Désultoirement vôtre !

Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le lundi 2 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 2 avril 2018 11:41
À : orne@maisons-paysannes.org
Objet : RE: Eglise de Méguillaume - reportage TF1

Merci. Très beau travail.

Cordialement,

PPF

_______________________________________________

De : orne@maisons-paysannes.org <orne@maisons-paysannes.org>
Envoyé : lundi 2 avril 2018 11:36
À : marielaurencemallard@gmail.com; Eric BENOIT
Objet : Eglise de Méguillaume - reportage TF1

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-après un lien sur un reportage diffusé sur TF1.

Des adhérents de MPF Orne avaient participé au retrait des enduits aux
ciment des soubassements intérieurs de cet église rurale. Vous pourrez
voir au cours de ce reportage une photo des bénévoles de maisons
paysannes le jour du piquetage des murs.

Bien à vous
Eric Benoit

(Fin de citation)
Éolien: suite aux propositions Lecornu
Projet de loi pour un État au service d'une société de confiance ( Article ICPE) :


Bonjour
Appel aux membres de la FED qui ont des contacts avec des Députés et Sénateurs de la commission paritaire mixte et dont les noms figurent ci dessous.
Merci leur faire connaitre le refus total la FED d'accepter les propositions de la commission Lecornu
Il s'agit une régression historique inacceptable du droit des citoyens pour museler définitivement toute opposition à l'implantation massive des nouvelles éoliennes terrestres qui ravagent déjà notre pays

Voici le mail de la FED envoyé aujourd'hui aux 14 députés et sénateurs ( Les Suppléants ont aussi une copie).

Josiane Sicart s'est chargée des lettres pas courrier.

Cordialement à tous
JL Butré

TITULAIRES
Julien Bargeton - Sénateur de Paris j.bargeton@senat.fr
Mme Pascale Gruny - Sénateur de l'Aisne p.gruny@senat.fr
M. Jean-François Husson - Sénateur de la Meurthe-et-Moselle jf.husson@senat.fr
Mme Élisabeth Lamure Sénateur du Rhône e.lamure@senat.fr
M. Jean-Claude Luche Sénateur de l'Aveyron jc.luche@senat.fr
Mme Michelle Meunier Sénatrice de la Loire-Atlantique m.meunier@senat.fr
Mme Angèle Préville - Sénatrice du Lot a.preville@senat.fr
Mme Sophie Errante Député Loire Atlantique permanence@sophie-errante.fr
Mme Carole Grandjean Meurthe-et-Moselle carole.grandjean@en-marche.fr
M. Stanislas Guerini Député Député Paris stanislas.guerini@en-marche.fr
Mme Stéphanie Kerbarh Député Seine Maritime contact@kerbarh.fr
M. Mohamed Laqhila - Député Bouches-du-Rhône mohamed.laqhila@assemblee-nationale.fr
M. Éric Pauge Député Alpes-Maritimes e.pauget@orange.fr
M. Arnaud Viala Député Aveyron contact@arnaudviala.fr

SUPPLEANTS
M. Éric Bocquet - Sénateur du Nord e.bocquet@senat.fr
M. Ugo Bernalicis contact@ugobernalicis.fr
Mme Nathalie Delattre- Gironde n.delattre@senat.fr
M. Yves Détraigne Grand Est y.detraigne@senat.fr
M. Michel Forissier Sénateur du Rhône m.forissier@senat.fr
M. Gaël Le Bohec -Député Ile et Vilaine g.lebohec@assemblee-nationale.fr
Didier Mandelli - sénateur Vendée d.mandelli@senat.fr
Mme Monica Michel Député mg.michel3@icloud.com
Mme Cendra Motin Député c.motin@assemblee-nationale.fr
M. Christophe Naegelen Député contact@naegelen.fr
M. Stéphane Piednoir s.piednoir@senat.fr
M. Benoit Potterie benoit.potterie@en-marche.fr
Mme Sophie Taillé-Polian s.taille-polian@senat.fr
M. Boris Vallaud b.vallaud@assemblee-nationale.fr

N.D.L.R. : Ainsi, ce scandale continue de plus belle...
Bonne nouvelle, Roland FORNARI est de retour à son atelier. On a évoqué mon projet de gloriette. Roland me demande si je me souviens des pavillons qu'il a réalisés pour le jardin de Carrouges. Je lui répond que oui mais que ça me paraît trop sec ; je préférerais quelque chose de plus rond, comme ce qu'il a forgé pour les jardins du Montperthuis à Chemilli.
Il est tombé des cordes en fin de journée sur notre manoir favori.

Par voie de conséquence, il y a eu de nouveaux dégâts des eaux dans l'aile de la belle-mère.

J'ai signalé à l'expert d'assurances qu'il y avait lieu d'en démonter la cheminée d'urgence car elle s'abîme à être trempée de la sorte et aussi souvent (je prendrai des photos demain).
Le "Publicateur Libre" de la semaine fait sa une sur les deux monuments historiques du secteur qui sont présélectionnés dans le cadre de la tombola imaginée par Stéphane BERN (je crois qu'on appelle ce truc le "Loto du patrimoine"). Il s'agit du château de Lassay en Mayenne et des forges de Varennes dans l'Orne.

Je ne conteste nullement qu'il s'agit là de monuments très intéressants à plus d'un titre. Ce que je n'aime pas, en revanche, c'est le fait que, selon moi, on cherche à concentrer la manne des financements publics sur un petit nombre de monuments montés en épingle par les médias, et ceci au détriment d'une politique du patrimoine réfléchie hors du champ des projecteurs des copains du pouvoir en place.

C'est peut-être une réaction de vieux con, je serais prêt à l'admettre. Je note en effet que chacun des monuments présélectionnés que j'ai remarqués est défendu par un jeune repreneur. Ces monuments ont cette chance qui, elle, m'a longtemps fait rêver. Ici, j'ai échoué en la matière. Tant pis, j'aurai tenté tout ce que j'aurai pu.

Comme je le disais à mes visiteurs d'hier, c'est l'intérêt du monument qui me conduira désormais, et mes priorités découleront de ce que j'appelle la logique du chantier.

J'essayerai d'avancer aussi loin que je le pourrai. Mais je n'aurai plus la même flamme, bien sûr. Et, quand j'en aurai marre de marre (je n'en suis pas loin), je calerai, tout simplement. Et cela n'empêchera pas la Terre de tourner. Sans moi qui n'en aurai plus rien à cirer.

Il me semble que ce temps est proche.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le samedi 7 avril 2018
Désultoirement vôtre ! - Fac - Géologie
0
J'ai rendu visite avant-hier, à son domicile, au professeur Francis DORE. Nous avons notamment évoqué nos vies familiales et échangé nos adresses de courriel pour rester en contact.
J'ai assisté hier, à Paris, à une très remarquable réunion de "formation" organisée par la "Demeure Historique" sur le thème "Monument historique et impôt sur le revenu". Cela a duré de 9 heures du matin à 17 heures et la conférencière nous a présenté de façon très claire et très complète les particularités de ce régime fiscal, avec des indications totalement inédites pour moi et à jour sur l'incidence de la mise en place du prélèvement à la source. Il nous a été remis un "Guide fiscal 2018" de 111 pages d'une très grande qualité.

Je vais à l'essentiel :
- je n'avais rien compris jusque là et avais tiré des conséquences totalement erronées des bribes d'informations que j'avais pu recueillir ;
- en réalité et pour les gens comme moi (c'est-à-dire ceux qui n'attendent aucun "revenu exceptionnel" en 2018 et qui n'encaissent guère de dividendes), le système est tellement blindé que la recherche de failles dont on pourrait tirer profit paraît vouée à l'échec.

Donc j'ai eu tout faux.

Si l'on entre dans les détails, je dois reconnaître que le système qui a été imaginé pour la période de transition (les années 2018 et 2019) est remarquablement astucieux, même s'il est, de prime abord, particulièrement complexe et d'apparence imbitable avec l'intervention dans les calculs d'un "crédit d'impôt modernisation recouvrement" (CIMR) que je trouve tout à fait brillant. Je pense que je n'aurais pu imaginer un tel facteur de correction tout seul - c'est dire ! -, donc j'admire la fertilité de l'imagination de mes jeunes collègues de Bercy.

Dans les faits, tout ceci aura une conséquence immédiate pour moi. Je comprends en effet qu'il n'y a pas lieu que je freine la réalisation de mon programme de travaux en 2018. En particulier, il n'y a pas lieu que je reporte à 2019 l'installation de la nouvelle chaufferie. (De même, il n'y avait pas lieu que je fasse le zouave fin 2017 avec mon système d'acomptes et d'emprunt.)

Nous sommes début avril, trois mois de 2018 sont déjà "perdus" et il n'est que temps que j'incorpore dans mes réflexions ma nouvelle compréhension du volet fiscal de mes travaux.

Aux yeux des tiers, que tout ceci montre à quel point il est difficile de planifier un programme de travaux quand l'environnement fiscal fluctue sur des points aussi importants que cette instauration du prélèvement à la source.

P.S. (du 8 avril 2018) : Mon expert fiscal favori ne partage pas mon optimisme qu'il doit trouver béat. Voici en effet ce qu'il m'écrit :

(Début de citation)

Cher Pierre-Paul,

Dis-toi bien que le crédit d'impôt effaçant les revenus de 2018 n'est pas un cadeau, mais une compensation du fait que l'impôt sur les revenus de 2019 devra être acquitté un an plus tôt.

Cette compensation ne jouera pas pour ceux qui perçoivent des revenus de capitaux mobiliers. Ils seront effectivement imposés successivement sur ceux de 2018 et de 2019. Idem pour les subventions.

Les travaux de 2018 seront déduits dans le vide (le revenu de 2018 étant effacé de toute façon, sauf les exceptions que je viens d'indiquer). L'année suivante, les travaux déductibles ne seront pas ceux de 2019, mais la moyenne de ceux de 2018 et 2019, ce qui revient à ne retenir tous ces travaux que pour moitié.

A compter du 1er janvier prochain, les employeurs, dont tu es peut-être, devront effectuer le prélèvement à la source sur les salaires qu'ils versent.

(Fin de citation)