Désultoirement vôtre !

La participation de la Chaslerie aux prochaines "Journées du patrimoine", le dimanche 20 septembre prochain, de 14 heures à 18 heures, est confirmée.

Ceci est acté sur le site de l'office de tourisme de Domfront. A ce sujet, je remercie les animateurs de cet office, beaucoup plus efficaces que les interlocuteurs habituels de la D.R.A.C., conservateur régional inclus, restés à la masse quand je leur ai signalé, à plusieurs reprises, mes difficultés à me connecter à leur site pourri.

J'ajoute que je ne suis pas le seul à hasarder un tel diagnostic. J'en parlais hier à un ami, propriétaire d'un manoir canonique du Perche, qui avait lui, non sans mal, réussi à se connecter au site officiel des "Journées du patrimoine", pour finalement s'en retirer pour cause de pandémie. Nous déplorions les dysfonctionnements évidents de divers sites internet auxquels on est désormais tenus de nous connecter pour faire avancer toujours plus de dossiers (impôts, "service public", etc). Tout se passe comme si des informaticiens fous et incontrôlés (cette dernière caractéristique étant devenue une marque de fabrique de l'administraaaâââtion, et pas qu'en matière informatique hélas) étaient à la manœuvre.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Jeudi 10 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Vu ce soir, au cinéma de La Ferté-Macé, "Abou Leïla" de Amin SIDI-BOUMEDINE.

Je n'ai rien compris à l'intrigue et n'ai donc pas été étonné d'apprendre que ce film avait été choisi par le(s) programmateur(s) sur la base de sa seule bande-annonce. Je veux croire qu'il ne doit pas être nécessaire d'être très malin pour imaginer des méthodes plus pertinentes.
lexpress.fr
rédigé le Dimanche 13 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux - Economie
0
VIDÉO. Marion Van Renterghem : "Boris Johnson emploie avec l'UE une méthode de voyou"

La journaliste, chroniqueuse à L'Express, décrypte les négociations en cours entre l'Union européenne et le Royaume-Uni, négociations face à l'attitude du Royaume-Uni, qui se dirige de plus en plus vers un "no deal".

N.D.L.R. : Exposé très clair d'un sujet compliqué. Un sacré pataquès.
Perfide Albion, rien de nouveau sous le soleil.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 13 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
(Début de citation)

De : sip-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr <sip-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr>Envoyé : dimanche 13 septembre 2020 10:06À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>Objet : Auto: SIP Domfront - Votre mise en demeure de fournir la déclaration des revenus 2019 de la "SCI 3 des autres lieux"

Nous vous informons que votre demande a bien été prise en compte.
Afin d'obtenir un traitement plus rapide de votre demande, nous vous invitons à l'avenir à nous contacter à partir de votre messagerie sécurisée, disponible dans votre espace personnel sur impots.gouv.fr.
Si vous n'avez pas encore créé votre espace personnel, des pas-à-pas sont mis à votre disposition sur le site impots.gouv.fr pour vous guider dans cette procédure et dans l'utilisation de la messagerie sécurisée.
Pour les particuliers : https://www.impots.gouv.fr/portail/pas-pas-des-services-en-ligne-des-particuliers.
Pour les professionnels : https://www.impots.gouv.fr/portail/node/9544.
Par ailleurs, pensez à consulter le site www.impots.gouv.fr, vous y trouverez les réponses aux questions les plus fréquentes, régulièrement actualisées.
Cet accusé réception est généré automatiquement, merci de ne pas y répondre.

__________________________________________________________________________________

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 13 septembre 2020 10:05
À : sip-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr <sip-sie.domfront@dgfip.finances.gouv.fr>
Objet : SIP Domfront - Votre mise en demeure de fournir la déclaration des revenus 2019 de la "SCI 3 des autres lieux"

Mesdames, Messieurs,

Contrairement à ce que vous affirmez, ce dimanche à l'aube et de façon quelque peu péremptoire en l'état du dossier, le nécessaire avait été fait en temps utile, sous forme d'une lettre en date du 19 avril dernier, déposée par mes soins dans votre boîte aux lettres. A cette époque, et en raison de la pandémie, vos bureaux demeuraient fermés, au moins au public.

Il y a déjà eu une relance analogue de votre part à propos d'une autre SCI, la "SCI 1 de Walter FOURCADE". Je vous ai alors fait une réponse analogue.

En réalité, dans les deux cas, j'avais dû recourir à des courriers-papier car, comme j'ai déjà eu l'occasion de vous l'indiquer à de nombreuses reprises, y compris par écrit, le site "impots.gouv.fr" fonctionne très mal, livré qu'il paraît être à des informaticiens incontrôlés et/ou fous de pseudo-perfectionnements à la noix (votre administraaaâââtion n'ayant hélas pas le monopole de ce dévoiement qui tend à se généraliser dans toutes les administraaaâââtions de la France contemporaine ; je peux citer, comme autres exemples de dysfonctionnements manifestes auxquels je me suis déjà heurté, le site "service-public.fr" ou encore le site où l'on est supposé pouvoir inscrire un monument pour les "Journées du patrimoine"). Donc, quand votre administraaaâââtion indiquait, sur son formulaire-papier n° 2072-S-K émis au titre des revenus de 2019, que "LE DEPÔT DE VOTRE DECLARATION DOIT OBLIGATOIREMENT ÊTRE EFFECTUE PAR VOIE DEMATERIALISEE", il n'aurait pas semblé déraisonnable qu'elle s'assurât d'abord que la chose fût possible. De même, lorsqu'elle précisait, sur le même formulaire-papier, que "A COMPTER DE 2021 (REVENUS 2020) LE FORMULAIRE PAPIER N° 2072-S-K NE VOUS SERA PLUS ADRESSE PAR VOIE POSTALE", il n'aurait pas paru contraire à sa dignité qu'elle vérifiât au préalable que la chose puisse fonctionner.

En particulier, je ne puis que vous réexpliquer une nouvelle fois que je n'arrive pas à me connecter utilement au site "impots.gouv.fr" quand je souhaite, par exemple, déclarer les revenus de ma mère qui, à l'âge de 93 ans, a autre chose à faire dans la vie que s'enquiquiner avec les injonctions et autres productions d'informaticiens fous et/ou incontrôlés. De même quand je souhaite déclarer les revenus de mes SCI. Dans tous les cas, le site en question ne se satisfait pas que j'indique mon adresse de courriel et paraît, puisqu'il se bloque, exiger que je fournisse une adresse de courriel différente pour chacune de ces déclarations. Or, à l'âge de 68 ans, je ne sais pas créer de nouvelles adresses de courriel, ce dont ce site se contrefout à l'évidence. Quant à moi, constatant que ma demande écrite d'aide du 19 avril dernier est restée lettre morte, je suis au regret de vous informer que je ne vois plus, dans mon agenda, de laps de temps disponible pour me livrer à cet apprentissage ni, plus généralement, à consacrer à de pseudo "simplifications administratives" qui ne fonctionnent pas.

Ceci dit, la "SCI 3 des autres lieux" n'ayant, depuis l'origine et en 2019 encore (comme, d'ailleurs, à horizon temporel indéfini), aucun revenu, la déclaration-papier que je vous ai transmise à son sujet le 19 avril dernier comportait juste la mention, en charge, de la somme forfaitaire qu'on est autorisé à déduire, soit 125 €/an. Donc le revenu net de cette SCI est de -125 €, situation qui n'est pas appelée à varier de mon vivant, à moins que de nouveaux impôts ne soient créés, ce qui est de l'ordre du possible et même, selon moi, du certain, quoi que prétendent, à l'usage des gogos, de supposés responsables que je vous laisse reconnaître.

Pensant avoir répondu complètement à votre demande, je vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de ma considération distinguée.

Pierre-Paul FOURCADE
Gérant de la "SCI 3 des autres lieux"

P.S. : Au moment de vous envoyer ce courriel, je m'aperçois qu'il ne faut surtout pas "répondre directement à l'adresse émettrice de (votre) courriel". En effet, ce serait trop commode pour les usagers, donc changerait du régime habituel. Par acquit de conscience, je doublerai donc ce courriel d'un tirage-papier que je déposerai, à mon habitude, dans votre boîte aux lettres, ainsi qu'une copie de mon courrier du 19 avril dernier.

__________________________________________________________________________________

De : relance-emetteur@dgfip.finances.gouv.fr <relance-emetteur@dgfip.finances.gouv.fr>
Envoyé : dimanche 13 septembre 2020 06:52
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>


(Fin de citation)
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : dimanche 13 septembre 2020 17:43
À : JOURDAN Chantal <chantal.jourdan-l@orange.fr>
Objet : RE: Concerts Ensemble Dénote

Madame la députée,

Merci beaucoup pour votre courriel et pour votre réactivité. Tout ceci tombe à pic puisque nous sommes en train d'étudier comment développer l'action de la "SVAADE", jeune association dont je vous ai parlé lors du récent "Forum des associations" à Domfront.

Je viens de laisser un message téléphonique sur le portable de Mathieu BRAUD. Je lui ai proposé qu'on se rencontre afin d'étudier la possibilité d'organiser quelque chose ensemble, à la Chaslerie ou ailleurs. Je ne manquerai pas de vous tenir informée de la suite.

Bien cordialement,

PPF

_________________________________________________________________________________

De : JOURDAN Chantal <chantal.jourdan-l@orange.fr>
Envoyé : dimanche 13 septembre 2020 11:23
À : penadomf@msn.com <penadomf@msn.com>
Objet : Fwd: Concerts Ensemble Dénote

>
Monsieur Fourcade,

Lors de notre rencontre au forum des associations, vous m' avez fait connaitre votre association qui porte de beaux projets.

Je vous fais parvenir les coordonnées du jeune musicien dont je vous ai parlé, et qui m' a été recommandé par une de mes anciennes collègues. Il s'agit de Mathieu Braud , 06 11 49 76 19.

Vous trouverez en pièces jointes les annonces de l'organisation de ses prochains concerts, les 19 et 20 septembre prochains, à l'occasion des journées du patrimoine.

Je fais suivre une copie de sa présentation.

Je vous adresse tous mes encouragements dans vos projets et mes sincères salutations .

Chantal Jourdan


La copie :

« Je suis chef d’orchestre et conduis l’Ensemble Dénote.

Cet orchestre de chambre réunissant tous les instruments de l’orchestre symphonique se propose de jouer partout et pour tous.

Le concert dure généralement 1 heure, le public est amené à traverser les siècles avec nous (de Haendel à de la création contemporaine en passant par Beethoven, Mozart, Grieg,..)
Le public est acteur du spectacle : il peut chanter, danser. Chaque concert se conclut par une rencontre avec les musiciens.

Nous jouons au pied des habitations, dans les cours des écoles…..
Nous avons l’habitude d’intervenir également pour des publics scolaires (avec le conte de Pierre et le Loup par exemple) mais aussi pour des EHPAD.

Ayant une grande partie de ma famille dans l'Orne (Monts sur Orne et ses environs), je viens régulièrement avec beaucoup de plaisir depuis mon enfance.

C'est grâce à ce que j'y ai vécu que j'ai pu par la suite entrer dans différents conservatoires, et devenir musicien. Mon métier m'a depuis mené en région parisienne où j'enseigne la musique et dirige des ensembles orchestraux après avoir achevé un Master de direction d'orchestre au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.

Je dois donc beaucoup à l'Orne et souhaiterais vous rencontrer afin de discuter de tout cela,

Restant à votre entière disposition,
Cordialement,
Mathieu Braud
06.11.49.76.19 »

(Fin de citation)
Message envoyé ce soir via "Facebook" à Jean-Pierre ARBON :

"Cher Jean-Pierre, je n'oublie pas votre proposition d'un concert à la Chaslerie. Je viens de participer à la création d'une association qui pourra être utile pour les questions matérielles et nous réfléchissons aux prochains événements, après une première très réussie, le 12 août dernier, avec Sébastien Daucé et l'ensemble "Correspondances". Est-ce que le cœur vous en dit toujours ? Amicalement, PPF"

P.S. (du 14 septembre 2020 à midi) : Jean-Pierre ARBON m'a donné son accord de principe. Il devrait venir reconnaître les lieux en novembre prochain.
Jean-Pierre ARBON
rédigé le Jeudi 17 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation - Références culturelles
0
Le sermon sur la mort
Publié le 17 septembre 2020

En écoutant l’autre jour le sermon sur la mort de Bossuet, j’avais été frappé par ce passage : « Il n’y aura plus sur la terre aucuns vestiges de ce que nous sommes : la chair changera de nature ; le corps prendra un autre nom ; même celui de cadavre ne lui demeurera pas longtemps : il deviendra, dit Tertullien, un je ne sais quoi qui n’a plus de nom dans aucune langue ».

Et pourquoi cette disparition radicale ? Parce que « la nature (…) ne peut pas nous laisser longtemps ce peu de matière qu’elle nous prête, qui ne doit pas demeurer dans les mêmes mains, et qui doit être éternellement dans le commerce : elle en a besoin pour d’autres formes, elle la redemande pour d’autres ouvrages. »

Voilà parfaitement exprimée la loi du recyclage universel. Mais si l’on considère que tout nous appelle à la mort, comment concevoir que chacun a droit à la vie éternelle ? Bossuet invoque la lumière céleste qui sort des âmes. Il soutient que l’homme vaut mieux que la nature car il est fait aussi à l’image de Dieu. Il tâche de raisonner, il prétend démontrer ce que l’Eglise enseigne, mais ses arguments sonnent artificiels et je ne le trouve pas convainquant. L’intelligence, la raison, ne prouveront jamais rien en matière de métaphysique, ni l’existence de Dieu, ni celle d’une vie après la mort. A la vérité, si elles tendent à quelque chose, c’est plutôt à prouver l’inverse.

Face à cette fondamentale contradiction, je préfère ceux qui en assument le mystère, plutôt que de la nier en se contorsionnant l’esprit. Le dernier mot (si dernier mot il y a) semble appartenir là encore à Tertullien : « le fils de Dieu est mort : je le crois, parce que cela révolte ma raison ; le Christ est ressuscité : c’est certain, parce que c’est impossible. »


N.D.L.R. : Il va sans dire que tout cela me passe très largement au-dessus de la tête.
Très longue conversation téléphonique ce matin avec l'architecte du patrimoine en charge de la "mission n°2", à propos, principalement, du projet d'aménagement de l'aile Ouest du manoir. Ce projet avait été redéfini fin août sur les bases suivantes :
- suppression de l'ascenseur (ce qui permet de prévoir des salles d'eau de surfaces moins riquiquies),
- création d'un passage, au rez-de-chaussée, entre les anciennes écuries et le rez-de-chaussée de la tour Louis XIII,
- substitution de lucarnes appropriées aux horribles "casts" actuels du brisis Ouest des anciennes écuries.

Cette architecte du patrimoine m'avait transmis hier soir, par courriel, des plans dont j'avais le plus grand mal à prendre connaissance, donc à comprendre les subtilités. La conversation ne s'en est pas trouvée facilitée. Malgré cela et au terme de ces échanges, j'ai retiré l'impression que le dossier a été très sérieusement étudié par elle qui a déjà réfléchi à toutes les questions que je lui posais. Les plus délicates portaient sur des espaces disponibles pour accéder, sans se fracasser le crâne, à des w.-c. qui seraient prévus dans l'emprise de l'ancien "salon de l'aile de la belle-mère". D'autres de mes questions étaient relatives à l'accès à la "chambre des tourtereaux".

A noter que Carole, sans savoir de quoi il retournait, a voulu, pendant que je téléphonais, intervenir plusieurs fois et de façon très pressante dans la conversation, notamment pour m'enjoindre d'adopter différents comportements face à l'architecte, en particulier de la laisser parler alors que je ne pouvais suivre ce que cette interlocutrice me disait. Comme on peut l'imaginer, ces interférences n'ont pas prospéré.
Ce week-end, rendez-vous pour notre premier concert en quatuor à cordes dans l’Orne (Monts-sur-Orne) !!
2 lieux fantastiques du Moyen Age et de la Renaissance :
- samedi 19 septembre à l’église désacralisée de Vaux-le-Bardoult, 17h30 :


- dimanche 20 au manoir de Pommereux à 11h :


- Programme : Divertimento K136 de Mozart et Quatuor à cordes opus 18 n°1 de Beethoven
- Distribution : violons Lucile Lambert
et Chloé Rekis
alto Ivan Cerveau
Violoncelle Anne Mousserion
- Direction artistique : Mathieu Braud

N.D.L.R. : Nous irons, Carole et moi, à l'invitation de Mathieu BRAUD, écouter le concert de samedi à Vaux-le-Bardoult, juste avant d'assister, cette fois dans le cadre de "Septembre musical de l'Orne", à un concert, en compagnie d'Erik ORSENNA, à 20 heures 30 à Bellême.

Ce sera pour nous l'occasion d'une première rencontre avec Mathieu BRAUD dans la perspective, à l'étude sur la recommandation de Chantal JOURDAN, d'un prochain concert à la Chaslerie ou ailleurs, sous l'égide de la jeune et dynamique "S.V.A.A.D.E.".
L'architecte du patrimoine en charge de la "mission n°2" m'avait fait promettre, dès le début de notre collaboration, de ne pas mettre en ligne ses productions sur le site favori tant que nous ne serions pas parvenus à un accord sur le projet soumis à l'administraaaâââtion.

S'agissant de l'aile Ouest, il me semble qu'après tous les échanges qui ont eu lieu entre nous depuis des mois, nous en sommes arrivés à ce stade. Pour être précis, je dirais qu'il reste encore 2 % des questions soulevées par ce projet à traiter avant que notre accord soit complet.

Mais que sont 2 % de points encore en débat ? Et justifient-ils que je me prive des possibilités, précieuses à mes yeux, qu'offre ce site d'archiver mes documents, d'en disposer de façon commode pour pouvoir les réexaminer à loisir, voire de tenir le fan-club informé du dernier état des réflexions en cours, étant entendu que ses réactions sont toujours lues avec intérêt et peuvent ouvrir de nouvelles voies de réflexion.

Donc voilà, c'est décidé, je considère que les documents que m'a transmis avant-hier cette architecte du patrimoine sont arrivés à un stade de maturation et d'accord tel que, sans risquer ses foudres, je puisse les partager ici.

Je ne le ferai pas sous la forme de photos des documents bruts (dont j'ai toutefois fait disparaître ici le nom de cette architecte) car, si l'on excepte la façade Ouest, dotée comme convenu de grandes vitres sur sa partie centrale (les anciennes écuries),...

... on admettra aisément que l'échelle des plans et le format A4 des tirages possibles avec ma bécane ne favorisent pas la lecture de ces derniers :


Donc zoomons, imprimons et scannons et faisons-le niveau par niveau en nous concentrant sur le volume problématique, celui contenant le fameux "escalier-en-facteur-commun", le colombier et la zone intermédiaire entre ces deux sous-ensembles. Voici ce que cela donne :

- au rez-de-chaussée (étant entendu qu'il y a ici une petite erreur de plan - dans le passage vers les deux "w.-c. du bas" - qu'il serait trop long d'expliquer) :


- à l'étage du futur "bureau-bibliothèque-de-mes-rêves" :


- au niveau intermédiaire entre le 1er et le 2ème étage du colombier :


- enfin, au niveau de la "chambre des tourtereaux" :


Pour faciliter autant que faire se peut une compréhension rapide de ce projet complexe, j'ajoute les coupes pertinentes :


Comme on le voit, ce projet est basé sur les principales idées suivantes :
- permettre le meilleur usage du colombier en en faisant disparaître un maximum de cloisons (toutes aux étages, comme déjà réalisé),
- rendre aisé l'accès du public, y compris de personnes handicapées, au rez-de-chaussée de ladite aile ; à cet effet, respecter les normes dites "E.R.P.", y compris en prévoyant des toilettes pour handicapé ;
- disposer de facilités adéquates pour organiser des spectacles ou des concerts ; je précise - chose qui n'apparaît pas sur les photos précédentes - que le rez-de-chaussée de la tour Louis XIII serait utilisable comme loge d'artistes.

Hier matin avec l'architecte du patrimoine, hier après-midi avec Carole, j'ai discuté d'un certain nombre de difficultés que je percevais dans ce projet. Pour moi, tout est clair à ce stade sous réserve des 2 % que je retiens encore et qui sont tous relatifs aux escaliers.

Ces questions résiduelles à mes yeux sont les suivantes :
- à la hauteur du premier virage sur la droite quand on monte, le balancement des deux escaliers (le grand escalier et celui qui permet d'accéder à la "chambre des tourtereaux") est-il optimal ? Ne serait-il pas possible d'assouplir l'ascension à ces endroits ?
- la rampe du grand escalier respecte certes les normes contemporaines relatives à la sécurité des enfants en la matière (d'où ces deux barres métalliques entre les poteaux de bois). Mais ne pourrait-on imaginer un mode de barreaudage moins orthopédique ? Je pense ici à quelque chose du genre de ce que Marc CHALUFOUR avait réalisé en chêne, voici une bonne trentaine d'années, pour l'escalier du duplex de Paris (dont je n'ai pas encore retrouvé de meilleure photo que la suivante) :


Pour conclure ce message, j'adresse mes très vifs remerciements :
- à Arnaud PAQUIN qui a su, le premier, imaginer un "escalier-en-facteur-commun" qui ait du sens ;
- à l'architecte du patrimoine en charge de la "mission n°2" qui a relevé le flambeau et poussé la réflexion dans tous ses aspects, y compris les plus reculés, jusqu'à réussir à définir ce projet dans le stade actuel que je trouve, en résumé, particulièrement convaincant, même s'il reste encore à caler le traitement des ouvertures Ouest.
lefigaro.fr
rédigé le Samedi 19 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Covid-19 : le couac de Santé Publique France sème le trouble sur les chiffres de l'épidémie

Les chiffres de la mortalité de l'épidémie en France ont subitement bondi ce vendredi. Ils étaient en réalité faussés par le bilan non comptabilisé d'un hôpital francilien depuis plusieurs semaines.

N.D.L.R. : Même pas foutus de compter les macchabées. Une administraaaâââtion de plus à la dérive, digne de la S.N.C.F. !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 19 Septembre 2020
Vie de l'association - Animation, fêtes, visites - Désultoirement vôtre ! - Pouvoirs publics, élus locaux
0
Le numéro du jour de l'édition locale d'"Ouest-France" renvoie à leur site internet pour savoir quels sont les monuments ouverts lors des "Journées du patrimoine". On se retrouve ainsi sur un site du ministère de la culture où il n'est pas question de la Chaslerie.

Voici ce qui arrive quand une administraaaâââtion met en ligne un site de merde et quand ses bureaucrates ne font pas leur boulot pour parer aux défaillances manifestes de leur système pourri.

Merci à l'office de tourisme de Domfront d'avoir remédié, dans la mesure de ses moyens, à de telles carences !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Dimanche 20 Septembre 2020
Désultoirement vôtre ! - Archives, histoire, documentation
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul FourcadeEnvoyé : dimanche 20 septembre 2020 12:16
À : m.meurice@(...)
Objet : Couvertures bicolores de la Chaslerie

Monsieur,

Mon épouse m'a dit que vous vous êtes interrogé sur le parti de restauration des couvertures mansardées du colombier et des anciennes écuries de la Chaslerie ayant consisté à prévoir des tuiles sur leurs terrassons et des ardoises sur leurs brisis.

Voici tois messages du "site favori" qui vous apporteront quelques-unes de mes réponses :
https://www.chaslerie.fr/blog/message/10728
https://www.chaslerie.fr/blog/message/15550
https://www.chaslerie.fr/blog/message/43007

Les tuiles étaient traditionnellement moins coûteuses que les ardoises mais ne tiennent pas sur la pente des brisis ; d'où ce panachage ici aussi.

Pour être plus complet, j'ajoute les idées suivantes :

- les deux types de matériaux, tuiles et ardoises, sont traditionnels (en plus du chaume, largement disparu) dans notre coin de Normandie ; nous ne sommes pas dans une zone purement de tuiles ou purement d'ardoises, contrairement à la plupart, notamment en Normandie :


- à la Chaslerie, l'idée de départ dans la campagne de restauration engagée il y a 30 ans était de couvrir d'ardoises les bâtiments nobles (logis et chapelle) et de tuiles les bâtiments agricoles (ferme, cave, fournils, charretterie, grange) ;
- un traitement particulier avait été réservé au "bâtiment Nord" : tuiles sur le versant Nord et ardoises sur le tout petit mais compliqué versant Sud ;
- dans cette gradation, le caractère bicolore a semblé convenir aux bâtiments de statut intermédiaire que sont le colombier et les anciennes écuries.

Vous trouverez dans la photothèque du site de la Chaslerie (accessible en bas à gauche de l'écran mais la voici en direct : https://www.chaslerie.fr/galerie-photo) des photos datant du début du XXè siècle que j'ai interprétées comme indiquant que les écuries étaient bicolores depuis la mi-XVIIIè (période de leur construction) jusqu'au début du XXè. A vrai dire, on distingue mal mais personne ne s'est encore inscrit en faux :


J'ajoute à cet envoi des cartes indiquant, sur un sujet connexe, la répartition géographique des matériaux de construction traditionnels ;


J'espère vous avoir convaincu que le parti retenu n'était pas une fantaisie.

Cordialement,

PPF

(Fin de citation)
En vue des "Journées du patrimoine", Francis avait comblé divers trous aux abords du manoir favori :

18 septembre 2020.

18 septembre 2020.

Il restait néanmoins des tubes à ranger :

18 septembre 2020.


Je ne sais si les visiteurs l'auront remarqué mais, pour la première année à ma connaissance, il pousse dans l'arrière-cour des champignons qui m'ont l'air comestibles (à vérifier toutefois) :

18 septembre 2020.

18 septembre 2020.

18 septembre 2020.