Désultoirement vôtre !

Jean-Pierre ARBON
rédigé le vendredi 8 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Bloquer pour que ça bouge
Publié le 8 février 2019

Mon lecteur se souvient peut-être qu’au premier jour des gilets jaunes (renommé après coup l’acte I de cette tragi-comédie hebdomadaire dont la dramaturgie m’échappe depuis un certain temps), je me trouvais dans une voiture qui tentait de franchir le rond-point du Touquet, en direction du pont sur la Canche. Le chauffeur avait baissé sa vitre, et l’un des manifestants nous avait dit : — Vous n’allez pas pouvoir passer. Il faut bloquer pour que ça bouge.

Ça m’avait plu, cette formule : il faut bloquer pour que ça bouge. C’était un paradoxe vif, éclairant, une parfaite synthèse de l’action et de son but. Kierkegaard a dit quelque part : « Le penseur sans paradoxe est comme l’amant sans passion ». Eh bien ce gilet jaune devait être un amant passionné.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 9 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Vu, hier soir, au cinéma de Flers, "La mule" de Clint EASTWOOD. Après avoir dépassé les 88 ans, je n'imagine pas que l'acteur et réalisateur puisse rééditer une telle performance. Le message - si message il y a - est ici "tout pour la famille", ce qui plairait beaucoup à Carole.
Le deuxième (par ordre chronologique) des quatre documents récemment transmis par Eric YVARD est l'inventaire du 15 juillet 1716 consécutif au décès de Jacques de LEDIN (donc 13 jours après l'inventaire consécutif au décès de son fils Pierre).

Comme je l'avais fait pour le premier inventaire, j'ai voulu présenter sous forme d'un tableau les informations que nous apporte ce document. La chose n'est pas aisée tant le tabellion du XVIIIème siècle manquait à l'évidence de rigueur intellectuelle.

Il apparaît néanmoins qu'il distinguait entre la "chambre au-dessus de la cuisine" et la "chambre où est décédé Jacques de LEDIN". Donc l'une des principales conclusions de ma première compilation tombe à l'eau.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 9 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
J'ai passé la majeure partie de la journée à commencer, avec la joie que l'on peut imaginer, à remettre de l'ordre dans la comptabilité de notre copropriété à Paris.

Pas toute la journée il est vrai. Le matin, je m'étais rendu à Pontorson où étaient programmées deux visites. La première a été annulée, le candidat ayant trouvé son bonheur dans une de ces H.L.M. que les élus locaux font bourgeonner à proximité de mon petit immeuble. La seconde n'a pas eu lieu, le connard m'ayant posé un lapin, ce qui arrive en moyenne pour une visite sur trois et me donne chaque fois le bonheur de rouler plus de 2 heures 30 pour rien, si ce n'est acheter quelques huîtres.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 10 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Vu, hier soir, au ciné du casino de Bagnoles, "L'Incroyable Histoire du facteur Cheval". On pourra se demander pourquoi, à l'américaine, ils mettent des initiales partout dans le titre. Une fois de plus, je trouve cette invasion culturelle détestable.

Les belles images du film se laissent regarder, bien que, trop crevé, j'aie roupillé au début et que, pour des raisons tierces, Jacques GAMBLIN ne me soit pas sympathique. Il faudra, à l'occasion, aller observer sur place ce "Palais idéal".