Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Ces quatre jours à Cerisy m'ont privé, dans une large mesure, de la lecture de mon quotidien du soir. De retour à notre manoir favori, je rattrape mon retard.

A propos de la démission du ministre de l'intérieur - démission incompréhensible à beaucoup de titres - je me demande si elle n'est pas à corréler à un écho qui m'était parvenu cet été. Si oui, nous serions encore plus bas que tout ce que le bon peuple imagine.

P.S. : En tout cas, les chiens paraissent lâchés !

P.S. 2 (5 heures plus tard) : Depuis que j'ai mis en ligne cette diatribe putride de Mimi, mon ordi n'arrête pas de sauter. Etonnant, non ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Vendredi matin, le groupe de Cerisy s'est fait conduire à Caen pour visiter d'abord, sous la houlette d'Alexandre GADY, l'abbaye aux hommes. J'ai plus particulièrement photographié les morceaux de décor susceptibles d'alimenter ma réflexion relative à notre chantier favori. On verra donc ici beaucoup de rampes d'escalier et de portes, ces dernières le plus souvent intérieures. Je mets ces photos en ligne dans l'ordre où je les ai prises, qui correspond à l'ordre dans lequel nous avons visité ce monument :

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
La suite de la visite du Caen du XVIIIème siècle nous a conduits à l'ancien couvent de la Visitation (actuel fonds régional d'art contemporain)...

5 octobre 2018.

... puis, après nous être arrêtés Place Fontette, Place Saint-Sauveur et Place de la République, nous avons poursuivi jusqu'à l'hôtel de Blangy (actuel centre communal d'action sociale)...

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

... enfin jusqu'à l'abbaye aux dames (actuel conseil régional) :

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

5 octobre 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Anecdotes - Références culturelles
0
Utiles conversations avant le départ de Cerisy :

- j'ai pu m'expliquer avec Alexandre GADY sur certaines incompréhensions d'il y a deux ans ; la suite m'a donc donné raison, ce qui me paraît rassurant ;

- M. NEVEUX m'a précisé que je ne puis prétendre être admis au sein de la "Société des antiquaires normands" ; nous considérerons donc que j'ai mal retranscrit certains de ses propos de début de colloque.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 8 octobre 2018
Vie de l'association - Nouvelles associations - Désultoirement vôtre ! - Nature (hors géologie) - Anecdotes
0
Ce soir, torticolis carabiné. C'est dur de vieillir.

Il m'empêche en particulier de tourner la tête, quand je suis au volant, pour voir qui m'arrive des deux côtés et surtout du droit.

Et dire que je devrais demain me rendre à Nantes pour assister à l'audience de la Cour administrative d'appel où sera examinée notre défense face au promoteur éolien que l'on sait. J'hésite donc à me priver du plaisir de les voir, lui et ses suppôts, une nouvelle fois mordre la poussière.