Désultoirement vôtre !

rtl.fr
rédigé le samedi 29 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Le prix du timbre augmentera (encore) au 1er janvier 2019.
Une nouvelle hausse du prix du timbre-poste est prévue dès le 1er janvier 2019, dépassant pour la première fois l'euro symbolique pour certains envois.

N.D.L.R. : Et tout cela sur fond de dégradation rapide et continue du prétendu "service public", cette vaste blague.

Et 10 % d'augmentation d'un coup, un vrai racket de plus !
Donc j'ai arrêté de tenir deux blogs, comme cela, un beau matin de mai dernier. Ou peut-être un soir. Et personne ne s'en est plaint, du moins à moi. De temps à autre, j'ai regardé si le message d'un tiers y avait été déposé, en attente de publication. Mais jamais rien.

Certes, je pourrais toujours les redémarrer si l'envie m'en prenait. Mais à quoi bon ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Depuis qu'elle est réapparue dans notre manoir favori, Carole a entrepris de tout briquer dans le bâtiment Nord, sans manquer de m'associer à l'effort autant que faire se peut, ce qui n'est pas le plus facile à obtenir.

Cette après-midi, c'était le tour de ma chambrette monacalo-monastique, autrement dit de mon dernier refuge dans ce monde de brutes. Les toiles d'araignée aux plafonds et les moutons dans les recoins ont prestement disparu, aspirés ou balayés. La couette a été changée. J'ai même aidé en classant les papiers de ma mère que j'entassais dans un coin.

(Les papiers, pas ma mère.)
Jean-Pierre ARBON
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Références culturelles
0
Je suis un idiot
Publié le 31 décembre 2018

Un « idiot » (ιδιώτης), dans la Grèce antique, c’est un simple particulier. C’est quelqu’un qui est considéré dans sa dimension individuelle, et non pas dans sa relation avec la Cité. On distingue d’un côté les affaires privées, de l’autre la chose publique ; d’un côté le particulier, de l’autre le général. En grec, les questions personnelles sont des questions idiotes, sans qu’aucune connotation péjorative soit attachée à ce mot.

Mais on voit bien comment les choses dérivent : l’idiot s’oppose à la res publica. Il devient celui qui ne s’intéresse pas à la vie collective, qui s’en tient à l’écart, et reste étranger à ces matières, d’où l’idée d’ignorance, et partant de sottise. L’idiot est un individu singulier, déconnecté du corps social, quelqu’un qui vit dans son monde et sur qui on ne peut pas compter.

Dans cette perspective, on peut dire que je suis un idiot. Je me tiens volontiers à distance des débats et agitations de mes contemporains. J’évite le plus souvent d’y prendre part, dans la mesure où y prendre part n’est bien souvent qu’ajouter du bruit au bruit et de la confusion à la confusion. Je me concentre sur les jolies choses que quotidiennement la vie m’apporte : la chaleur de mon lit, blotti contre ma femme, une parole cocasse et tendre échangée avec ma mère, la beauté du givre sur les arbres, le regard souriant d’un inconnu qu’on a croisé.

À la vérité, il m’arrive de penser qu’on manque un peu de gens comme moi. Plus d’idiots, voilà mon rêve.

N.D.L.R. : Si vous êtes un idiot, je revendique le titre de crétin. Crétin des Pyrénées, s'entend.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Il y a 67 ans déjà que je suis né. Le 31 décembre 1951 à 12 h 30 précisément, à temps pour passer à table, ajoute ma mère, même si, pour des raisons administraaaâââtives déjà, je n'ai été déclaré que le lendemain. Il paraît que mon premier geste fut de pisser d'abondance sur le médecin-accoucheur. Donc déjà rebelle...

Voici qui ne nous rajeunit pas...
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Carole m'a fêté mon anniversaire ce soir :

31 décembre 2018.

J'en ai profité pour accéder à la mémoire de son appareil photo de manière à m'envoyer une photo de mon second petit-fils. A quelques jours de son premier anniversaire, il m'a l'air très mignon :

22 décembre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
J'ai enfin reçu aujourd'hui la note que j'attendais depuis six semaines sur les "déficits fonciers reportables".

Cette note fait apparaître que j'ai très bêtement dilapidé, en les laissant se périmer, une très forte proportion des déficits dont j'aurais pu me prévaloir. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour moi.
Dominique Thiébaut LEMAIRE
rédigé le lundi 31 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Références culturelles
0
Billet : veille de nouvel an
Posted on 31 décembre 2018 par Libres Feuillets

L’année s’estompe à la fin de décembre
En un jour gris mais qui n’est pas glaçant
Elle s’en va dans le noir elle sombre
Il est trop tôt pour en tirer leçon

Dans la semaine a brillé comme l’ambre
Un soleil pâle avec des rayons lents
L’année s’estompe à la fin de décembre
En un jour gris mais qui n’est pas glaçant

On ne sait pas s’il faut garder la chambre
Ou s’élargir en se donnant du champ
Ce qui est sûr c’est que dans la nuit sombre
Où l’avenir est malgré tout chanson
L’année s’estompe à la fin de décembre


Les souhaits et les vœux sont des désirs de voir un évènement s’accomplir. Selon qu’il y a beaucoup ou peu d’apparence qu’on obtienne ce qu’on désire, ce qui nous représente qu’il y en a beaucoup excite en nous l’espérance, et ce qui nous représente qu’il y en a peu excite en nous la crainte. L’espérance est une disposition de l’âme à se persuader que ce qu’elle désire adviendra, disposition causée par un mouvement de la joie et du désir mêlés ensemble, et la crainte est une autre passion de l’âme, qui tend à la persuader que ce qu’elle désire n’adviendra pas. Bien que ces deux passions soient contraires, on peut néanmoins les avoir toutes deux ensemble, lorsqu’on se représente en même temps diverses raisons, dont les unes font juger que l’accomplissement du désir est facile, tandis que les autres le font paraître difficile. Ainsi parlait René Descartes, je m’en souviens en cette veille de nouvel an.

Dominique Thiébaut Lemaire

N.D.L.R. : Bonne année à toi, Domino !