Ferronnerie

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : vendredi 10 septembre 2021 14:51
À : (...)archi.com>
Cc : (...)@culture.gouv.fr ; (...)@culture.gouv.fr ; (...)@culture.gouv.fr ; Hugues Hourdin ; Jean Thuaudet ; Jacques Meyer; Flore Merlin ; C. F. ; T. F. ; W. F.
Objet : Re: Chaslerie

Cher Monsieur,

Merci beaucoup pour votre message.

Sur le plan administratif, il y aurait, semble-t-il, une possibilité que, pour les deux premières tranches de restauration des menuiseries extérieures du logis, (...).

En tout état de cause, la réalisation de la première tranche en question devra être lancée très rapidement, pour ne pas risquer de dépasser la date-butoir stipulée par l'arrêté de subvention de l'Etat.

Outre les membres du bureau de la SVAADE et mes plus proches parents, j'ai mis le conservateur régional des M.H., (...), et ses principaux collaborateurs sur ce dossier, (...), en copie de cet échange afin que ces derniers n'aient pas de doute sur le fait que la SVAADE et moi sommes très désireux d'avancer en bon ordre, si possible avec leur aide active.

Bien cordialement,

PPF

Envoyé de mon Galaxy A32 5G Orange
Télécharger Outlook pour Android
_______________________________________________________________________________________________

From: (...)archi.com>
Sent: Friday, September 10, 2021 10:14:18 AM
To: Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Subject: RE: Chaslerie

Cher Monsieur,

Je vous envoie semaine prochaine une proposition de contrat en deux parties :
- Une étude préalable générale correspondant à la phase APD (Avant-Projet-Définitif) qui permettra de déposer demandes d'autorisations de travaux et permis de construire ainsi que les demandes de subvention.
- Un contrat de maîtrise d’œuvre "type" qui sera établi pour chaque phase de travaux et qui portera sur les missions d'exécution :
- PRO-DCE : Projet - Dossier de Consultation des Entreprises
- ACT : Assistance aux Contrats de Travaux
- DET : Direction de l'Exécution des Travaux
- AOR : Assistance aux Opérations de Réception

Par ailleurs, les études de maîtrise d’œuvre sont subventionnables par la CRMH.

Je vous prie de croire, Cher Monsieur, en l'expression de mes dévoués sentiments.

(...), Architecte DPLG et du Patrimoine.

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 18 septembre 2021 04:42
À : (...)
Objet : "Monopole légal mal contrôlé"

Cher Philippe,

Vous avez paru étonné hier soir, quand, en marge du très intéressant spectacle auquel nous avons assisté grâce à vous, je vous ai parlé du monopole des architectes du patrimoine.

Dans le cas des monuments classés, il y a bien monopole dans la présentation des demandes d'autorisation de travaux. Le cas des monuments inscrits est très différent.

Or, au bout de trente années de travaux continus à la Chaslerie, j'en suis encore à rechercher, tâche épuisante, le huitième membre de cette corporation (ou assimilée, vu les changements de réglementations qui n'ont certes pas manqué sur la période) qui, à défaut de me paraître très bon en tous domaines, couvrirait un spectre suffisant de ce qu'il me semblerait légitime d'en attendre.

Nous pourrons, si vous le voulez bien, reparler de cette question à l'occasion de l'entretien, dont vous avez bien voulu accepter le principe, que je solliciterai prochainement pour parler d'un sujet ô combien plus agréable, celui de (...).

Encore un immense merci pour tout ce que vous faites sans relâche dans l'intérêt général !

Amicalement,

PPF

(Fin de citation)
Les gens ont parfois des comportements étranges, notamment face à moi dont le style pourrait être qualifié de direct et le comportement de réactif.

Parfois je les comprends. D'autres fois, c'est plus difficile.

Dans le premier cas, je cite cette galeriste domfrontaise, aperçue hier après-midi et qui, alors que je lui demandais ce qu'elle avait pensé du "coup de gueule de Pierre-Paul FOURCADE" tel que rapporté par le "Publicateur Libre", me répondait que son compagnon lui avait dit, en substance, à propos de moi, "Il est gonflé mais il a raison". Cette nuit, sur "Facebook", j'ai vu que le "Publicateur" avait mis en ligne cet article, ne s'attirant à ce sujet que des "like" ou des "j'adore". Soyons précis, juste un écho d'un protestataire, un fonctionnaire d'après ce que je comprends. Glissons donc.

Dans le second cas, l'architecte du patrimoine avec qui la SVAADE et moi sommes en contact actuellement pour essayer d'organiser la suite du chantier favori. Il avait écrit qu'il fournirait cette semaine sa proposition de contrat de maîtrise d’œuvre et rien n'est venu. Or, comme l'on sait, la SVAADE, lors de son assemblée générale d'il y a un mois, a décidé de se porter candidate à la "mission BERN" en vue de décrocher le gros lot. Perspective d'autant plus délicate que les candidatures doivent être déposées avant la fin de novembre 2021 si l'on vise la timbale de 2022. Tout cela nous rendait tendus, et ceci d'autant plus que l'architecte du patrimoine en question ne réagissait plus à nos messages.

Or il apparaît qu'il était sans doute impossible de boucler en temps utile l'étude préalable (ou de diagnostic) que supposerait prête une telle candidature. Pourquoi diable cet architecte du patrimoine ne nous l'a-t-il pas dit ? Mystère !

Si j'écris ici que cette mission pouvait être qualifiée d'impossible, c'est parce qu'un autre architecte du patrimoine, qui m'a reconnu (la réciproque n'étant pas vraie mais l'on sait que je ne suis pas physionomiste et ces masques n'aident pas) alors que j'étais attablé à ma cantine favorite et avec qui j'ai engagé une rapide conversation me l'a affirmé, pas plus tard qu'hier soir.

Si cette mission est effectivement impossible, chose que pour ma part, je n'avais guère supposée telle (il est vrai que je me complais rarement dans des réflexions de type métaphysique et qu'en outre je connais le dossier), nous sommes assez grands, mes amis de la SVAADE et moi, pour nous l'entendre dire, le comprendre et l'admettre.

Corrélativement, s'il est impossible qu'une étude préalable soit menée en un temps record, qu'elle le soit donc dans le temps qu'il y faudra. Après tout, le tourniquet de la "mission BERN", s'il existe encore à l'horizon de cinq ans, devrait repasser les plats. Et, d'ici là, nous pourrons nous mettre en chasse d'autres financements, ce en quoi une bonne étude préalable nous serait, en tout état de cause, d'un grand secours.

Comme on l'apprenait de mon temps (est-ce toujours le cas aujourd'hui ? On peut en douter quand on lit certaine prose officielle), "Ce qui l'on conçoit bien s'énonce clairement Et les mots pour le dire arrivent aisément".

J'espère que, lorsqu'il lira ce message, l'architecte du patrimoine en question saura à quoi s'en tenir et répondra enfin.

Et je n'ai guère de doute sur le fait qu'il lira ce message car il me semble un accro du net, très présent sur "Facebook" où il se montre souvent très drôle et toujours très réactif.
Pour info, des discussions sont activement en cours, entre le bureau de la SVAADE et moi, afin de marquer sans ambiguïté le rôle et les attributions de chacun à la suite de la signature du bail du 20 août dernier.

Je comprends qu'au cours de la présente "phase de transition", on me trouve parfois un peu trop envahissant et que cette mise au point pourrait aboutir, entre autres, à la mise en ligne d'un nouveau site internet, celui-ci sous la responsabilité de la SVAADE.

Pour autant, il ne m'est pas (pas encore ?) demandé de m'abstenir de commenter de ma fenêtre la vie de cette jeune et dynamique association. Je continuerai donc de le faire de la même façon, notamment sous l'onglet "Nouvelles associations" du site favori où je mêle, il est vrai, les topos relatifs aux trois associations que j'ai contribué à créer, par démembrement en quelque sorte de l'association initiale des "Amis du manoir de la Chaslerie" (actuellement dénommée, pour ne s'en tenir qu'à son sigle, "A.R.D.A.M.C."). Donc, si vous me suivez bien, vous continuerez de retrouver sous ledit onglet, tout ce qui touche, outre la SVAADE, à l'A.D.D.O.O.E. (combats anti-éoliens, le site propre de cette association ayant été perdu lors d'un incendie chez l'hébergeur) ou à l'APIJOMM (emploi en vue de la réinsertion).