et bancs. J'ai fait ce matin l'acquisition de 38 chaises en plastique empilables, tout le stock du magasin, un investissement qui pourra resservir à d'autres occasions.

Dès 16 h 30 en cette veille des festivités, les premiers pique-niqueurs ont déjà pris position ! Claude MARTIN (mon ancien maçon, désormais à la retraite mais qui, comme on le sait, revient fréquemment sur le chantier voir les copains) a ainsi installé sous les noisetiers, donc avec une bonne vue sur l'avant-cour, sa table et ses bancs pour les 15 membres de sa famille qui seront des nôtres.

De même, Eric ANDRE, qui tiendra la buvette, est venu dès 17 heures déposer une partie de son matériel et coloniser au passage la plate-forme extérieure de la charretterie, avec vue imprenable sur le manoir !

P.S. : Nous en sommes, ce soir, à nous demander où seraient installés le plus agréablement pour déjeuner les danseurs du "Trou Normand". Nous en discuterons demain avec eux, dès leur arrivée. Il sera encore temps avant que la fête ne commence.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 25 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Le grand jour est arrivé. J'en rendrai compte ici, au fur et à mesure.

A 6 h 15 du matin, le ciel est gris et bas, les premiers rayons du soleil semblent peiner à transpercer les nuages. Les hirondelles chantent dans la pièce au-dessous de mon bureau où, avec la complicité de Carole qui en laisse tout le temps la porte entrouverte, elles ont bâti leur nid. Sur le site météo détaillé de msn, les prévisions ne sont pas vraiment emballantes : averses à 11 h et encore à 14 h, averses par temps clair à 17 h et à 20 h. En outre, à l'heure de notre pique-nique, le risque de précipitation est de 80 %. C'est bien notre chance après tous ces jours de sécheresse ! Reste à savoir ce que, pour msn, signifie "averses" : en effet, tout le monde n'a pas la chance d'être familier du temps dans ce coin-ci de Normandie...

A 8 h 30, le ciel est uniformément blanc, l'air transporte de très fines gouttelettes d'eau, comme un léger brumisateur. C'est agréable et j'entends les oiseaux chanter (mais ne suis pas assez calé pour les reconnaître). A la cuisine, Carole commence à préparer les cafés en vue de les verser dans des thermos. De mon côté, je viens de nicher dans le frigo, à toutes fins utiles, trois douzaines de bouteilles de "poiré fermier" de Rémi LIOT, producteur-récoltant à La Haute Chapelle. Hier soir et jusqu'à la nuit noire, Bernard a lancé une razzia de cerises qui pourront aussi être distribuées à la fin du pique-nique ; elles sont excellentes cette année et très sucrées ; d'ailleurs, de ce pas, je vais encore le vérifier...

A 10 h 30, Eric ANDRE (la buvette) et Olivier OZEGAN (le conteur) s'installent ; Bernard et Pascal exécutent les dernières instructions de Carole ; Marine, ma filleule, vient de me prévenir qu'elle a raté son train : tout est donc normal et sans surprise... La température est douce, idéale...

A 11 h 20, Jean et Sylvie LEMARIE déballent les antiquités qu'ils vont exposer ; c'est des malins et ils me connaissent bien : il se sont munis d'un porte-selle, beau et très meublant, et je ne vais pas pouvoir résister longtemps, même si, d'expérience, les chevaux ne m'aiment guère... Par ailleurs, tout est prêt pour accueillir les danseurs du "Trou Normand" ; finalement, on leur a réservé la salle-à-manger du manoir et ils ne devraient pas y être trop à plaindre...

A 11 h 30, l'affaire est faite, le marché conclu : un porte-selle et une réédition de l'Encyclopédie de Diderot des années 1960, ça manquait à ma bibliothèque ! Dans le lointain, Olivier OZEGAN accorde sa cornemuse... Roland FORNARI expose déjà quelques-unes de ses réalisations, c'est magnifique !

Hélàs, dès 11 h 40, je suis soumis à forte pression pour revendre cette Encyclopédie : Roland FORNARI paraît tellement déçu que lui aient échappé les planches sur l'art des forgerons, j'ai peine à le supporter mais je résiste encore. Il faut que je fasse attention, mon coeur tendre me perdrait !

A 12 h 30, j'interromps ma prose : tout le monde veut m'offrir l'apéritif, l'après-midi sera dur...

A 17 h 45, reçu sur mon téléphone portable le SMS suivant, envoyé par mon fils Thibaud, retenu en Suisse par son travail : "Comme je ne vois plus aucune nouvelle sur le site depuis 12 h 30, j'imagine que c'est un succès !" Ma réponse immédiate à Thibaud : "Enorme !"

A 20 h15, la journée n'est pas encore terminée, mais en bonne voie de l'être puisque je viens de récupérer ma filleule à la gare de Flers : mieux vaut tard que jamais pour se joindre à nous !

Je donnerai d'autres détails lors de mon insomnie de la nuit prochaine. A bientôt !

1 - D'abord, des détails sur notre journée d'hier.

1ère remarque : les services de la météo se sont complètement trompés, on peut dire qu'il a fait beau pendant toute la fête. Le soleil est même revenu tôt et nous avons eu un très bel après-midi d'été. Pourtant, d'après msn, à moment donné, la probabilité d'averse dans le Domfrontais était montée à 90 %...

2ème conclusion : cette première "Sainte Anne à la Chaslerie" a connu un vif succès. Dès le début du pique-nique, nous avons compris que nous éviterions l'échec, même si ce n'est pas au moment du pique-nique lui-même que le public est venu en masse (sur cette observation, les avis divergent : Carole considère en effet que le succès était assuré dès le déjeuner, avec des gens disséminés un peu partout aux alentours). Avant que j'aie pu goûter aux tartes et cerises prévues par Carole, alors que notre joueur de cornemuse en grande tenue écossaise (tartan rouge des Stewart, le clan de sa mère) commençait à évoluer entre les tables, tournant autour de chacune en tirant des accents mélancoliques de son instrument, un couple m'a demandé de jeter un coup d'œil sur l'intérieur de la chapelle. Nous y sommes allés et là, pendant trois heures au moins, je n'ai pu m'en extraire car les gens y entraient à jet continu, en rangs serrés, avant d'en sortir par la terrasse. Je n'ai donc pu compter moi-même le nombre de voitures sur les parkings mais l'on m'a dit qu'à moment donné, il devait y en avoir 150, ce qui devait représenter près de 500 personnes sur le site simultanément. D'après ce qui m'a été dit, on a certainement dû recevoir, quelle que soit la façon de compter, entre 500 et 800 personnes dans l'après-midi. Eric ANDRE était enchanté, sa buvette ne désemplissait pas. Bref, il y avait tant de monde que j'ai remarqué dans le flot de visiteurs plusieurs personnes dont, pour des raisons diverses, je n'attendais assurément pas la venue ; les retrouver ici était donc chaque fois une très bonne nouvelle et un signe de succès...

Il n'y a eu aucun incident, tout le monde était ravi, Carole et moi avons vite croulé sous les compliments. Les visiteurs sont venus surtout de La Haute Chapelle et des communes avoisinantes. Quand je demandais comment on avait eu connaissance de l'existence de cette fête, on me répondais le plus souvent "par le Publicateur" ou bien "par les affichettes".

Chacune des animations prévues au programme a plu au public réuni là, dans l'atmosphère familiale et bon enfant que nous avions souhaitée.

Les danseurs du "Trou Normand" étaient magnifiques, les coiffes des dames et des demoiselles du groupe étaient immaculées, parfaitement amidonnées et repassées, les messieurs faisaient honneur au pays.

Le conteur OZEGAN a su charmer, presque envoûter petits et grands. Le regard des enfants était émerveillé pendant qu'il narrait des légendes du temps jadis en caressant sa lyre médiévale. Il nous a également gratifiés d'un concert de psaltérion dans la chapelle. Il jouait aussi d'une cornemuse ancienne en buis très finement ciselé et ornementé d'incrustations de corne de vache et de détails sculptés en os. L'écossais Stefan JAKUBOWSKI (un résident de Saint Bomer-les-Forges) lui répondait fort galamment avec son instrument moderne.

Sylvie BEAUMONT, la très douce et jolie potière de Ger, rassemblait dans un coin de la cour les plus jeunes pour leur faire modeler de petits épis de faîtage et autres figurines qui trôneront longtemps, à n'en pas douter, parmi les "oeuvres d'art" dont sont parfois gratifiés les parents...

Enfin, les artisans d'art ont pu donner de multiples exemples de leur savoir-face, Roland BOUSSIN et Roland FORNARI (désormais promus vedettes du petit écran depuis leur récent passage au 20 heures de TF 1) ont montré des ardoises coffines, ou comment tailler les épaisses ardoises "Armen", ou encore quelques chefs-d'oeuvre de ferronnerie.

De leur poste habituel au fournil du manoir, Jean et Sylvie LEMARIE ont vendu, entre autres, beaucoup de dessous féminins d'autrefois aux danseuses du "Trou Normand" qui pourront ainsi agrémenter, plaisamment à n'en pas douter, leurs ravissantes tenues.

3ème conclusion : sans préjuger des débats qui se dérouleront bientôt dans le cadre d'une AG de l'association, il paraît probable que nous rééditerons l'an prochain et, espérons-le, les années suivantes, cette "fête de la Sainte Anne à la Chaslerie". La demande est là, à l'évidence, et l'offre de nouveaux spectacles aussi. Dès cette première édition, toutes les difficultés matérielles ont été surmontées, ce qui est de très bon augure pour des festivités ultérieures...

2 - Maintenant, des nouvelles sur ce lundi, puisque les festivités y continuaient.

La tonalité en était plus recueillie puisque le moment fort en était, en présence de l'artiste, Pascal POIRIER, l'inauguration de la statue de la Sainte Anne, avec toute la pompe requise par l'importance de l'événement.

Michel d'ARGENT, son fils et leurs amis, en grand uniforme de vénerie, ont rythmé la cérémonie aux accents de leurs trompes de chasse.

Ensuite, un pique-nique "tiré du panier" nous a réunis à proximité de la cave du manoir et là, une nouvelle fois, nos sonneurs de trompe (qui avaient, chaleur oblige, tombé la veste et qui ne portaient plus leur bombe) se sont relayés pour nous donner la sérénade.

Notre ami Ecossais, qui arborait ce lundi le tartan vert foncé des Murray of Atholl, le clan de sa bisaïeule, a repris son parcours entre les tables, concluant toujours ses interventions d'un parfait salut militaire à la mode des Scots Guards puisqu'il a été formé à son art par un major de ce Régiment.

J'avoue que, du côté de Carole et surtout de moi, il y a eu un certain flottement dans l'organisation de nos interventions d'aujourd'hui. La nuit précédente avait en effet été brève, tant nous nous étions survoltés pour les réjouissances du dimanche. Il semble que nos invités de ce lundi ne nous en aient pas tenu rigueur, et nous les en remercions.

3 - Hier comme aujourd'hui, j'ai pris de nombreuses photos. Il ne m'est pas encore possible de les incorporer dans ce blog mais, avec Thomas TALBOT que je dois revoir demain, nous allons tâcher de remédier à cela, c'est promis !

Si des participants à nos fêtes pouvaient nous communiquer leurs propres photos par courriel à penadomf@msn.com, nous serions heureux d'en faire apparaître certaines à ce site internet, qu'on se le dise !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 29 Juillet 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Quelques images de nos festivités de la Sainte Anne :

Le 25 juillet, les danseuses du "Trou Normand" s'apprêtent à déjeuner avant de se produire


Carole est tout heureuse de recevoir de si belles invitées dans sa salle-à-manger

Les enfants sont bien sûr de la fête

Notre ami joueur de cornemuse entre en scène

Les Normands aussi sont bondissants...

Petits et grands littéralement envoûtés par le conteur OZEGAN...

Mais comment résister à une telle potière ?

Le 26 juillet, Sainte Anne est à l'honneur, dûment fleurie par Carole !

Les sonneurs de trompe se concertent avant de jouer

Un bon Ecossais est toujours d'attaque !

La présidente de l'association surveille le bon déroulement des festivités d'un endroit hautement stratégique...

Même ma filleule a fini par attraper un train !

Veste tombée, Michel d'ARGENT et son fils Josselin sonnent la trompe, de concert avec Yves JOUACHIM et Alain ROBINEAU, pendant le pique-nique

Toujours imperturbable, notre ami Ecossais circule encore entre les tables...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 30 Juillet 2010
Abords, Avenue, terrasse - Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
J'ai reçu, dans l'après-midi, la visite de Didier BOISBLUCHE venu, comme convenu, reconnaître ce que pourrait être un circuit de V.T.T. aux abords de la Chaslerie.

Didier BOISBLUCHE est en effet en charge de l'organisation de la prochaine "rando V.T.T. des écureuils" qui devrait réunir, dimanche 22 août prochain, environ 400 participants au départ de Domfront, pour des "randos" de 15 à 65 km et des "raids" de 75 à 100 km. La Chaslerie étant proche du départ, tous ces coureurs passeront par ici, à partir de 7 h 30 du matin.

J'ai montré à Didier BOISBLUCHE des cheminements envisageables aux abords du manoir, et lui ai signalé les endroits d'où les perspectives étaient particulièrement belles selon moi.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 06 Aout 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Reçu aujourd'hui la visite, dans le cadre des "Escapades Bocagères", d'un sympathique groupe d'une bonne quinzaine de touristes dont 5 Anglais, emmenés par le président de l'OTSI de Domfront, M. Guy LEBOSSE et par la charmante Anne-Laure CHAUSSERIE (qui avait veillé à assurer une traduction parfaite...).

Par ailleurs, nous continuons à recevoir d'agréables compliments de toutes parts suite à nos récentes festivités de la Sainte Anne. D'après ce que l'on me dit, nous aurions sans doute été 800 environ le 25 juillet dernier, et j'ai compté une quarantaine de participants à la petite cérémonie du lendemain.

Donc nul doute que, malgré la conjoncture générale, la Chaslerie ne pulvérise son score habituel de visites annuelles. On pourra faire un point plus complet après les prochaines Journées du Patrimoine.

P.S. : Après avoir écrit ceci, j'ai eu un doute : doit-on écrire "continuer à" comme je l'ai fait, ou bien "continuer de" ? Internet ayant désormais réponse à tout, voici ce que j'ai trouvé. Ceci dit, je ne suis pas sûr de comprendre toutes les finesses de ces explications, donc je maintiens à ce stade ma rédaction...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 14 Aout 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Reçu aujourd'hui la visite d'un groupe d'amateurs de motos de collection. Le temps était humide et une "Panther" d'avant-guerre et "dans son jus" a eu besoin d'un peu d'aide pour redémarrer...

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 17 Aout 2010
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
Pour la première fois, à ma connaissance, depuis 19 ans, un photographe professionnel est en ce moment à la Chaslerie pour immortaliser le mariage entre une demoiselle de Saint-Mars-d'Egrenne et un jeune homme de Nantes. Ils vont un peu partout, ce qui montre que tout ici leur plaît, et cela me fait plaisir...

Tôt ce matin (mais en leur honneur, je n'étais plus en pyjama), par temps d'abord couvert puis clair, les "Ecureuils du bocage" ont traversé les terres de la Chaslerie. Je les ai photographiés abondamment et propose donc aux visiteurs de ce site internet de parcourir à leur tour, ici de façon virtuelle, le chemin emprunté par ces Vététistes. Cela nous donnera l'occasion d'apercevoir quelques perspectives et de nous rendre compte de l'état des plantations.

Les "Ecureuils" étaient partis une dizaine de minutes plus tôt du champ de foire de Domfront. Voici un groupe débouchant du chemin creux du manoir de la Touche et s'apprêtant donc à entrer sur les terres de la Chaslerie :

Voici par où, précisément, ils sont entrés sur ces terres, un petit pont de béton artistiquement édifié par Claude MARTIN et judicieusement agrémenté de gravier (on aura au passage un petit exemple de la qualité de la coordination de l'électrification des campagnes par les bons soins d'EdF...) :

Les concurrents de cette randonnée se sont ainsi engagés sur une Avenue en devenir que ma voisine Mme ROGUE, l'épouse du vétérinaire, appelle d'ores et déjà "l'Avenue Fourcade". Au passage, je remercie Mme ROGUE pour ce choix judicieux que je n'aurais osé suggérer, pour la bonne et simple raison que, comme l'on sait (et je suis bien connu pour cela), je souffre d'une timidité quasiment maladive...

Avenue Fourcade il y a donc, au moins selon l'usage local. En effet, j'avais naguère, lorsque l'occasion s'en était présentée, c'est-à-dire fortuitement, acheté quelques arpents caillouteux supplémentaires, pour me permettre de me rendre du manoir à la mairie de La Haute Chapelle sans guère avoir à quitter mes terres. L'essence que j'avais retenue pour ombrer cette promenade, des hêtres, devait bien sûr donner à cette allée, au moins à terme de 30 ou 50 ans, un caractère majestueux et même triomphal qui n'était pas pour ma déplaire.

Donc, quelques mois avant les dernières élections municipales, je m'étais permis d'approcher le maire de La Haute Chapelle, mon ami Roger GIPPON, agriculteur de son état, pour lui proposer, avec toute la modestie qu'on imagine, de me faire une petite place dans son conseil. Roger avait un peu tardé à donner suite. Au bout de quelques mois, j'étais donc retourné le voir et là, patatras, j'avais appris de sa bouche que "le conseil municipal unanime démissionnerait s'il me prenait sur sa liste" (sic). Or je connais divers "horsains" des environs à qui pareille mésaventure est arrivée : cela semble faire partie des usages locaux de sorte qu'il n'y a pas à s'en formaliser.

Voilà pourquoi je suis resté avec mon allée sur les bras, avec son kilomètre et demi supplémentaire, sans autre usage pour elle que d'y admettre de temps à autre quelques gentils visiteurs comme ces fameux "Ecureuils"...

Il est cependant temps de revenir à ces derniers. En voici justement deux qui, après avoir parcouru la première section de cette bientôt fameuse allée, doublent le bâtiment du Tertre Linot que j'ai revendu à mon voisin Hubert GAHERY après l'avoir acquis de Bernard...

En voici quatre autres sur le sentier qui raconte-t-on, servait naguère aux trafiquants de "goutte" pour échapper aux contrôleurs des droits indirects :

Après le chemin des contrebandiers, un groupe s'éloigne sur la seconde section rectiligne de l'allée :

Un peu plus loin...

... l'allée coupe la route qui permet de se rendre du bourg de La Haute Chapelle à la Thierrière (le "village" de la mère de Maxime). Notez sur la droite le potager de Bernard, en très médiocre état cette année du fait de la sécheresse :

Après avoir coupé cette route goudronnée, les "Ecureuils" devaient s'engager sur une section agréablement ombragée de chemin communal :

Ils longeaient ainsi, sur leur gauche, des prairies appartenant à mon voisin et ami Claude FAVERIS, au "village de la Guerche". A leur droite, un autre terrain que m'a vendu Bernard, avec une carrière dont furent extraites, il y a très longtemps, des pierres utilisées pour construire la Chaslerie...

Il fallait ensuite, arrivé enfin en haut de l'allée principale du manoir, bifurquer à droite vers "les Martiens". Voici d'ailleurs l'un des benjamins de l'épreuve, en pleine action :

Les concurrents se trouvaient donc là sur ce que j'appelle "l'allée oblique". Tous les jours, celle-ci est empruntée par mon fermier Hervé LEMOINE, sa mère ou son neveu, pour aller contrôler l'état de leurs veaux qui paissent en contrebas...

Et voici enfin ces fameux "Martiens", que j'appelle ainsi en raison de leur aspect redoutable avec ce qui ressemble à une énorme tête ronde quand on les aperçoit dans le lointain :

A partir de cet endroit, "la route est droite mais la pente est rude" quand on descend l'allée oblique vers les champs d'Hervé...

Juste avant d'y arriver, virage en épingle à cheveu sur la gauche, il faut longer "le champ de Mauduit". Je précise que ce Mauduit, oncle de Bernard, était l'ancien propriétaire d'une parcelle attribuée à la Chaslerie à l'occasion du dernier remembrement, il y a une quinzaine d'années

Les jeunes chênes ou hêtres que l'on aperçoit sur beaucoup de ces photos ont été plantés dans la semaine précédant la grande tempête de 1999. Ils ont donc déjà un peu plus de 10 ans

Là, je ne suis pas certain que mes voisins, les frères VINCENT, seraient heureux s'ils voyaient comment les "Ecureuils" traitent le talus qu'ils refusent de me vendre alors que mon offre leur aurait permis une plus-value très substantielle : tant pis pour eux !

Belle vue des derniers mètres de descente vers le manoir :

Souriez pour le correspondant local de "Ouest-France" !

Virage sur l'aile en bout de terrasse, près de la chapelle. Attention quand même à la douve Sud !

Les concurrents s'apprêtent à longer la douve Est :

Descente à l'extérieur de la douve Nord, vers l'endroit où se sont fait prendre, en moins de trois semaines cette année, tant de ragondins (18 à ce jour...)

L'allée du Beaudouët, qui longe ce ruisseau :

Enfin, l'Avenue Gérard PHILIPPE, que je dénomme ainsi car je l'ai plantée dans l'axe du salon de ce dernier (il s'agit non de l'acteur, mais du fils de notre chère Mme PHILIPPE, de la Josselinière...)

Ensuite, après ce hors-d'oeuvre de 3 kilomètres sur les terres de la Chaslerie, c'est la D22. Pour certains des quelques 400 concurrents, dont une dizaine de femmes, il ne restait plus que 95 kilomètres à parcourir, une paille !

Malgré le temps qui se gâte, le chantier du puits de la ferme progresse, désormais sous l'abri d'un parapluie :

Mardi 7 septembre 2010, vers 17 heures.

Par ailleurs, Bernard a tondu l'herbe aux abords immédiats du manoir. Elle avait bien repoussé courant août. Ce soir, l'aspect en est impeccable. La Chaslerie devrait donc être en beauté pour les prochaines Journées du Patrimoine, dans moins de deux semaines.

En revanche, je n'ai plus de nouvelles du forgeron, Roland FORNARI, qui avait pourtant, de longue date, promis ses grilles pour cette échéance.

Rien de neuf non plus du côté de Roland BOUSSIN, le charpentier-couvreur dont j'attends toujours le devis pour le fournil de la ferme.

Enfin, le nouvel électricien auquel j'ai fait appel semble incapable de s'organiser. Il avait l'avantage de ne pas venir de loin. Je dois donc en rencontrer prochainement un nouveau, établi dans une commune un peu plus éloignée.

Maxime LEBOUTEILLER
rédigé le 15 Septembre 2010
Journal du chantier - Animation, fêtes, visites
Un petit bonjour du Mans où tout se passe très bien.

Je profite de 5 minutes de répit pour vous laisser un petit message et admirer l'avancée des travaux.

Je vais faire tout mon possible pour vous rendre visite lors des Journées du Patrimoine.

Passez le bonjour à toute l'équipe !

A bientôt,

Maxime