Désultoirement vôtre !

Je traîne, depuis plusieurs années, sur mes avis d'imposition, un important poste intitulé "déficits fonciers antérieurs non déduits des autres revenus" amassé à l'époque où je disposais d'une épargne suffisante pour financer un montant de travaux plus important que celui des revenus totaux de mon foyer fiscal.

Il serait grand temps que je fasse usage de cette provision avant qu'elle ne s'évapore et pour m'éviter d'être en permanence étranglé par le financement d'un maximum de travaux.

Patrice CAHART, interrogé ce matin, me dit que cela lui semble possible. Sur son conseil, j'ai demandé une confirmation écrite (et le mode opératoire) à la fiscaliste de la "Demeure Historique".
Il est 5 h 15 du matin et je viens de terminer la relecture des 400 messages en question. Il me reste donc 4 heures pour effectuer quelques recherches complémentaires avant cette visite de chantier et imprimer quelques photos qu'il pourrait être utile que je montre à mes interlocuteurs (comme des matériaux achetés à Xavier ou comme l'état des lieux avant de récents travaux de maçonnerie).
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 15 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Anecdotes
0
Le monde est petit. Je recevais tout à l'heure un groupe d'une cinquantaine de randonneurs, membres de l'université inter-âges de Flers. A la suite de mon exposé de présentation de notre manoir favori, l'un d'eux m'a demandé pourquoi je restaurais de vieilles pierres. J'ai répondu que j'ai toujours aimé l'atmosphère de chantier et que j'ai été sensibilisé aux matériaux traditionnels par un prof d'architecture de Polytechnique qui préférait nous projeter des diapositives plutôt que nous faire potasser des polys. Puis, après que j'ai emmené ce groupe admirer le travail de Christian sous les combles, un autre de ces visiteurs m'a demandé quelle était ma promo de l'X. "1971" ai-je répondu. Il m'a alors appris qu'il est de la même :

Jean-Marc PRINGAULT, du Châtelier, a fait toute sa carrière au ministère de l'agriculture, sa première affectation était dans l'Orne et il se souvient très bien de François LEVÊQUE, mon vendeur. Nous avons rapidement évoqué notre prof d'archi, Auguste ARSAC, pour en dire du bien.

Mais PRINGAULT ne se souvenait ni de moi (comment est-ce possible ?), ni de Guillaume GASZTOWTT, notre voisin quasi-Ornais. De mon côté, je me rappelais son nom mais guère plus. J'espère qu'on se reverra plus longuement pour évoquer nos campagnes.
Jacqueline X.
rédigé le dimanche 18 novembre 2018
Livre d'or - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Bonjour

Une petite visite sympa...

J'y suis née, ma sœur a fait les costumes des personnages, et j'ai découvert le grand tableau représentent une salle d'opération lors d'un salon au Grand Palais, j'espère que le loto du patrimoine permettra de faire quelques réparations.

Bon week-end

Cordialement

N.D.L.R. : Je ne suis pas prêt à dire le moindre bien de ce loto du patrimoine, mauvaise réponse à un vraie question.

Il est vrai qu'il existe des problèmes plus préoccupants.
Prix du timbre : les nouveaux tarifs à compter du 1er janvier 2019

Le timbre des lettres prioritaires va franchir la barre symbolique d'un euro. En moyenne, le tarif des timbres va augmenter de 4,7%.

N.D.L.R. : Saloperie de "service public" pourri. Je ne reçois plus le courrier qu'un jour sur deux en moyenne. La qualité de "service" n'arrête pas de se dégrader. Aucune fiabilité. Virez-moi tous ces planqués !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mardi 20 novembre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Ma mère, lors de ma dernière visite à Alençon :

16 novembre 2018.

16 novembre 2018.

Lors du week-end précédent, ma sœur lui avait rapporté de Paris quelques souvenirs, comme cette danseuse de bronze et cette laque que mon père avait achetées pendant sa guerre d'Indochine...

16 novembre 2018.

... ou comme ces peintures sur porcelaine réalisées, durant leur adolescence, par ma grand-mère paternelle (elles sont signées R.L.)...

16 novembre 2018.

16 novembre 2018.

... ou par ma grand-tante S.L. :

16 novembre 2018.

Ces souvenirs trônent désormais non loin d'un pastel représentant ma sœur...

16 novembre 2018.

... et d'un fusain me représentant à l'âge de 3 ans et demi, c'est-à-dire l'âge actuel de ma petite-fille :

16 novembre 2018.

Les bénéfices des promoteurs éoliens financés par les taxes sur l'essence !

En bref l’ensemble de ces subventions vient augmenter d’autant plus les bénéfices des actionnaires des consortiums industriels éoliens qui sont parfois étrangers voire chinois.

Par ce transfert financier l’argent des Français vient par l’intermédiaire de l’Etat remplir les poches des actionnaires des grands groupes internationaux. A cet égard la CGT Energie a déjà lancé récemment l’alerte dans un film sur cet immense racket de l’argent des Français.

Il faut cependant noter que c’est la délibération de juillet 2018 de la CRE qui vient de préciser que ces subventions sont financées par la TICPE c’est-à-dire la taxe intérieure sur les produits énergétiques. Elle y précise également que la France doit déjà à ce jour et pour les seuls engagements passés 9 milliards d’euros à EDF au titre des tarifs de rachat subventionnés de l’éolien.

Or c’est justement cette taxe (TIPCE) qui fait l’objet d’augmentation successive prévues par le gouvernement dont une est prévue en janvier 2019 qui est au cœur de la contestation populaire des gilets jaunes.

Car cette taxe dite écologique sert à alimenter un fonds qui finance le surplus d’achat de courant par EDF c’est-à-dire les 9 milliards qu’EDF dispose de créance vis-à-vis de l’Etat mais également les futurs 150 milliards d’euros d’engagements pour les 20 prochaines années de rachat de l’électricité au prix subventionné.

Dès lors, de manière mécanique, plus la France développera sa politique en matière d’éoliennes plus elle sera dans l’obligation d’augmenter cette taxe dite écologique accentuant d’autant plus la colère populaire à chaque augmentation.

Le pire dans cette affaire, c’est que le prélèvement financier ne sert en rien à financer de la recherche et développement dans des énergies vraiment renouvelables mais à augmenter encore et encore plus les bénéfices des industrielles éoliens.

La transition écologique que nous vendent nos gouvernants n’est qu’un leurre et ne sert qu’à remplir les poches des consortiums financiers du vent financés par l’argent des Français.

L’éolien n’est en fait qu’un immense racket et, quand les Français le découvriront, ils seront très très en colère !