Désultoirement vôtre !

Jean-Pierre ARBON
rédigé le vendredi 18 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Great smog in London
Publié le 18 janvier 2019

En s’offrant en 2016 un référendum sur l’Europe, le Royaume Uni s’est précipité sans le savoir dans deux crises existentielles simultanément. L’une est à la fois économique et géopolitique : les intérêts du pays sont-ils mieux défendus en dehors de l’Union Européenne ou en en faisant partie ? L’autre relève de la théorie politique et du fonctionnement de la démocratie : peut-on articuler démocratie parlementaire et démocratie directe, et comment ?

Lord Palmerston (1784-1865) qui fut (par deux fois) le prédécesseur de Theresa May au poste de Premier Ministre de Sa Majesté, disait que « l’Angleterre n’avait pas d’amis, seulement des intérêts ». Il découlait de cette proposition que la politique menée par le Royaume devait essentiellement viser à conforter lesdits intérêts et à garantir la puissance du pays. Encore faut-il pour cela savoir discerner ces intérêts, et à qui en revient le soin. Au gouvernement ? Au parlement ? Au peuple ? En confiant la décision tantôt aux uns, tantôt aux autres, outre-Manche, le brouillard s’est singulièrement épaissi.


N.D.L.R. : Bien sûr.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 19 janvier 2019
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : samedi 19 janvier 2019 07:56
À : Bernard Soul
Cc : Davy Bernard; mairie.lahautechapelle@wanadoo.fr; picault6@orange.fr
Objet : Site internet de Domfront-en-Poiraie - "Projet MORIN"

Cher Monsieur le maire,

Vous êtes, comme indiqué dans les "mentions légales" du site internet de Domfront-en-Poiraie, le directeur de sa publication.

Ce site traite, entre autres sujets d'intérêt commun, des monuments et sites à visiter sur le territoire de la commune. Un onglet de ce site est ainsi consacré aux monuments de la commune.

Pourriez-vous, s'il vous plaît, expliquer pourquoi cet onglet ne traite exclusivement que des monuments situés sur le territoire de l'ancienne commune de Domfront et aucunement de ceux, pourtant assez nombreux, situés sur le territoire des anciennes communes rattachées ? Vous ne pouvez ignorer que ces derniers sont répertoriés officiellement et que plusieurs sont ouverts au public, y compris tout au long de l'année.

Le regroupement communal paraît assez ancien pour que, si l'on avait bien voulu y prendre garde, les correctifs utiles aient enfin été apportés, d'autant que les oublis en question ont été signalés maintes fois. A ce jour, le site portant sans ambiguïté le nouveau nom de la commune, Domfront-en-Poiraie, on peut se demander pourquoi le nécessaire n'a toujours pas été fait.

Permettez-moi de vous rappeler qu'en votre qualité de maire, il vous appartient de veiller à ce que ce site reflète convenablement la vie communale et la palette de ses atouts, sans s'en tenir à une limitation géographique, historique, culturelle et humaine pour le moins infondée, pour ne pas dire biaisée.

A votre avis, un tel oubli ne peut-il amener à s'interroger sur certaines orientations de la politique communale ? Je fais allusion ici à celles retracées dans le compte rendu de la séance du conseil municipal de décembre dernier, dans la partie de l'ordre du jour - curieusement ajoutée en séance - portant sur la répartition de la manne du "projet MORIN".

A votre avis, ce "projet MORIN" est-il bien engagé après qu'il a été donné, semble-t-il, libre cours aux élucubrations d'un cabinet extérieur, grassement rémunéré à ce que l'on dit, et qui a travaillé sans même chercher à se renseigner le moins du monde sur la réalité du "tourisme médiéval" actuel de Domfront-en-Poiraie ? Une telle ignorance, pour ne pas dire un tel mépris, a frappé à de nombreux endroits du nouveau territoire communal. Au terme, semble-t-il, de la mission de ce cabinet sur laquelle rares sont les informations aisément disponibles, ne doit-on pas s'inquiéter du caractère manifestement irréaliste des projections avancées en termes de fréquentation (150 000 à 200 000 visiteurs par an) ou du caractère manifestement irresponsable de l'accumulation de dépenses de fonctionnement que ces orientations induiraient s'il y était donné la suite recommandée par ce cabinet.

A ma connaissance, des suggestions originales et dynamisantes vous ont été faites en temps utile, qui auraient pu mériter une prise en compte, d'autant qu'elles étaient exemptes de frais de fonctionnement pour les finances communales. Je pense ici, par exemple, à un projet d'illumination des monuments du territoire communal, en veillant à ne pas oublier, cette fois, le territoire des communes rattachées. L'exemple des illuminations de villages du bocage à l'époque de Noël témoigne qu'il y a là un potentiel touristique difficilement contestable. Pourquoi n'a-t-il jamais été possible de faire prendre en considération de telles suggestions par ce cabinet venu de l'extérieur ? Est-il encore temps de redresser la barre ?

Cher Monsieur le maire, vous savez à quel point j'admire la qualité de votre engagement et celle de tous les membres de votre conseil municipal au service de nos concitoyens et, d'habitude, la qualité de votre écoute et votre goût du travail d'équipe. Vos résultats très tangibles depuis votre élection me paraissent la conséquence de qualités aussi précieuses.

Alors, je vous le demande, pourquoi persisteriez-vous dans des orientations mal conçues ?

J'espère que vous saurez réexaminer la situation et, dans cette attente, vous prie d'agréer, Cher Monsieur le maire, avec tous mes encouragements, l'assurance de ma cordiale sympathie.

Pierre-Paul FOURCADE

(Fin de citation)

P.S. (du 21 janvier 2019) : Interrogés hier à Paris, Carole me dit que ce courriel est trop long et Thibaud pense que, tel qu'il est rédigé, il n'aidera pas à trouver de solution. Je crains qu'il ait raison.