Désultoirement vôtre !

(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : mercredi 11 avril 2018 04:16
À : Contact BOISNARD
Cc : MAHE VILLA DOMFRONT; Fourcade, Thibaud; carolefourcade
Objet : Chaslerie - Dégâts des eaux à répétition

Cher Monsieur,

Je vous ai signalé les dégâts des eaux intervenus dans l'"aile de la belle-mère" de mon manoir en janvier dernier. Je vous ai transmis la note que j'ai rédigée à ce sujet à l'intention des services extérieurs du ministère de la culture (le mur devenu poreux en cause étant classé parmi les monuments historiques).

Les pluies abondantes de ce début avril se sont traduites, pour les mêmes raisons, par de nouveaux dégâts des eaux aux mêmes endroits.

Or je n'avais plus d'architecte du patrimoine pour diriger mon chantier. Hier, j'ai rencontré sur place M. (...) qui pourrait accepter la mission. Je viens de lui demander de fournir son estimation de la réparation de la cause de ces dégâts (la porosité nouvelle du pied du mur) et de ses conséquences (le pied d'une cheminée de bois est atteint et a commencé à pourrir).

Je ne manquerai pas de vous transmettre, à vous et à l'expert local que la compagnie d'assurances a mandaté, le résultat de ce chiffrage dès qu'il me parviendra.

En attendant, il me paraitrait judicieux que l'expert ne transmette pas trop tôt sa propre estimation

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 11 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Vers 13 heures, alors que je rentrais de ma cantine du mercredi (celle de Lonlay), un accident de la circulation venait juste de se produire sur la D 22, à environ 200 mètres des pilastres d'entrée de notre manoir favori, dans cette zone où la vitesse est prétendument limitée à 70 km/h.

Un jeune, venant de Domfront au volant d'une "Twingo" a, semble-t-il, perdu le contrôle de son véhicule. Sa voiture s'est retournée dans le fossé de gauche pour lui, le pare-brise s'est enfoncé dans le talus après que la voiture a fait un tête-à-queue. Les gendarmes viennent d'arrêter le massage cardiaque. Le mort avait 22 ans.

Ce secteur est très dangereux. Je l'écrivais encore ici il y a moins de 48 heures.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le mercredi 11 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Fac - Références culturelles
0
J'ai eu l'occasion de discuter cette après-midi avec Lori HELLOCO à propos de la formation à la programmation informatique dispensée à Flers par "The Hacking Project". Je lui ai dit que je me serais volontiers inscrit si la chose avait été compatible avec mes autres contraintes d'emploi du temps dues à notre chantier favori, par exemple si la formation nécessitait qu'on y consacre trois et non pas cinq jours par semaine, quitte à ce qu'elle dure plus de trois mois.

En bon politique, Lori m'a dit que la chose est à l'étude.

Si le calendrier est ainsi adapté, je lui ai annoncé que mon réparateur d'ordis favori, M. HORGNIES, et moi nous nous inscririons sans doute de concert.
Mon aîné a été en contact avec la D.R.A.C. aujourd'hui afin d'essayer de débloquer le paiement d'une partie d'une subvention que j'avais réclamé il y a près de trois mois déjà.

J'avoue que toutes ces paperassades ne sont pas le moyen le plus passionnant que j'aie trouvé pour occuper mes journées.

J'ai toutefois mis mon grain de sel dans le débat en signalant que je souhaiterais que la tranche n°2 de restauration des menuiseries extérieures du logis soit programmée en 2019 pour un montant de 75 000 € T.T.C.
Il est certain qu'un architecte du patrimoine serait mieux à même que moi de faire prospérer un tel dossier. Je m'emploie à en recruter un qui puisse se montrer diligent et efficace, y compris pour mener rondement la réalisation, enfin, de la tranche n°1.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le vendredi 13 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
Un service de l'Agirc et de l'Arrco dénommé "Cicas (Centre d'information, Conseil et Accueil des Salariés)" et basé à Lille m'a écrit le 28 mars dernier pour me demander des compléments d'information sur ma carrière professionnelle en vue de mettre en route un jour prochain - du moins je l'espère - le paiement de ma retraite complémentaire.

Comme j'ai déjà répondu le 2 avril dernier au même genre de questions et que tout cela devient lassant, j'ai téléphoné au numéro indiqué sur la lettre du 28 mars pour prendre rendez-vous et tâcher de clarifier une fois pour toutes ce qui ne devrait pas faire un pli. Voici qui est fait, la rencontre aura lieu le 14 mai prochain dans les parages de notre manoir favori, à Messei précisément. J'espère qu'il sera alors possible de passer à l'étape suivante de l'instruction du dossier.

Au téléphone, mon interlocuteur m'a appris que, pour le départ de ma retraite complémentaire, l'administraaaâââtion ne retiendrait pas le 1er mars dernier, ainsi que j'avais cru pouvoir le conclure à la lecture des nombreux documents précédemment reçus de tous ces organismes qui prolifèrent en matière de gestion des retraites, mais le 1er novembre 2017, qui est le premier jour du premier mois suivant ma mise à la retraite, intervenue le 2 octobre dernier.

Autrement dit, on ne me squeezera pas cinq mois de retraite complémentaire, comme je l'avais compris, mais un. Considérons que c'est un net progrès. Mais que ces démarches sont usantes alors qu'elles seraient inutiles si toutes ces administraaaâââtions proliférantes tenaient bien leurs dossiers !
Visiteuse facétieuse
rédigé le vendredi 13 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Vu qu'on va mettre 10 jours pour virer 100 zadistes, je propose d'attendre un peu avant d'attaquer la Syrie.

N.D.L.R. : Beaucoup de sens (du bon sens) en peu de mots.
Je suis informé qu'Igor ne pourra pas revenir avant quinze jours.

Sébastien LEBOISNE, quant à lui, subit l'arrêt de travail d'un de ses compagnons de sorte qu'il aura du mal à se rendre disponible pour de nouveaux travaux avant trois mois.

Enfin, Jean LEMARIE est indisponible pour participer au déménagement envisagé des meubles vers le 1er étage des écuries. En revanche, il mettra à ma disposition ses deux employés pour nous aider.

Par ailleurs, je n'ai pas de retour de l'architecte du patrimoine contacté dernièrement ni du plombier qui s'est trompé dans ses calculs de dimensionnement du volume à chauffer à notre manoir favori.

Claude MARTIN est passé aujourd'hui pour benner les gravats d'Igor dans l'allée qui descend vers les "Martiens" (une tâche dont s'est dispensé le fermier alors que, de mémoire, il était prévu à son bail qu'il entretienne cet accès aux champs que je lui loue).

A part ça, tout baigne sur notre chantier favori.

Et, pour le reste, n'en parlons pas.
Pour bien faire, et puisque je dois en parler en public tout à l'heure, je devrais étudier le projet de mémoire en défense de Me MONAMY devant la Cour d'appel de Nantes dans l'affaire des permis de construire une palanquée d'éoliennes dans les parages de notre manoir favori.

Mais cela me casse tellement les pieds que, pour meubler cette insomnie, je vais commencer la lecture de l'ouvrage que m'a recommandé tout à l'heure le libraire de Flers...

... à savoir "Pour services rendus" de Iain LEVISON.

Ce libraire que j'avais rapidement croisé quelques jours plus tôt tenait à me parler d'événements qui l'ont contrarié. J'en ai appelé à mes propres souvenirs et expériences de l'amplification de faits bénins par le on-dit, donc ai cru pouvoir l'inciter à ne pas s'exagérer la netteté de quelques-unes de ses propres conclusions. En l'écoutant, j'ai toutefois été étonné de l'intérêt qu'il porte à sa clientèle au point d'être presque choqué à mon tour de la vive curiosité qu'il va jusqu'à éprouver pour elle. Au fil de nos échanges que nous aurons peut-être l'occasion de poursuivre car il m'a paru faire preuve d'une rare empathie, il a compris que je ne biaisais pas et senti, je crois, à quel point je suis en réalité un homme atteint.