Désultoirement vôtre !

Je suis arrivé hier, en début d'après-midi, au château de Cerisy-la-Salle, près de Saint-Lô, où je dois participer jusqu'à dimanche inclus au dernier colloque, pour l'année 2018, organisé dans ce lieu prestigieux. Il sera consacré à "l'architecture en Normandie à l'époque classique".

J'ai pris le temps de m'installer tranquillement et de commencer à explorer la place :

3 octobre 2018.

3 octobre 2018.

3 octobre 2018.

La chambre qui m'a été attribuée se trouve au dernier étage du château, sous les combles, dans le pavillon de gauche de la dernière photo. On voit bien sa lucarne Sud et on aperçoit sa lucarne Est.

Dans le château, j'ai plus particulièrement observé le plafond de la salle où nous nous réunirons :

3 octobre 2018.

3 octobre 2018.

3 octobre 2018.

3 octobre 2018.

Les conférenciers sont des spécialistes du sujet. J'aurai ainsi le plaisir d'écouter demain Alexandre GADY, par ailleurs l'un des plus importants soutiens, en sa qualité de président de la S.P.P.E.F., de mes combats anti-éoliens. Le public est composé d'universitaires mais aussi d'amateurs éclairés comme mon ami Xavier de PREMESNIL, délégué de la Demeure Historique pour le Calvados (il prépare actuellement une thèse de doctorat consacrée aux châteaux qui ont été ou sont la propriété de la famille d'HARCOURT), ou quelques guides-conférenciers, archivistes ou fonctionnaires de la D.R.A.C. Sur la liste des participants, j'ai remarqué les noms des propriétaires de l'abbaye d'Hambye, de mon amie Sinikka GALLOIS, des V.M.F., et de mon architecte favori, Arnaud PAQUIN.

L'ambiance se veut familiale. Pour me connecter à internet, je dois me rendre dans une dépendance, ce qui ne facilitera pas mes interventions sur notre site favori jusqu'à dimanche soir. Autant que le fan club en soit informé.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 4 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
J'ai toujours beaucoup de mal à fermer l’œil dans un lit auquel je ne suis pas habitué.

Cela me permet de relancer certains interlocuteurs. Ainsi, à 4 h 28 ce matin, ce S.M.S. expédié à mon aîné dont j'attends toujours la restitution des parts de S.C.I. que l'on sait et pour les raisons que l'on connaît : "Tu cherches quoi depuis le temps ? A pourrir le dossier ? Ne compte pas sur moi pour t'y aider, je ne te lâcherai pas tant que tu traineras les pieds."

Neuf mois pour ne toujours pas faire ce à quoi ce garçon s'était engagé, je trouve en effet que ça commence à bien faire.

P.S. (le 5 octobre 2018 à 1 h 30) : Mon aîné m'a répondu hier matin à 11 h 44 :

(Début de citation)

FYI

(Fin de citation)

Le style du message de mon aîné est sobre (ce qui n'est pas la moindre de ses qualités selon moi) mais j'espère que la lettre qu'il me transmet ainsi va lui permettre d'organiser rapidement le transfert des parts de S.C.I. en question.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 5 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : jeudi 4 octobre 2018 16:57
À : Françoise MOCHE
Cc : Carole Fourcade; Betty Toubert
Objet : RE: T1 de disponible - Résidence les Jardins de Diane

Chère Madame

Merci beaucoup pour votre message.

En fait, ma mère, installée depuis la mi-août à la résidence Domitys d'Alencon, s'est révélée beaucoup trop perturbée par ces déménagements successifs pour que nous pensions pouvoir donner suite, au moins dans des délais rapides, à notre idée initiale de l'établir chez vous.

Bien entendu, si ces difficultés s'estompaient, c'est évidemment vers votre établissement que nous nous orienterions prioritairement. Dans ce cas, nous nous permettrions de vous recontacter.

Bien cordialement,

PPF

___________________________________________________

De : Françoise MOCHE <compta-jdd@orange.fr>
Envoyé : jeudi 4 octobre 2018 16:18:08
À : penadomf@msn.com
Objet : T1 de disponible - Résidence les Jardins de Diane

Bonjour Monsieur Fourcade,

Nous vous informons que nous avons un appartement T1 de disponible pour votre maman,

pouvez-vous nous appeler au plus vite pour nous dire si nous vous retenons cet appartement,

dans l'attente de votre appel au 02 33 37 02 69,

d'avance nous vous remercions,

Cordialement

Françoise Moche‍

(Fin de citation)
Ma participation à ce "colloque de Cerisy" me permet de prendre (ou reprendre) contact avec des personnes susceptibles d'élargir la gamme de mes réflexions sur notre manoir favori, sa restauration et la préservation de son fond documentaire.

Ainsi, à la suite de l'exposé que nous a présenté hier Gilles DESIRE dit GOSSET sur la "médiathèque de l'architecture et du patrimoine" que dirige ce conservateur général du patrimoine, je lui ai demandé s'il serait possible que je confie à son établissement le fond de documentation que constitue d'ores et déjà notre site favori. Il y a en effet là, me semble-t-il, une foule d'informations très riches, variées et d'une certaine qualité sur divers sujets susceptibles d'intéresser, à l'avenir, des universitaires. Certes, la masse des informations en question, sans parler des hyperliens contenus dans nombre de messages, rend impossible une édition-papier, même sous forme de résumé, du moins à mon avis. Mais je serais prêt à assortir mon don de la constitution d'une dotation destinée à couvrir les frais, sur un nombre d'années à déterminer, de l'entretien de la partie informatique du site.

A mon vif regret, mon interlocuteur a décliné l'offre et m'a conseillé de m'orienter prioritairement vers les "Archives de l'Orne". Or je doute fort de trouver là les compétences informatiques requises par un tel transfert. De mon point de vue, ce serait plutôt le rôle d'un établissement national d'abriter de telles expertises en son sein.

Je vois bien les difficultés pratiques :
- les doutes "a priori" que peut susciter une telle masse d'informations brutes, non tamisées par une entité disposant de l'autorité suffisante pour pouvoir affirmer que le jeu en vaudrait la chandelle ;
- et, bien entendu, toutes les routines, contraintes, priorités existant déjà dans ce type d'organisme qui ne faciliteraient pas un "déplacement de lignes" suffisamment rapide.

J'ai pu de même, lors du dîner d'hier soir, tester auprès d'une représentante des "Archives de la Manche" la vraisemblance d'un transfert de ma doc à une entité départementale. Elle a, évidemment, confirmé mes doutes.

Or, je me dis que, dans notre "Start-Up Nation", il y a, si j'ai bien retenu l'info, un secrétaire d'Etat en charge de l'économie numérique, ou un truc comme cela.

Je pense donc qu'il faudrait que je me fende d'une bafouille à M. Mounir MAHJOUBI.

Dès hier soir, lors du même dîner, j'ai évoqué cette idée avec mon autre voisin de table, Claude MIGNOT, prédécesseur d'Alexandre GADY à la chaire d'histoire de l'art à la Sorbonne. J'ai cru comprendre qu'il appuierait volontiers ma démarche.

Affaire à suivre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 5 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Hier matin, à l'heure du "break" entre divers exposés, j'ai repris contact avec François NEVEUX, qui fut mon prof à l'époque, relativement récente (était-ce vers 2003 ?), où j'usais mes fonds de culotte sur les bancs de la fac d'histoire de Caen ; j'avais accompagné un groupe d'étudiants qu'il encadrait sur divers sites du Sud de l'Angleterre, dont celui de la bataille d'Hastings. François NEVEUX a eu la gentillesse de me dire qu'il se souvenait de moi, ce que je ne peux guère attribuer qu'à mes cheveux blancs qui font que je ne passe pas toujours inaperçu. Surtout, il m'a engagé à assister à des colloques organisés par diverses sociétés savantes normandes. Lui et Yves LESCROART ont immédiatement proposé de me parrainer pour me faire admettre (moi ou l'association des amis de notre manoir favori) dans divers cénacles dont la "Société des antiquaires de Normandie" dont Vincent JUHEL, autre participant à ce colloque de Cerisy à qui ils m'ont recommandé séance tenante, est l'administrateur général.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Ces quatre jours à Cerisy m'ont privé, dans une large mesure, de la lecture de mon quotidien du soir. De retour à notre manoir favori, je rattrape mon retard.

A propos de la démission du ministre de l'intérieur - démission incompréhensible à beaucoup de titres - je me demande si elle n'est pas à corréler à un écho qui m'était parvenu cet été. Si oui, nous serions encore plus bas que tout ce que le bon peuple imagine.

P.S. : En tout cas, les chiens paraissent lâchés !

P.S. 2 (5 heures plus tard) : Depuis que j'ai mis en ligne cette diatribe putride de Mimi, mon ordi n'arrête pas de sauter. Etonnant, non ?