Désultoirement vôtre !

Je n'arrive pas à obtenir de la fiscaliste de la "Demeure Historique" de réponse à mes courriels sur la réintégration, dans mes prochaines déclarations de revenus, de mes déficits fonciers reportables. Sans doute est-elle débordée par les questions d'autres adhérents. Sur les conseils de mon ami Patrice qui m'étonne en me disant que mes questions ne sont pas simples, j'ai donc laissé hier après-midi un message téléphonique à l'attention de la correspondante qu'il m'a désignée.
En parcourant le site de "Fer Art Forge" puis en surfant sur la toile, je m'aperçois qu'Alexandre GURY n'est pas l'artisan auprès de qui j'avais loué deux voitures anciennes en 2014. Peut-être est-ce son fils, il faudrait que je le vérifie.

Je note aussi cette image extérieure d'un évier qui permet peut-être de comprendre comment était monté l'évier de la Julinière que Xavier m'a vendu récemment et que j'envisage d'installer dans la tour Nord-Est de notre manoir favori :

A la réflexion, je trouverais idiot de m'endetter à mon âge à hauteur de 150 000 € en supportant des mensualités de 2 000 € si c'est pour ne pouvoir financer que 75 000 € de travaux et me retrouver, à l'âge de 73 ans, avec 75 000 € d'épargne. Mon problème est en effet de financer mon programme immédiat de travaux de plomberie et chauffage en attendant un hypothétique relais par mon aîné dans cinq ans, pas de me constituer une épargne pour l'époque où je serai gaga.

J'envisage donc de décliner cette offre de crédit. Mon problème de financement reste entier. Ça devient très tendu, tout ça.

Or, si mon idée de réintégration fiscale de déficits fonciers antérieurs était réalisable (ce qu'à dire vrai je crois être le cas, au moins pour une partie qui demeure substantielle à mon échelle), cela me permettrait dans un premier temps de lever le pied sur les travaux non subventionnés, donc de profiter de cette période de répit pour reconstituer un peu d'épargne m'autorisant une relance de ces travaux dans un second temps. Je parle ici d'une pause qui pourrait durer trois bonnes années. Autrement dit, le calendrier du chantier en serait lourdement affecté. Pas sûr que ça ne couine pas dans mon entourage.

Décidément, la restauration de vieilles pierres n'est pas une sinécure !

P.S. (du 26 novembre 2018) : (Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 08:21
À : (...)
Cc : T.F.
Objet : RE: Prêt

Cher Monsieur,

En réalité, cette offre ne correspond pas à ma demande. Je n'ai en effet nul besoin de me constituer une épargne de 75 000 € - accessible dans 7 ans ? - mais de financer mes travaux immédiats.

Cordialement,

PPF

_____________________________________________________________________

De : (...)
Envoyé : samedi 24 novembre 2018 08:56
À : 'Pierre-Paul Fourcade'
Objet : RE: Prêt

Bonjour Monsieur FOURCADE,

Nous pouvons donc partir sur un placement de 75 000 et un prêt de 150 000€ ?

Pouvez-vous venir semaine prochaine à l’agence ?

A vous lire

(Fin de citation)
Jacqueline X.
rédigé le dimanche 25 novembre 2018
Livre d'or - Journal du chantier - Architecture-M.O. - Administraaaâââtion - Désultoirement vôtre ! - Economie
0
Bonjour,

Je trouvais aussi la proposition de votre banquier très bizarre, et je pense que vous avez raison de la refuser.

Je n'ai pas de solution-miracle hélas, je peux toutefois vous suggérer deux noms, Jean-Marc (...), cadre de direction chez Oséo, probablement retraité maintenant et Jean-Claude (...), cadre juridique chez Auxicomi, retraité aussi.

J'ai travaillé avec eux et apprécié leurs compétences et leur courtoisie, je les ai perdus de vue peu après ma retraite car plongée dans le maelström de ce qu'on nomme une longue maladie. Vous pouvez peut-être les retrouver dans des annuaires professionnels ou par twitter.

Votre mot de passe pour prendre contact : Jacqueline (...).

Il me semble, s'ils sont disponibles, que vous pourriez faire un fameux trio.

Bon week-end

Cordialement

N.D.L.R. : Merci beaucoup, je vais essayer de les contacter.
Gérald DARMANIN
rédigé le lundi 26 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
« Nous devons tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros, lorsque vous invitez quelqu'un et que vous ne prenez pas de vin».

N.D.L.R. : Ce type est complètement déconnecté. On n'a pas fini de se demander comment ce pays a pu confier son sort à une telle équipe.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 26 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Aujourd'hui, alors que je déjeunais à ma cantine favorite, un homme est mort sous mes yeux.

D'abord, je n'ai pas compris ce qui se passait, pourquoi il y avait cette voiture de pompiers dont tous les feux clignotaient. Des hommes et des femmes en uniformes de couleurs distinctes s'affairaient en un attroupement silencieux. Cela se passait à 50 mètres de moi, près de l'échoppe de mon marchand de journaux. J'ai vu un secouriste tenter, sur une forme sombre étendue au sol, un interminable massage cardiaque au rythme rapide et puissant. Puis j'ai vu qu'on déposait une couverture sur un homme allongé sur le bitume avant de l'emporter dans l'ambulance rouge.

Et puis plus rien pendant un très long moment. Puis l'ambulance rouge, une blanche et un véhicule de la gendarmerie qui, jusque là, bouchaient le passage, se sont garés devant l'échoppe.

J'avais fini mon déjeuner et j'ai marché vers l'échoppe. La porte de l'ambulance rouge était ouverte, j'ai aperçu l'homme couché, immobile, sur une civière. Les ambulanciers, interrogés du regard, n'ont rien voulu me dire, à part le plus âgé d'entre eux qui a eu une parole désagréable à mon égard.

Mon marchand de journaux m'a appris qu'au terme du massage cardiaque, l'homme avait repris connaissance, pour la reperdre définitivement une fois dans l'ambulance. Il connaissait cet homme, client habituel qui venait juste de lui confier se sentir fatigué depuis quelques jours. Le nom qu'il m'a cité ne m'a rien dit. L'homme venait de sortir de l'échoppe, journal du jour en main et s'était assis au volant de son auto. Constatant qu'elle tardait à démarrer, le marchand de journaux s'était demandé pourquoi son client mettait tant de temps à parcourir les titres avant de remettre le contact. Il avait ainsi aperçu l'homme affalé sur son volant.

En me racontant la scène, le marchand de journaux était très ému. La femme du mort venait juste de lui téléphoner, inquiète de ne pas voir son mari revenir.
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 21:57
À : Arnaud Paquin Architecte
Cc : T.F.
Objet : RE: Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Je viens de réviser et de compléter le texte de mon message en ligne. Tout cela est en train de devenir beaucoup trop difficile pour moi. Je n'en peux plus de toutes les contraintes auxquelles je devrais faire face pour continuer à avancer à ce stade. Cela est devenu impossible, je suis prêt à jeter l'éponge. Et advienne que pourra !

_______________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade
Envoyé : lundi 26 novembre 2018 13:39
À : Arnaud Paquin Architecte
Objet : Chaslerie - 2ème tranche de restauration des menuiseries du logis

Cher Monsieur,

Pour info : https://www.chaslerie.fr/blog/message/44994

Pourriez-vous contacter (...) pour apprendre comment interpréter cette lettre ?

Par ailleurs, "Enedis" vient de m'appeler à l'instant pour l'histoire de transfo que vous savez. Ils voulaient encore me coller des appareillages visibles à l'extérieur de la charretterie. J'ai dit à mon interlocutrice (06 78 73 59 07) que vous alliez déposer une demande de permis de construire pour mes travaux et que le volet "Enedis" serait réexaminé avec eux à ce moment.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 16:46
À : Davy Bernard
Objet : RE: infos relatives à l'inhumation chapelle privée

Cher Bernard.

Merci beaucoup, c'est très clair. Je vais devoir me rapprocher d' un hydrogéologue agréé ; j'imagine que la chose sera facile.

A très bientôt, bien cordialement,

PPF

_____________________________________________________________

De : Davy Bernard <b.davy@villededomfront.fr>
Envoyé : mardi 27 novembre 2018 11:54
À : Pierre-Paul Fourcade
Objet : Fwd: infos relatives à l'inhumation chapelle privée

Pierre Paul,

Je vous transfère les infos concernant l'inhumation à domicile.
Excusez-moi pour ce retard .

Bernard

(Fin de citation)

P.S. : Je m'aperçois que l'autorisation préfectorale nécessaire à mon inhumation dans la chapelle de la Chaslerie ne peut être obtenue de mon vivant. Je vais néanmoins essayer de purger l'obligation d'un rapport "ad hoc" d'un hydrogéologue agréé. Pour cela, il serait sans doute judicieux que j'interroge la préfecture sur l'utilité d'une telle précaution.