Désultoirement vôtre !

Anthologie de la répartie (via "Twitter)
rédigé le Samedi 28 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales
0
Lors d’une promenade à la campagne, Jean Giraudoux se dispute avec son épouse. Alors qu’ils passent devant un pré où broute un âne, sa femme lui dit en désignant l’animal :

- Tiens, voici un de tes parents.

- Oui, par alliance.


N.D.L.R. : Pas grand chose de neuf sous le soleil.
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé le Samedi 28 Janvier 2023
Désultoirement vôtre ! - Généalogie et sagas familiales - Transmission du patrimoine
0
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : samedi 28 janvier 2023 21:13
À : C. F.
Objet : RE: La réunion de ce jour

D'après moi, il ne serait même pas nécessaire de lui vendre l'usufruit de la cave. Il suffirait qu'il me rembourse les travaux que j'ai réglés depuis son entrée dans la S.C.I. correspondante et finisse la restauration de cette petite dépendance qu'à ma connaissance du moins, j'ai bien été le seul à financer à ce jour.

La question de la "coexistence" (sic), qu'il a réputée impossible entre lui et moi et telle qu'il continue à la formuler et à la mettre en avant, est définitivement inacceptable pour moi.

______________________________________________________________________________________

De : C F.
Envoyé : samedi 28 janvier 2023 18:38
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com> <penadomf@msn.com>
Objet : La réunion de ce jour

Merci pour ta proposition lue, elle a permis un vrai débat et d’aller plus au fond des vrais problèmes.

Je me demandais si pour toi et (...) la solution ne serait pas de donner/vendre l'usufruit de la cave :
_ plus de coexistence
_ utilisation de son taux d imposition (en tout ou partie selon son souhait)
_ une dépendance refaite
_ plus de chance de le revoir avec sa famille à la Chaslerie
_ il ne perd pas le lien affectif avec la Chaslerie,
_ il pourra sans doute prêter cette dépendance à (...) et sa famille de temps a autre.

Et nous on reste dans le bâtiment Nord et petit à petit on avance sur une partie du logis. On réserve le chauffage mais on fait fenêtres, électricité, plomberie, poutre pourrie : PAQUIN pourra nous aider dans les priorités.
Ou bien on s’investit dans ce qui rapporterait : salle de spectacle, salle de mariage dans les écuries.

Je vais me coucher car fatiguée par ces tensions. J'espère que le retour se passe bien.

(Fin de citation)

P.S. (du 29 janvier 2023 à 3 heures 30) : Plutôt que de "coexistence", ne serait-il pas plutôt question de "cohabitation" ici ?

Quoique... Car c'est bien ma présence sur Terre qui est en cause puisqu'elle est réputée, d'après ce fils et sa plaisante épouse, rendre impossible qu'il s'attelle un tant soit peu à la poursuite d'un programme de restauration, même raisonné. En effet, tout sera tellement plus facile et agréable (aux "Domfrontaises à varices" près, sans doute) quand j'aurai eu le bon goût de dégager enfin la piste !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - Transmission du patrimoine - Anecdotes
0
Voici le message "WhatsApp" que je viens d'envoyer à Carole :

Plus j'y réfléchis et plus je trouve ta contre-proposition brillante, à son point 1 près. Pourquoi ne pas en revenir à ce qui était prévu il y a 14 ans ? A savoir que (...), nu-propriétaire de la cave, la restaure pour se faire la main et pour rôder son goût de poursuivre ? Bien sûr, sans remettre en cause les coups partis, à savoir les travaux qui ont fait l'objet de devis de Franck LIEGEAS dont les compagnons doivent revenir dans une dizaine de jours pour exécution.

Ta contre-proposition est exactement le genre de chose que j'attends de (...) : une contre-proposition qui tienne la route, soit réalisable et de nature à débloquer la situation. Bien sûr, s'il reste dans ses dénis et ses blocages, c'est foutu. J'attends encore qu'il bouge utilement mais ma patience arrive à bout, comme indiqué.

Pour ce qui concerne la cave, le plan suivi à ce stade est celui de PAQUIN, tel que je l'ai communiqué de nouveau il y a quelques jours. Si (...) n'est pas d'accord sur le plan de l'étage (sur lequel nous avions nous-mêmes beaucoup réfléchi sur la suggestion active de PAQUIN), il est encore temps qu'il le dise. Dans une quinzaine de jours, les colombes des cloisons de l'étage auront été posées et il sera trop tard.

(...)
Quinze ans

Quinze ans ! Il y a quinze ans que je tiens ce blog. Les débuts avaient été hésitants. Je ne trouvais rien à dire. Et puis je me suis lancé, sans autre projet que d’écrire, au petit bonheur, les choses qui me venaient jour après jour. Au bout de trois ans et demi, parvenu au millième article, j’ai vu que j’avais fait comme l’oiseau de Paul Valéry, volé de sottise en sottise, et que l’essentiel était « de ne se tenir ferme sur aucune ».

Ça me plaisait, j’ai continué. J’ai butiné à droite à gauche, désultoirement, sans m’appesantir sur rien, sauf peut-être sur les fables de La Fontaine, cet homme qui disait de lui-même « je suis chose légère et vole à tout sujet » (phrase qui sert désormais d’épigraphe à mon site). D’ailleurs j’ai oublié nombre de mes rubriques. Si je me relis je suis parfois surpris. Ah tiens, j’ai écrit ça, moi ? Je vois bien que le ton me ressemble, mais le sujet je n’en ai pas le souvenir.

Cinq jours par semaine, depuis quinze ans, j’ai laissé sur mon chemin un petit caillou d’écriture. Quel parcours cela dessine-t-il ? La route est tout sauf droite. Par endroits elle tourne sur elle-même ou part en étoile. Si j’arrivais à prendre suffisamment de recul, peut-être verrais-je apparaître une mosaïque. Mais je n’y parviens pas, la vue d’ensemble m’échappe, ou peut-être simplement que l’image n’est pas la bonne, qu’il n’y a rien à voir et rien à retenir, que ces cailloux ne sont que ceux qu’un vieil enfant jette sans se lasser dans la mare du temps pour s’amuser à y faire des ronds.


N.D.L.R. : Il y a entre nous beaucoup de ressemblances. Mais lequel de nous deux a, le premier, remis en vigueur l'adverbe "désultoirement" ?
(Début de citation)

De : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Envoyé : lundi 30 janvier 2023 18:04
À : Chantal Jourdan (boîte publique)
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Jean THUAUDET ; Philippe DURAND ; Jacques BROCHARD
Objet : RE: "Projet MORIN" à Domfront-en-Poiraie, commune nouvelle

Madame la députée,

Encore merci pour vos peines et soins en direction de la Chaslerie.

Je me réjouis, tout comme les membres du bureau de "La SVAADE" qui sont en copie de ces échanges, de la confirmation que le "projet MORIN" cible Domfront-en-Poiraie. Nous nous en réjouissons notamment mais pas exclusivement parce que la Chaslerie est sise sur le territoire de cette commune. Je note avec la satisfaction que vous pouvez imaginer, tout comme les membres du bureau de "La SVAADE" j'en suis sûr, que, dans le cadre de ce projet précisément, le programme de restauration qui est très activement conçu et mené dans l'intérêt de "La SVAADE" et sur la base des préconisations de cette association culturelle, peut "prétendre à des subventions".

Je suis sûr qu'avec un soutien aussi résolu de tous nos élus, le vôtre au premier chef, nous arriverons à la Chaslerie à participer au rayonnement du "tourisme médiéval à Domfront", rayonnement vivement souhaité et parfaitement réalisable si de bons choix, notamment méthodologiques et financiers, sont faits tant qu'il en est encore temps.

De notre côté, nous entreprendrons tout ce qui est de notre ressort, soyez-en persuadée, et avec tout le volontarisme que vous avez bien voulu noter. Les élus locaux peuvent compter sur nous pour ne pas relâcher notre effort, ce d'autant moins que montent au fil du temps des rumeurs et qu'apparaissent des prises de position de plus en plus claires, montrant que nombre de nos interrogations et espoirs sont partagés.

Bien cordialement,

PPF

______________________________________________________________________________________

De : Chantal Jourdan (boîte publique)
Envoyé : lundi 30 janvier 2023 17:31
À : Pierre-Paul Fourcade <penadomf@msn.com>
Cc : Hugues HOURDIN ; Xavier MEYER ; Jean THUAUDET ; Philippe DURAND ; Jacques BROCHARD
Objet : RE: "Projet MORIN" à Domfront-en-Poiraie, commune nouvelle

Monsieur Fourcade et les membres du bureau de "La SVAADE",

Je vous remercie pour vos vœux et pour votre message, et j'espère vous trouver en bonne santé.

Vous avez apporté plusieurs points à ma connaissance et j'en ai bien pris note. Je ne manquerai pas de porter un regard attentif sur votre prochain programme.

Pour faire suite à nos échanges, je tiens à vous informer des éléments suivants, fournis par Monsieur le Maire en réponse à mon courrier : les subventions octroyées par la Région dans le cadre du projet tourisme médiéval le sont, par la volonté du Conseil régional et de son Président, exclusivement accordées à la ville de Domfront. Par ailleurs et toujours dans ce cadre, M. le Maire rappelle la possibilité pour les projets individuels menés sur le territoire de prétendre à des subventions.

Je constate votre volontarisme à ce sujet et je ne peux que vous encourager à poursuivre vos efforts pour être associés aux élus locaux, comme vous le suggérez dans votre précédent courriel.

Respectueusement,

Chantal Jourdan

(Fin de citation)
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé hier
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
A la suite d'une embrouille organisée par M. BOISNARD père, d'"Alma Services Assurances", personnage fort peu agréable selon moi, j'avais, en changeant de courtier d'assurances pour la Chaslerie, perdu ma "protection juridique" par l'efficace "C.F.D.P.".

Le hasard fait que, quand j'ai changé de banque à peu près à la même époque, la nouvelle (le "C.I.C.") a mis en place une autre "protection juridique".

Je ne me retrouve donc pas à poil avant les procès qui m'attendent, le prochain demain aux prudhommes face à un tordu, et c'est heureux pour moi !
Pierre-Paul FOURCADE
rédigé aujourd'hui
Désultoirement vôtre ! - Anecdotes
0
Le conseil du zozo, déléguée C.G.T. de son état, était intervenue, au motif de la grève à la S.N.C.F., pour faire repousser la date de l'audience de conciliation.

Je l'ai appris alors que j'arrivais à Argentan, non pas en train dont je me méfie mais au volant de ma "Scénic".