Electricité

La réunion avec l'architecte pressentie, rejointe à ma demande par M. LESCROART, a été studieuse. Nous avons visité le manoir de fond en comble, dans le bâtiment Nord, le logis, le colombier et la chapelle. L'architecte a piloté un drone pour photographier la besace de la couverture du logis, à proximité de la cheminée Nord, soupçonnée d'être à l'origine du pourrissement d'une poutre au plafond que l'on sait, hypothèse qui n'a pas été confirmée par cet examen.

J'ai été questionné sur les raisons pour lesquelles j'avais été amené à changer tant de fois d'architecte en une trentaine d'années de ce chantier. J'ai expliqué les six problématiques.

L'architecte pressentie m'a répondu qu'elle me fera une proposition de collaboration comportant l'intervention d'un bureau d'études à propos des questions de circulation des fluides, ce qui me semble normal. Je l'ai sentie plus réservée que je ne l'avais souhaité sur la question de la porosité du mur Ouest.

Elle a compris que mon point de vue exprimé ce matin, donnant la priorité au colombier, était calé sur le souci de Carole de disposer d'une cuisine à toutes les phases du chantier. Elle s'est néanmoins demandée s'il ne faudrait pas plutôt prévoir une installation provisoire de cuisinette dans le futur cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord (à côté du "petit salon"). Je soumettrai cette idée à mon gouvernement, étant entendu que, s'il ne tenait qu'à moi, un frigo et un micro-ondes suffiraient amplement à mon bonheur en la matière.

P.S. (du 16 avril 2019 à 00 h 30) : J'ai oublié de noter que l'architecte pressentie recommande, dans le colombier :
- de ne pas changer les poutres du plafond du 1er étage qui, malgré le triste état de l'une d'elles, lui semblent restaurables :

16 avril 2019.


- d'ajouter des garde-corps aux fenêtre du 2ème étage, notamment si on devait en relever le sol pour y incorporer un dispositif de chauffage.

Au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est, l'idée de prévoir un placo pour doubler le mur Nord est rejetée, même si les réservations pour ventilation sont approuvées. D'autres matériaux seront à mettre en œuvre, comme des boiseries. A ce jour, cette suggestion se heurte toutefois à l'objection que je ne sais pas encore quelle affectation donner à cette pièce. (L'idée d'y implanter le "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" pourrait refaire surface, notamment si la résolution du problème de porosité du mur Ouest devait traîner, ce qui, de mon point de vue, serait néanmoins un sérieux handicap.)

Dans la chapelle, elle recommande de prévoir une aération en partie haute, afin d'éviter que la condensation et les remontées d'humidité du sol ne gâtent si rapidement les décors peints.

A noter également que cette personne m'a indiqué être propriétaire d'un bulldog anglais et d'un bouledogue français et, de plus, déclaré qu'elle trouve O'Gustin très beau et très vif. Bref, nous nous sommes d'ores et déjà trouvé de très fortes affinités qui me semblent bien augurer de la suite.
J'aurai beaucoup de mal à faire admettre par Carole que la "logique de chantier" m'oblige à donner rapidement la priorité à la restauration du bief aval des douves.

En revanche, elle se déclare prête à accepter que la prochaine halte de sa cuisine baladeuse soit dans le futur cabinet de toilettes du rez-de-chaussée du bâtiment Nord. En d'autres termes, il ne serait plus indispensable que j'arrive à faire arriver (revenir pour certains) dans des délais records les fluides divers au rez-de-chaussée du colombier. Cette concession va donner une souplesse bienvenue à mes plannings du proche avenir.
Felice GRAZIANO, ce nom me disait quelque chose. Et en effet. Je remercie ce membre du fan-club pour sa fidélité.

Puisqu'il avait eu l'amabilité de former des vœux pour la poursuite de mon chantier, je précise qu'à ce stade, mes deux priorités sont :
- de retrouver un architecte du patrimoine qui puisse rapidement débloquer le chantier pour ses parties classées (en clair, dessiner des fenêtres qui fonctionnent et régler le problème des poutres pourries) ;
- de trouver un bureau d'études apte à organiser la circulation des fluides avant toute intervention rendant plus de 65 m2 habitables dans notre manoir favori.

Pour ce qui concerne la porosité du mur Ouest, je fais mon affaire des travaux qui me semblent nécessaires.

Je considère en effet que deux autres préalables délicats du chantier sont derrière nous :
- le choix du combustible, grâce aux travaux de "Brébant-Forages" ; le choix de l'aquathermie est ainsi définitif ;
- la définition d'un "escalier-en-facteur-commun" dans l'aile Ouest, grâce au projet d'Arnaud PAQUIN qui pourra toutefois être amélioré sur des points secondaires.

Le phasage des travaux a été clarifié autant que possible :
- je donne la priorité à la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à aménager dans le bâtiment Nord) ainsi qu'au colombier ;
- le choix plus précis du phasage entre ces deux zones dépendra de facteurs qui me sont extérieurs, comme la nécessité, en l'état des textes, d'autorisations administraaaâââtives.

Quant à la question du financement, j'y travaille :
- en prévoyant de mettre en vente "Pontorson" dès que possible ;
- en préparant la voie à d'autres recettes à horizon de, disons, une petite année.
Je viens de prendre rendez-vous avec le bureau d'études qui m'a été recommandé par une personne de confiance. Julien ANDRE viendra donc à notre manoir favori lundi prochain pour une prise de contact et une découverte du site. Ainsi, je devrais y voir plus clair, en temps utile, pour ma commande au géomètre.
Très bonne réunion de travail, ce matin, avec Julien ANDRE, du bureau d'études "bee +".

J'ai expliqué que j'ai besoin d'être conseillé, à ce stade du chantier, sur les questions de chauffage par aquathermie et d'isolation thermique ainsi que sur l'optimisation de l'électrification et de la couverture wi-fi de notre manoir favori. J'ai indiqué que je souhaite, au cours des prochaines années, privilégier l'habitabilité de la moitié Nord du logis (y compris la cuisine à loger dans le bâtiment Nord) ainsi que celle du colombier. J'en ai fait visiter les volumes, en faisant observer les endroits où les plafonds-planchers pourraient avoir une épaisseur supérieure à celle à laquelle on était habitués à la suite des travaux des années 1950.

Mon interlocuteur a noté que mes priorités sont qu'il m'accompagne (en liaison avec le plombier retenu, Régis FOUILLEUL) pour :
- ne pas commettre d'erreur pour faire arriver l'eau tiède de l'aquathermie aux deux endroits où sont prévues des pompes à chaleur, à savoir le rez-de-chaussée du colombier et l'arrière-cuisine du bâtiment Nord ;
- faire des recommandations sur les matériaux à utiliser au sol de la "salle dévastée" afin qu'elle puisse servir rapidement de garde-meubles, ceci sans obérer la possibilité ultérieure d'un chauffage par le sol à cet endroit également ;
- faire des recommandations sur les sols du rez-de-chaussée du colombier et de la moitié Nord du logis, y compris à propos de la ventilation à prévoir.

A ces différents endroits, je souhaiterais pouvoir faire réaliser les travaux de maçonnerie correspondants par Igor, ce qui constitue une contrainte très forte en matière de calendrier.

Pour ce qui concerne l'étude complète proprement dite, j'ai indiqué avoir en revanche beaucoup plus de souplesse sur l'échéancier de réalisation.

Sur ces bases, j'attends un devis.
Compte tenu de ce qu'a été notre discussion, je transmets, par ce message-ci, à Julien ANDRE les plans disponibles (sans oublier, pour l"aile de la belle-mère", le projet d'Arnaud PAQUIN) et demanderai à Jean de SALABERRY, géomètre, de les compléter en tant que de besoin, notamment en utilisant, dans les pièces vides de tout mobilier (soit tout le logis sauf le salon, plus tout le colombier) le scanner dont il m'a parlé.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 28 mai 2019
Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Electricité - Terrassement - Bâtiment Nord
0
Ce matin, Jérôme a commencé par percer une paroi de la cuve en béton du regard à l'Est du bâtiment Nord, de manière à pouvoir y faire entrer le futur drainage :

28 mai 2019.

Celui-ci sera en effet sensiblement plus profond que le précédent car les fondations le permettent :

28 mai 2019.

28 mai 2019.

A cette occasion, il est apparu que les fondations du bâtiment Nord à sa partie Est (correspondant à l'arrière-cuisine et chaufferie actuelle) sont nettement plus profondes que sur le reste du mur Nord de ce bâtiment. Ceci peut vouloir dire qu'il y a eu là, dans le temps, une construction (une tour ?) peut-être à mettre en rapport avec la cicatrice d'un passage visible, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du logis, au niveau du 1er étage sur le mur pignon du logis.

On note également (visible sur la dernière photo) la présence d'une sortie d'évier au ras du sol, comme au rez-de-chaussée de la tour Nord-Est. A ma connaissance, aucun évier ancien (ni d'ailleurs moderne) n'est visible dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord. Il aura donc été tronqué, comme dans la tour Nord-Est, à l'occasion d'un probable mais ancien changement d'usage de la pièce correspondante.
Après avoir vu, hier, tous ces tuyaux plus ou moins H.S., et généralement plus que moins, qui pénétrent, via les fondations, dans l'"aile de la belle-mère", j'ai voulu comprendre à quoi correspondait ce salmigondis à l'intérieur du bâtiment.

En fait, il n'y a plus qu'un câble électrique en fonctionnement et c'est justement à son niveau qu'entrait l'eau lors du dernier dégât des eaux :

28 mai 2019.

Ce câble arrive au compteur qui se trouve au rez-de-chaussée du colombier...

28 mai 2019.

... et en repart, moyennant une installation extrêmement précaire, vers les étages supérieurs du colombier ainsi que vers les écuries et même vers la tour Louis XIII :

28 mai 2019.

Il paraît clair que je vais devoir trouver un bon électricien, rapide et pas hors de prix (donc pas domfrontais, suivez mon regard...) pour assumer la responsabilité de la prochaine installation qui devra être aux normes.
Ce plombier et électricien m'avait pourtant été recommandé par un ami.

J'ai encore essayé de lui téléphoner en laissant un message à son secrétariat en milieu de matinée. Il n'a pas daigné rappeler.

En définitive, je considère que ce type d'artisan, avec un aussi petit esprit, n'avait guère sa place sur notre chantier favori.

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 29 mai 2019 08:30
À : Ludovic ANTOINE
Objet : RE: Chaslerie

Le concurrent n'est que plombier.

Il vous a battu parce qu'il a préconisé l'aquathermie, qui s'est révélée réalisable, et il a suivi le dossier plus complètement que vous. Ceci dit sans animosité de ma part, et pour que vous sachiez que je ne vous ai pas écarté à la légère.

Sur l'électricité, vous étiez le mieux placé. Dommage que vous manifestiez votre dépit de cette façon.

Cordialement,

PPF

________________________________________________________________

De : Ludovic ANTOINE <ludo.antoine@hotmail.fr>
Envoyé : mercredi 29 mai 2019 08:27
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : RE: Chaslerie

Bonjour Mr Fourcade
Je viens de recevoir votre message, je suis un peu déçu de ce message après le temps passer , les démarches que j'ai entrepris et le nombre de déplacements pour arriver à cette fin.
Pour le lot électricité demander à mon concurrent.
Cordialement
Mr Antoine

________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 29 mai 2019 05:07
À : ludo antoine
Objet : Chaslerie

Cher Monsieur,

Le dossier de la Chaslerie a bougé : nous nous chaufferons par aquathermie puisque les forages réalisés à la mi-décembre le permettent et nous y poussent.

Accepteriez-vous d'intervenir en électricité même si le lot chauffage est attribué à l'un de vos concurrents ?

Cordialement,

PPF
06 12 96 01 34

(Fin de citation)
Igor purge le mur Ouest de toutes les tuyauteries désormais inutiles qui avaient été placées là dans les années 50 et qui constituaient autant d'entrées possibles pour l'eau dans le bâtiment :

30 mai 2019.

30 mai 2019.

Ce faisant, il réfléchit à la suite des opérations et me recommande de faire entrer l'eau de l'aquathermie par l'intérieur de la cour et non, comme envisagé, en profitant du fossé actuel, c'est-à-dire à travers le mur Ouest. Outre la question de la perméabilité de ce mur, il évoque l'encombrement qu'occasionnerait, dans ce fossé, le tuyau d'aquathermie à côté du drainage.

Tout ceci mérite considération.

Quant à moi, je lui demande de prévoir des arrivées d'air sous les fenêtres, pour la ventilation des futures dalles au sol du rez-de-chaussée de l'"aile de la belle-mère".
0
Visite ce matin de M. BARBREL, cuisiniste à Joué du Bois, qui intervient ces jours-ci chez mon aîné à Paris. Il est venu présenter ses idées sur ce que pourrait être la future cuisine de notre manoir favori, à installer dans le bâtiment Nord :

31 mai 2019.

Certes, il demeure des préalables à son intervention, principalement le choix du lieu d'installation de la pompe à chaleur destinée à desservir le logis et le bâtiment Nord : (1) dans l'arrière-cuisine du bâtiment Nord, comme envisagé jusqu'à hier, ou (2) au rez-de-chaussée de la tour Sud-Ouest ou bien encore (3) au rez-de-chaussée du colombier et dans une chaufferie centrale. A ce sujet, on verra les recommandations du bureau d'études. On a supposé ce matin que la première hypothèse ne serait pas retenue, donc que toute l'arrière-cuisine demeurerait disponible pour les tâches ménagères. Pour autant, on a pris l'hypothèse de conserver la cloison actuelle en parpaings entre la cuisine et l'arrière-cuisine. Tout au plus la largeur du passage entre ces deux pièces pourrait-elle être augmentée tandis qu'on prévoirait une porte coulissante, qui se déroberait derrière le cul du four :

Plan projeté par Benoît MAFFRE en 2014.

Le débat a porté notamment sur les appareils et rangements à prévoir, notamment un ilot central, ainsi que sur les dimensions des circulations à ménager dans la pièce.

M. BARBREL fera part, le 4 juillet prochain, de recommandations tenant compte de ces préoccupations.