Animation, fêtes, visites

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 12 septembre 2009
Animation, fêtes, visites - Vie du site - Entretien du site
0
Voici, pour info, le texte du courriel que j'ai adressé hier soir au Comité départemental du tourisme de l'Orne (avec copie à la Direction régionale des affaires culturelles) :

"Merci beaucoup d'avoir pris la peine d'examiner ma suggestion et d'y répondre positivement (il s'agissait de mieux répertorier la Chaslerie sur le site du Comité départemental au tourisme, NDLR).

Je suis heureux, grâce au site internet de la Chaslerie, d'élargir l'éventail des personnes intéressées par ce manoir.

Ceci étant, je vous présente trois remarques.

1 - D'abord, je suis frappé par le fait que, grâce à ce site et d'après les statistiques de fréquentation dont je dispose, la "visite virtuelle" attire plusieurs dizaines de fois plus que la "visite réelle". C'est vraiment impressionnant. Ceci étant, il doit y avoir une dimension de nouveauté, d'autant que l'hebdomadaire local (le "Publicateur Libre") a très bien rendu compte du lancement du site. On verra si cette observation se confirme au cours des prochains mois. Je serai également intéressé de relever quelle proportion des visiteurs des prochaines Journées du Patrimoine aura déjà eu connaissance du site, voire l'aura déjà consulté.

2 - A titre incident, nombre de "visiteurs physiques" se sont ouverts à moi du mauvais fléchage routier du manoir. En fait, ce fléchage est inexistant à ce jour. Sauriez-vous qui pourrait prendre en charge deux panneaux à implanter, selon moi, l'un au départ de Domfront, l'autre à l'arrivée sur place ?

3 - Je suis convaincu qu'il serait efficace pour le tourisme et peu coûteux pour la collectivité d'encourager les propriétaires de MH privés à créer chacun un site internet. Il faut s'adapter à l'évolution des moeurs et des techniques, que diable ! A mon avis, les réticences sont de 4 ordres :
- crainte des cambrioleurs ;
- crainte du qu'en-dira-t-on ;
- crainte du fisc (ISF, droits d'enregistrement...) ;
- méconnaissance de la façon de s'y prendre (quel webmaster ? quel hébergeur ? comment protéger les photos ? quelles mentions légales ? etc...).
A ma connaissance, le site de la Chaslerie est, à ce jour, le plus détaillé qui concerne un MH privé. Il en existe de plus "travaillés" (i.e. nécessitant des plus fortes compétences informatiques pour les fabriquer). Mais généralement, ces sites existent parce qu'ils permettent de rabattre de la clientèle sur des chambres d'hôtes. Or il y a bien mieux à faire, et c'est facile (par exemple, mon site m'a, à ce jour, coûté 800 €Â€, en tout et pour tout). Je suggère les pistes suivantes :
- très facile à mettre en œuvre, très efficace pour lancer la mode, et peu coûteux : la création, au niveau national, d'un concours permettant de donner un coup de projecteur sur la réalisation de sites intéressants et attrayants. Il me paraît évident qu'un Jack LANG aurait sauté sur l'idée. Ce concours pourrait être organisé par le Ministère des Affaires Culturelles, par exemple à l'occasion des Journées du Patrimoine (ça me paraîtrait faire une excellente couverture médiatique). Ou bien par une association du type V.M.F., qui attribue déjà des prix annuels centrés (mais pas uniquement) sur la qualité des travaux de restauration ;
- plus difficile à mettre en œuvre, mais de bon aloi et tout à fait recommandable : l'implication des A.B.F. (et des A.C.M.H.) pour, soit prendre en charge la partie "laïus" des sites (histoire, description des lieux), soit exercer un contrôle "a posteriori" en labellisant les sites (afin d'éviter qu'on y raconte n'importe quoi) ;
- une assistance et un rôle de conseil aux propriétaires pour décider la création d'un site, voire pour le construire.

Il y a là, je pense, du grain à moudre. Je suis à votre disposition pour en reparler si vous le souhaitez.

Bien cordialement,

Pierre-Paul FOURCADE"

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 20 septembre 2009
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
0
Grand succès aujourd'hui pour les Journées du Patrimoine. La Chaslerie était présentée par mon épouse, ma mère et moi, de 14 heures à 18 heures, à un public sensiblement plus nombreux que l'an dernier.

Combien étaient-ils ? Sans doute plus de 500, la plupart avant 17 heures (car je crois que débutait alors un concert à Lonlay-l'Abbaye, dans le cadre du Septembre musical de l'Orne). Venus de La Haute Chapelle, de Domfront et des communes voisines mais aussi de plus loin, du Perche, de Bretagne et même d'Angleterre. Souvent en groupes (dont des randonneurs à pied de Céaucé), généralement en famille, de tous les âges mais avec une forte représentation de seniors.

Quelques personnalités régionales comme M. Philippe SIGURET ou des élus dont le maire de La Haute Chapelle, Roger GRIPPON.

Tout le monde s'est déclaré enchanté. Beaucoup de compliments pour les travaux. Un couvreur (intervenu il y a plus de 30 ans sur la tour Louis XIII) a cependant émis, à juste titre, des réserves sur des travaux que je n'avais pas confiés à Roland BOUSSIN.

Il semble ainsi que, petit à petit, la Chaslerie (re)devienne l'une des vitrines préférées de nombre d'habitants de La Haute Chapelle et du Domfrontais.

C'est très encourageant. Donc merci aux visiteurs ! Et n'hésitez pas à revenir, sans attendre les prochaines Journées du patrimoine. Je rappelle qu'en effet, les visites extérieures sont libres et gratuites tout au long de l'année !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 17 octobre 2009
Animation, fêtes, visites - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Coup de gueule !

Il en va des statistiques de fréquentation des monuments historiques comme de celles des manifestations ouvrières : on constate des écarts, qui peuvent être énormes, entre les chiffrages des syndicats et ceux de la police. Le phénomène est bien connu et tournerait au gag si la lassitude ne l'emportait.

La "Demeure Historique" vient d'envoyer à ses adhérents un courriel pour leur demander les statistiques de fréquentation de leur monument par le public au cours des dernières années.

Cette demande ne peut que laisser dubitatifs tous ceux qui ne font pas systématiquement payer l'entrée. Car, sauf sur la fréquentation d'un éventuel site internet, on ne dispose pas d'un comptage indiscutable des personnes qui nous font l'honneur de s'intéresser à de telles propriétés.

Devrions-nous néanmoins nous inspirer de ce quidam qui reporte triomphalement, dans la presse locale, 6 000 visiteurs pour une manifestation d'un jour qu'il vient d'organiser dans ce que ledit article appelle, un peu pompeusement peut-il sembler, son "magnifique parc" ?

Je ne me suis pas déplacé là le week-end dernier car j'avais mieux à faire. Nous recevions en effet des cousins parents d'un double recordman du monde à la voile et on a beaucoup parlé des derniers exploits - réels eux - du jeune Florent Chastel.

J'ai néanmoins pu visionner hier, par simple coïncidence, les photos du club local de photographes amateurs qui a couvert l'édition 2009 de la fête en question. On y était à l'évidence très, très, mais alors très loin des 6 000 visiteurs reportés.

"Plus c'est gros, mieux ça passe", tel est donc le dicton mis en oeuvre par certains pour essayer de se tailler à bon compte (si l'on peut dire) quelque supplément de notoriété. Et l'on peut se demander pourquoi.

Quant à moi, j'ose déclarer que ce procédé me messied. Je veillerai tout simplement, dans mes réponses à la "Demeure Historique", à rester honnête.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 18 octobre 2009
Animation, fêtes, visites - Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
Le compteur de visites du site internet de la Chaslerie, qui était à 0 le 4 septembre dernier, a dépassé aujourd'hui le chiffre de 500. Ceci signifie qu'un demi-millier de visites virtuelles de la Chaslerie ont eu lieu en 6 semaines.

Ce score est d'autant plus remarquable que, dans l'esprit de ses concepteurs, ce site internet prétend élever le niveau des explications données au public à propos de ce monument historique. On n'y a pas joué la carte de la facilité.

Je constate que le flux est régulier dans le temps, et qu'en particulier, on ne peut relever de pointe significative parmi les "visites virtuelles" comme il y en a une très marquée, habituellement, parmi les "visites réelles" à l'occasion des Journées du Patrimoine.

Cette remarque me paraît significative et semble indiquer que, grâce à ce site, nous atteignons un public très souvent différent de celui qui vient sur place.

D'après les commentaires recueillis, et pas uniquement à travers le Livre d'Or, les visiteurs virtuels sont très satisfaits de ce site internet.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 1 novembre 2009
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
0
Je viens de voir un groupe de cyclotouristes, équipés de pied en cap, descendre la grande allée de la Chaslerie pour remonter vers la D22. Ils étaient concentrés sur leurs machines, ne m'ont pas vu et on n'a donc pas pu discuter.

J'aime bien que des gens du pays marquent ainsi, discrètement, leur attachement à la Chaslerie.

Je pense à mon voisin Jeannot, qui apprécie ses promenades digestives vers le manoir, mais qui, un peu craintif sans doute, détale dès qu'il m'aperçoit.

Ou bien à la soeur de Maxime (désolé, jeune fille, j'ai encore oublié ton prénom, je le copierai donc cent fois) qui se promène à cheval au milieu des plantations où elle peut croiser des chevreuils.

Ou encore à ces familles de La Haute Chapelle en promenade postprandiale du dimanche. J'ai installé des bancs à leur intention à trois coins du Pournouët. On peut même y faire la sieste, je le sais, je l'ai déjà faite là !

Ou à Madame Piet et à sa jeune amie du club de photos de Domfront, qui viennent capter ici, sur les pierres et les arbres, un peu des feux de l'automne, comme dimanche dernier.

Ou bien aux pêcheurs à la ligne qui remontent le Beaudouët en cuissardes, à la recherche des derniers salmonidés, ceux qui résistent aux pesticides.

Ou à Claude Martin, désormais retraité, accompagné du fidèle Blacky et qui vient à ma demande, comme hier, éradiquer des volatiles exagérément crotteurs comme ces pigeons qui ont proliféré dans les trous d'ope depuis qu'il les a restaurés.

Ma seule réserve quant aux visiteurs concerne - en sera-t-on surpris ? - les mordus d'engins pétaradants : ainsi, les quads, les 4x4 ou les motos sont fermement priés d'éloigner leurs décibels et de creuser leurs ornières plus loin !

Il faut pouvoir toujours entendre ici les oiseaux. Ou, à défaut, l'intarissable âne en rut d'un autre de mes voisins.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 24 novembre 2009
Animation, fêtes, visites - Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
Le site vient juste d'être consulté pour la millième fois depuis le 4 septembre dernier, date du calage à 0 de son compteur.

On avait vu que le premier demi-millier de visites avait pris six semaines, le second n'en a donc nécessité que cinq.

Ainsi, alors que j'aurais pensé que le rythme de visites se calmerait après la relative effervescence du lancement, il n'en a rien été, au contraire. Pourtant, à l'exception notable du journal de circonscription du député DENIAUD, le site n'a fait l'objet d'aucune nouvelle publicité.

On pourrait donc penser que le bouche à oreille a bien fonctionné. C'est là en effet une explication possible.

En l'absence de toute donnée précise, je pense cependant que plusieurs visiteurs virtuels sont revenus plusieurs fois, soit que la masse d'informations du site ait retenu leur attention sans qu'ils puissent en prendre connaissance en une seule connexion, soit qu'ils trouvent un intérêt suffisant dans les rubriques qu'avec d'autres visiteurs dont quelques habitués, je contribue à alimenter (il s'agit, outre le "livre d'or", du "journal du chantier" et de la "vie de l'association").

A signaler cependant, un sensible tassement de la fréquentation du site depuis une semaine environ. Sur ce dernier point, il est encore trop tôt pour épiloguer.

Enfin, je note que le ratio des visites virtuelles par rapport aux visites réelles demeure très fort, sans aucun doute sensiblement supérieur à dix. L'effet d'entraînement d'un mode de visite sur l'autre demeure cependant à déterminer : on ne sait encore lequel est la poule et lequel l'oeuf !

J'apprends à l'instant que le conseil général de l'Orne a décidé hier d'élargir au patrimoine classé ou inscrit au titre des monuments historiques la gamme de ses interventions en faveur du patrimoine. En pratique, cela signifie que la majorité des conseillers généraux reconnaît la contribution des monuments historiques ornais à la promotion du tourisme et à la défense d'un emploi artisanal local de qualité. Cette assemblée est donc désormais disposée à subventionner (dans la limite de 15 % et de 15 000 €€ par dossier) les travaux extérieurs sur les monuments historiques privés.

C'est là une excellente nouvelle, et il convient d'en remercier au premier chef M. Alain LAMBERT, ancien ministre du budget, sénateur et président du conseil général de l'Orne, ainsi que M. Christophe de BALORRE, vice-président du conseil général. Sans leur soutien actif et éclairé, cette réforme n'aurait évidemment pu être adoptée.

J'observe que le "rapport du président" qui recommandait cette réforme au conseil général a eu comme "objectif opérationnel" de "contribuer à l'appropriation des biens culturels". Et c'est bien là, en effet, toute la portée d'une telle réforme. Car il ne s'agit pas tant d'alléger la lourde charge financière des propriétaires privés de monuments historiques que de leur donner un coup de chapeau officiel bienvenu pour leur action fondamentalement bénévole. Le patrimoine dont il s'agit ici est en effet, au-delà de ses propriétaires privés immédiats, une part significative de la culture profonde du terroir, un bien commun.

C'est bien ainsi qu'on le comprend à la Chaslerie et, j'en suis persuadé, chez les autres dépositaires temporaires de ces utiles vestiges d'un grand passé. Soyons donc fiers de nos monuments historiques, rendons-les accessibles et compréhensibles à tous, et notamment aux plus jeunes. Car tel est bien l'enjeu !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 1 décembre 2009
Animation, fêtes, visites - Vie du site - Statistiques de fréquentation
0
Une amie m'a téléphoné aujourd'hui, pour me dire à quel point elle trouvait le site internet de la Chaslerie "épatant". Elle en parle autour d'elle, ce qui me paraît très bien, mais, manifestement, n'en a pas encore exploré tous les recoins.

A-t-elle vu par exemple, qu'à la page "Travaux", à côté de la photo du sympathique M. LECORPS, le taupier, elle peut cliquer sur le mot "taupe" et accéder ainsi, par hyperlien, à un site à la fois rigolo et instructif, que je lui recommande bien volontiers ?

A-t-elle vu encore qu'en cliquant sur n'importe quelle photo du site, elle peut l'agrandir et en faire même l'image de fond d'écran de son ordinateur ? Non, bien sûr, pas celle où l'on me voit en train de lever les bras (et l'appareil photo numérique) au ciel, à côté d'une girouette ! Car ma pudeur bien connue m'a fait choisir, pour me représenter, une photo floue...

Bonne (re)visite(s) virtuelle(s) donc. Mais, surtout, que cela n'empêche pas les visites réelles, toujours bienvenues bien entendu, car, en l'état des moeurs épistolaires de nos contemporains, elles permettent plus facilement l'échange, semble-t-il !

M.-T. ROBILLARD
rédigé le mercredi 2 décembre 2009
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
0
Je fais partie de la commission des cyclo-découvertes de la Semaine Fédérale de Cyclotourisme qui doit se dérouler à Flers du 31 juillet au 7 août 2011.

En reconnaissant un circuit, aujourd'hui, nous sommes passés à La Chaslerie : le manoir nous a paru splendide.

Nous nous demandions s'il serait possible de venir voir l'extérieur, avec des groupes de cyclistes le jeudi 4 Août 2011. Peut-on emprunter l'allée qui descend vers le domaine ?

Je vous remercie beaucoup et vous prie de recevoir mes respectueuses salutations.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 2 décembre 2009
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites
0
@ M.-T. ROBILLARD :

La réponse est évidemment affirmative aux deux questions que vous avez bien voulu me poser, d'ailleurs avec 20 mois d'avance, ce qui montre que les cyclo-touristes sont très prévoyants et organisés.

Soyez gentils de m'indiquer, quand se rapprochera l'échéance, combien vous pensez être et si vous serez tous ensemble ou répartis entre plusieurs groupes.

Et, puisque vous viendrez un 4 août, nous pourrions même fêter ensemble l'anniversaire de l'abolition des privilèges, qu'en diriez-vous ?