Economie

lefigaro.fr
rédigé le 26 Mai 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
La France se prépare à une vague de licenciements et de faillites sans précédent

Les entreprises les plus touchées par la crise ne résisteront pas au choc. Des milliers de plans sociaux, avec des cortèges de suppressions d’emplois à la clé, sont redoutés à la rentrée.

Lorsque la France s’est confinée en mars, Emmanuel Macron avait pourtant annoncé qu’«aucune entreprise» ne serait livrée «au risque de faillite». Mais voilà, en cette phase de déconfinement progressif, l’exécutif prépare désormais les esprits au contraire.

N.D.L.R. : Dans le même numéro du même journal, on peut lire par ailleurs : "Emmanuel Macron planche sur les scénarios politiques de l’après-Covid. Remaniement, référendum, dissolution de l’Assemblée, et même démission pure et simple... Le président de la République est en quête de solutions pour se relancer."

Devant le chaos qu'on nous annonce, je trouverais plus confortable d'être convaincu que ce confinement était indispensable.

Tel n'est pas encore le cas.

Jean-Pierre FOURCADE (via "Facebook")
rédigé le Mardi 2 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
La sortie progressive du confinement va remettre au premier plan les problèmes économiques et monétaires que notre pays doit affronter. En écoutant chaque matin les propos des experts et les commentaires de ceux qui prétendent tout savoir, je suis inquiet et plutôt pessimiste : croire que l’augmentation simultanée de l’endettement public, du déficit budgétaire et de la création monétaire va favoriser la relance de l’économie et lutter efficacement contre le chômage est manifestement un vœu pieux mais irréaliste. Mieux vaudrait dire aux Français, dès maintenant, que la durée du temps de travail, l’âge de départ en retraite, le volume de la fonction publique et la suppression des innombrables organisations et comités qui encombrent notre territoire devront subir de profondes réformes. Ayons le courage de le dire à ceux qui nous gouvernent.

N.D.L.R. : Je me demande si ce confinement était nécessaire. N'a-t-il pas été provoqué par les médias ? N'était-il pas possible de résister à leur pression qui a abouti à l'invraisemblable, inquiétant mais largement prévisible désordre des circuits économiques auquel nous assistons et dont la traduction politique, qui sera nécessairement forte, est encore dans les limbes ?

Ce type de questions sera-t-il un jour débattu ?

Et croyez-vous vraiment qu'il soit possible, dans ce pays, de réduire la mauvaise graisse d'une fonction publique pléthorique, sclérosante et insatiable ? C'était le programme de FILLON et on a vu ce qu'il en est advenu. Notamment sous l'influence des mêmes médias. Vous savez, les "médias aux mains des ploutocrates", comme je les appelle...
Le confinement aurait permis d'épargner 3 millions de vies dans 11 pays de l'UE

Une étude menée par l'Imperial College de Londres juge que les mesures de confinement ont été efficaces pour reprendre le contrôle de la pandémie.

Réalisée par l'Imperial College de Londres, dont les scientifiques conseillent le gouvernement britannique sur la crise sanitaire, cette étude analyse les principales mesures prises dans 11 pays, dont la France, telles que l'interdiction des événements publics, la restriction des déplacements ou la fermeture des commerces et des écoles.

Les chercheurs ont comparé le nombre de décès recensés sur la base de données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies avec le nombre de décès qu'il y aurait eu en l'absence de mesures de contrôle, estimé par modélisation mathématique. Ces derniers concluent que les mesures mises en place ont permis d'éviter environ 3,1 millions de décès dans ces pays. Leur article, publié dans la revue Nature, estime aussi qu'elles ont permis de faire baisser de 82 % en moyenne le taux de reproduction du virus (le nombre de nouvelles personnes contaminées par chaque personne infectée), permettant de le ramener en dessous de 1, seuil en deçà duquel le nombre de nouveaux cas diminue.

N.D.L.R. : Faut-il croire les conseilleurs de telles mesures ? Et Nature serait-il plus fiable que The lancet ?
lefigaro.fr
rédigé le 10 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Le Maire : des «centaines de milliers» de personnes vont perdre leur emploi en France

Face à ce constat, le ministre de l'Economie s'est dit ouvert à des «solutions nouvelles» comme la création de «chèques» destinés «aux personnes les plus en difficulté».

Tout en redisant son hostilité à un alourdissement de la fiscalité pour financer la crise, il s'est déclaré «ouvert à des idées de 'chèques' qui permettent de soutenir ceux qui sont vraiment le plus en difficulté». «On peut envisager des chèques, qui peuvent être des chèques verts pour les personnes qui sont les plus en difficulté pour relancer la demande» a-t-il dit. Le ministre s'est aussi déclaré intéressé par des idées avancées récemment par trois économistes issus d'un comité de reflexion mis en place par l'Élysée qui proposent que l'État subventionne les salaires des travailleurs dans les secteurs les plus touchés. «C'est une idée qui est tout à fait concevable» a-t-il jugé.

N.D.L.R. : Quand, comme moi, on n'a strictement aucune confiance dans ce que d'aucuns arrivent sans rigoler à dénommer la "gestion publique", on ne peut qu'être très inquiet. Que vont-ils pouvoir encore inventer ?

Des "chèques verts" cette fois-ci ? Cette couleur n'a certes pas fini d'être invoquée pour tenter de justifier tout et n'importe quoi. Et il faudrait croire qu'il n'y aura pas d'alourdissement de la fiscalité ? Mais s'il est pourtant une seule chose que les "gouvernants" ou prétendus tels savent faire dans ce pays, c'est bien celle-là, ainsi que le développement ininterrompu de l'assistanat qui va de pair !
Fédération Environnement Durable
rédigé le 12 Juin 2020
Vie de l'association - Lobbying - Nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Lettre de la Fédération Environnement Durable
vendredi 12 juin 2020 18:24

A tous les membres de la Fédération Environnement Durable

Electricité. La sécurité nationale désormais en danger

En lisant les déclaration de Mme Borne et le communiqué de presse du réseau de transport de l'électricité, je ne peux en tant que président de la Fédération Environnement durable qu'exprimer ma colère.

Mme Borne avoue l'extraordinaire fragilité de la production française d'électricité destinée non seulement aux consommateurs mais aussi à toutes nos industries.

Elle planifie un programme de restrictions, de répartition des ressources électriques et elle n' exclut pas un risque de black-out total durant l'hiver prochain.

Comment aurait-on pu imaginer il y a quelques années que notre pays puisse un jour ne plus faire face à ses besoins électriques ?

Comment peut-on déclarer que la cause de ces difficultés est le Coronavirus pour faire accepter des futures coupures de courant, l’arrêt de secteurs industriels et des baisses de tension du réseau alors que toute l’économie future de la France est basée selon nos dirigeants sur une électricité abondante peu chère et fiable ?

Le plus inquiétant dans ce communiqué est le fait que le « scénario hivernal critique évoqué » ne mentionne qu'une température ponctuelle de 3°C à 7°C en-dessous des normales saisonnières, alors que personne ne peut exclure un hiver beaucoup plus froid comme la France en a connu dans les années 70 où les températures sont descendues en-dessous de -20°C

Alors pourquoi Mme Borne a-t-elle signé récemment en catimini le décret de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui fragilise encore plus le système actuel de production électrique en France ?

Accepter que l’électricité, vecteur clé de la sécurité nationale, dépende maintenant du vent et de la température est aujourd’hui irresponsable.

Cette décision pourrait même devenir à l’avenir criminelle si un black-out avait lieu.

Cordialement
Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net
tel 06 80 99 38 08
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 19 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Economie - Anecdotes
0
Je comptais offrir demain à chacun des participants à la réunion de 11 heures un exemplaire de l'ouvrage d'André DEGON, "De châteaux en manoirs en Normandie" (où il est fait état, en termes élogieux, de la Chaslerie), afin de tâcher de développer, si nécessaire, leur intérêt pour les questions touchant au patrimoine. J'avais passé ma commande il y a plus de quinze jours à "La civette" de Domfront.

J'ai appris ce matin que ces ouvrages ne sont toujours pas arrivés, le patron de "La civette" ne parvenant même pas à obtenir le moindre retour utile de l'éditeur, "Ouest-France". Il y a, semble-t-il, des bugs du côté du transporteur, manifestement infesté de planqués qui planent.

Désormais, je ne m'en remettrai plus, pour ce genre de commande, qu'à "Amazon".
La récession sera bien pire que prévu, selon le FMI

Le FMI prévoit une chute du PIB de 12,5 % pour la France en 2020. Un regain de l'épidémie de Covid-19 pourrait encore changer ces chiffres.

N.D.L.R. : Dans quel état sortirons-nous de cela ? Et combien de temps faudra-t-il attendre des jours meilleurs ? De grandes turbulences vont se produire. Qu'adviendra-t-il chez nous de la paix sociale ? Et, dans le monde, donc chez nous aussi, de la paix ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 28 Juin 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
"Le Nouvel esprit public" de Philippe MEYER traitait aujourd'hui de deux sujets fort intéressants, (1) la manière dont MACRON va pouvoir se débrouiller pour tirer parti des recommandations de la "convention citoyenne pour le climat" et (2) la probabilité d'une prochaine réélection de TRUMP.

Sur le premier sujet, je remarque l'intervention, qui me semble très pertinente, de Jean-Louis BOURLANGES. La voici :

Je pense que ce rapport est intéressant, mais je ne partage pas votre enthousiasme. Il y a des propositions qui, si elles avaient été prises, m’auraient inquiété ; mais celles que j’ai lues me paraissent raisonnables, je n’y suis en tous cas pas hostile a priori. Je m’interroge un peu sur les effets réels en terme d’économie et de réduction des émissions de certaines mesures, comme la limitation de vitesse, mais enfin ce n’est pas là que le problème se pose essentiellement pour moi.
Je suis assez profondément choqué en tant que parlementaire. J’estime qu’on a mis en place un système particulier. Globalement sur l’environnement, on a tout un ensemble de gens divers, des intellectuels, des hauts fonctionnaires, des médiateurs, qui font ce type de proposition depuis des années. On les trouvait par exemple déjà dans les états généraux de M. Borloo. Ces propositions, tantôt raisonnables, tantôt irréelles n’ont donc rien de véritablement nouveau. Mais à la suite des états généraux, elles n’avaient pas vraiment été suivies d’effet. On a donc trouvé un autre système, consistant à prendre ces 150 personnes, recrutées sur sondage. Si l’on choisissait nos dirigeants de cette manière, on ferait de sérieuses économies ... Blague à part, c’est une conception de la démocratie que je trouve tout à fait particulière. Ces 150 personnes, travailleuses, de bonne volonté, et enthousiastes (car l’ampleur de l’enjeu est très stimulante), ont donc de quoi se réjouir, mais ne nous cachons la vérité : il s’agit simplement du dernier avatar en date d’un même réseau. Ces 150 personnes ont pris le relai du monde associatif, et on leur confère une légitimité intellectuelle et politique simplement parce qu’elles sont vierges de toute expérience et a priori impartiales dans ces domaines.
C’est là où le parlementaire souffre. C’est une volonté délibérée de l’ensemble des décideurs publics de faire l’impasse sur la représentation nationale. Dans la société française d’aujourd’hui, les parlementaires n’ont pas le pouvoir. Ils n’ont à aucun moment été en mesure de créer une commission de cette nature. La Constitution ne le permet pas, le gouvernement ne le souhaite pas, le président de la République n’a jamais envisagé de se servir d’aucune façon du relais parlementaire. Et évidemment, quand on tombe sur 150 citoyens de bonne volonté, on a moins de difficulté à faire passer un certain nombre d’options (bonnes ou mauvaises) qui traînent sur la table depuis des années.
RW s’interrogeait sur le silence des parlementaires, la réponse est simple : on les a priés de se taire. On se pose donc la question : la démocratie participative, ou cette bizarre « démocratie aléatoire » (puisqu’elle fonctionne par tirage au sort) n’est-elle pas simplement un moyen d’empêcher la démocratie représentative de fonctionner, comme on le fait depuis des années ? Est-ce un progrès ? Je ne sais pas, mais je constate que les parlementaires sont élus par les citoyens au terme de débats démocratiques, mais que cette conception de la démocratie à la Montesquieu paraît dépassée ; ils ne suffit plus que les citoyens choisissent leurs législateurs et leurs gouvernants, il faut désormais qu’ils légifèrent eux-mêmes. Pourquoi pas, mais en l’occurrence, il ne s’agit pas de l’ensemble des citoyens mais de quelques personnes tirées au sort. La légitimité démocratique de leurs décisions est donc problématique, quelles que soient leurs bonnes intentions. Je ne suis pour ma part pas persuadé qu’il s’agisse d’un progrès, et pour tout dire je suis inquiet.
Je crois que les propositions sont un très bon matériau de départ, je serais pour ma part tout à fait prêt à ce que l’Assemblée Nationale s’en empare et travaille dessus.
Deuxième chose qui me choque : le caractère spécialisé. Effectivement, je crois que la décision politique est une décision généraliste, et non spécialisée. La notion de « toutes choses étant égales par ailleurs » est incompatible avec la politique. On ne peut pas se permettre de réfléchir à des problèmes d’une façon si spécifique qu’on exclue toutes les autres variables. Ce sont tous les choix stratégiques et politiques qui sont impactés par certaines décisions, et là encore il y a un problème de représentativité : quelle est la compétence ou la légitimité de ces citoyens en matière de politique étrangère, de stratégie, de droit social, etc. ? Ou alors on les érige carrément en contre-parlement, et à ce moment là il leur appartient de faire la synthèse de toutes les activités, mais comme vous l’imaginez, cela me paraît très grave de donner un pouvoir général d’arbitrage politique à des gens qui ne sont pas élus par leurs concitoyens.
Troisième point qui me gêne : le caractère « vote bloqué » de l’affaire. Il va falloir faire un référendum où l’on mettra tout sur la table. Or la décision politique repose sur des amendements, des sélections, des hiérarchisations, tout un ensemble de choses qui passent par un débat citoyen, c’est pourquoi la bonne solution me paraît un prolongement parlementaire et non un vote bloqué référendaire. Cela impliquerait de la part de nos dirigeants une volonté de redonner confiance aux parlementaires. De mon point de vue, on n’en prend pas le chemin.


En ce soir de second tour des "municipales", on mesure une nouvelle fois (je pense ici aux dernières "présidentielles") toute la fragilité des équilibres de la représentation indirecte face aux modes qui déferlent dans le champ médiatique dont le Jupiter auto-proclamé se prétend le "maître des horloges". Une nouvelle fois, l'édifice démocratique traditionnel apparaît bien vermoulu et ne plus tenir qu'à un fil, sous les coups de boutoir répétés de ce que je dénonce comme de la politique à la com' (peut-être, ce faisant, en suis-je un ?).

P.S. : Par ici, je retiens la défaite, à La Ferté-Macé, de ceux qui voulaient le maintien dans la communauté de communes avec Flers. Et également, l'accès au Palais-Bourbon de mon "amie Facebook" Chantal JOURDAN, jusque là suppléante de Joaquim PUEYO, qui ne pourra pas cumuler avec la mairie d'Alençon qu'il vient de retrouver sous une casaque astucieusement choisie.
Vu.es d'Ulm - École normale supérieure - PSL (par courriel)
rédigé le 17 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
0
Covid-19 & Black Lives Matter. L'actualité fait réagir les chercheurs

Et si la Covid-19 devait revenir en force après l'été ? Des ajustements à la marge ne suffiraient pas selon Daniel Cohen dans l'Obs. - Et si la deuxième vague était économique ? Entre effondrement du marché de l'emploi et du système universitaire, quel serait l'avenir pour les jeunes diplômés questionne Philippe Azkenazy dans Le Monde. - Sur France Inter, Dimitri El Murr s'en remet à Platon. Quel regard porterait-il sur la crise sanitaire ? Autre sujet mondial, celui des discriminations que la mort de George Floyd a dramatiquement remis à la une. Pour de comprendre le mouvement "Black Lives Matter", Frédéric Worms décortique l'expression dans les colonnes de Libération, - Au micro de France Culture et toujours à propos du racisme et des violences policières, Daniel Cohen et Monique Canto-Sperber débattent des symétries et des asymétries entre la France et les USA - Tandis que Raphaëlle Nollez-Goldbach dans Le Point questionne : "la Cour pénale internationale, ennemie de Trump ?"
Visiteuse facétieuse (via "Facebook")
rédigé le 18 Juillet 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
0
Un décret pour imposer le port du masque ? Sérieusement, il y a beaucoup plus efficace :
« Mesdames, porter le masque dans les lieux clos vous fait perdre du poids ».
« Messieurs, porter le masque dans les lieux clos accroît votre virilité ».
Ajoutez un simple « c’est scientifique » et on est peinard jusqu’au Covid 25.
Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable

Paris le 7 août 2020 18h

Canicule. Les éoliennes ne sont pas capables de faire tourner 10% des climatiseurs

Le 7 août 2020 à 18h, alors que la barre des 40°C a été localement dépassée sur une partie du pays, les 8000 éoliennes ont fourni 690 MW, soit 1% de la consommation nationale d'électricité qui s'est élevée à cet instant à 47.781 MW.

Elles n’ont pas fait tourner le dixième du parc des climatiseurs présents dans les logements français dont la puissance installée totale est estimée à 8.745 MW.

La sécurité du réseau électrique a été comme d'habitude assurée par les barrages et le nucléaire, des sources d'électricité fiables et non intermittentes.

Ces chiffres montrent l’inutilité de ces "ventilateurs industriels géants " qui ne peuvent faire face, ni aux vagues de froid, ni aux vagues de chaleur, c’est-à-dire au moments critiques en période anticyclonique où l’électricité d’un pays devient vitale.

L’obstination du Président de la République Emmanuel Macron à vouloir poursuivre l'implantation d'éoliennes en les brandissant comme "des étendards de l'écologie" ne peut s'expliquer que pour des raisons électorales et non pas pour l'intérêt supérieur de la Nation


Contact presse

Jean-Louis Butré
contact@environnementdurable.net
06 80 99 38 08

(1) Climatisation
En France, on compte selon l’ADEME, 961.000 logements équipés, d’une climatisation soit un taux de 3,1%
Selon l'Insee publiés en avril 2015, la surface moyenne des logements français était de 91 m²
On considère aujourd’hui qu’il faut une puissance de 100 W au m2* pour rafraîchir une pièce en été ou un salon/séjour d’une trentaine de m2, vous aurez donc besoin d’un climatiseur d’une puissance supérieure à 3 000 W. (engie)
https://particuliers.engie.fr/economies-energie/conseils/bien-choisir-ses-equipements/puissance-climatisation-100-m2.html
L’ordre de grandeur du parc français de climatiseurs serait donc évalué à
91m² x 961.000 x 100W = 8745 MW
MW= MegaWatt (= 1000KW)


(2) Production électricité par filière
https://www.rte-france.com/eco2mix/la-production-delectricite-par-filiere
RTE Eco2mix

N.D.L.R. : Lamentable, sans parole et sans foi ni loi, tout pour la com ! (airs connus)
Il me coûte beaucoup de ne pouvoir mettre en ligne ici, sur les pages publiques, les plans de l'avant-projet sommaire de restauration de l'aile Ouest du manoir favori, tels que l'architecte du patrimoine en charge de la "Mission n°2" me les a transmis il y a quelques jours. Mais je lui ai promis, à sa demande insistante, de ne pas procéder en la matière comme à mon habitude.

Ces plans poursuivent et ont vocation à mener à leur terme les réflexions engagées, déjà à ma grande satisfaction quant aux principes, par Arnaud PAQUIN, architecte du patrimoine.

Or je trouve les plans de la nouvelle architecte du patrimoine très bons et il me semblerait d'autant plus utile de les rendre publics que le parti architectural retenu dans les écuries consiste, pour l'essentiel et comme dans le projet initié il y a deux ans par Arnaud PAQUIN, en la création de deux grandes salles de réception dont la perspective des concerts et animations du 12 août prochain illustre à quel point elles seraient utiles et appréciées ici.

Sur le fond et à ce sujet, le débat en cours entre la nouvelle architecte du patrimoine et moi porte principalement sur la nature des normes d'accessibilité aux handicapés qu'imposerait une large ouverture de ces salles au public. Encore d'invraisemblables usines à gaz, comme sait si bien en concocter et en imposer notre si chère (à tous égards) administraaaâââtion. Or, en trente ans d'ouverture quasi-constante du manoir favori au public, je n'ai le souvenir de la visite que d'une seule personne endurant un handicap moteur et cela s'était, je crois, très bien passé, à la plus grande satisfaction de cette personne et de sa famille.

N.B. : Je pourrai néanmoins montrer ces plans, le 12 août prochain, par exemple à l'occasion du pique-nique, aux personnes qui nous feront le plaisir de participer à cette fête. Et je ne doute pas que les musiciens de "Correspondances", pour ne parler ici que d'eux, auront beaucoup de choses utiles à nous dire sur les problématiques de l'organisation de telles salles, au moins du point de vue des artistes utilisateurs.
États-Unis : cinquante ans après, les démocrates renouent avec le nucléaire

Le Parti démocrate et Joe Biden reconnaissent l'intérêt du nucléaire pour soutenir la transition énergétique. Un revirement après cinquante ans d'opposition à l'atome.

N.D.L.R. : Si seulement ce pouvait être en France aussi le début de la fin (?) de toutes les conneries qu'on nous débite en faveur des éoliennes !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le 28 Aout 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Annonces - Dans l'Orne - Ailleurs
0
A l'invitation de Jacques et Armelle BROCHARD, j'ai assisté cette après-midi à une réunion de présentation du "Syndicat de la propriété privée rurale de l'Orne (PPR)" :


Voici quelques documents qui nous ont été remis à cette occasion :


Le travail de cette association me paraît intéressant. Il faut l'aider à gagner en visibilité. Je vais donc y adhérer et conseille aux visiteurs du site d'en faire autant, dès lors qu'ils sont eux aussi des propriétaires fonciers ruraux concernés, à un titre ou à un autre, par ces questions.
Jean-Michel GORSSE (via "Facebook")
rédigé le 8 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
0
𝗜𝗟 𝗔 𝗗𝗜𝗧 ..
« Hier, sur les 500.000.000 d’habitants en Europe, il y a eu précisément 136 décès. On a eu des taux 100 fois plus élevés au printemps ».
« L’augmentation du nombre de cas positifs, qui ne sont pas des malades, fait l’objet d’une insistance trop lourde ».
« Les masques étaient importants dans la phase la plus létale, la plus explosive de la maladie, en février, en mars et en avril. Or, en été, dans cette phase de fin de l’épidémie comme nous sommes en train de la vivre en Europe, l’OMS ne trouve aucun argument scientifique pour justifier le port du masque en extérieur ».
« L’augmentation du nombre de cas évolue en parallèle avec l’augmentation du nombre de tests. Par ailleurs, ces tests ont 3% de faux positifs, donc quand on fait un million de tests par semaine, on a presque 4500 faux positifs / jour ».
« Il n’y a pas d’argument scientifique qui permette de recommander le port du masque partout. Il s’agit d’une mesure de précaution politique, une mesure de mimétisme qui va progressivement s’imposer dans les habitudes de vie, mais qui n’est pas fondée sur des arguments scientifiques ».
« Le terme d’incohérence est celui qui qualifie le mieux l’ensemble des décisions qui ont été prises depuis longtemps. Sur les recommandations du conseil scientifique, là encore, on voit qu’il s’agit d’une négociation entre nos inquiétudes et la réalité ».
« Les effets du confinement aveugle vont être 100 fois supérieurs aux effets délétères de la maladie ».
« Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des décideurs, et dans l’interprétation qu’ils font des chiffres. La question des objectifs politiques doit être posée, y compris au niveau des décideurs à l’OMS ».
Pr Jean-François Toussaint
RFI - 1er septembre


N.D.L.R. : C'est aussi ce que je pense. En France, cette histoire est, à l'évidence, une façon pour un pouvoir ô combien contesté d'empêcher les débordements de rue, fût-ce au prix d'un déclassement accéléré du pays.
lexpress.fr
rédigé le 13 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
VIDÉO. Marion Van Renterghem : "Boris Johnson emploie avec l'UE une méthode de voyou"

La journaliste, chroniqueuse à L'Express, décrypte les négociations en cours entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, négociations face à l'attitude du Royaume-Uni, qui se dirige de plus en plus vers un "no deal".

N.D.L.R. : Exposé très clair d'un sujet compliqué. Un sacré pataquès.
Perfide Albion, rien de nouveau sous le soleil.