Désultoirement vôtre !

La totalité du parc éolien français à l’arrêt

Aujourd'hui 26 juillet 2018 à 10h45, les 8.000 éoliennes présentes sur le territoire français sont à l'arrêt par manque de vent.
Selon le site officiel Eco2mix (1) du réseau de transport de l’électricité (RTE), la production instantanée de ces machines est tombée à 442 MW, soit 0,6% de la production totale d’électricité de 69.190 MW.

La Fédération Environnement Durable considère que vouloir, comme le demande le Ministère de l’environnement, continuer à implanter des nouvelles éoliennes sur la France n’est plus acceptable.

Les coûts pour le consommateur d’électricité ne cessent de flamber à travers une taxe la contribution au service public de l'électricité (CSPE) qui a dépassé en 20% en 2017 et qui vient d'être jugée illégale par la cour Européenne de justice, dans son arrêt du 25 juillet 2018 (3)

En France, de son côté, la Cour des comptes a récemment alerté le gouvernement dans son rapport sur la dépense d'argent public pour les Energies Renouvelables (Enr) dont l'éolien est le pivot et dont la finalité est maintenant fortement controversée . Elle a estimé comme « faramineux soit à hauteur de 121 milliards d'euros », le surcoût des Enr.

Contact presse
Jean-Louis Butré
contact@environnementdurable.net
06 80 99 38 08
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le jeudi 26 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Carole m'a envoyé aujourd'hui un S.M.S. me demandant si je verrais un inconvénient à ce qu'elle organise un "dîner simple" à notre manoir favori dans la période du 3 au 5 août prochain, pour réunir quelques-uns de ses amis locaux.
J'ai répondu : "Bof".

J'explicite ma réaction :
- d'une part, je n'ai guère envie de faire trop de frais en faveur de membres de ce que j'appelle un "ectoplasme" qui se sont toujours solidarisés avec elle face à moi, notamment lorsqu'elle a pris, depuis l'hiver dernier au moins, le parti pur et simple de notre aîné rétif à ouvrir le porte-monnaie quand il s'agit d'alléger un tant soit peu mon fardeau ;
- d'autre part et surtout, je pensais que Carole avait compris que le grand salon devait désormais, et tant que sa restauration ne serait pas achevée, être réservé aux travaux. Autrement dit, la priorité me semblerait d'évacuer et de mettre à l'abri des poussières inévitables du chantier le mobilier qui s'y trouve encore. Aurais-je tant de mal à faire admettre une telle idée de bon sens ? J'en arrive parfois à me le demander.

Accessoirement, qu'aurais-je à dire à ces personnes dont la fréquentation me fait en général m'endormir assez vite, ce qu'ils ont eu le mérite et la grâce, au moins à ce jour, de supporter sans broncher ? Ils voudraient - c'est bien naturel - que je leur montre l'état de notre chantier favori. Ils en concluraient que je suis dingo et Carole une sainte de supporter mes lubies et autres dérapages réels ou supposés.
Nous savons déjà tout cela.
Alors, à quoi bon remettre le couvert ?
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 27 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie - Nature (hors géologie)
1
Il n'y a plus un insecte dans les parages. Donc plus un oiseau. J'exagère à peine. Où sont passés les aoûtats qui ne manquaient pas de me piquer les membres dès que je m'aventurais dans l'herbe, aux abords de notre manoir favori ? Et les papillons ? Plus un papillon. Plus une guêpe, plus un frelon, plus la moindre abeille. Seules quelques araignées résistent encore. Pour combien de temps ?

La chaleur étouffante m'oblige à garder ouvert en permanence le houteau, orienté au Nord, de ma chambrette monacalo-monastique. Et, quand j'allume en grand les lumières de la dite chambrette pour lire ou travailler, aucun importun ne vient plus bourdonner autour de moi.

Est-ce là le progrès ?

Je pense qu'on va dans le mur.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 27 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
A 22 heures, ma sœur m'apprend n'être pas sûre que son train parte, demain matin, de la gare Montparnasse vers la gare de Flers.

Et l'on voudrait nous faire croire que ce sont de simples raisons techniques qui justifieraient cette nouvelle faillite morale de ladite "Société Nationale", comme par hasard en plein été.

Cela fait longtemps (depuis que j'en ai eu la tutelle à la direction du Trésor, il y a plus de trente ans) que j'estime que ce mammouth gangrené devrait être abattu au lieu qu'y soit englouti en pure perte autant d'argent public.
Francis DORE
rédigé le vendredi 27 juillet 2018
Livre d'or - Désultoirement vôtre ! - Fac - Astronomie
0
Bonjour Mr Fourcade,

J’ai la chance d’habiter en ville où la pollution nocturne est sérieuse, et d’être insomniaque le premier tiers de la nuit ; aussi, à ma portée, pas d’étoiles, mais seulement et surtout, des planètes visibles en ce mois de juillet. Ce vendredi 27, petit miracle pour nous - humains fugaces - conjonction Soleil, Terre, Lune et Mars, à compter de 21 h 30. Mais, vous savez tout cela ; nous observerons donc la lune rouge-orangé. Etant donné mon âge, cela me rapproche un peu de l’univers ; étant donné le vôtre, vous aurez le temps de dénicher d’autres pierres de granite ad hoc.

Avec toute mon amitié et bon courage pour la réhabilitation de la Chaslerie.

Francis Doré

N.D.L.R. : Cher Professeur,

Je scrute le ciel bouché par les nuages et j'avoue ne pas y voir grand chose à 22 h 30.

Mais je pense bien à vous et j'espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur ces jours-ci.

Merci pour vos paroles et pour votre fidélité à notre site favori.

Avec mes amicales pensées,

PPF
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 27 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Alors que l'on fait discrètement comprendre à ma mère qu'elle devra bientôt céder sa place au "Parc" à un autre convalescent, j'essaye, tout doucement, de lui faire considérer qu'elle ne pourra pas réintégrer son appartement aussi vite que le souhaiteraient ses femmes de ménage et autres fournisseurs parisiens qui ne manquent pas de la relancer téléphoniquement avec une régularité confondante.

C'est ainsi qu'aujourd'hui, je lui ai fait visiter l'établissement du groupe "Domitys" que j'ai repéré à Alençon. L'hôtesse d'accueil lui a présenté un appartement meublé de deux pièces avec balcon qu'elle a trouvé très accueillant, ainsi que les diverses pièces communes (piscine, salle de sports et de kiné, salon de coiffure, salle de jeux de société, salle de bricolage, salon télé et bibliothèque, salle de repas, bar) et tout cela lui a beaucoup plu, d'autant que je lui vantais l'avantage de pouvoir papoter avec d'autres pensionnaires - à dire vrai souvent plus valides qu'elle - avec qui elle aurait tout loisir de sympathiser.

En fait, une place en "séjour temporaire" qui s'était libérée dans cet établissement vient déjà d'être réservée. La prochaine sera disponible à la mi-août. Je me dis que cela pourrait nous laisser le temps de convaincre ma mère qu'elle trouverait, dans ce genre d'établissement, un mode de vie bien préférable à un retour précipité dans son appartement où elle se plaint souvent de trop rarement recevoir de visites.

Le problème est qu'Alençon est à une bonne heure de route de notre manoir favori, de sorte que ma mère devrait accepter que je n'aille pas l'y voir tous les jours comme je l'ai pu à Bagnoles.

Il est prévu que, dès ce lundi, nous nous rendions à la "résidence Beaulieu" pour que ma mère puisse choisir entre Caen, qui serait moins incommode pour ma sœur (si tant est que les jusqu'au-boutistes de la S.N.C.F. arrêtent de pourrir leur service), et Alençon.

Après tant d'efforts en ce jour de canicule, un soufflé glacé au Grand-Marnier complété de Chantilly n'était pas de refus :

27 juillet 2018.

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 28 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
1
Au courrier d'hier, cette lettre :

Je suppose que, aux cotisations près, ce sont de bonnes nouvelles. Car cela fait tellement longtemps que j'ai présenté ces demandes que je ne sais plus en quoi ces "options" peuvent consister.

D'ailleurs, je ne sais même plus où, dans l'agitation des derniers mois, j'ai pu classer ce dossier.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 28 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Anecdotes
0
S.M.S. reçu de Carole à 0 h 30 : "On est arrivés à Angoulême il y a 30 mn avec un train qui n'était pas le nôtre (qui avait été annulé) et ce train avait 6 heures et qques de retard. On s'est finalement bien débrouillés puisqu'on a voyagé assis. J'éteins le portable pour dormir."

C'est bien ce que je disais : la S.N.C.F. est une boîte de merde, ni plus, ni moins.

Et pendant ce temps-là, certain continue à rouler en voiture de fonction :

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 28 juillet 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
1
Ma sœur avait réservé sa place de train pour arriver tout à l'heure, à 11 h 09, à Flers. Elle est déroutée vers Caen où elle débarquera (si tout se passe bien) à 11 h 53. Donc, pour moi, ce sera 2 fois 1 h 15 de route au lieu de 2 fois 20 minutes.

S.N.C.F. = BOÎTE DE MERDE !