Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 3 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Deux amis se souhaitent un bon week-end :

3 mai 2019.

3 mai 2019.

O'Gustin a de quoi être joyeux puisque Sébastien lui promet le retour de Loukoum la semaine prochaine.
Je surfe via "Google" pour essayer de trouver des idées pertinentes pour déterminer les dimensions de l'âtre que l'on sait. Voici, en vrac, le résultat - pas très probant à mon sens - de ma pêche à ce stade :

Beauregard.

En Bretagne.

Chambord.

Ecouen.

Ecouen

Les Vaud.

Vaux de Cernay.

Sur cette base, le meilleur exemple me semblerait celui de Carrouges :

Carrouges.

Si des membres du fan-club ont de meilleures idées, "welcome on board !"
J'ai souhaité photographier les cheminées du manoir voisin de Loraille, à Saint-Roch-sur-Egrenne, et je remercie M. et Mme MONTEMBAULT de m'avoir permis de le faire. Ce manoir a en effet été construit, selon moi, par la même équipe de tailleurs de pierres que celle intervenue, à la même époque, à notre manoir favori.

Le résultat me paraît intéressant. Dans la pièce à vivre du rez-de-chaussée...

4 mai 2019.

... l'âtre de granit...

4 mai 2019.

... dépasse sensiblement la verticale du linteau :

4 mai 2019.

Dans la même pièce, j'ai observé les corbeaux supportant les poutres :

4 mai 2019.

A l'étage, l'âtre semble moins large et moins profond que la cheminée :

4 mai 2019.

4 mai 2019.

4 mai 2019.

4 mai 2019.

P.S. (du 5 mai 2019) : M. MONTEMBAULT a évoqué l'incendie de la Chaslerie au XVIIIème siècle dont il est informé alors que je n'ai trouvé aucun document ancien y faisant référence. Il faudra que je lui demande s'il a des détails à ce sujet.

De même, il pourrait sans doute m'en apprendre beaucoup sur l'état de notre manoir favori avant la campagne de travaux des années 1950. Je serais très curieux de savoir s'il y avait des restes des anciennes cheminées, celles qui avaient subi l'incendie de 1884 et, si oui, à quoi elles ressemblaient.
Afin de ne pas freiner davantage le chantier et de ne pas risquer de perdre les subventions pour la restauration des menuiseries extérieures, je viens de demander à mon aîné s'il accepterait de mandater un architecte du patrimoine.

Refus.

Pourquoi en suis-je encore à imaginer pouvoir espérer une aide de sa part ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 6 mai 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
Les propos qu'a tenus mon aîné hier, pendant le déjeuner dominical, ont le mérite d'avoir été clairs donc de m'ôter un poids important. Pourquoi devrais-je continuer à me mettre martel en tête pour avancer, coûte que coûte, dans ce chantier de restauration qui me dépasse à l'évidence ?

De son côté aussi, il vaudrait mieux, pour ne dire que ça, que je finisse de me détacher complètement.