Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 4 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Economie - Anecdotes - Références culturelles
0
On n'imagine pas à quel point le prix des meubles anciens s'est écroulé. Il faut le voir pour le croire.

J'ai récemment remarqué, chez des antiquaires amis (donc à des prix incorporant leurs marges) :
- un bahut normand de mariage du XIXème en chêne maillé, avec de beaux décors sculptés, de 2,40 m de haut : proposé à 2 500 €,
- une armoire normande de mariage, richement sculptée : proposée à 1 200 €.

A l'instant, je viens de toper en direct pour une bonnetière à 140 € :

4 novembre 2011.

4 novembre 2011.

J'ai fait mon offre à 3 heures du matin, elle a été acceptée moins de trois heures plus tard.
J'espère que la vendeuse ne se dédira pas (je me méfie depuis l'aventure de la cheminée de Mebzon).

Je destine cette bonnetière à abriter mes dossiers dans ma chambrette monacalo-monastique. Depuis des mois, ils en jonchent le parquet et c'est plutôt encombrant :

4 novembre 2019.


Et vivent les insomnies et les insomniaques !

P.S. (à 22 heures) : J'irai chercher la bonnetière à Sèvres jeudi matin. Je tâcherai d'éviter les embouteillages autour de Paris.

Quant au bahut normand du "Roi Soleil"...

4 novembre 2019.

... je crois comprendre qu'il vient d'être acheté par une personne de qualité, de même qu'une certaine commode...

4 novembre 2019.

... et un lot de cristaux :

4 novembre 2019.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 4 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
M'étant enfermé hier, une partie de l'après-midi, dans les combles de la tour Louis XIII pour y rechercher de vieux documents, j'ai trouvé ceux-ci qui devraient intéresser ma mère :

- un autographe de mon aîné, assez révélateur de son inclination à l'étude, du moins vers 1991 :


- la photocopie de deux dessins de Michel MORISSON, représentant notre manoir favori dans son état délabré du début de 1992 :


- quatre photos, prises en octobre 1994, de mon premier bouledogue français, Eryx du Sénéchal de Ré, dit Ercule, dit "le loïde", fils d'un champion du monde de beauté canine :


Notre Guguss favori est plus rustique mais, semble-t-il, moins fugueur. Et, à dire vrai, encore plus sympathique.
La contrepartie qui m'avait écrit qu'elle me contacterait cette après-midi ne l'a pas fait.

Idem pour l'autre qui devait me rappeler ce soir.

Usant.

P.S. (du 5 juillet à 11 heures) : Basculé dans les pages "Privé".

P.S. 2 (du 3 décembre 2019 à 2 heures 20) : Message rendu de nouveau public à l'instant.
0
Sauf à me livrer, chaque nuit, à un exercice systématique de contrôle de données fournies par "Google Analytics", je ne savais pas, jusqu'à ces derniers jours, quels étaient les messages mis en ligne sur notre site favori qui suscitaient le plus d'intérêt (ou d'émoi ?) de la part des visiteurs. Je le savais d'autant moins que très rares sont les visiteurs qui osent s'exprimer par des messages et des commentaires susceptibles d'être mis en ligne, ce qui confirmerait que la position de "voyeur" est, à beaucoup d'égards, plus accessible, en ce domaine aussi, que celle d'"acteur". Je me garderai bien de tirer de cette observation une loi plus générale ou transposable à d'autres domaines.

Grâce au nouveau "compteur d'individualisations", je dispose désormais d'un genre de sismographe qui va me permettre d'avoir une vue plus complète et plus objective sur les remous que les messages (notamment mes messages) peuvent provoquer chez certains "visiteurs".


C'est ainsi que, pendant les 3 heures qui viennent de s'écouler, je viens de passer en revue les indications de ce nouveau compteur à propos des 562 derniers messages mis en ligne (du 46724, le 20 août dernier, au 47285, cette nuit). Les enseignements que je retire de cet examen sont très nets :
- la très grande masse des messages n'est lue qu'au titre des "20 derniers messages" puis plus personne ne revient dessus ;
- l'étanchéité des dispositifs ne rendant les messages "Privé" accessibles qu'aux "happy few" est confirmée ;
- à titre anecdotique, mes messages relatifs au Brexit n'intéressent personne (du moins, une fois passé le sas des "20 derniers messages") ; idem (à part ma mère, mais c'est important pour moi), pour les messages relatifs à O'Gustin ;
- en revanche, une proportion infime des messages, ces derniers tous relatifs au chantier favori, focalise un tout petit nombre de visiteurs qui font, pour autant que je puisse l'apprécier à ce stade, une véritable fixette à leur sujet. Cela semble ahurissant et serait susceptible de susciter, du moins chez un esprit enclin à l'inquiétude, de très sérieux doutes sur les intentions de tels lecteurs, quels que soient leurs titres et qualités.

Les jours à venir devraient nous éclairer rapidement sur ce qu'il faut penser de cette dernière remarque...

... mais il n'est peut-être pas inutile que je rappelle que :
- ce site est une "œuvre de l'esprit", toujours susceptible d'amendements s'ils sont recevables et justifiés (j'ai toujours fait preuve d'une grande tolérance en la matière) ;
- il est soumis, comme tel, à la législation qui encadre rien de moins que la liberté d'expression, acquis fondamental de notre civilisation ;
- ses mentions légales explicitent l'esprit amical dans lequel il convient de le consulter ; elles formulent sans ambiguïté l'interdiction d'en imprimer tel ou tel sous-ensemble sans l'autorisation de qui de droit.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le mardi 5 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Références culturelles
0
Un petit animal sans désir d’ailleurs
Publié le 5 novembre 2019

Je suis un petit animal qui ne s’est jamais vraiment éloigné de sa tanière. L’aventure, les grands espaces, j’y ai finalement peu goûté. Le désir d’un ailleurs ne m’a pas travaillé. Je me suis pour l’essentiel satisfait de ce qui s’est présenté à moi. Inexplicable privilège : j’ai tout trouvé bel et bon.

Ai-je cherché à me dépasser, à me mettre en danger, à sortir de moi-même ? Non. J’ai suivi ma pente. Je n’ai rien accompli qui n’ait été à ma portée. Je n’ai pas attendu de la vie autre chose que ce qu’elle m’a offert. Pas de rêve fou, pas de manque à combler. Juste déguster les jours.

Le reste du temps, j’ai dormi. Et j’ai aimé ça.

© Paola Gavard


N.D.L.R. : Félicitations pour votre nature heureuse et pour votre sagesse. Quant à moi, j'ai le sentiment d'avoir dû souvent me battre. La question se pose de savoir si ce n'était pas pour des chimères.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 5 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Météo
0
Pour des raisons tenant à la météo, c'est demain et non après-demain que j'irai chercher la bonnetière à Sèvres. Je ferai l'aller-retour d'une traite, la bonnetière démontée et protégée des intempéries dans la remorque de Francis. Jean LEMARIE a accepté de m'envoyer vendredi matin un de ses employés pour remonter ce rangement dans ma chambrette monacalo-monastique et le cirer en tant que de besoin.
J'aime l'Histoire et le Patrimoine (via "Facebook")
rédigé le mercredi 6 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
➡️ Persécution des chrétiens au Japon: Crucifixion de 26 chrétiens à Nagazaki en 1597.
➡️ Après l'arrivée des premiers marins portugais au Japon en 1542, commence l'évangélisation sous l'impulsion de Saint François Xavier.
➡️ 95 jésuites (57 portugais, 20 espagnols et 18 italiens) étaient installés au Japon en 1600 et on estime que 200 à 300.000 japonais s'étaient convertis.
➡️ La ville de Nagazaki, peuplée quasi exclusivement de chrétiens, était surnommée "la Rome du Japon".
➡️ Inquiété, le pouvoir japonais cherchera alors à stopper puis à éradiquer le christianisme.
➡️ Des autorités de persécution sont mises en place avec pour objectif la persécution et l'extermination des chrétiens à l'échelle nationale. Quiconque est soupçonné d'être chrétien doit renier publiquement le christianisme et déshonorer les symboles chrétiens.
➡️ Ceux qui refusent de renoncer à leur foi chrétienne sont exécutés, souvent au moyen de la crucifixion publique ou brûlés vifs.
➡️ Une insurrection est brutalement écrasée en 1637, et plus de 40.000 chrétiens sont tués.
➡️ Des milliers de japonais chrétiens émigrèrent à Macau ou aux Philippines espagnoles.
➡️ Il faudra attendre 1873 et la restauration Meiji pour que le christianisme soit à nouveau autorisé au Japon.


N.D.L.R. : Contemporain de la Chaslerie.
Ville de Domfront-en-Poiraie‎ (via "Facebook")
rédigé le mercredi 6 novembre 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
NOV6
L'île des esclaves, de Marivaux
Public · Organisé par Ville de Domfront-en-Poiraie
Aujourd’hui de 20:30 à 21:30
Commence dans 16 heures environ · 5–11°C Pluie légère

"L'île des esclaves", célèbre pièce de Marivaux, est mise en scène par Jacques Vincey, directeur du Théâtre Olympia, cdn de Tours.

Quatre jeunes voyageurs athéniens, deux maîtres et deux esclaves, échouent sur une île où ils se voient obliger d’échanger leurs rôles. Les maîtres deviennent serviteurs et les asservis patrons. Quand les uns jubilent, les autres se morfondent ou corrigent leurs conduites pour retrouver la liberté.

Une pièce qui interroge sur la place de chacun dans la société.

Les acteurs : Blanche Adilon, Mickaël Grédé, Thomas Christin, Charlotte Ngandeu, Diane Pasquet.

Mercredi 6 novembre 2019, à 20 h 30, à partir de 14 ans. Durée : 1 h. Tarif : 10 € (plein), 5 € (réduit – scolaires, étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires de minima sociaux, titulaire AAH et détenteurs de la carte de fidélité). Places à retirer à la Maison des associations de Domfront-en-Poiraie ou à réserver par mail : saisonculturellepartagée@gmail.com ou au 02 33 38 56 66.

N.D.L.R. : Je compte aller voir ce spectacle proposé, si j'ai bien compris, par "Le Préau" de Vire. Ce sera pour moi l'occasion de saluer les principaux acteurs de la vie culturelle domfrontaise.