Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 4 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Au Palais de l'Elysée, voici comment on utilise nos impôts :

Quel désastre ces couleurs de dragées ! Vivement qu'ils dégagent, ces deux iconoclastes !

Et une vue d'éoliennes par la fenêtre, ils n'y ont pas encore pensé, ces sauvages ?

Voici en tout cas qui ne rassure pas sur la gestion publique des monuments historiques livrée à des incultes... (air connu).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 4 février 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Après quelques rapides présentations dans un manoir du voisinage...

4 février 2019.

4 février 2019.

... et de premières intimidations...

4 février 2019.

... O'Gustin s'est confortablement installé (espatarré, comme on le dit à Toulouse) dans la bannette de la jeune et gracile Ombeline, petit lévrier italien, et il fut impossible pour cette demoiselle au maintien tout aristocratique d'en déloger notre jeune molossoïde favori :

4 février 2019.

4 février 2019.

4 février 2019.

C'est vrai ça, qui c'est qui commande ?

(Qualité FOURCADE, œuf corse !)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 5 février 2019
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - O'Gustin
0
Le souvenir de la belle Ombeline y est-il pour quelque chose ? Je n'en sais rien mais le fait est que, ce matin, O'Gustin s'est comporté en adulte responsable en fleurissant la cour pour la première fois de son existence.
Au courrier ce matin la lettre recommandée suivante :

Pour savoir à quelle sauce l'APIJOMM allait être croquée, j'ai essayé de joindre la M.S.A. puis "Atout-Services" où l'on tombe au mieux sur un disque. Heureusement, la toile m'a appris qu'il n'y a aucune conséquence pour cet employeur dont j'ai l'honneur de présider aux destinées.
Pour essayer de m'y retrouver dans les quatre inventaires (ou équivalents) du début du XVIIIème siècle transmis par Eric YVARD, je viens de commencer à retranscrire leur contenu sous forme de tableaux plus faciles à manier pour moi.

Voici le premier tableau de cette série, relatif à l'inventaire du 2 juillet 1716 consécutif au décès de Pierre de LEDIN, établi devant sa veuve Catherine de CROISILLES, document où il est également question de la succession de Jacques de LEDIN.

J'ai indiqué :
- les personnages alors vivants présents ou évoqués dans ce document
- et, par pièce visitée (dans l'ordre de l'inventaire), le mobilier recensé.

Je comprends ainsi que :
- l'aïeul, Jacques de LEDIN, avait sa chambre au-dessus de la cuisine (actuelle salle-à-manger du logis) ; en 1716, il semble que cette pièce n'ait pas tardé, cet aïeul à peine refroidi, à être attribuée à la "gouvernante des enfants mineurs", ceux-ci ayant leur chambre au premier étage de la tour Nord-Est attenante ;
- le défunt, Pierre de LEDIN, avait sa chambre dans ce qui est aujourd'hui la moitié Nord de la "pièce dévastée" (au-dessus du salon actuel) ;
- sa veuve, Catherine de CROISILLES, avait sa chambre dans l'autre moitié de ce volume ; donc tout le monde avait sa chambre à l'étage du logis, le beau-père d'un côté du grand escalier, les tourtereaux (?) de l'autre, et les lardons se baladaient avec leur nounou au gré des disponibilités ;
- la pièce au premier étage de la tour Sud-Ouest (qualifiée de "cabinet à côté sur le bout de la cour dudit logis", que j'ai numéroté 5) servait alors de débarras.

En lisant ce tableau, je ne comprends pas très bien en quoi consistait la "chambre qui est sur le bout de la cour, sous un pavillon, "occupés" par C. de C." que j'ai numérotée 13.
Peut-être ce pavillon est-il ce que nous appelons la tour Louis XIII et cette chambre, la pièce au premier étage de cette tour ?
A la réflexion, cette hypothèse me paraîtrait fortement confortée par la présence, sur le linteau de la cheminée de cette pièce, des armoiries mêlées des LEDIN et des CROISILLES :


Comme ce travail que je me suis imposé a porté des fruits, je vais le poursuivre à partir des trois autres documents transmis par Eric YVARD. Et, si je n'étais pas aussi fainéant, je devrais prolonger l'effort avec les "inventaires révolutionnaires" retranscrits par Nicolas GAUTIER ou Patrick DELAUNAY (je ne me souviens plus) et mis en ligne ici vers 2010. Car, de la comparaison de ces différents documents rédigés sur près d'un siècle, jaillirait peut-être une certaine lumière supplémentaire, sait-on jamais ?
Chantal PREVERT
rédigé le mardi 5 février 2019
Désultoirement vôtre ! - O'Gustin
0
Les deux dernières photos d'O'Gustin et Ombeline sont particulièrement expressives !
Qui oserait affirmer qu'il n'existe pas une intelligence animale ?
Il faut féliciter et récompenser O'Gustin quand il fait quelque chose de bien !
A bientôt.

N.D.L.R. : Cette après-midi, O'Gustin s'est montré pénible, refusant avec obstination de trotter à mes côtés, "salissant" l'étage du logis où il m'accompagnait pour recevoir un artisan. Il ne faut donc pas chanter victoire trop vite...
Cédrick COOS, dont la moindre des qualités n'est pas d'avoir été l'"inventeur" d'O'Gustin, est passé me voir cette après-midi pour évoquer divers sujets d'intérêt commun :

5 février 2019.

Je lui ai fait part des soucis que me cause une corporation en situation de monopole légal et des contretemps que son attitude entraîne contre mon gré. Il m'a appris qu'il a d'autres clients qui se heurtent aux mêmes difficultés et qui en sont outrés.

Il faudra qu'un jour saute ce monopole protecteur de rentes non conformes à l'intérêt des monuments ! Car, qu'on se le dise, ce système a bel et bien été dévoyé !

P.S. (du 9 février 2019) : J'ai demandé à Cédric en quoi devaient consister les matériaux à poser sur la terre au rez-de-chaussée des prochains bâtiments restaurés. Voici sa coupe de principe :

L'idée est de favoriser la circulation de l'air, tant, en surface, par des briques creuses que, en périphérie des pièces concernées, par un vide à dessus d'ardoise, le tout communiquant bien entendu avec l'extérieur.

Ce sont là des travaux que je pourrais prochainement confier à Igor (qui n'a toujours pas démissionné à ce jour, d'après ce que me rapporte Christian) ou à l'entreprise PICAULT. Il faudrait néanmoins que je m'assure auparavant auprès d'un plombier des réservations à prévoir pour un chauffage par le sol.