Désultoirement vôtre !

L' Association des Maires Ruraux de France a décidé de mettre en place, au vu des mouvements de revendications du moment, des cahiers de recueil des "doléances et propositions des habitants ruraux" dans toutes les Mairies des territoires ruraux.

Le recueil des informations qui était prévu initialement pour la seule journée du samedi 8 décembre vient d’être prolongé jusqu'au samedi 15 décembre. Ces cahiers de doléance seront transmis aux Préfets dans chaque département ainsi qu'aux parlementaires (députés et sénateurs).

Ces cahiers sont une occasion supplémentaire pour les adhérents et les sympathisants de nos associations :

- de se prononcer pour une transition énergétique respectueuse de nos paysages et de notre qualité de vie,

- de demander que les taxes prélevées au motif de la transition énergétique soient réutilisées en priorité en milieu rural, dans les zones périurbaines et dans les petites villes pour des projets à taille humaine privilégiant les habitants, l'amélioration du cadre de vie et les emplois locaux,

- de dénoncer les nuisances créées par les sites éoliens en fonctionnement.

Vent de Colère ! Fédération Nationale

N.D.L.R. : Tout cela me paraît globalement justifié. Je soutiens !

J'ai toutefois un regret et il est de taille : pourquoi réclamer (au point 2) encore plus d'Etat quand, à l'évidence, l'Etat a failli ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 11 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Courriel adressé ce jour à la correspondante qui m'a été désignée à "La Demeure Historique" :

(Début de citation)

Objet : Fiscalité - Déficits fonciers reportables.

Madame,

Depuis un mois, j'attends un signe de vie de votre part.

Aurez-vous la courtoisie, cette fois-ci, d'accuser au moins réception de mon message ?

Salutations distinguées.

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 11 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Macron-la-bulle-éclatée vient de découvrir le fil à couper le beurre : il a inventé l'augmentation du S.M.I.C. financée par l'Etat.

A ce tarif-là, pourquoi n'a-t-il pas décidé une augmentation générale de 500 € ?

Après tout, la recette est connue : il suffit de creuser les déficits, ce qui conduira tôt ou tard à augmenter toujours plus les impôts (ou au "Frexit"). Un pays où tout le monde serait fonctionnaire, c'est vrai que ce serait le pied et, en plus, il en serait le grand chef, le Jupiter flamboyant. Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 13 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Tout en se préparant, mon aîné m'a donné des nouvelles de son travail. Il vient de faire l'objet d'une "évaluation à 360° " comme on le dit dans les "business schools". Bref, ces nouvelles sont excellentes à tous égards et je l'en félicite.

Qualité FOURCADE, quand tu nous tiens !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 14 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
J'assiste, comme interdit, à ma décrépitude rapide :

13 décembre 2018 à 18 h 16.

Ainsi hier, face à Carole, impossible de retrouver le nom de voisins normands. Puis, lui expliquant que je passais beaucoup de temps sur "Netflix", j'ai précisé que j'en étais à ma troisième série d'affilée, tant ce type de récréation est addictif. Mais impossible d'en donner les noms, il m'en manquait toujours un. Il a fini par me revenir la nuit dernière lors d'une insomnie.

Tout cela ne présage rien de bon.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 15 décembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes - Météo
0
Je comptais livrer ce matin à ma mère trois douzaines d'huîtres achetées hier chez CHISTREL. Elle reçoit en effet la visite de ma sœur et de mon beau-frère ce week-end. Mais les abords immédiats, au moins, de notre manoir favori sont totalement verglacés, empêchant même que j'arrive à remonter l'allée vers la D22.

J'espère que tout cela aura fondu en début d'après-midi car je dois revenir à Pontorson pour trois visites de candidats à la location.

Sinon, il y aura, encore un moment, de la spéciale n°1 à déguster à notre manoir favori. Avis aux amateurs !

P.S. : En fin de journée, j'ai eu la flemme de revenir à Alençon pour la 3ème (ou 4ème ?) fois en une semaine. Je ne le pourrai pas davantage demain matin. Donc ces huîtres me restent sur les bras.

P.S. 2 (du 16 décembre 2018) : Livraison faite à Alençon ce dimanche après-midi. Huîtres toujours appréciées. J'ai compris au passage que mon beau-frère fait partie de notre fan club favori.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 16 décembre 2018
Vie du site - Statistiques de fréquentation - Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Trafic anormalement élevé pour un samedi :

Il est vrai que mes comptes rendus des récents forages ont intéressé beaucoup de monde.

Je suis également informé que notre site favori est consulté pour d'autres motifs. Par exemple, je viens de recevoir ces tout derniers jours deux coups de fil :
- l'un d'une résidente à l'étranger, susceptible d'être intéressée par l'achat d'un manoir voisin, très pittoresque, dont je lui avais communiqué, à sa demande formulée lors des dernières "Journées du patrimoine", le numéro de téléphone du propriétaire ; cette fois-ci, elle doit rencontrer ce dernier et m'a interrogé sur le prix des terres dans le secteur ; elle souhaitait me rencontrer également un de ces jours mais je lui ai répondu que je serais indisponible aux dates qu'elle indiquait ; nous avons donc longuement échangé par téléphone ; je l'ai alertée sur le régime fiscal des monuments historiques et lui ai communiqué les coordonnées d'Arnaud PAQUIN pour suivre les travaux prévisibles dans ce manoir, non sans lui recommander la capacité rare de cet architecte du patrimoine à concevoir de bons escaliers dans des espaces compliqués ;
- l'autre de la personnes qui aura été l'acquéreur final de la belle taque récemment vendue aux enchères à la Raterie ; son numéro de téléphone commence par 04 ; il est convaincu que sa taque était destinée au château de Versailles et voudrait en savoir davantage sur l'histoire de la Raterie car il s'interroge sur les raisons pour lesquelles une taque royale a séjourné dans ce manoir ; je lui ai indiqué le nom de Bernard DESGRIPPES et suggéré d'entrer "taques" sur le moteur de recherche de notre site favori pour retrouver le nom de l'auteur (peu sympathique selon moi et que j'avais rencontré au château de Bourgon) d'un ouvrage consacré à ces produits de l'ancienne sidérurgie locale ; je lui ai également recommandé d'entrer en contact avec le fils très compétent des actuels propriétaires des forges de Varenne voisines.