Ferme et son fournil

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 6 mai 2017
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Ferme et son fournil - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Météo
0
Depuis hier après-midi, me voici enfin en possession des "pièces" qui me manquaient pour que je puisse m'atteler utilement au dossier qui m'a valu une convocation devant la juge de proximité !

Photo prise à Cotonou (Bénin) par la "Visiteuse facétieuse".

Il aura quand même fallu, pour que j'obtienne communication de ces pièces, que j'alerte la magistrate après les deux lettres recommandées dont je m'étais fendu à l'intention de la partie adverse.

Je vais donc passer une partie de ce week-end de trois jours à préparer mon mémoire en défense. En effet, je n'ai pas estimé utile de confier l'affaire à un homme (ou une femme) de l'art. Mais, connaissant ma propension à écrire trop long, je compte soumettre mon projet à Carole, ancienne avocate, qui pourra me conseiller utilement.

Voici donc, pour ceux qui en doutaient encore, ce à quoi doivent consacrer du temps les propriétaires de monuments historiques quand leur chemin a croisé celui d'un tel artisan.

Heureusement, la météo est à la pluie, ce qui limite le champ de mes distractions et de mes regrets.

0
Il est 9 h 30 du matin en ce dimanche d'élections. J'ai passé l'après-midi d'hier et une bonne partie de la dernière nuit à rédiger, à l'intention du juge saisi par un artisan pour le moins fantasque et brouillon, mes conclusions dans l'affaire qui m'oppose à ce dernier. J'interviens en effet sans avocat.

Je suis satisfait de mon texte. Je l'imprime en vue de le mettre dans les circuits.

Une lettre de Veolia reçue hier m'a appris qu'il existe une fuite d'eau après compteur quelque part à notre manoir favori.

Vérification faite au compteur, je constate que cette fuite est d'une cinquantaine de litres par heure, ce qui représente un gaspillage annuel de plus de 500 euros.

La question est de trouver l'endroit où un tuyau fuit, sous terre (sachant qu'il existe ici des sources naturelles), dans un mur ou ailleurs. Compte tenu de la taille et de la vétusté de l'installation, cela nous promet bien du plaisir.

P.S. : Trouvé ! Un filet d'eau continu coulait sous le lavabo, au 1er étage du fournil du manoir, au niveau du petit chauffe-eau installé là. La vanne correspondante a été fermée mais il faudra changer le "groupe de sécurité" de ce petit chauffe-eau, m'explique mon nouveau plombier (celui-là même qui avait su régler un problème en juin 2016 et que je n'avais pas eu l'occasion de refaire travailler depuis lors). M. Stéphane PRUNIER m'apprend qu'il pourra me fournir une attestation de réparation que j'aurais à communiquer à mon assureur, aux fins d'indemnisation.

A l'invitation de Marie-Laurence MALLARD, je me suis rendu hier après-midi à Chênedouit où j'ai observé les travaux de restauration de peintures murales à l'église de Méguillaume :

18 mai 2017.

J'ai néanmoins dû abréger ma visite...

18 mai 2017.

... lorsque j'ai découvert, en consultant mon téléphone portable, que l'avocate d'un artisan dépourvu de rigueur m'avait envoyé de nouvelles conclusions à moins de 24 heures de l'audience de la Juridiction devant laquelle elle m'a fait convoquer.

De retour à notre manoir favori, j'ai pu constater sur mon ordi que ces nouvelles écritures n'étaient pas de nature à émouvoir un "apothicaire logorrhéique" (ainsi que me fait l'honneur de me qualifier cette honorable correspondante particulièrement encline, semble-t-il, à réécrire l'histoire).

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 20 mai 2017
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Ferme et son fournil - Vie du site - Aspects juridiques
0
Dès que j'ai vu sur quel plan entendait se placer l'avocate adverse, j'ai communiqué avec les artisans qui interviennent de temps à autre sur notre chantier favori, afin qu'ils veuillent bien me fournir des attestations destinées à me défendre contre des accusations proférées à propos de notre site favori. Chacun a accepté et je leur exprime ici toute ma reconnaissance. Voici ces attestations :

J'ai bien sûr occulté sur la dernière, avant de la mettre en ligne, le nom de l'artisan au service de qui tant d'horreurs ont été proférées par son avocate (y compris, hier, qu'il était mon 4ème plombier, ce qui est faux même si cela n'aurait, je pense, rien d'anormal après 26 ans de chantier).

Merci les amis ! Je vous rends hommage par ailleurs et à ma façon, comme vous le savez, en vous citant au tableau d'honneur de mes artisans favoris mais, une fois de plus, vous avez été à la hauteur et je souhaite vous dire que je vous en suis très reconnaissant !

Je précise que Roland BOUSSIN manque ici à l'appel. Il aurait toute sa place parmi ses pairs mais je n'ai pas voulu le déranger dans sa retraite prise dernièrement, ni son gendre et successeur Franck LIEGEAS qui doit être particulièrement débordé par des tâches administraaaâââtives au moment de cette transition.

A noter que, dans ses dernières écritures, l'avocate adverse a rejeté toutes ces attestations au motif qu'elles ne sont pas entièrement manuscrites. Je ne doute pas que, si elle n'avait pas attendu le tout dernier moment pour m'informer de cette critique, chacun de ces artisans aurait fait le maximum pour me transmettre son texte dans la forme optimale.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 15 juillet 2017
Journal du chantier - Menuiserie - Logis - Ferme et son fournil
0
Sébastien LEBOISNE est venu ce matin améliorer la planéité de la cloison derrière la future cuvette de w.-c. suspendue :

15 juillet 2017.

15 juillet 2017.

15 juillet 2017.

Je crains que, malgré l'emploi du même produit de protection du bois, la rustine ne se voie :

15 juillet 2017.

Dans la même pièce, Sébastien a, par une cornière de bois, dissimulé l'alimentation électrique de la V.M.C. :

15 juillet 2017.

J'ai profité du passage de Sébastien pour lui demander de raboter le dessous de la porte d'entrée du fournil de la ferme :

15 juillet 2017.

15 juillet 2017.

Enfin, Sébastien a embarqué le volet intérieur de cette porte afin de le munir de fixations.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 23 août 2017
Journal du chantier - Menuiserie - Logis - Ferme et son fournil
0
Sébastien LEBOISNE m'a rapporté la maison de poupée fabriquée par mon grand-père Henri FOURCADE et que notre menuisier favori (l'un des deux, pour être précis) a réparée pour ma petite-fille ; il ne reste plus qu'à repeindre ce jouet :

23 août 2017.

23 août 2017.

23 août 2017.

Sébastien en a profité pour doter la porte des w.-c. sous l'escalier du logis d'un verrou :

23 août 2017.

La Chaslerie est ainsi prête à recevoir commodément les "Amis du Septembre Musical de l'Orne" le 10 septembre prochain. Il faut cependant espérer que personne ne restera enfermé dans ce local car il n'y aurait alors d'autre solution que de fracturer un montant de la porte à la hauteur du verrou ...

23 août 2017.

Sébastien a également réparé le système de fermeture du battant sous le lavabo, ce dernier s'étant déjà voilé (vacherie de matériel "Scandilodge")

23 août 2017.

23 août 2017.

Enfin, dans le fournil de la ferme, il a installé un dispositif simple d'arrimage du volet intérieur de la porte d'entrée :

23 août 2017.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 9 octobre 2017
Journal du chantier - Plomberie-chauffage - Logis - Ferme et son fournil
0
M. PRUNIER ayant fait preuve de mauvais caractère, j'ai dû faire intervenir un nouveau plombier pour prendre sa suite, c'est-à-dire dans l'immédiat :
- purger les radiateurs du bâtiment Nord et ramoner sa chaudière ;
- mettre hors-gel l'alimentation en eau du cabinet de toilettes sous l'escalier du logis ;
- réparer, dans le fournil de la ferme, une nouvelle malfaçon de cet incompétent de M. DELTA ;
- réparer le dispositif qui avait causé une fuite d'eau dans le fournil du manoir, panne que M. PRUNIER avait su mettre en évidence d'une manière qui m'avait bluffé ; mettre hors-gel le lavabo en question.
Franck LIEGEAS a tout de suite accepté de repasser à la Chaslerie ce lundi et j'en suis très heureux car j'apprécie beaucoup ce garçon qui vient de prendre le relais de son beau-père, Roland BOUSSIN, à la tête d'une excellente entreprise de charpente-couverture.

Nous examinerons les travaux de charpente nécessaires dans les deux tours du logis afin, notamment, d'en renforcer, si possible, les planchers des étages qui auront un jour plus ou moins proche à supporter des salles-de-bains.

Dans les combles de la tour Louis XIII, il convient de réparer la lucarne Ouest qui laisse désormais entrer l'eau, avec des risques de mérule. La récente tempête a encore montré qu'on ne peut plus attendre :

5 janvier 2018.


Au niveau de l'"aile de la belle-mère", la tâche de tanin sur la façade Ouest s'élargit et fonce. Il y a nécessairement un problème d'infiltration d'eau que nous essaierons de comprendre.

Nous aurons à passer l'inspection de la charpente et de la couverture du fournil du manoir qui sont en risque puisque j'avais eu la mauvaise idée, il y a une vingtaine d'années, de préférer couvrir cette dépendance de tuiles de récupération.

Enfin, au niveau de la ferme, la gouttière Est en cuivre a mal vieilli, ce qui se traduit, chaque fois qu'il pleut, par des tâches très déplaisantes en façade, signe avant-coureur d'infiltrations susceptibles d'être lourdes de conséquence.

5 janvier 2018.

De même, un arbalétrier d'une ferme au-dessus du futur salon de cette dépendance continue à m'inquiéter et devrait être changé dès que possible. Il faudrait également faire sauter la charpente moche au Sud du bâtiment afin de redonner à ce dernier son aspect de longère, ce qui n'est pas qu'un problème esthétique puisque, à cet endroit, la charpente avait été soufflée par la tempête de 1999. Mais, là, je n'aurais pas les moyens financiers nécessaires.
Vincent PICAULT, entrepreneur de Domfront, est passé hier après-midi à notre manoir favori. Je lui ai demandé de préparer des devis pour, notamment :
- dans le logis, relever les 3 linteaux de porte que l'on sait,
- dans le logis également, enduire les murs de chaux selon le modèle que je lui ai montré, choisi par l'architecte du patrimoine
- dans la ferme, restaurer une gouttière de cuivre et un arbalétrier.

Vincent m'a réclamé les plans intérieurs du logis. Je profite de mon insomnie pour les rechercher dans les pages "Logis" de notre site favori.

Je viens ainsi de retrouver un message du 3 mai 2014 sur la géothermie, un sujet dont je vais devoir également me préoccuper. Si, comme le dit l'article, il faut, pour enterrer les tuyaux extérieurs, prévoir un terrain de deux fois la surface intérieure à chauffer, je me dis que la terrasse de notre manoir favori pourrait y suffire, complétée, si nécessaire, par une partie du "Pournouët", choisie à un endroit où ne seraient jamais plantés d'arbres et où n'auraient plus à circuler des poids lourds.

De même, je retrouve des messages du 13 septembre 2016 et du 12 octobre 2016 indiquant quel produit utiliser pour l'entretien des cache-radiateurs du bâtiment Nord ; je vais en avoir besoin car les verrous n'ayant pas été poussés à la fenêtre de ma chambrette par un ou une maniaque de l'aération, les récentes tempêtes ont ouvert cette fenêtre en mon absence et la pluie a nettement tâché cette menuiserie cirée.

Ah, après 3 heures de recherche, voici un plan qui pourrait aider, mis en ligne ici pour la première fois le 7 avril 2017 :