Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 23 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Peu avant 4 h 30 du matin, une voiture s'est arrêtée devant notre manoir favori. Comportement bizarre.
Je le signalerai à la gendarmerie.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 24 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Hier, la première étape utile de la sortie d'été des V.M.F. de la Manche, organisée cette fois entre Arromanches et Bayeux (Calvados), était à l'abbaye Sainte-Marie de Longues qui vient de fêter le 850ème anniversaire de sa fondation :

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

Je me suis particulièrement intéressé à la collection de pavés vernissés venant de Molay :

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

On aura compris que je poursuis mes réflexions sur le meilleur revêtement de sol au rez-de-chaussée de notre logis favori, et plus particulièrement dans ses tours et, peut-être, sa salle-à-manger.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 24 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Lors des visites suivantes avec les V.M.F. de la Manche, je me suis intéressé aux boiseries puisque je dois renouveler celles du salon de notre logis favori et en prévoir également au 1er étage du colombier du même métal. Sans parler de mon futur bureau-bibliothèque s'il doit voir le jour un de ces quatre matins, ce que rien ne me garantit plus. Ainsi, au château de la Noë à Tracy...

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

... on ne peut rester indifférent devant les animaux dus au ciseau de FREMIET ...

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

23 août 2018.

... qui courent même sur une dépendance :

23 août 2018.

23 août 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 24 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Au haras d'Etreham...

24 août 2018.

... nous avons eu une pensée pour le Sire de GOUBERVILLE qui habita dans ce cadre :

24 août 2018.

24 août 2018.

Enfin, au château de Vaulaville...

24 août 2018.

24 août 2018.

... nous avons pu observer, outre la collection de décorations du grand-père de l'actuelle propriétaire, un superbe mobilier :

24 août 2018.

24 août 2018.

Hélas, je n'en ai pas pris beaucoup de photos. Il est vrai que la journée avait été longue depuis le branle-bas de 6 heures du matin :

24 août 2018.

Maisons Paysannes de l'Orne MPO
rédigé le samedi 25 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
Enduit terre à base d'argile pure avec fibre de paille. Test consistant à appliquer ce produit sur mur de parpaings intérieur. Précaution bien humidifier le support avant l'application. Photo prise après une journée de séchage. Le produit s'applique facilement et tient les promesses du fabricant :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 25 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Mariage cet après-midi, à Saint-Hilaire-du-Harcouët, d'Elodie LEBOISNE, fille de Sébastien avec Antoine YBERT (dont j'avais fait la connaissance il y a quelques mois) :

25 août 2018.

25 août 2018.

25 août 2018.

Sébastien a évoqué avec moi le mariage de mon aîné. Quatre ans déjà. Pour moi, une éternité.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le dimanche 26 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
1
En dépit d'un rhume carabiné, je me suis rendu, 48 heures après Carole, à Alençon pour inviter, à mon tour, ma mère à déjeuner, cette fois d'un couscous.

J'ai eu droit immédiatement et exclusivement à un tir nourri de récriminations à propos, notamment, de "l'endroit où elle consent à vivre".
Je cite dans l'ordre ce que j'ai retenu :
- elle vient de perdre une dent et il n'y a pas de dentiste ;
- elle n'a toujours pas de médecin ni de kiné à sa disposition donc est condamnée à se traîner, faute de "la rééducation qui lui est indispensable" ;
- le sol (des revêtements impeccables selon moi) est glissant dans sa chambre, dans son salon et dans son cabinet de toilettes, de sorte qu'elle risque à tout moment de se rompre le cou ;
- les infirmières sont incompétentes, mal coordonnées entre elles et ne lisent pas les ordonnances quand elles ne les refusent pas pour des motifs futiles ;
- on lui donne des médicaments à 9 h 30 le matin alors qu'ils doivent être pris "sans faute, tu m'entends, sans faute" en même temps que le petit-déjeuner qui est à 9 heures ;
- elle n'a plus la latitude d'avaler simultanément plusieurs sachets de poudre pour sa constipation ; or c'est elle qui est la mieux placée pour déterminer combien il lui en faut ;
- le somnifère n'est pas de la bonne marque ;
- un "clochard hirsute et sans blouse" a été préposé à sa toilette et elle exclut d'être touchée par un homme ;
- une femme de ménage est "abrutie avec des yeux divergents" et lui a détraqué la télévision (réparée depuis) ;
- une autre se repose sur le canapé (neuf à ma demande) au lieu de travailler ;
- on lui a volé un billet de 20 euros ;
- elle n'avait plus d'argent liquide avant la dernière visite de Carole donc ne pouvait plus s'approvisionner en "Hépar" qui lui est indispensable pour lutter contre la fameuse constipation (je lui en ai porté 24 bouteilles d'un litre ce matin, qui se sont ajoutées au stock, largement inentamé, constitué précédemment...) ;
- les visites que nous lui faisons sont trop rares (alors que, sauf erreur de ma part et pour ne parler que de la dernière semaine, elle aura reçu deux fois ma visite, deux fois celle, distincte, de Carole et une fois celle de chacun de mes neveux, accompagné de ses conjoint et enfants alors qu'ils vivent en région parisienne et sont venus spécialement pour elle) ;
- nous ne lui téléphonons pas assez souvent alors qu'elle se garde bien de nous appeler "pour ne pas nous déranger" (sic, c'est le refrain habituel) ; etc...

Bref, que du négatif ! Absolument rien d'autre ! Et tout cela débité d'une voix hargneuse et à un rythme staccato ininterrompu, comme si elle s'y était entraînée (ce qu'elle a dû faire sans aucun doute).
Passionnant, n'est-ce pas ?
Cette litanie s'est d'ailleurs terminée par une injure à mon encontre ("emmerdeur", si j'ai bien entendu) sans que je saisisse ce qui me l'a value (à part le sempiternel centrage sur le pipi-caca, normal paraît-il à cet âge). On comprendra que j'aie renoncé à passer quelques heures supplémentaires avec une telle génitrice aujourd'hui.

Donc, pour moi, 4 h 30 de perdues (avec le transport). (D'autant que le couscous de "L'Oriental" était médiocre.)
On ne m'y reprendra pas avant un moment.

Plus concrètement, si, comme il semble, rien dans un établissement non médicalisé n'est de nature à complaire à une si charmante personne, je ne vois pas comment lui éviter le transfert dès que possible dans un EHPAD. Celui de Caen m'était apparu le plus confortable pour elle. En tout cas, je n'en chercherai pas d'autre.

A donné !

P.S. : Téléphoné à Carole pour la dispenser formellement, en tant que de besoin, de me relayer auprès d'une belle-mère aussi désagréable et tyrannique.

Il paraît que c'est moi qui "dramatise tout, comme d'habitude, comme avec les enfants, comme avec tout le monde"...

Ben voyons !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 27 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 27 août 2018 18:00
À : JOSSE ANNIE
Cc : carolefourcade3@gmail.com; betty.toubert@gmail.com
Objet : RE: Hébergement à venir de Mme Simonne FOURCADE

Chère Madame,

Mme (...), de la résidence Domitys d'Alençon, cherche à entrer en contact avec moi pour savoir comment j'envisage la suite des opérations avec ma mère.

Je ne l'ai pas encore rappelée car je n'y vois pas clair moi-même.

Compte tenu des propos récurrents de ma mère (hier encore lors de ma visite) et de la grande insuffisance du suivi (kiné et médecin principalement) mis en place à ce jour à Alençon, je m'interroge en effet sur la possibilité de maintenir ma mère dans un établissement non médicalisé :
- le Domitys d'Alençon arrivera-t-il un jour à mettre en place le suivi demandé (et promis verbalement avant l'arrivée de ma mère) ?
- les "jardins de Diane" de Bagnoles y arriveraient-ils mieux ? En d'autres termes, la place de Bagnoles est-elle mieux desservie en médecins et kinés qu'Alençon ?
- ou bien, même, car je me pose aussi la question désormais, ma mère est-elle capable de se satisfaire un jour de ce que les uns et les autres tentent de mettre en place pour elle ?

A la fin d'une réunion très désagréable pour moi avec ma mère hier, je lui ai demandé de nous dire si (1) elle pense pouvoir se contenter d'un établissement non médicalisé ou si (2) elle serait prête à renoncer à un 2 pièces avec balcon (qu'elle apprécie, au revêtement de sol près...) et à vivre au milieu de personnes appelant des soins médicalisés. Elle n'a pas aimé que je lui pose cette question soulevée par son flot de récriminations ininterrompu et tous azimuts et ne m'a pas répondu utilement. Plus précisément, elle caresse l'idée d'un retour au "Parc", se basant pour ce faire sur les dernières paroles à son égard du médecin de votre établissement.

Mon épouse doit repasser la voir ce soir et j'espère que cela nous permettra d'être plus éclairés.

Nous avions, les uns et les autres, fait le pari qu'un établissement non médicalisé mais médicalisable lui offrirait le cadre le plus agréable. Mais si elle maintient son flot de critiques, j'en arrive à me dire qu'il faudra sans doute en rabattre sur le confort et le standing et passer dans l'univers des E.H.P.A.D. Auquel cas, la "Résidence Beaulieu" (Orpéa) de Caen serait pour nous le meilleur choix.

Bien cordialement,

PPF
__________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 26 août 2018 08:19
À : JOSSE ANNIE
Cc : carolefourcade3@gmail.com; betty.toubert@gmail.com
Objet : RE: Hébergement à venir de Mme Simonne FOURCADE

Chère Madame,

Merci beaucoup pour votre message et votre écoute.

Je ne vous cache pas que ma mère, au "Jardin des Lys" d'Alençon depuis deux semaines, se plaint beaucoup de l'absence totale à ce jour, malgré les assurances verbales reçues au départ, de kiné et de médecin (c'est ainsi ma sœur qui a dû renouveler, par courriel, son ordonnance arrivée à son terme) ainsi que de la mauvaise qualité, souvent, des personnes envoyées par Adhap pour l'assister.

Elle envisage même de solliciter sa réintégration au "Parc" de Bagnoles, en attendant qu'une place se libère aux "Jardins de Diane".

Nous suivons ses réactions avec attention et je me permettrai de vous recontacter si nécessaire.

Bien cordialement,

PPF

(Fin de citation)
lesechos.fr
rédigé le lundi 27 août 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Impôt à la source : les doutes du gouvernement

Il n'est pas encore question de report, loin de là. Mais la petite phrase du Premier ministre, hier, dans le "Journal du Dimanche" n'est pas passée inaperçue. En déclarant qu'il "ferait le point sur la préparation de cette réforme" - celle de l'impôt à la source, NDLR - "dans les prochaines semaines", Edouard Philippe a semblé ouvrir la porte à un éventuel retard au démarrage pour ce prélèvement de l'impôt directement sur les salaires et les pensions, toujours prévu pour entrer en vigueur en janvier prochain. Un report techniquement possible, affirme-t-on au gouvernement, même si cette piste n'est pas privilégiée. Une attitude qui fait écho aux demandes d'une partie de sa majorité - le patron du groupe LREM à l'Assemblée, Richard Ferrand, en tête - qui réclame un ajournement, craignant les couacs techniques et l'impopularité qui en résulterait.

N.D.L.R. : Des clowns !

Et si ces nullards calent, comment on fait, alors que les 2/3 de l'année sont déjà passés, pour gérer les situations fiscales complexes que ces abrutis ont laissé se développer, faute de tenir en mains leurs services qui les persuadent de la "modernité" de réformes n'obéissant guère qu'à des priorités idéologiques pour le moins suspectes ?